Archive pour la catégorie 'Enfance'

A méditer……

«Un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est assassiné»

Ex-rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Jean Ziegler stimatise l’explosion des prix des matières agricoles et le développement des agrocarburants qui ont amplifié la «tragédie de la faim».

2 réactions

Le sociologue suisse, Jean Ziegler, a été le rapporteur de l'Onu pour le droit à l'alimentation de 2001 à 2008.

Le sociologue suisse, Jean Ziegler, a été le rapporteur de l’Onu pour le droit à l’alimentation de 2001 à 2008. (REUTERS)

A la veille de la Journée internationale de l’alimentation, jeudi, l’ex-rapporteur de l’Onu pour le droit à l’alimentation, Jean Ziegler, qualifie la faim dans le monde de «crime contre l’Humanité» et s’élève particulièrement contre le développement des biocarburants et la spéculation sur les denrées de base.

«En 2000, le premier objectif du millénaire que les Etats de l’ONU s’étaient fixé était de réduire la faim structurelle de moitié d’ici 2015, or la catastrophe ne cesse de s’agrandir pour toucher 925 millions de personnes», souligne Jean Ziegler.

«Américains et Européens préfèrent sauver leurs banques»

«Depuis 2000, les Etats les plus riches n’ont pas trouvé les 82 milliards de dollars par an pendant cinq ans nécessaires pour atteindre les huit objectifs du millénaire, notamment la fin des épidémies ou de la faim, mais parallèlement depuis début septembre des milliers de milliards de dollars ont été brûlés dans la crise financière», s’emporte le sociologue suisse.

Selon Jean Ziegler, «cette absurdité va renforcer la haine de l’Occident ressentie dans les pays pauvres». «Imaginez-vous en Afrique, les gens qui vont vers la mort à cause de la faim et qui apprennent par leur petite radio que les Américains et les Européens préfèrent sauver leurs banques», s’indigne-t-il. «C’est un crime contre l’Humanité qui est en train d’être perpétré, un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est assassiné.»

Le manque de moyens financiers concerne également le Programme alimentaire mondial de l’ONU, dépendant de la contribution des Etats, et qui, pour Jean Ziegler, «en est réduit à rationner la nourriture pour les réfugiés, par exemple au Darfour où un adulte reçoit 1.600 calories par jour au lieu des 2.200 recommandées par l’Organisation mondiale de la santé» (OMS).

Biocarburants et spéculation

Selon Jean Ziegler, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation de 2001 à 2008, «la tragédie de la faim s’est également amplifiée à cause de l’explosion des prix mondiaux des matières agricoles» qui ont provoqué des émeutes dans une quarantaine de pays au printemps 2008 et «en raison du développement aussi massif que criminel des agrocarburants».

«La Banque mondiale elle-même dit qu’environ 45% de l’augmentation des prix des denrées de base est due aux prélèvements faits sur le marché mondial par les biocarburants», souligne Jean Ziegler, aujourd’hui membre du comité consultatif du conseil des droits de l’Homme de l’Onu.

«Pour obtenir 50 litres d’agro-éthanol pour faire marcher une voiture américaine, il faut brûler 358 kilos de maïs, ce qui ferait vivre un enfant mexicain pendant une année», assure-t-il. «Et le crime continue puisque l’Union européenne va s’y mettre.»

Parallèlement, ajoute-t-il, environ 40% des augmentations de prix des produits de base, sont dues «à la spéculation de ceux qui ont fui la bourse financière fin 2007 lors du premier petit krach et se sont transportés essentiellement à Chicago où sont fixés spéculativement les prix des principaux produits agricoles».

(Source AFP)

 

Publié dans:Enfance |on 16 octobre, 2008 |Pas de commentaires »

La rentrée s’annonce bien…..

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
Communiqué du Figaro, alors……..!!

En 2008, quelque 11 200 fonctionnaires de l’Éducation nationale partant à la retraite ne seront pas remplacés.

L’Éducation nationale, qui représente la moitié des effectifs de la fonction publique, participera donc à la volonté gouvernementale de ne pas remplacer un fonctionnaire sur trois.
Des précisions sur le chiffre étaient attendues, différentes hypothèses ayant circulé cet été. Le ministère de l’Éducation avait évoqué le chiffre de 10 000. Une source proche de Bercy avait, quant à elle, annoncé 17 000. En obtenant que le nombre de postes supprimés reste dans la fourchette inférieure, le ministre a donc su convaincre l’Élysée. C’est « une victoire pour Xavier Darcos », estime Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, qui parle toutefois de suppressions d’« une ampleur inégalée ».
Environ 6 000 nouveaux postes seront créés par redéploiement pour les besoins des différentes réformes scolaires, comme la mise en place d’études dirigées après la classe. La rationalisation du cursus scolaire, grâce à l’abandon ou au regroupement de certaines options, devrait permettre de réduire les effectifs. Nicolas Sarkozy a rappelé hier qu’il souhaitait que « les enfants effectuent moins d’heures de cours ».

 

Publié dans:Enfance, Politique |on 23 août, 2007 |Pas de commentaires »

RESF communique: la chasse est ouverte…

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

FRANCE, terre d’asile

URGENT et IMPORTANT

RESF communique: la chasse est ouverte... dans Enfance Réseau national des militants, collectifs d’établissements, syndicats et associations pour l’information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers

Adresse postale : C/o EDMP 8 Impasse Crozatier 75012 Paris -  educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org    

Contacts sur ce dossier : Jean Pierre Fournier : 06 13 26 33 42 -  Armelle Gardien : 06 89 49 48 47

Communiqué du 9 août 2007

ON NE PRATIQUE PAS LA CHASSE A L’ENFANT SANS « DEGATS COLLATERAUX »

C’est un enfant, il a douze ans, il est entre la vie et la mort à Amiens. Il aurait pu être Chinois, être plus âgé, et le drame aurait pu avoir lieu à  Dôle, Lyon, Lille ou n’importe où en France. Ce n’est pas un accident. C’est l’effet direct et inéluctable de la politique imposée aux préfectures et aux policiers par le gouvernement.   Les services sont soumis à des quotas en matière d’interpellation (125 000 exigés par le ministre en 2007) et d’expulsions (25 000).

Oui, les sans-papiers  sont pourchassés par la police. Jusque chez eux.

D’autres drames, moins spectaculaires, se déroulent partout en France : à l’heure où nous écrivons, 10 parents (pères ou mères) d’enfants scolarisés sont placés en centre de rétention par la préfecture de police de Paris, en attente de leur expulsion pendant qu’à la maison le parent échappé à la rafle et les enfants sont  dévorés d’inquiétude devant leur avenir de demi-orphelins. A Metz, un autre père de famille risque l’expulsion par l’Allemagne vers la Mongolie. Et on pourrait poursuivre cette liste qui dénombrera toujours en deçà de la réalité arrestations et expulsions, familles déchirées et vies brisées….

Le Réseau sans frontières est fier de défendre ces familles, ces enfants ; il s’efforce de construire la solidarité nécessaire, même en cette période où l’Etat, quoiqu’il en dise,  en profite pour mettre les bouchées doubles.

Les enfants de ce pays, où leurs familles sont venues chercher tolérance et liberté ont le droit de vivre comme tous les enfants, sans la peur quotidienne au ventre, de même que leurs parents.

Il faut mettre fin aux expulsions, et aux pratiques auxquelles les forces de police se livrent,  et donner à ceux qui vivent à nos côtés le droit au séjour..

 

 

Publié dans:Enfance, Etranger, Justice |on 13 août, 2007 |Pas de commentaires »

Les éducateurs s’opposent à laloi Dati……

Le Syndicat national des personnels de l’éducation surveillée-Protectio judiciaire de la jeunesse (SNPES-PJJ/FSU), majoritaire chez les éducateurs  majeurs et des mineurs « remet profondément en cause les principes d’une justice des mineurs humaine et civilisatrice ». Déjà adopté au Sénat, le texte a été examiné en Juillet à l’Assemblée nationale.Il permet notamment, en cas de deuxième récidive, de condamner un mineur aux mêmes peines qu’un adulte.

Cela « participe d’une méconnaissance  grave des adolescents délinquants car il mise sur l’effet dissuasif de la peine encourue, alors que dans la majorité des cas, la délinquance ds mineurs ne procède pas d’un choix assumé dont toutes les conséquences seraient, à l’avance connues d’eux », poursuit le syndicat.

Publié dans:Enfance, Justice |on 13 août, 2007 |Pas de commentaires »

Le scepticisme des handicapés..

                 

[Retour]

Droit opposable à la scolarisation :
les associations sceptiques

NOUVELOBS.COM | 10.06.2007 | 14:42

La Fnath salue le discours « important » de Nicolas Sarkozy sur les handicapés, mais pointe des lacunes. Ségolène Royal appelle les parents à « prendre aux mots » le président.

 

(AFP)

(AFP)

 

En réaction aux propositions de Nicolas Sarkozy sur le handicap, la Fnat (association des accidentés de la vie) se déclare partagée, dans un communiqué publié dimanche 10 juin. Elle reconnaît un discours « important », qui va susciter des « espoirs », mais regrette par ailleurs l’absence de projets sur les ressources des handicapés.

Nicolas Sarkozy avait affirmé, samedi à Tours, qu’il rendrait « opposable le droit de tout enfant handicapé d’être scolarisé dans l’école de son quartier », à l’occasion du 47ème congrès de l’Unapei (associations de proches de handicapés). Le chef de l’Etat avait également annoncé qu’il demanderait à Xavier Bertrand, le ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, venu avec lui à Tours, de « mettre en place une cinquième branche de la protection sociale pour prendre en charge la dépendance ».

« Un droit au discours opposable »

L’association  » se retrouve » dans certaines propositions, comme ‘ »la création d’une nouvelle branche de la protection sociale ». Mais elle « reste toutefois sceptique sur l’application du droit opposable » à l’école « dans la mesure où le droit pour tous les enfants handicapés d’être inscrits à l’école de leur quartier figure déjà dans la loi de février 2005″.

La Fnath s’affirme « déçue de l’absence de propositions concrètes concernant la revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés à quelques semaines du 1er juillet ». Sachant que « la plupart des personnes handicapées vivent sous le seuil de pauvreté ». L’association souhaite en retour « un ‘droit au discours opposable’ pour que les engagements pris trouvent une traduction concrète ».

Royal veut prendre Sarkozy aux mots

Ségolène Royal, ex-candidate socialiste à la présidentielle, appelle de son côté les parents d’enfants handicapés à « prendre aux mots » Nicolas Sarkozy, en les inscrivant dans les écoles de quartier. Le communiqué de la socialiste paru dimanche, précise : « Faisant suite au discours de Nicolas Sarkozy sur le handicap, Ségolène Royal appelle toutes les familles concernées à le prendre au mot et à se présenter avant la fin du mois de juin dans les écoles, collèges et lycées pour inscrire leur enfant handicapé afin qu’il soit accueilli à la prochaine rentrée scolaire ».
Elle rappelle toutefois que « contrairement à ce que dit Nicolas Sarkozy aucune loi nouvelle n’est nécessaire, puisque le droit d’inscription des enfants handicapés figure déjà dans la loi de février 2005. Il suffit donc de donner aux établissements scolaires les instructions nécessaires et de mettre en place les emplois d’auxiliaires d’intégration. La politique consiste à joindre les actes à la parole. Dans le domaine du handicap la détresse des familles est immense et les mots sans suite seraient impardonnables ».

Sujet présidentiel

Le sujet des handicapés avait déjà vivement opposé les deux candidats à la présidentielle lors du débat de l’entre-deux tour, en avril. La candidate avait accusé la droite d’avoir « supprimé » les aides pour l’accueil des handicapés à l’école, et avait taxé Nicolas Sarkozy d’ »immoralité politique ». Ce dernier lui avait reproché de « perdre ses nerfs ».

 

 

 

Les r�actions des lecteurs

                                                                                                                              

 

Publié dans:Education, Enfance, Politique |on 11 juin, 2007 |Pas de commentaires »

RESF communique……

 

 

Ils se déchaînent ! Ci-dessous, une partie (infime) de l’acharnement contre les sans papiers et parmi eux les familles et les enfants. Quatre exemples.

La machine à fabriquer des quasi-orphelins en renvoyant l’un des parents à des milliers de kilomètres fonctionne à plein. D’un côté on  fait légitimement devant les caméras la promesse aux enfants d’Ingrid Betancourt de tout tenter pour leur rendre leur mère, de l’autre on prive de leurs parents des dizaines et peut-être bientôt des milliers d’enfants.
Il faut lire, même si c’est un peu long, pour savoir ! Il faut faxer, téléphoner, mailer, leur dire d’une façon ou d’une autre ce qu’on en pense. Signer les pétitions, participer massivement aux manifestations demain à Paris et à Bagneux et ailleurs les jours suivants. On ne peut pas laisser faire !

Fax Ministère de la rafle et du drapeau 01 55 55 49 20. Par téléphone, on appelle le ministère de l'Education et on demande le ministère de l'Immigration : 01 55 55 49 00. Demander le cabinet du ministre. Pas encore de mail.

1) Paris : Une adolescente Tchétchène de 16 ans, mère d’un bébé de 6 mois laissée seule : son compagnon de 19 ans va être expulsé. Pour demander sa libération fax préfet de police: 01 53 71 67 32  Mail : cabcom.prefecturepoliceparis@interieur.gouv.fr

2) Paris XXe : Mme Jianmin WAN, mère chinoise de deux enfants scolarisés est en rétention et expulsable à tout moment. L’école est partiellement en grève et occupée par les parents. Pour demander sa libération immédiate Préfet de police fax: 01 53 71 67 32
Mail : cabcom.prefecturepoliceparis@interieur.gouv.fr

3) Bagneux (92) : Idriss Aykut, père Kurde de trois enfants en rétention et expulsable. Manifestation vendredi 18 heures à Bagneux. Préfet Nanterre :  Tel : 0 821 80 30 92  Fax 01 47 25 21 21 
Préfet michel.bart@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Secret Gal philippe.chaix@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Val de Marne  : FAX : 01 49 56 64 10 ; 01 48 99 38 04 ; 01 49 56 60 13.
bernard.tomasini@val-de-marne.pref.gouv.fr   sabine.bardy@val-de-marne.pref.gouv.fr
Téléphone du cabinet du Préfet: 01 49 56 64 17.
Pétition sur le site http://cdpe92.apinc.org/petition/bagneux_aykut
Voir le récit sur le blog de Libération http://sanspapiers.blogs.liberation.fr/sans_papiers/

4) Lyon : Christiane France (8 ans) et son papa ont été expulsés le 6 juin vers le Cameroun ! Un enfant n'est pas sans papier ! Et dans ce cas précis, le père avait exprimé sa volonté de laisser l'enfant en France, et l'enfant sa volonté de ne pas partir avec le père
préfet du Rhône : Fax 04 78 60 49 38  et 04 78 60 15 46)
jean-pierre.lacroix@rhone.pref.gouv.fr

5) Dernière minute : Massy (91) . Moussa Dia,  père de deux jeunes enfants , conduit directement de l’audience du TA à l’aéroport pour être  expulsé cet après midi 

POUR EN SAVOIR PLUS

1) Paris :La préfecture de Police s'apprête à laisser seules une adolescente de 16 ans et sa petite fille de 6 mois en expulsant le père !
Issa IBRAGUIMOV, 19 ans, ressortissant tchétchène, arrêté lors d'un contrôle routier, est en rétention au CRA de Vincennes depuis le 20 mai. A ce jour, la préfecture de police confirme la mise à exécution de l'éloignement.
Il a déjà réussi à refuser un embarquement ! Ils vont ré-essayer d'un jour à l'autre.
Son épouse Zaynap a 16 ans (donc non expulsable), ils ont une petite fille de 6 mois.  Ces deux adolescents et leur bébé sont suivis et hébergés à Paris  par une structure d'accueil.
Envoyez fax, mails au préfet de police pour demander la libération immédiate d'Issa :
fax cabinet : 01 53 71 67 32   cabcom.prefecturepoliceparis@interieur.gouv.fr

2)	PARIS XX 
ECOLE DU CLOS OCCUPEE !
ENSEIGNANTS EN GREVE !
Fengzhaï CAI est scolarisé en élémentaire à l'école du Clos, son frère Clément à l'école Mouraud. Leur mère Jianmin WANG épouse CAI de nationalité chinoise, en France depuis 1999, n'est toujours pas régularisée et vient d'être arrêtée.
Son arrêté de reconduite à la frontière a été confirmé par le tribunal administratif. Elle risque d'être expulsée à tout moment laissant derrière elle deux jeunes enfants.
Nous, famille, amis, voisins, parents d'élèves, enseignants, refusons l'arrachement brutal contre une mère à sa famille.

Cette famille vit en France depuis plusieurs années et montre des preuves concrètes d'intégration. Les deux enfants parlent français y compris avec leurs camarades d'école d'origine chinoise. Les parents suivent des cours de français dans une école du quartier. La famille participe aux activités de l'école et du quartier. Ils ont adopté la France et n'envisagent leur avenir qu'ici. Leur famille vit en France et une grande partie d'entre elle est de nationalité française.
En dehors du front national et du MNR, les élus et candidats du 20ème ont signé notre pétition de soutien à Madame CAI.
Les enseignants de l'école du Clos maintiennent leur mouvement de grève tout en assurant l'accueil des enfants.
Les parents occupent depuis le jeudi 7 juin.
Un appel à manifestation est lancé vendredi 8 juin à 17h00 de l'école du Clos à la mairie du 20ème.
Contacts : Véronique Ghadi : vero.ghadi@wanadoo.fr – 06 87 20 28 53
Sandrine Bréchot : 06.82.02.90.33

3) BAGNEUX DANS LA RUE !

3 enfants de Bagneux menacés d’être séparés de leur père
Non à l’expulsion d’un parent d’élève
des écoles Thorez et Barbusse !
Mardi 5 juin, le Tribunal Administratif de Melun a confirmé l’arrêté d’expulsion à l’encontre de Monsieur Aykut 
(voir Blog Libé http://sanspapiers.blogs.liberation.fr/sans_papiers/)

Mr Aykut est papa de 3 enfants : 2 sont scolarisés à l’école élémentaire M. Thorez, le plus jeune à la maternelle H. Barbusse.
Il a été interpellé le 29 mai à l’entrée du RER « Bagneux », sur la commune de… Cachan. Le Préfet du Val-de-Marne a alors décidé d’un arrêté de reconduite à la frontière, sans avoir aucune connaissance de sa situation !
Cette famille sans histoire ne souhaite pourtant que vivre en paix.
Turcs d’origine kurde, Mr Aykut et sa femme ont fait une demande d’asile à leur arrivée en 2001. La sœur et le beau-frère de Mr Aykut, ses cousins, vivent en France avec des titres de séjour de 10 ans, où est mentionné « réfugié turc d’origine kurde ». Déboutés, Mr et Mme Aykut ont fait un recours, rejeté. A la sortie de la circulaire du 13 juin 2006 sur les parents d’enfants scolarisés, la préfecture de Nanterre leur a demandé elle-même de déposer un dossier, ce qu'ils ont fait dès le 28 juin. La demande est toujours en cours d’instruction !
Mr Aykut est au centre de rétention du Mesnil Amelot (en Seine-et-Marne, aux abords de l’aéroport de Roissy). L’expulsion peut intervenir à tout moment.
Nous ne nous résignons pas à ce que cette famille soit éclatée. Le Collectif de soutien aux sans-papiers de Bagneux, la FCPE, RESF, diverses associations balnéolaises restent mobilisés. Plus de 60 parents, enseignants, citoyens, se sont réunis dès mardi soir à l’école M. Thorez.
En 4 jours, près de 900 pétitions avaient déjà été signées dans la ville. Marie-Hélène Amiable, maire de Bagneux, et Janine Jambu, députée, sont intervenues auprès du préfet des Hauts-de-Seine.

Nous exigeons la libération de Mr Aykut
et un titre de séjour pour lui-même et sa famille.

MANIFESTONS VENDREDI 8 JUIN
DE L’ECOLE MAURICE THOREZ AU RER BAGNEUX
RDV à 18H devant l’école (av. Albert Petit)

4) LYON Christiane n¹aura pu dire au revoir à personne ! Ni à ses copains de classes, ni à son instit,  ni à sa grand-mère (qui n’a pu aller la voir au centre de rétention faute de papiers). Christiane ne pourra pas participer demain jeudi 7 à la fête de son école...  
Ce matin à 5 h, le père et la fille étaient emmenés du centre de rétention.
Bien sur la famille n¹avait aucune information à l¹avance sur la date de  départ et le numéro de vol. La cimade non plus !  Nous n¹avions plus qu¹à faire des suppositions, en fonction des vols, mais en sachant aussi que la pratique du vol particulier, privé ... ne les dérange pas quand la mobilisation est là  !
Les enseignants,  parents et autres citoyens informés dans la matinée ou  lors du rassemblement sont consternés par la manière de faire. Certains parents et enfants, prévoyant malheureusement un départ dans les jours à venir, avaient prévu d¹aller ce mercredi après-midi rendre visite à Christiane pour lui porter des affaires ...
Un enfant n'est pas sans papier !
Jusqu'à maintenant, les préfectures et la police ont toujours justifié la rétention et l'expulsion des enfants en disant que c'était la volonté des parents de garder les enfants avec eux et donc l'intérêt supérieur des  enfants de rester avec leurs parents....
Or dans ce cas, le père a exprimé sa volonté de laisser l'enfant en France, et l'enfant sa volonté de ne pas partir avec le père. Le 5 juin il faisait un courrier demandant que la garde de sa fille soit confiée à une personne de sa famille, en situation régulière, vivant à Lyon. Il déclarait aussi vouloir que sa fille sorte du centre de rétention. 
Christiane France n¹aurait pas dû être expulsée !
L'avocat, Maître Sabatier, a déposé une 2ème requête en référé, pas encore jugée, demandant le retour de Christiane France aux frais de l'Etat français. Il envisage de plus d'aller en Cassation au Conseil d'Etat. Le fondement de l'illégalité réside  dans le fait qu'un enfant mineur ne peut être ni retenu ni reconduit à la frontière selon la loi en vigueur.
à 21h28 : Samuel Kweleng le papa m¹a laissé un message téléphonique confirmant que ce matin on était venu les chercher tôt et qu¹ils n¹avaient rien pu faire. Il m¹informe aussi qu¹ils sont « bien » arrivés, et remercie tout le monde.
Si la préfecture a réussi son expulsion, elle a aussi réussi à mobiliser de nouvelles personnes, qui découvrent avec horreur les pratiques « humaines » face aux sans papier.
Vous pouvez envoyer vos félicitations au préfet du rhône !
préfet du Rhône   Jean Pierre Lacroix   Fax 04 78 60 49 38  et 04 78 60 15 46)
jean-pierre.lacroix@rhone.pref.gouv.fr

5) MASSY : LE PAYS DES DROITS DE L’HOMME !
M. Moussa Dia est passé au TA de Cergy ce matin. Il a été conduit à l'aéroport, menottes aux poignets, immédiatement après l'audience !!! Il va être expulsé dans l'après-midi.
M. Dia repart au Sénégal, sans avoir pu revoir sa famille, sans avoir pu embrasser ses enfants une dernière fois, sans avoir pu se laver (il était en garde à vue depuis mardi soir), avec les vêtements qu'il portait mardi, sans aucune affaire personnelle et sans argent.
Bravo au pays des droits de l'Homme !

Rappel du message précédent :
Arrestation de M. Dia Moussa mardi 5 juin à Massy (91).
Habitant de Grigny, il est arrivé en France en 1998, il est père de deux jeunes enfants. L'été dernier, il avait déposé un dossier dans le cadre de la circulaire et n'a jamais reçu de réponse.
M. Dia s'était fait arrêter en septembre dernier, dans le 95,  lors d'un contrôle d'identité et avait reçu un APRF. Le juge des libertés l'avait alors assigné à résidence à Grigny. L'assignation à résidence s'est terminée et  huit mois plus tard, le dossier de M. Dia est toujours en attente au TA de Cergy.
M. Dia a voulu se donner une chance supplémentaire d'être régularisé en participant à l'occupation de l'église de Massy. C'est en rentrant chez lui, hier soir, qu'il a été arrêté à la gare de Massy-Palaiseau. La préfecture de l'Essonne a demandé le passage en priorité de son dossier.
Fax de protestation :
 préfecture du Val d'Oise (contre l'APRF) : courrier@val-doise.pref.gouv.fr
- préfecture de l'Essonne :  01 69 91 90 22 (ou par mail : michel.aubouin@essonne.pref.gouv.fr et   gerard.moisselin@essonne.pref.gouv.fr)

_______________________________________________
Resf.info@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info
Publié dans:Droit de l'homme, Enfance, Politique |on 7 juin, 2007 |Pas de commentaires »

Amnesty International communique…

 

Amnesty International communique... dans Droit de l'homme mine_68pix AXA, entreprise responsable », mais responsable de quoi ?
Depuis que nous avons entrepris de dénoncer les investissements d’AXA en juin 2006, la position d’AXA n’a pas évolué, que ce soit aux termes de nos divers échanges ou de l’action militante.
A l’occasion du 8ème anniversaire de l’entrée en vigueur du Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel, Amnesty International France et Handicap International ont résilié leurs contrats d’assurance avec AXA, le jeudi 1er mars 2007, pour protester contre ses investissement dans la fabrication de mines antipersonnel et de bombes à sous-munitions.
Demandez à AXA de mettre fin immédiatement à ses investissements dans les mines antipersonnel et systèmes d’armes à sous-munitions

Signez la nouvelle carte postale en ligne

Publié dans:Droit de l'homme, Enfance, Politique |on 7 juin, 2007 |Pas de commentaires »

Neli, fin du cauchemar…..(RESF communique)


RESEAU EDUCATION SANS FRONTIERES des Bouches du Rhône

jeudi 31 mai 2007  13h

Le cauchemar se termine pour Neli, 8 ans, et ses parents

La famille AL KHALILI devrait être libérée dans l’après midi du centre de rétention de Marseille après deux nuits passées enfermée.

Trimballée en voiture depuis Toulouse dans la journée du mardi 29 mai, cette famille sans papiers d’origine russe avait été raflée dans son hôtel à 6h du matin. Depuis, aussi bien à Toulouse qu’à Marseille, une vigilance extrême et une mobilisation spontanée se sont développées. Ce matin, tout comme la veille, une cinquantaine de personne se rassemblait devant le centre de rétention de Marseille à l’occasion de l’audience devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD)

Finalement la Juge a décidé de rendre la liberté à Neli et ses parents pour diverses irrégularités dans la procédure d’arrestation et de mise en rétention :

- absence de signature de la préfecture de Haute Garonne saisissant le JLD

- arrestation déloyale et douteuse le 29 mai à Toulouse car la PAF de Marseille était prévenue dès le 25 mai de l’arrivée de cette famille !

- non justification du transfert vers Marseille alors que le centre de rétention de Toulouse pouvait (malheureusement) enfermer cette famille (attestation de la Cimade de places libres), ce qui a porté atteinte pendant plus de 7h aux droits de la défense

En toute logique, puisque la famille est désormais libre, les avocats de la famille Al Khalili  vont demander l’annulation de l’audience au TA de Marseille vendredi 1er Juin (appel contre l’OQTF pris en urgence suite à l’arrestation de cette famille qui n’a plus lieu d’être car la procédure vient d’être cassée).

La famille Al Khalili doit passer devant le TA de Toulouse le 26 juin pour contester l’OQTF pris antérieurement contre elle. Elle doit donc retourner à Toulouse au plus vite et Neli retrouver ses camarades de classe dès demain.

RESF reste extrêmement vigilant notamment en cas d’appel du parquet de la décision du JLD.


Publié dans:Enfance, Politique |on 31 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Merci Monsieur Hortefeux….

Merci d’intervenir d’URGENCE sur les sites indiqués

Impossible pour le moment de trouver une adresse mail  ou un fax pour le Ministère de la rafle et du drapeau
A défaut, l’adresse postale et le numéro de standart. Demander Guillaume Larrivé qui était conseiller technique au Ministère de la Chasse à l’Enfant et qui a été promu Directeur de Cabinet Adjoint.
101, rue de Grenelle
75700 Paris
Tél. : 01 55 55 10 10

Autre solution : écrire au 1er ministre, lien ci-dessous
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Ou à la préfecture de Haute-Garonne (qui, je pense, a pris la décision de placement en rétention) :

http://www.haute-garonne.pref.gouv.fr/web/1154-contacts.php

COMMUNIQUE RESF 13
Réseau Éducation Sans Frontières des Bouches du Rhône
Tel : 06 31 32 48 65
Courriel :  resf13@no-log.org
Site National : http://www.educationsansfrontieres.org 

Communiqué 30 mai 15h

« Est ce que je suis en prison ? je veux retourner à l’école !  »

Néli, 8 ans vient de passer sa première nuit au centre de rétention de Marseille. LA première nuit d’une enfant dans cette prison, comme elle l’appelle.

A l’initiative du Réseau Education Sans Frontières une quarantaine de personnes se sont rassemblées ce mercredi 30 mai devant le centre de rétention dès son ouverture afin de rendre visite à la famille AL KHALILI .

Arrivée la veille depuis Toulouse, cette famille avait été raflée à 6h du matin dans sa chambre d’hôtel, bien qu’ayant introduit un recours contre un arrêté d’expulsion. Seul leur fils de 18 ans, sorti, y a échappé. Mais que va-t-il faire seul ?

D’origine arménienne, née à Bakou en Azerbaïdjan, Mme Al Khalili n’est reconnue par aucun de ces deux pays. Seront-ils expulsés vers la Russie dont M. Khalili a la nationalité alors qu’ils vivent depuis 5 ans en France ?

Le RESF de Toulouse connaît bien cette famille et c’est probablement pour casser une éventuelle mobilisation locale que celle-ci a été acheminée à Marseille.

Mais ici non plus, nous ne laisserons pas faire ça en notre nom. Nous ne laisserons pas briser l’avenir de Néli, dont les droits fondamentaux (et notamment celui d’aller à l’école) sont garantis par les chartes, traités et autres conventions internationales.

A l’occasion du passage de la famille devant le Juge des Libertés et de la Détention qui doit statuer sur leur sort,

le RESF appelle à un grand rassemblement

JEUDI 31 MAI à 10H

devant le centre de rétention

(26 Bd des Peintures 13014, M° Bougainville)

Contact sur ce dossier :

Marseille : Armelle 06 28 63 29 21 / Bernadette : 06 87 42 39 27

Toulouse : Yamina VIERGE 06 22 56 60 74 / Jean François MIGNARD 06 13 82 55 51
__________________________________________

à bientôt,
 
MR
getmr@wanadoo.fr
31/05/2007
_______________________________________________
Resf.info@rezo.net – http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info

Publié dans:Enfance, Politique |on 31 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Carte scolaire: il est urgent d’attendre….

 

logo FIGARO Fermer le fenêtre Xavier Darcos.

Xavier Darcos.

logo FIGARO Fermer le fenêtre

Xavier Darcos.

Zoom +

Xavier Darcos.

Le ministre de l’Education nationale précise les contours de ce dossier très sensible.

Trois ans pour supprimer la carte scolaire ne seront pas trop, selon le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos, qui détaille le planning de ce vaste et délicat chantier dans une interview au Parisien. Une « expérimentation » sera conduite dès la rentrée 2007. Sans fixer de chiffre précis, Xavier Darcos affirme que « le nombre d’élèves qui pourront s’inscrire en dehors de leur secteur augmentera ». Le choix du territoire de ce test préalable sera effectué après une concertation avec « les associations d’élus ». En tout état de cause, le ministre de l’Education nationale est décidé à donner la priorité de ce libre choix aux élèves boursiers : « ils le méritent ».
Si l’expérimentation est concluante, elle sera généralisée à partir de la rentrée 2008, et Xavier Darcos estime qu’il « faudra bien trois rentrées scolaires pour que la carte scolaire actuelle ait disparu ». Il souhaite en effet mettre en place de nouveaux outils pour assurer la mixité sociale. Et de souligner que c’est à ses yeux sur les établissements scolaires que « doit peser l’obligation de mixité, pas sur les familles ». Parmi les moyens concrets évoqués par le ministre pour équilibrer le niveau des établissements et éviter la désertion de certains d’entre eux, il annonce vouloir y constituer des « équipes d’enseignants volontaires, expérimentés, bien rémunérés ». « Ils pourront mettre en œuvre des méthodes pédagogiques nouvelles », ajoute-t-il.
Le Parisien ajoute de son côté que le ministère réfléchit à un autre système : il s’agirait de fixer le budget des établissements non pas en fonction des élèves effectivement inscrits, mais en fonction de ceux qu’ils sont censés accueillir. En clair, un collège déserté par les élèves verrait mécaniquement son budget par tête blonde augmenter.

Publié dans:Enfance, Politique |on 29 mai, 2007 |Pas de commentaires »
123

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente