Archive pour la catégorie 'Education'

Universités………………………………..(12/12/2014)

François Hollande rétablit les 70 millions d’euros aux universités
L'Obs avec AFP

Voir tous ses articles

Publié le 11-12-2014 à 22h52

Ce coup de rabot de 70 millions, voté en novembre, avait provoqué un tollé dans l’enseignement et la recherche.

François Hollande à la Sorbonne, le 9 octobre 2012. (POOL AFP PHOTO CHARLES PLATIAU)François Hollande à la Sorbonne, le 9 octobre 2012. (POOL AFP PHOTO CHARLES PLATIAU)

François Hollande a décidé de lâcher du lest et de revenir sur des coupes budgétaires dans l’enseignement supérieur, un geste insuffisant aux yeux des chercheurs et étudiants qui manifestaient jeudi 11 décembre dans toute la France.

Le président de la République devrait ainsi annoncer vendredi le rétablissement de 70 millions d’euros de crédits aux universités supprimés par les députés dans le budget 2015, lors du dîner annuel de la Conférence des présidents d’université, selon une source proche du dossier.

Un premier jalon a été posé jeudi avec l’adoption en commission des finances de l’Assemblée nationale d’un amendement en ce sens. Il devra être adopté vendredi dans l’hémicycle pour être formellement intégré au projet de loi de finances 2015.

Ce coup de rabot, voté en novembre, avait provoqué un tollé dans l’enseignement et la recherche alors que l’exécutif s’était engagé à « sanctuariser » ces dépenses.

« Ce sont des milliards qui manquent à la recherche »

La nouvelle d’un retour de cette ligne de crédit est tombée au moment où plusieurs cortèges de manifestants s’élançaient dans les rues de Paris et de plusieurs grandes villes universitaires pour dénoncer les coupes budgétaires dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Mais la perspective d’un rétablissement des crédits n’a pas suffi à apaiser la colère de chercheurs et d’étudiants descendus dans la rue pour demander « des postes et crédits pour l’avenir », selon la banderole de tête de cortège du défilé parisien.

« L’Unef se félicite de cette annonce » mais elle « rappelle qu’il ne suffira pas au gouvernement de retirer une provocation à la dernière minute pour répondre au mécontentement des étudiants », a déclaré l’organisation.

C’est plus de 150 millions qu’il manquera aux universités en 2015 simplement pour fonctionner correctement. »

« C’est un geste symbolique mais ce sont des milliards qui manquent à la recherche en France », a déclaré Michel Pierre, directeur de recherche au CNRS et secrétaire général adjoint de la CGT recherche.

« Un retour à la case départ », a estimé le président de l’université de Strasbourg, Alain Beretz, pour qui « les budgets universitaires ne sont plus à la hauteur des demandes de notre société » :

L’université ce n’est pas une dépense, c’est un investissement. »

« L’austérité m’a tué »

Dans les cortèges, beaucoup de manifestants avaient le sentiment que la recherche est délaissée par un gouvernement plus enclin à donner un coup de main aux entreprises.

« La recherche n’est pas la concurrence » ou « le savoir est à tous, défense du service public de l’enseignement supérieur », pouvait-on lire sur des pancartes à Paris, aux abords de l’université de Tolbiac. Une centaine d’étudiants et enseignants ont aussi manifesté dans le centre de Besançon. A Bordeaux, les étudiants se sont réunis en assemblée générale sur le parvis de l’Université Montesquieu.

A Lyon, des dizaines d’étudiants et de jeunes chercheurs se sont rassemblés place Bellecour pour « sensibiliser le grand public et le gouvernement sur la nécessité de ne pas abandonner la recherche comme c’est le cas actuellement », selon Thomas Bigot de Sciences en marche.

A Strasbourg, 300 personnes selon la police ont manifesté sous des ballons « Fac en galère » ou « l’austérité m’a tué ». A Toulouse, près d’un millier de personnes ont scandé « L’éducation n’est pas une marchandise », « De l’argent, il y en a dans les caisses du patron », a constaté l’AFP.

Le cabinet de la secrétaire d’État à la Recherche, Geneviève Fioraso, a fait savoir qu’elle « s’était engagée à maintenir le budget des universités » et qu’elle se battait depuis plusieurs semaines en ce sens. Plusieurs milliers de scientifiques – 8.000 selon les organisateurs – avaient déjà manifesté le 17 octobre à Paris, à l’appel du même collectif, pour réclamer des moyens pour la recherche.

Publié dans:Education |on 12 décembre, 2014 |Pas de commentaires »

Décrochage scolaire………………………………….(21/11/2014)

Vallaud-Belkacem dévoile des mesures contre le décrochage scolaire

AFP 21 NOVEMBRE 2014 À 08:08
La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, dans une école primaire à Bondy, le 19 novembre.
La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, dans une école primaire à Bondy, le 19 novembre. (Photo Stéphane de Sakutin. AFP)

Suivi plus attentif, implication des parents, solutions alternatives… la ministre de l’Education indique dans un entretien au Parisien que le plan global sera doté de 50 millions d’euros par an.

La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé un budget de cinquante millions d’euros par an pour lutter contre le décrochage des élèves qui sortent du système scolaire chaque année, dans un entretien publié vendredi par Le Parisien/Aujourd’hui en France.

«Il s’agit cette fois d’un véritable pilotage national qui se donne les moyens : 50 millions d’euros par an», a déclaré la ministre au quotidien populaire. «Il faut traiter à la fois la prévention du décrochage, le raccrochage et la remédiation.[...] On va donc former les enseignants à détecter précocement les difficultés scolaires, associer les parents à cette démarche … y compris avec des formations à une meilleure connaissance de l’institution scolaire pour ceux qui en éprouvent le besoin», ajoute Vallaud-Belkacem.

A propos du redoublement, un décret publié jeudi au Journal officiel précise qu’il va devenir une décision «exceptionnelle», en accord avec les parents et entraînant un accompagnement spécifique des élèves. Les articles concernant le redoublement entreront en vigueur à la rentrée 2015. Désormais, il pourra intervenir pour «pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires», avec «l’accord écrit des représentants légaux de l’élève ou de l’élève lui-même, si celui-ci est majeur»«En cas de redoublement, un dispositif d’aide est mis en place, qui peut s’inscrire dans un programme personnalisé de réussite éducative», selon le décret.

Dans son entretien au Parisien, la ministre a précisé à cet égard que les enseignants«auront une formation au repérage des signes annonciateurs du décrochage et des outils pédagogiques pour y faire face»«Des référents décrochage seront présents dans chaque établissement (et) le suivi des absences sera amélioré», a-t-elle dit.

La ministre propose qu’«en cas de rupture ponctuelle de la scolarité, un lien [soit] systématiquement maintenu avec au moins un enseignant pour préparer le retour en classe» ainsi qu’une «prise en charge adaptée et personnalisée par des équipes constitués non seulement de professionnels de l’éducation, médico-sociaux, mais aussi d’associations».

«Les 15 à 18 ans dont le risque de décrochage est avéré se verront proposer un parcours de stagiaire de la formation initiale personnalisé. [...] Pris en charge par un tuteur, toujours sous statut scolaire, ils pourront faire un stage de découverte en entreprise, un service civique, le temps de mûrir un projet et de trouver une solution de formation adaptée», a-t-elle précisé.

AFP

Liberation.fr
Publié dans:Education |on 21 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Flash « francetvinfo »……………………….(03/09/2014)

Flash

FranceTV Info
Alerte info Mercredi 03 septembre  |  09h30

Rythmes scolaires : une quinzaine de communes n’ont pas ouvert leurs écoles ce matin. Suivez la situation en direct

Une quinzaine de communes n’ont pas ouvert leurs écoles mercredi 3 septembre, selon la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Les maires s’opposent à la réforme des rythmes scolaires, devenue obligatoire pour 4,6 millions d’écoliers depuis mardi 2 septembre. Ils mettent en avant « l’extrême difficulté » selon eux « à recruter des animateurs qualifiés capables de garantir une sécurité absolue pour nos enfants ».

Publié dans:Education |on 3 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

C’est la rentrée…………………………..(02/09/2014)

A quoi va ressembler la nouvelle semaine des écoliers ?

MARIE PIQUEMAL 2 SEPTEMBRE 2014 À 07:14
Dans une école parisienne le jour de la prérentrée lundi.
Dans une école parisienne le jour de la prérentrée lundi. (Photo Thomas Samson. AFP)
DÉCRYPTAGE

La réforme des quatre jours et demi doit s’appliquer partout dès aujourd’hui. Etat des lieux en ce jour de rentrée.

6,8 millions d’écoliers font leur rentrée ce mardi. En maternelle et primaire, ils sont tous censés attaquer par une semaine de quatre jours et demi. La réforme des rythmes scolaires, initiée par le ministre Peillon, doit désormais s’appliquer sur tout le territoire.

Seules une minorité de communes (17%) ont changé de rythme dès l’année dernière. En novembre 2012, dans une certaine confusion et face à la colère des maires, le gouvernement avait décidé d’étaler l’application de la réforme sur deux ans pour permettre aux municipalités de s’organiser. Car si le temps scolaire est défini par l’Etat, le périscolaire est du ressort des communes, comme l’a rappelé lundi matin la ministre fraîchement nommée, Najat Vallaud-Belkacem, lors de la conférence de presse de rentrée«La loi scolaire ne souffrira d’aucune exception. Nous ne transigerons pas», a-t-elle prévenu, à l’adresse de ces maires ici et là, qui refusent toujours d’appliquer la réforme. Etat des lieux en ce jour de rentrée.

CLASSE LE MERCREDI MATIN POUR TOUT LE MONDE ?

Le principe de cinq matinées de classe est le seul encore gravé dans le marbre. Dans la plupart des cas, les élèves auront école le mercredi matin, et plus rarement le samedi.

En ce qui concerne l’organisation des ateliers périscolaires, en revanche, c’est très variable. L’idée de départ était pourtant simple : écourter les quatre journées de classe, parmi les plus lourdes d’Europe.

D’emblée un premier aménagement a été accordé : réduire non pas quatre mais seulement deux journées, en proposant à la place des ateliers variés et ludiques. A Paris, par exemple, depuis la rentrée 2013, les écoliers terminent leur journée de classe plus tôt les mardis et vendredis. A 15 heures, ceux qui le souhaitent (quasiment tous) participent à des activités jusqu’à 16h30, encadrées par les animateurs de la ville de Paris.

Un modèle compliqué à dupliquer à certains endroits. Les maires des petites communes de zone rurale ont tempêté : comment trouver suffisamment d’animateurs, prêts à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour des ateliers de 45 minutes ou d’une heure et demie… Pendant son bref passage rue de Grenelle, le ministre Benoît Hamon a allégé la contrainte : les activités périscolaires peuvent désormais se concentrer sur une seule après-midi, sans raccourcir les journées de cours… A l’origine, cette dérogation devait permettre d’aider les 6% de communes ayant de vraies difficultés à passer aux quatre jours et demi.

Mais des grandes villes comme Lyon et Marseille, ont sauté sur l’occasion : les activités périscolaires se concentreront le vendredi après-midi de 13h30 à 16h30. Au total, 15% des écoliers n’auront ainsi plus classe le vendredi après-midi… Pour aider les parents à s’y retrouver, le ministère a lancé le site internet «5 matinées»recensant les horaires de classe selon les villes et les écoles.

DES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES POUR TOUS ?

Si l’on s’en tient aux textes de loi, les municipalités ont certes l’obligation d’ouvrir les salles de classe pendant le temps scolaire mais ne sont en rien tenues de proposer une quelconque activité… Ainsi le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, n’est pas hors la loi quand il annonce que les activités périscolaires ne commenceraient qu’«au fur et à mesure du recrutement de tous les personnels nécessaires pour l’encadrement».

Autre source d’inégalités : la qualité et la variété des activités proposées par les municipalités varient du tout au tout. Les enfants étant souvent mieux lotis dans les villes les plus riches, encore que. Christian Estrosi, le député-maire de Nice, pourtant une ville aisée, demande aux parents 15 euros par mois pour chacun de leur enfant participant aux ateliers. A l’inverse, certains maires de petits villages,comme le raconte Libé, se démènent avec les moyens du bord, pour trouver des animations intéressantes et gratuites.

DANS TOUTES LES ÉCOLES, VRAIMENT ?

Toutes les écoles publiques ont l’obligation d’appliquer la réforme. Comme Manuel Valls ce week-end, la nouvelle ministre s’est montrée ferme : «Nous ne transigerons pas. Nous ne faisons pas cela par caprice mais dans l’intérêt des enfants. Il faut que tout le monde joue le jeu», a-t-elle déclaré lundi matin. «Je veux bien recevoir les maires récalcitrants pour trouver des solutions», mais «l’école n’est pas une option. J’en appelle à la responsabilité des élus.» A défaut, prévient-elle, le préfet interviendra. Selon le ministère lundi, une vingtaine de municipalités refuseraient encore de se plier à la loi. 

«Nous, maires, laisserons nos écoles fermées mercredi 3 septembre», ont averti quinze maires de l’Essonne et de Seine-et-Marne dans un mail commun envoyé à la presse lundi après-midi. «Quel que soit l’avis que nous avons de cette réforme, nous constatons l’extrême difficulté à recruter des animateurs qualifiés capables de garantir une sécurité absolue pour nos enfants», écrivent-ils, appelant élus, parents et enseignants à manifester mercredi matin devant la préfecture d’Evry.

Les établissements privés sous contrat, eux, restent libres de passer ou non aux quatre jours et demi. Seules 10% des écoles privées catholiques appliqueront la réforme à cette rentrée.

Marie PIQUEMAL

Liberation.fr
Publié dans:Education |on 2 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Service civique………………………..(11/07/2014)

100 millions d’euros débloqués pour le service civique
Le Nouvel Observateur avec AFP

Publié le 11-07-2014 à 06h54

Cet effort « exceptionnel » annoncé par Najat Vallaud-Belkacem doit aider à atteindre l’objectif de « 100.000 jeunes » accueillis par an.

Najat Vallaud-Belkacem (Kenzo Tribouillard - AFP)Najat Vallaud-Belkacem (Kenzo Tribouillard – AFP)

L’Etat va débloquer des crédits de 100 millions d’euros sur trois ans (2015-2017) pour aider le service civique à atteindre les objectifs de développement fixés par François Hollande, a annoncé vendredi 11 juillet Najat Vallaud-Belkacem, ministre en charge de la Jeunesse.

« Dans un contexte budgétaire contraint, nous allons dégager un effort exceptionnel de 100 millions d’euros sur le budget triennal 2015-2017, pour accompagner la montée en charge du service civique », a annoncé la ministre, à laquelle François Chérèque doit remettre dans la matinée un rapport sur l’avenir de cette initiative créée en 2010.

Le service civique permet à des jeunes de 16 à 25 ans d’effectuer une mission d’intérêt général sur 6 à 12 mois (auprès des personnes âgées, des sans abris, etc…), indemnisée environ 570 euros nets par mois.

35.000 volontaires en 2014

François Hollande a réaffirmé en juin son objectif de le voir accueillir « 100.000 jeunes » par an à la fin de son quinquennat, soit environ 15% de cette classe d’âge, comparé aux 35.000 volontaires de 2014.

Dans son rapport, le président de l’Agence du service civique François Chérèque souligne que le service civique est aujourd’hui « victime de son succès », avec cinq demandes pour une mission.

L’ancien leader de la CFDT estime que pour atteindre l’objectif présidentiel, il devra à l’échéance 2017 « tripler son budget, qui est de 140 millions en 2014″.

Les fonds provenant de l’Etat seront complétés par « des financements européens », dans le cadre de la déclinaison française de l’Initiative pour l’emploi des jeunes, et « on est en train de travailler avec des partenaires privés », a précisé Najat Vallaud-Belkacem.

« Le service civique est une formidable opportunité », a-t-elle commenté, soulignant notamment qu’il s’est révélé « très précieux pour l’insertion professionnelle des jeunes ».

Accueillir les « décrocheurs »

François Chérèque suggère d’autres pistes pour « revoir en profondeur » le financement, qui provient aujourd’hui à plus de 99% du budget de la jeunesse et de la vie associative.

Il suggère de mettre à contribution d’autres ministères, comme l’Education nationale – qui utilise « massivement depuis 2012″ le service civique pour lutter contre le décrochage scolaire – l’Emploi et les Affaires sociales.

Lors de la Conférence sociale, François Hollande a annoncé que « le service civique, qui accueille aujourd’hui 5.000 décrocheurs, verra ses moyens augmenter pour en accueillir le double ».

François Chérèque suggère par ailleurs l’affectation d’une « ressource fiscale », par exemple « une fraction de la taxe sur les jeux en ligne » ou sur la Française des jeux.

Il propose également de développer des missions auprès d’opérateurs publics tels que les hôpitaux, les communes ou les pompiers, en échange d’une contribution financière.

Les volontaires recrutés en 2013 étaient majoritairement des femmes (58%) et avaient un âge moyen de 21 ans. Les trois quarts avaient un niveau bac ou études supérieures. 17% étaient issus des quartiers de la politique de la ville, une proportion que le gouvernement voudrait porter à 25% afin d’améliorer la mixité sociale.

Service civique.............................(11/07/2014) dans Education

Publié dans:Education |on 11 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

Education……………………………..(30/06/2014)

Education: Hamon arrondit les angles

VÉRONIQUE SOULÉ 29 JUIN 2014 À 20:06
Le ministre de l’éducation lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale en mai dernier. (Photo Joël Saget. AFP)

Le ministre a assoupli la semaine des quatre jours et demi, mis fin à l’expérience de l’ABCD de l’égalité, et sa réforme de la notation se limitera à davantage de «bienveillance».

Adéfaut de laisser une œuvre, Benoît Hamon s’est fixé deux objectifs rue de Grenelle : «usiner» les réformes de son prédécesseur, Vincent Peillon, afin de les faire passer, et pacifier une ambiance jugée beaucoup «trop nerveuse» autour de l’école. Face aux deux grandes polémiques – la réforme des rythmes scolaires et les ABCD de l’égalité -, le ministre a choisi de transiger. Mais il risque ainsi de donner l’image d’un gouvernement qui recule encore, et qui ajoute de la confusion au lieu de trancher et défendre des principes.

Hamon doit annoncer ce lundi matin sur France Inter sa décision sur le dispositif des ABCD de l’égalité, une expérience lancée en novembre dans 275 écoles volontaires pour lutter contre les stéréotypes filles-garçons. Peillon s’était prononcé pour sa généralisation à la rentrée 2014. Mais cela ne fait plus guère de doute au vu des signaux envoyés : son successeur, lui, va y renoncer. Officiellement, cela n’a rien à voir avec une reculade face aux militants «antigenre». Emmenés par Farida Belghoul, ces derniers avaient lancé des «Journées de retrait de l’école» au début de l’année en proférant des accusations surréalistes à l’encontre des enseignants qui, dans le cadre des ABCD, auraient appris à se masturber à des enfants de maternelle…

Squelette. Loin de reculer, assure l’entourage du ministre, Hamon veut faire mieux mais autrement, notamment avec un vaste plan de formation des enseignants à la culture de l’égalité. Le ministre, qui va détailler ses mesures dans la journée avec sa collègue aux Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, aura toutefois du mal à accréditer cette version idyllique. Sur la question des rythmes, là encore, ce ministre que l’on dit très politique assure avoir sauvé l’essentiel tout en faisant des compromis. Le 7 mai, il a signé un décret assouplissant le dispositif prôné par Vincent Peillon. Il ne reste de la réforme initiale que son squelette : cinq matinées d’école sont obligatoires avec le mercredi – ou le samedi par dérogation – pour «mieux apprendre», les enfants étant plus concentrés le matin. Tout le reste est désormais négociable. Les activités périscolaires peuvent être regroupées sur une après-midi, le vendredi par exemple, ce qui entraîne une coupure de deux jours et demi jugée trop longue par les chronobiologistes. Les journées de cours peuvent rester à six heures, ce qui, selon les experts, est trop lourd. En autorisant ces dérogations, le ministre prend le risque d’un nouveau grand bazar à la rentrée. De nombreux parents s’interrogent. A quelle heure sortiront leurs enfants ? Y aura-t-il une cantine le mercredi ? Les activités seront-elles payantes ? Pour rassurer, un site a été ouvert (1).

Piège. Benoît Hamon sait que le succès de cette réforme dépend en grande partie de la bonne volonté des maires. En faisant peser sur les communes l’essentiel du coût du nouveau dispositif, Vincent Peillon a laissé le piège se refermer sur lui. Pour les amadouer, le fonds d’aide initialement prévu pour un an – réservé à ceux qui se lançaient dès 2013 – a été reconduit pour 2014. Les maires vont toucher 50 euros par élève, plus 40 euros dans les communes les plus pauvres, et encore autant de la CAF sous certaines conditions.

Mais les élus réclament un fonds «pérenne». La droite fait de la résistance. Des maires UMP ont fait voter des demandes de moratoire. Obligés par la loi à la rentrée d’ouvrir les écoles quatre jours et demi, ils renâclent pour organiser des activités. Les élus d’Asnière et de Levallois (Hauts-de-Seine) ont carrément annoncé qu’ils n’appliqueraient pas la réforme. Mais le tribunal administratif a suspendu leurs délibérations.

Il reste à Benoît Hamon le chantier des notations. Il n’a pas promis de révolution, juste un peu plus de «bienveillance». C’est désormais clair : avec le PS, les grandes réformes dans l’éducation, c’est fini.

(1) www.5matinees.education.gouv.fr

Par Véronique Soulé Photos Aimée ThLiber

Liberation.fr
Publié dans:Education |on 30 juin, 2014 |Pas de commentaires »

Rythmes scolaires…………………….(23/06/2014)

Quels rythmes scolaires pour vos enfants à la rentrée ?

Arnaud Gonzague

Voir tous ses articles

Publié le 23-06-2014 à 07h01

Un site Internet est lancé lundi qui  répertorie, ville par ville, tout ce qui se fera à la rentrée en matière de rythmes scolaires. Sage précaution pour limiter les couacs…

Le nouveau site n'est pas un simple "dispositif d'information", mais aussi une promotion musclée de la réforme des rythmes. (DR)Le nouveau site n’est pas un simple « dispositif d’information », mais aussi une promotion musclée de la réforme des rythmes. (DR)

A Paris, les parents ont probablement gardé un souvenir quelque peu crispé de la rentrée 2013. En cause : un démarrage en trombe de la réforme des rythmes scolaires qui s’était déroulé dans une certaine confusion. Ces jours, hantés par un sentiment de déficit d’informations parentales et d’improvisation, avaient généré de la mauvaise humeur.

La grogne parisienne s’est depuis évaporée et, en l’absence d’incidents majeurs sur le terrain, les nouveaux rythmes ne rencontrent plus vraiment d’opposants. Mais on le sait, en France, les râleurs ne sont jamais loin et la réforme doit désormais s’installer auprès de 80% des enfants qui  n’y sont pas encore passé.

« Il existe autant d’experts en pédagogie que de Français », répète le nouveau ministre de l’Education nationale Benoît Hamon, qui reconnaît  aussi que « cette réforme a pu inquiéter les parents, naturellement préoccupés de ce qui se passe dans les classes ». Il est en tout cas bien conscient que quelques couacs peuvent avoir un effet dévastateur sur la perception de l’ensemble de la réforme.

Promotion musclée de la réforme

Pour éviter que ceux-ci ne viennent polluer la première vraie rentrée des « cinq matinées travaillées » par semaine (au lieu de quatre), le ministère lance donc un site d’information en direction des parents,5matinees.education.gouv.fr qui ouvrira ce lundi 23 juin.

Au menu du site : tous les horaires de rentrée de toutes les écoles de France, qui permettront aux parents de savoir où se trouveront les 45 minutes retirées – d’affilée ou en plusieurs morceaux - tous les jours à leurs enfants (83% des établissements ayant choisi ce modèle), le matin, le midi ou l’après-midi. Et comment feront les écoliers des établissements (un sur six) ayant opté pour un ou trois après-midi plus courts.

Bien entendu, au-delà du « dispositif d’information », les parents trouveront sur le site une promotion musclée de la réforme, destinée à convaincre les récalcitrants encore inquiets de la voir « épuiser » leurs enfants. Le ministère rappelle qu’au contraire, elle est pensée pour leur bien-être – ce que du reste,  la plupart des chronobiologistes s’accordent à dire.

Rassurer les parents

En effet, d’après les premiers retours de « terrain » (des communes passées à la réforme dès 2013, donc plutôt favorables a priori) sur lesquels s’appuie le ministère, la capacité d’attention des enfants serait mieux mobilisée le matin avant 11 heures et après 15 heures – un bon point, donc, pour les écoles ayant choisi d’allonger de 45 minutes la « pause méridienne » (entre midi et deux).

De même, la matinée supplémentaire (en général, le mercredi) permettrait de moins concentrer les heures de classe, donc de « répartir plus efficacement les activités dans la semaine » : le travail en collectif et en petits groupes, par exemple, s’organiserait avec plus de souplesse grâce à un emploi du temps moins serré.

Enfin, le site a clairement la mission de rassurer les parents sur quelques points particulièrement épineux, comme la sieste des enfants en maternelle. On se souvient qu’à Paris notamment, des petits avaient été réveillés pour participer à des activités périscolaires, ce qui avait scandalisé. Un « Guide pratique » du ministère réaffirme qu’en maternelle, il convient de « respecter une alternance équilibrée entre les temps d’activité et (…) de repos des enfants ». Ou comment câliner les enfants… pour câliner leurs parents.

Arnaud Gonzague – Le Nouvel Observateur

Rythmes scolaires.........................(23/06/2014) dans Education

Publié dans:Education |on 23 juin, 2014 |Pas de commentaires »

Rythmes scolaires…………………………(30/05/2014)

EXCLUSIF.

Rythmes scolaires : deux Français sur trois défendent la réforme

Selon un sondage CSA que nous dévoilons, 69 % des Français sont favorables à la réforme, même s’ils restent critiques sur sa mise en place.

Hélène Haus | Publié le 30.05.2014, 06h45

 

PHOTO D'ILLUSTRATION. 

PHOTO D’ILLUSTRATION.  | LP/So.B.

Les français sont-ils en train de changer d’avis sur la réforme des rythmes scolaires ? 69 % d’entre eux — et 67 % des parents d’élèves — estiment que la concentration des enseignements le matin permet aux écoliers « de bénéficier de bonnes conditions pour mieux apprendre », selon un sondage de l’institut CSA publié, aujourd’hui, par le ministère de l’Education nationale que nous dévoilons.<btn_noimpr>

Cette réforme prévoit, en effet, le retour des, cours le mercredi matin.

Ces résultats ne surprennent pas Paul Raoult,président de l’association de parents d’élèves FCPE : « Cela correspond aux retours que l’on a sur le terrain. Les parents qui l’ont expérimentée finissent par être convaincus. Ce sont les autres qui ont peur du changement. » Des chiffres qui tombent à pic pour le gouvernement, à une semaine de la date limite fixée aux communes pour remettre leur projet d’organisation du temps scolaire à leur académie.

Une manière de réduire les inégalités sociales

« Les débats se sont focalisés sur les problématiques d’organisation du temps périscolaire. Les bénéfices pour les enfants d’une semaine mieux équilibrée avec cinq matinées d’école ont été occultés. Or, quand on remet les parents face au sens premier d’une meilleure organisation du temps scolaire, ils comprennent la logique et y adhérent », commente-t-on dans l’entourage du ministère. D’après le sondage, 59 % des Français et 54 % des parents d’élèves estiment même que les nouvelles activités périscolaires proposées par les mairies permettront « de réduire les inégalités sociales ». Leur organisation inquiète, par contre, toujours autant. « Si, sur le fond, la réforme semble convaincre, la mise en forme est plus compliquée », décrypte Julie Gaillot, directrice d’études à l’institut de sondage CSA, qui a réalisé l’enquête.

Rythmes scolaires..............................(30/05/2014) dans Education

86 % des Français et 89 % des parents d’élèves estiment ainsi que les activités périscolaires « pourront être compliquées à mettre en place dans certaines communes ». 83 % et 86 % d’entre eux jugent également qu’elles généreront « des contraintes d’organisation pour certaines familles ». « Nous l’avons déjà dit : ce qui pose problème, ce n’est pas l’école le matin, mais l’organisation des activités l’après-midi. Le sondage le prouve bien », adhère Valérie Marty, présidente de la fédération de parents d’élèves PEEP.

Seule une minorité de sondés – 35 % des Français et 37 % des parents d’élèves — pensent que la concentration des cours le matin « provoque fatigue et stress » chez les écoliers. « Bien sûr que les parents vont dire que le travail le matin est bon pour leur enfant. Mais le ministère ne s’intéresse pas à l’ensemble de la journée. En fin d’après-midi, par contre, ils sont toujours autant fatigués, car leurs journées sont toujours aussi longues », pondère la chronobiologiste Claire Leconte.

Le décret Hamon, qui vient d’assouplir la réforme en autorisant l’enseignement sur huit demi-journées au lieu de neuf, est pourtant très bien accueilli par les sondés. 59 % des parents d’élèves et 67 % des Français jugent que c’est « plutôt une bonne chose ».

DOCUMENT. Sondage CSA : les Français et les rythmes scolaires

 

 

Le Parisien

Publié dans:Education |on 30 mai, 2014 |Pas de commentaires »

L’édito d’Ertic Decouty……………………….(22/05/2014)

Gestion

21 MAI 2014 À 20:16

EDITORIAL

Une quinzaine d’universités françaises sont aujourd’hui en grande difficulté financière. Certaines, comme à Versailles-Saint-Quentin, sont dans l’incapacité de financer l’essentiel : des livres ou des manuels neufs pour les étudiants. Certes, la majorité des universités françaises présentent encore des comptes équilibrés au prix d’une rigueur budgétaire quand ce n’est pas d’austérité.

Mais au-delà des strictes analyses comptables, cette situation révèle la faiblesse structurelle de financement et de gestion. Sans que la loi sur l’autonomie des universités soit fondamentalement remise en cause par les universitaires, sept ans après, elle est loin d’avoir atteint ses objectifs. Pour au moins trois raisons. Dans la plupart des cas, elles n’ont pas réussi à multiplier les sources de financement et il apparaît que beaucoup de fondations créées ont peu ou pas rapporté. Les dotations de l’Etat se sont par ailleurs révélées souvent insuffisantes alors même que les dépenses de fonctionnement augmentaient quasi mécaniquement. Il apparaît enfin que l’abandon par l’Etat de la gestion des budgets aux présidents de facultés s’est révélé bien souvent un échec. Comme le soulignait un rapport sénatorial, nombre d’universités payent aujourd’hui le prix d’une gestion «sans culture de la gouvernance opérationnelle, et sans pilotage budgétaire et financier».

Par Éric Decouty

Liberation.fr
Publié dans:Education |on 22 mai, 2014 |Pas de commentaires »

Flash « francetvinfo »…………………..(16/05/2014)

Flash

FranceTV Info
Alerte info Vendredi 16 mai  |  09h07
La rentrée scolaire des élèves est reportée au 2 septembre, annonce le ministre de l’EducationLe ministre de l’Education nationale Benoît Hamon a repoussé la rentrée scolaire des élèves reportée au 2 septembre, 
Publié dans:Education |on 16 mai, 2014 |Pas de commentaires »
123456...28

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente