Archive pour la catégorie 'ELECTIONS'

Flash »francetvinfo »…………………………………….(22/11/2015)

Logo Francetv info 18h00
Alerte info

Elections régionales : Marion Maréchal-Le Pen bien partie pour gagner la région Paca, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions

A deux semaines des élections régionales, l’écart entre Marion Maréchal-Le Pen et ses poursuivants est de plus en plus important. Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions*, publié dimanche 22 novembre, la candidate du Front national arriverait largement en tête à l’issue du premier tour comme au soir du second.

Publié dans:ELECTIONS |on 22 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

Parité ? (21/10/2015)

2017 : vers un choc de parité au parti Les Républicains

Par LIBERATION — 20 octobre 2015 à 18:5
 

Tous les soirs, coulisses, brèves, choses vues et entendues par les journalistes de «Libération», et pas lues ailleurs : c’est l’Happy Hour politique.

2017 : vers un choc de parité au parti Les Républicains (LR)

Le parti de Sarkozy paie très cher le non-respect de la parité : 4 millions d’euros de pénalité après les législatives de 2012 où seulement 27% des candidats à la députation étaient des femmes. S’il ne corrige pas le tir la pénalité pourrait passer à 8 millions d’euros. Pour échapper à cette sanction, le parti LR devrait décider, en 2017, d’investir 66% de femmes dans les quelques 300  circonscriptions où il n’y aura pas de député sortant LR. Les responsables de la droite s’attendent à un exercice «douloureux». Même s’il reconnaissent qu’après son succès aux municipales de 2014, l’ex-UMP dispose d’un riche vivier de candidates potentielles.

Gilbert Collard veut sa carte du FN

Le député Gilbert Collard, à l'Assemblée nationale le 8 avril.Rallié en 2011 à Marine Le Pen, Gilbert Collard n’avait pas pris sa carte au FN. Depuis 2012, l’avocat-député est membre et secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, structure périphérique devant faciliter les ralliements de personnalités. Un entre-deux qui arrange bien le FN, à en croire l’un de ses cadres dirigeants : «On a les avantages sans les inconvénients. Quand on est d’accord avec ses propos, on les endosse; quand ce n’est pas le cas, il suffit de rappeler qu’il n’est pas membre du FN.» La situation ne semble pourtant pas enchanter l’intéressé : celui-ci souhaite désormais adhérer formellement au FN, peut-être après les régionales. «Pendant un certain temps, je crois que le parti a pu être dérangé par ma liberté de ton», confie-t-il. Une «liberté» qu’il souhaite désormais faire vivre à l’intérieur du FN.

Le Drian, directeur de campagne pour 2017?

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le 14 octobre 2015 à ParisC’est le pari d’un socialiste breton, qui va à rebours des pronostics du reste de la majorité: victorieux aux régionales de décembre, Jean-Yves Le Drian quitterait alors le ministère de la Défense pour… préparer la présidentielle. «Il ferait un très bon directeur de campagne potentiel», calcule cet élu. Qui s’explique: «Si Hollande veut avoir une chance en 2017, il lui faut un socle régional. Donc ses grands barons à l’extérieur. Le Drian sera libre de ses mouvements, il aura le temps de réunir du monde, de travailler sur la campagne.» Et même, rêve-t-il, de «se préparer à être le Premier ministre de l’unité nationale».

Macron, la réunion Facebook et le mélange des genres

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron le 5 octobre 2015 à TokyoC’est une réunion à domicile qui fait mauvais genre au PS. Samedi, pour la deuxième fois depuis l’été, Emmanuel Macron a reçu à Bercy plusieurs centaines de ses «amis» Facebook. «Ils sont pas chiés quand même, s’emporte un conseiller ministériel. Imaginez le bordel si Benoît Hamon avait fait un truc comme ça avec les Jeunes socialistes au ministère de l’Economie ?». Cette démocratie directe style Macron est désapprouvée jusque dans les rangs du gouvernement. «Ça peut sembler séduisant mais il faut faire attention, prévient une ministre. Il y a deux manières d’être au contact: aller voir les gens sur le terrain ou les recevoir dans un ministère. Je ne suis pas partisane de la seconde.»

La chocolatière de Cannes, le symbole de Pinville

Martine Pinville, secrétaire d'Etat chargée du Commerce et de la Consommation, le 7 juiillet 2015 à Maisons-Alfort, près de ParisSinistrée lors du déluge du 3 octobre, qui a fait vingt morts, une fabricante de chocolat du centre-ville de Cannes est devenue la pierre angulaire de la démonstration de la secrétaire d’Etat chargée du commerce et de l’artisanat, Martine Pinville. «Multiplier les annonces, distribuer de l’argent sans offrir l’accompagnement des commerçants qui n’ont plus rien, ce n’est pas la bonne façon de fonctionner», estime Martine Pinville. La chocolatière en question, même avec l’indemnisation pour catastrophe naturelle, ne peut rien sans coopération avec les autres artisans pour refaire sa boutique et son outil de travail, notamment ses fours. «On ne pense qu’au financement, il n’y a pas que ça», insiste la secrétaire d’Etat. Les caisses sont vides, trouvons autre chose, en quelque sorte.

Photos AFP

LIBERATION

Publié dans:ELECTIONS |on 21 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Municipales………………………………………..(12/05/2015)

Pourquoi les municipales à Clichy, Asnières et Puteaux ont été annulées

L' Obs

Voir tous ses articles

Publié le 11-05-2015 à 16h20

Le Conseil d’Etat a annulé les résultats des élections municipales dans ces trois villes des Hauts-de-Seine. Décryptage.

Image d'illustration. (BEBERT BRUNO/SIPA)Image d’illustration. (BEBERT BRUNO/SIPA)

Les Clichois, les Asniérois et les Putéoliens vont devoir repasser aux urnes les 14 et 21 juin. LeConseil d’Etat vient d’annuler, ce lundi 11 mai, les élections municipales de mars 2014 à Clichy-la-Garenne, Asnières-sur-Seine et Puteaux, trois villes des Hauts-de-Seine. Pourquoi les résultats de ces trois scrutins ont-ils été annulés ? « L’Obs » fait le point commune par commune.

# A Clichy-la-Garenne

  • Le recours

Dans le cas de Clichy, le Conseil d’Etat n’a fait que confirmer en appel le jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise qui avait annulé en octobre dernier la réélection du maire socialiste Gilles Catoire. En cause, le recours en annulation déposé par le candidat UMP Rémi Muzeau, battu d’une courte tête au second tour.

Selon lui, le dissident de droite Didier Schuller, arrivé troisième au second tour, avait abusivement utilisé les logos de l’UMP et de l’UDI, alors qu’il n’en avait pas le droit. Il aurait ainsi « créé ainsi une confusion [...] ce qui fausse le scrutin ».

  • Les explications du Conseil d’Etat

Ainsi, la plus haute juridiction de l’ordre administratif  »juge que les conditions dans lesquelles l’une des listes présentes au second tour s’est réclamée de certains soutiens politiques constituaient une manœuvre, qui a pu priver la liste arrivée en deuxième position du soutien de certains électeurs ».

Et d’ajouter que « compte tenu du faible écart de voix entre cette liste arrivée en deuxième position et la liste gagnante, cette manœuvre a pu altérer la sincérité des résultats du scrutin. »

  • Les résultats de mars 2014

Le socialiste Gilles Catoire avait été réélu en mars pour un sixième mandat à la tête de Clichy, devançant son rival UMP, Rémi Muzeau, avec seulement 300 voix d’avance.

# A Asnières-sur-Seine

  • Le recours

Deux candidats, dont l’ancien maire PS Sébastien Pietrasanta, avait contesté l’élection de l’UMP Manuel Aeschlimann devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. En vain. Par un jugement du 27 octobre 2014, le tribunal avait en effet rejeté leurs protestations au sujet de « pressions exercées sur les électeurs le jour du scrutin » par des proches du maire élu. En appel, le Conseil d’Etat leur a finalement donné raison.

  • Les explications du Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat « constate que des pressions ont été exercées aux abords immédiats de plusieurs bureaux de vote et juge que de telles pressions ont été de nature à fausser les résultats du scrutin, compte tenu du très faible écart de voix entre les deux listes présentes au second tour ».

La haute juridiction n’est, en revanche, pas en mesure d’établir si le vainqueur de l’élection, l’actuel maire UMP Manuel Aeschlimann, a participé à ces pressions. Il n’est donc pas déclaré inéligible.

  • Les résultats de mars 2014

Lors du second tour, l’UMP Manuel Aeschlimann avait recueilli 50,13% des suffrages exprimés devant le maire PS sortant Sébastien Pietrasanta (49,87 %), soit seulement 70 voix d’écart.

# A Puteaux

  • Le recours

Marie-Sophie Mozziconacci, une candidate Divers droite qui n’avait pu déposer sa liste en préfecture, avait porté plainte l’année dernière pour faire annuler la nette réélection dès le premier tour de la maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Le motif de sa colère ? Sa liste n’avait pas pu être enregistrée au motif qu’un de ses colistiers était déjà inscrit – à son insu assure l’intéressé – sur la liste du candidat FN local. Candidat dont l’élection en tant que conseiller municipal a été annulée pour cette raison, rapporte « Le Parisien ».

D’après le Conseil d’Etat, le rejet de l’enregistrement de la liste Marie-Sophie Mozziconacci est une « manoeuvre » qui « a faussé les résultats du scrutin ».

« La liste empêchée bénéficiait d’une implantation locale et du soutien de l’ancien maire de la commune [Charles Ceccaldi, NDLR], son absence n’a donc probablement pas été sans incidence », ajoute l’institution.

  • Les résultats de mars 2014

La maire UMP sortante, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, avait été largement réélue dès le premier tour avec près de 56% des voix, devant une liste soutenue par le MoDem et EELV (15,61%) et une liste Divers droite (13,80%).

G.S.

Publié dans:ELECTIONS |on 12 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Elections…………………………………….(26/03/2015)

Départementales 2015 : où sont les 278 triangulaires du second tour ?

L' Obs

Voir tous ses articles

Publié le 25-03-2015 à 20h00

CARTE. Face au risque de victoire du FN, droite et gauche ont retiré des candidats dans l’Aisne, le Pas-de-Calais et le Vaucluse.

Les triangulaires au second tour des élections départementales (Paul Laubacher et Boris Manenti - L'Obs)Les triangulaires au second tour des élections départementales (Paul Laubacher et Boris Manenti – L’Obs)

Les candidatures pour le second tour des départementales sont désormais bouclées. Non sans difficultés… ainsi à Limoges, deux binômes de candidats ont oublié de déposer leur candidature en préfecture.

Au final, il y aura, dimanche 29 mars, 1.614 duels et 278 triangulaires, selon le ministère de l’Intérieur. Les triangulaires sont moins nombreuses qu’attendu – il aurait pu y en avoir 314, au vu des résultats du premier tour. Ce qui signifie que des binômes hommes-femmes se sont retirés dans 36 cantons.

Le Parti socialiste avait annoncé son retrait à chaque fois que le canton risquait d’être remporté par le Front national. Ce qu’il a fait. La droite s’est montrée plus discrète et a refusé de parler de front républicain, mais elle n’en a pas moins retiré des candidatures.

Il y a eu sept retraits dans l’Aisne (4 à gauche et 3 à droite), ce qui fait passer le nombre de triangulaires dans ce département de 8 à 1 (dans le canton de Ribemont). Quatre retraits dans lePas-de-Calais (trois à gauche et un à droite) et trois dans le Vaucluse (deux de gauche et un UMP). Les chances de victoire du FN dans ces trois départements en sont grandement réduites.

Par ailleurs, il y a 13 cantons dans lesquels il n’y aura qu’un seul binôme de candidats, ce qui lui assure d’être élu. C’est le cas pour les deux accidents de Limoges. Dans 12 cantons sur 13, ce sont des binômes de gauche qui restent en piste (notamment en raison de désistements croisés PS-PCF).

La carte des triangulaires

262 triangulaires sont en métropole :

Elections...........................................(26/03/2015) dans ELECTIONS 13828850

Pour pouvoir se maintenir au second tour, les binômes devaient avoir obtenu au premier tour au moins 12,5% des voix des électeurs inscrits ou figurer parmi les deux binômes arrivés en tête.

Le second tour voit s’affronter au total 1.602 binômes de droite, 1.334 binômes de gauche et 1.107 binômes FN.

 

Paul Laubacher – Baptiste Legrand – Boris Manenti

13811882 dans ELECTIONS

 

Publié dans:ELECTIONS |on 26 mars, 2015 |Pas de commentaires »
1...1314151617

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente