Archive pour la catégorie 'GREVES'

L’édito de Paul Quinio….(20/10/2010)

Indécent

102 réactions

Par PAUL QUINIO

Le carburant manque, les trains circulent cahin-caha, les lycéens manifestent de plus en plus nombreux, la police interpelle près de 300 casseurs, et Frédéric Lefebvre affiche son «calme» et sa «sérénité». Mieux, il bombe le torse en évoquant façon Jedi cette «force que personne ne peut arrêter» qui porte la majorité alors qu’une sixième journée de grèves et de manifestations va bloquer partiellement le pays aujourd’hui. Le porte-parole de l’UMP confirme que Nicolas Sarkozy n’a aucune intention de changer de stratégie : ferme il est depuis le début sur les deux mesures phares de sa réforme des retraites (62 ans comme âge légal de départ, 67 pour partir à taux plein), ferme il restera. La déclaration de Lefebvre est non seulement imprudente, elle est indécente. Imprudente car bien malin celui qui peut aujourd’hui faire un pronostic sérieux sur l’évolution du climat social. Les archives de l’INA sont truffées de rodomontades grotesques parce que démenties par la fin du film. Indécents, les propos de cet ami du Président le sont tant ils respirent le mépris à l’égard de salariés qui amputeront aujourd’hui leur revenu d’une nouvelle journée de salaire. Au «calme» et à la «sérénité» de ceux qui font «de la politique», l’UMP oppose, dans un non-dit qui en dit long, l’excitation des grévistes et des manifestants. Mais n’en déplaise à M. Lefebvre, les salariés qui défileront aujourd’hui exerceront leur droit à participer au débat politique.

Publié dans:GREVES, Politique, RETRAITES |on 20 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

Le point sur les perturbations en cours……(20/10/2010)

 

Trafic aérien perturbé, stations-service à sec … Toutes les conséquences pratiques de la mobilisation contre la réforme des retraites.

 A Perpignan, des manifestants bloquent un TGV le 19 octobre (AFP) A Perpignan, des manifestants bloquent un TGV le 19 octobre (AFP)

La contestation contre la réforme des retraites se poursuit mercredi 20 octobre

TRAFIC AERIEN :

Un quart des vols doivent être annulés en début de matinée à l’aéroport d’Orly, soit une trentaine de vols.

Air France a prévu d’assurer 100% de ses vols long-courriers mais annule quelques vols domestiques au départ d’Orly.

La compagnie recommande aux passagers d’anticiper leur arrivée aux aéroports, du fait de l’appel de la CGT transports à des manifestations dans les aérogares partout en France.

> Pour s’informer : le site des Aéroports de Paris

 

L’accès à l’aéroport de Toulouse-Blagnac était bloqué ce matin par quelque 600 manifestants.

La Police de l’air et des frontières a seulement indiqué qu’elle « gérait les manifestants ».

Le Crir de Bordeaux a annoncé pour sa part que l’A621 était « coupée à tous les véhicules » à la hauteur de Blagnac, avec « un accès à l’aéroport impossible ».

Des vols ont pu décoller tôt dans la matinée, mais la direction de l’aéroport a prévu des annulations dans la matinée.

 

RATP :

Le trafic est conforme aux prévisions : il est « normal » sur l’ensemble des réseaux métro, bus et tramway.

L’ensemble du réseau RER est revenu à un trafic quasi normal, seul le RER B restait perturbé avec six trains sur dix en pointe.

> Pour s’informer : www.ratp.fr

 

SNCF :

 

Le trafic TGV sera de 2 trains sur 3

TGV en provenance ou à destination de Paris : 2 TGV sur 3 en moyenne

TGV de province à province : 1 train sur 2 en moyenne.

 

Transilien : le trafic sera supérieur à 1 train sur 2.

TER : le trafic sera supérieur à 1 service sur 2.

Trains Corail de jour : le trafic sera supérieur à 4 trains sur 10.

Intercités :

Nord : 6 trains sur 10

Est : 3 trains sur 10

Ouest : 1 train sur 2

Sud Est : 1 train sur 3

Téoz : supérieur à 4 trains sur 10

Trafic de nuit Lunea : aucun trafic la nuit du 19 au 20 octobre. Le trafic Paris-Nice et Nice-Paris sera normal la nuit du 20 au 21 octobre.

Trafic normal sur Eurostar, et quasi-normal sur Thalys.

TGV/ICE (relation France-Allemagne): service normal

TGV Lyria (relation France-Suisse) : service normal sur l’axe Zürich, 1 TGV sur 2 sur les axes Genève et Lausanne, aucune circulation sur l’axe Berne.

TGV Artesia (relation France Italie) : 1 A/R Paris-Milan

Talgo de jour (relation France-Espagne) : Aucune circulation

 

Nuit du 20 au 21 octobre

Artésia (Relation France-Italie) : Aucune circulation

Train de nuit allemand : (France-Allemagne) : Aucune circulation

Elipsos (Relation France-Espagne) : Aucune circulation

 Lunea (Trains de nuit nationaux) : Aucune circulation sauf un aller-retour sur Paris- Nice

 Auto Train : Aucune circulation

 

>Pour s’informer :

- se connecter sur www.sncf.com et www.infolignes.com pour tous les trafics

- www.abcdtrains.com pour les prévisions Transilien par gare

- numéros verts 08.05.90.36.35 pour Grandes lignes (TGV), TER, Téoz et Intercités, 08.05.70.08.05 pour Transilien

- SNCF La Radio: un point trafic toutes les 15 minutes depuis l’application SNCF Direct sur smart phone et tous les sites internet SNCF, France Bleu Ile-de-France (107.1)

- Téléphone portable : sncf.mobi pour accéder en temps réel aux informations.

 

CARBURANT :

Près de 4.000 stations-service étaient « en attente d’approvisionnement » sur 12.500, selon le gouvernement.

1.000 stations-service du groupe Total sont en rupture d’un ou de plusieurs carburants, soit près d’un quart des 4.300 stations que compte le réseau de la compagnie pétrolière, selon la direction.

Les douze raffineries du pays restaient paralysées mardi. Les accès aux dépôts de carburant de Donges, La Rochelle et Le Mans ont été débloqués. 

 

ROUTES :

Le Centre national d’information routière (CNIR) recensait peu avant 9h une douzaine de barrages filtrants ou d’opérations escargot liés au mouvement contre la réforme des retraites, sur des routes et autoroutes à travers la France, selon un communiqué.

Dans l’ouest du pays, la circulation sur l’autoroute A150 était perturbée par une « opération escargot mobile depuis 8h10″, au niveau de la commune de Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime), selon le CNIR.

A Rouen même, la D938 subissait un barrage filtrant mobile de 40 poids lourds depuis 07H10. Dans le Maine-et-Loire, un autre barrage filtrant était installé sur la D347 dans les deux sens, sur la commune de Vivy, depuis 7h.

En Ille-et-Vilaine, un sit-in de manifestants sur les voies de circulation bloquait la D177 à Rennes depuis 8h00. Même cas de figure à 3 km au sud, à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine), sur la N136.

A Nantes, des manifestants bloquent les voies de la SNCF et les voies de tramway , de même que les accès à l’aéroport.

Dans l’Indre, la N151 était coupée par un barrage filtrant dans les deux sens au niveau d’Issoudun depuis 8h10.

Dans le sud-ouest, l’accès à l’aéroport de Toulouse-Blagnac par l’A621 était très perturbé depuis 06H30 à cause d’une manifestation. A 8 km à l’ouest de Toulouse, un barrage filtrant était installé sur la N124, sur la commune de Colomiers (Haute-Garonne).

A 2 km à l’est de Limoges, à hauteur de Panazol (Haute-Vienne), l’A20 était coupée par un barrage filtrant dans les deux sens.

Dans le nord, la D652 était bloquée au niveau des échangeurs d’accès au Marché d’intérêt national (MIN) de Lomme (Nord) depuis 7h45. A Amiens (Somme), des barrages filtrants bloquaient les poids lourds sur trois ronds points, dans la zone industrielle des Longprés, selon le CNIR, qui annonce également de « probables perturbations à venir sur la rocade nord d’Amiens (RN1) et sur la RD933″.

Enfin, dans le sud-est, l’A75 était coupée depuis 8h à Clermont-Ferrand dans le sens sud-nord « en raison d’une manifestation », ajoute la même source.
(Nouvelobs.com avec AFP)

 

 

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 20 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

A travers la presse…..

Mobilisation : la presse s’interroge sur la sortie de crise

 

Libération appelle Nicolas Sarkozy à négocier, Le Figaro évoque des syndicats « pris au piège », la République du Centre s’inquiète de la radicalisation du conflit…les commentaires des éditorialistes après la sixième journée d’action.

Au lendemain de la sixième journée d’action contre le projet de réforme des retraites, la presse se demande mercredi 20 octobre comment sortir de la crise alors que la mobilisation ne faiblit pas, que Nicolas Sarkozy demeure inflexible, que les blocages se poursuivent et que les casseurs font leur irruption.

« L’ouverture n’est pas la déconfiture, la discussion n’est pas la reddition, la concession n’est pas l’humiliation », écrit Laurent Joffrin dans Libération.

Pour Dominique Seux dans Les Echos, Nicolas Sarkozy aurait intérêt à offrir aux organisations syndicales « non pas une porte de sortie mais des signes tangibles » que la porte « du dialogue social reste grande ouverte ».

Dans La Croix, François Ernenwein constate que « la France continue ainsi à vivre un nouveau psychodrame autour des changements nécessaires » et qu’à ce jeu, « il n’y aura bien entendu que des perdants ».

Philippe Waucampt du Républicain Lorrain estime que « nous sommes arrivés au point où la radicalisation du mouvement est susceptible de provoquer des coups de grisou dont nul ne peut prédire les capacités dévastatrices ».

 

« Une victoire de Pyrrhus »

« Le problème est qu’il est déjà tard, la crispation de chaque camp sur sa conviction d’avoir raison en bloc n’ayant pas arrêté le temps », souligne André Schlecht dans L’Alsace.

Daniel Ruiz dans La Montagne ajoute qu’ »à coup sûr le chef de l’État va remporter la bataille de la légalité en faisant adopter sa loi par le parlement » mais que « ce sera une victoire à la Pyrrhus ».

La « radicalisation du conflit », selon Hervé Favre de La Voix du Nord, pourrait cependant tourner à l’avantage du chef de l’Etat « en faisant perdre aux syndicats le soutien de l’opinion mesuré jusqu’à présent par les enquêtes. »

Les problèmes posés par la pénurie de carburants et l’irruption des casseurs dans les manifestations interpellent également plusieurs éditorialistes.

Dans Le Figaro, Gaëtan de Capèle affirme que les syndicats sont « pris à leur propre piège » et qu’ »à l’heure où ils doivent décider des suites à donner aux événements, la contestation se trouve déjà de fait entre les mains de groupes qu’ils ne contrôlent pas ».

Pour Jacques Camus dans la République du Centre, « la crédibilité d’une démarche protestataire responsable est désormais entamée », alors que Olivier Pirot dans La Nouvelle République du Centre-Ouest affirme qu’ »une radicalisation du conflit ne profitera pas » aux organisations syndicales et « arrangera plutôt le gouvernement » qui « ne laissera pas une minorité paralyser la France ».

Le gouvernement « par sa fermeture aux préoccupations sociales fait naître de tristes vocations et donne du grain à moudre aux casseurs », note Patrick Apel-Muller, dans L’Humanité. Mais pour lui, « ne cherchez pas ces derniers dans les rangs des manifestants, vous n’en trouverez pas. »

(Nouvelobs.com)

 

A travers la presse..... dans GREVES

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 20 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

« La mobilisation n’est pas la guerre » (P.Reynaud) et pourtant……

La mobilisation se maintient, entachée par les casseurs

 

Entre 1,1 et 3,5 millions de personnes ont manifesté mardi à travers la France, des incidents ont éclaté en marge des rassemblements dans plusieurs villes, notamment à Lyon. 

Cortège à Lille. AFP Cortège à Lille. AFP

La mobilisation contre la réforme des retraites s’est maintenue à un niveau élevé, mardi 19 octobre, avec sensiblement autant de monde dans les rues à l’appel des syndicats que lors de la dernière journée de manifestations et de grèves le 12 octobre. Les jeunes étaient encore plus nombreux dans la rue, sur fond d’incidents parfois violents dans quelques villes.

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a assuré mercredi que les forces de l’ordre ne laisseraient « pas les voyous impunis », annonçant que « 1.423 casseurs avaient été interpellés en une semaine » en marge des manifestations lycéennes.

En début de soirée, le ministère de l’Intérieur annonçait avoir compté 1,1 million de personnes (1,23 million le 12 octobre) dans toute la France au travers de 260 défilés, les syndicats 3,5 millions comme le 12 octobre.

 

Carburant

La situation est restée inchangée dans les raffineries et les dépôts de carburant avec des blocages persistants et des difficultés d’approvisionnement pour les automobilistes.

Face au danger de pénurie, les distributeurs de carburant vont mutualiser leurs réserves et mettre en place des moyens de transport supplémentaires pour alimenter les station services, a annoncé mardi Jean-Louis Schilansky, président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP), à l’issue d’une réunion à Matignon en présence des principaux producteurs et distributeurs de carburant ainsi que plusieurs ministres, dont le chef du gouvernement François Fillon.

Le président de l’UFIP a assuré que la situation devrait revenir à la normale « dans les jours qui viennent ».

Des opérations escargot et des actions « coup de poing » dans de nombreux départements ont aussi été menés par les routiers, comme la veille, selon le Centre national d’informations routières (CNIR).

Le nombre de grévistes a toutefois semblé reculer mardi dans plusieurs secteurs, notamment dans la Fonction publique et les transports, les perturbations restant assez limitées à la SNCF et à la RATP.

 

Manifestations

A Paris, c’est une manifestation rassemblant un total de 330.000 protestataires selon les syndicats, comme le 12 octobre, 67.000 selon la police (22.000 de moins que le 12 octobre), qui a sillonné les rues entre la place d’Italie et l’esplanade des Invalides.

En province, les chiffres restaient également impressionnants avec entre 23.000 et 240.000 manifestants à Marseille, selon les sources, 35.000 à 160.000 à Toulouse -plus que le 12 octobre- ou encore entre 10.000 et 50.000 à Saint-Etienne.

A Rouen, entre 20.000 et 60.000 manifestants ont défilé, des chiffres sensiblement les mêmes que le 12 octobre.

A Caen, où la manifestation s’est déroulée sous la pluie, la mobilisation a été estimée par les syndicats à 60.000 personnes, 22.000 selon la police.

Au Havre (Seine-Maritime) plus de 60.000 manifestants ont défilé dans les rues selon les organisateurs, 15.000 selon la police. Des affrontements ont eu lieu entre les forces d’ordre et les dockers en fin de matinée en tête du cortège. Des pierres et des pavés ont été lancés en direction des CRS qui ont répliqué par des bombes lacrymogènes.

Selon la préfecture du Nord, on comptait aussi 11.800 manifestants dont 2.200 lycéens à Lille, 7.000 manifestants à Valenciennes, dont 1.000 lycéens, 3.000 dont 500 lycéens à Douai, 1.300 dont 300 lycéens à Maubeuge et Cambrai, et 500 manifestants à Armentières.

Du côté de la jeunesse, la mobilisation des lycéens et des étudiants a, mardi, franchi un cran supplémentaire, avec 379 lycées perturbés à des degrés divers dans toute la France -sur un total de 4.300- selon le ministère de l’Education nationale, 1.400 selon l’Union nationale lycéenne (UNL) et plus de 1.200 selon la FIDL. Pour la première fois, dix universités ont été bloquées, selon l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), alors que des assemblées générales se déroulaient dans une vingtaine d’entre elles.

L’ensemble des syndicats de salariés et les trois principales organisations de lycéens et d’étudiants (UNL, FIDL et UNEF) ont exigé, dans une déclaration commune publiée ce mardi, une autre réforme des retraites, et le droit pour les jeunes de « se mêler » de ce débat. « Cette réforme les concerne au plus haut point comme les concerne l’ensemble des questions économiques et sociales », déclarent les signataires.

 

Incidents

Un rassemblement est prévu mercredi à proximité du Sénat, et l’UNEF, l’UNL et la FIDL appellent à une journée de mobilisation de la jeunesse jeudi.

Des incidents se sont à nouveau produits à Nanterre (Hauts-de-Seine) mardi matin entre des jeunes et les forces de l’ordre. Le tribunal de commerce de Nanterre, situé à proximité du lycée Joliot-Curie et de la cité Pablo Picasso, a été endommagé par une quarantaine de jeunes qui ont notamment brisé des vitres. Du mobilier urbain a été dégradé et des véhicules ont été incendiés avant que les forces de l’ordre n’interviennent en lançant notamment des grenades lacrymogènes. 

De violents incidents ont également eu lieu à Lyon, opposant durant plusieurs heures quelque 300 jeunes et les forces de l’ordre. Au moins cinq magasins ont été pillés, selon la police.

Dans l’Education nationale, le taux de grévistes parmi les enseignants était en forte baisse, selon le ministère de l’Education nationale, avec près de 14% de grévistes en moyenne nationale, chiffre toutefois contesté par les syndicats qui parlent de 31% de grévistes dans le primaire et 45% dans le secondaire.

Dans la Fonction publique en général, selon Bercy, les taux de grévistes allaient de 10,8% à 11,57% selon les secteurs en moyenne nationale, contre 15% à 20% en moyenne le 12 octobre. 

(Nouvelobs.com)

 

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 20 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

Toute dernière…19:30….

Mardi 19 octobre – 14:50
Retraites : 3,5 millions de manifestants en France, comme le 12 octobre, selon la CGT

Toute l’actualité sur www.nouvelobs.com

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 19 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

« Sarko t’es foutu, la jeunesse est dans la rue »…..(sic)

Les blocages d’universités se multiplient

 

Entre six et onze des 83 universités du pays sont bloquées pour protester contre la réforme des retraites, ainsi que certaines fermées administrativement, selon le ministère et les syndicats étudiants.

Des étudiants votent, à main levée, le blocage de l'université de Nantes. AFP Des étudiants votent, à main levée, le blocage de l’université de Nantes. AFP

Entre six et onze des 83 universités du pays étaient bloquées mardi 19 octobre dans la matinée, pour protester contre la réforme des retraites, ainsi que certaines fermées administrativement, a-t-on appris auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et des syndicats étudiants. 

Le ministère faisait état dans la matinée de quatre universités entièrement bloquées (Bordeaux-3, Paris-8, Pau et Rennes-2) et de deux partiellement (Caen et Tours), Lyon-2 étant fermée administrativement par la direction.

De son côté, l’Unef assurait que dix universités étaient bloquées, six entièrement (Bordeaux-3, Clermont-2, La Havre, Montpellier-3, Paris-8 et Pau) et quatre partiellement (Caen, Orléans, Poitiers, Tours). Un porte-parole de Sud-Etudiants a annoncé que les étudiants de l’université de lettres de Toulouse-Le Mirail avaient voté en assemblée générale le blocage de l’établissement.

De plus, trois universités étaient fermées administrativement (Lyon-2, Rennes-2, Saint-Etienne), ainsi que le site de Clignancourt de Paris-4 Sorbonne, du fait d’une grève des personnels, selon l’organisation étudiante.

L’Unef évoque au total « 20 universités mobilisées », c’est-à-dire où la grève a été votée en assemblée générale étudiante, total dans lequel sont comptées les dix universités bloquées et les trois fermées.

A l’Université de Strasbourg (UdS), la plus grande de France en nombre d’étudiants (plus de 42.000), une partie des locaux a été occupée dans la nuit de lundi à mardi.

Des étudiants sont allés prêter main forte à des syndicalistes pour bloquer un dépôt de bus de la ville et ils tentaient de mobiliser d’autres étudiants en vue de la manifestation du jour, prévue à 14h30 à Strasbourg.

 

379 lycées perturbés

Le nombre de lycées perturbés en France à des degrés divers était dans la matinée à 9h, de 379, selon le ministère de l’Education nationale, soit le plus grand nombre relevé par le ministère à la même heure depuis le début du mouvement lycéen.

Le ministère en avait recensé 357 mardi 12 octobre, 342 jeudi 14 ou encore 306 vendredi 15 octobre.

L’Union nationale lycéenne (UNL), première organisation, n’avait pas encore diffusé d’estimation mardi matin mais la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl), deuxième organisation, évoquait 1.200 lycées « engagés » dans la journée de mardi dont 850 connaissant « blocage ou barrage ».

La Fidl « se réjouit d’ores et déjà du succès de la mobilisation et consultera dès cet après-midi ses partenaires pour décider rapidement des suites à donner », écrit-elle dans un communiqué.

 

Affrontements à Nanterre

De nouveaux affrontements entre jeunes et CRS ont eu lieu dans la matinée devant le lycée Joliot-Curie de Nanterre, où des violences avaient déjà éclaté lundi.

Quelque 200 jeunes encagoulés sont arrivés vers 9h30 devant le lycée et certains ont incendié une voiture, selon la journaliste. Une trentaine de CRS étaient la cible de projectiles et de fumigènes.

La circulation dans les deux sens était coupée devant le lycée Joliot-Curie. Les affrontements se poursuivaient vers 10h20. Refoulés par les CRS, les jeunes remontaient l’avenue Joliot-Curie, pour se rapprocher très progressivement de la préfecture des Hauts-de-Seine et du tribunal de grande instance, a constaté la journaliste. Lundi matin, le blocage de ce lycée avait dégénéré en affrontements entre 200 à 250 jeunes et casseurs opposés aux forces de l’ordre


Les gendarmes délogent les lycéens place de la République

Une cinquantaine de gendarmes mobiles ont délogé mardi 200 à 300 lycéens qui bloquaient depuis le début de la matinée la place de la République à Paris.

Les gendarmes mobiles, encadrés par une dizaine de fourgons, ont chargé en fin de matinée les manifestants pour dégager cette place au coeur de la capitale.

Il n’y a pas eu d’incident.

Vers 11h, quasiment tous les jeunes et lycéens avaient quitté la place de la République et la circulation reprenait tout doucement son cours. Les jeunes s’étaient repliés à l’entrée de la rue du Temple (IIIe), dans un face-à-face tendu avec les forces de l’ordre. Ils lançaient quelques projectiles.

Les lycéens avaient investi sans incident la place en début de matinée, certains grimpant sur la statue de la République.

Les manifestants, venus des lycées Turgot, Colbert et Voltaire, avaient installé des poubelles et des barrières de chantier en plein milieu de la place, bloquant brièvement la circulation des voitures vers la Bastille.


Incidents à Lyon

A Lyon, de nouveaux incidents provoqués par des groupes de jeunes ont éclaté dans la matinée dans le centre-ville, où du mobilier urbain et une trentaine de véhicules ont été dégradés et au moins cinq incendiés, a indiqué la préfecture.

Un policier a été blessé à la rotule par un jet de pierre, ainsi qu’un photographe de presse par un jet de bouteille au visage. Un manifestant a également été légèrement blessé, selon un premier bilan.

Treize personnes ont été interpellées, a indiqué à la mi-journée la préfecture du Rhône relevant des « jets de projectile », des « feux de poubelles » et autres « exactions ».

« Trente véhicules ont été retournés » et au moins cinq incendiés, a-t-elle dit.

« Ce sont de petits groupes de jeunes très mobiles, venus de l’agglomération lyonnaise, qui se sont rendus directement sur la presqu’île où ils ont commis des exactions », a-t-elle souligné.

En fin de matinée, une voiture était en feu près de la Bourse, où les CRS avaient établi un périmètre de sécurité, et une autre dans le quartier de l’Opéra, où deux abribus et deux vitrines de magasin ont été brisés, a constaté un journaliste de l’AFP.

Deux autres véhicules en stationnement ont également eu leur pare-brise brisé et leur carrosserie endommagée, selon lui.

Deux jeunes, le visage dissimulé par une écharpe, ont été interpellés par des policiers en civil.

 

Des commerces fermés

Dans tout le quartier, nombre de commerces ont fermé leur magasin.

Rue de la République, envahie par la fumée des gaz lacrymogènes, les présentoirs d’un fast-food ont été saccagés et de nombreux bacs de fleurs retournés par les manifestants, extrêmement mobiles, qui narguent les forces de l’ordre.

Peu avant midi, la place Bellecour était envahie de fumée, mélange de gaz lacrymogènes des CRS et de fumigènes lancés par les jeunes.

Des jeunes ont caillassé les forces de l’ordre à plusieurs reprises, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogènes.


Un lycée fermé dans le Nord

Dans le Nord, un lycée de l’agglomération lilloise a été fermé « pour des raisons de sécurité » en raison de la journée de mobilisation contre les retraites, a-t-on appris auprès du proviseur de l’établissement.

« Aujourd’hui, c’est une journée nationale de grève avec un service plus limité. Je n’étais pas certain de pouvoir garantir la sécurité à l’intérieur de l’établissement », a indiqué à l’AFP Claude Bauduin, proviseur du lycée Gambetta de Tourcoing (Nord), qui accueille habituellement 960 élèves.

« Hier, la situation était assez tendue, mais le lycée était bien protégé par les forces de police », indique Claude Bauduin, selon qui des élèves extérieurs au lycée ont « menacé par SMS de faire des dégâts » sur l’établissement, alors que des affrontements entre jeunes et forces de l’ordre avaient eu lieu à proximité, vendredi et lundi.

Tôt dans la matinée, se trouvaient devant l’établissement des élèves du lycée, ainsi que « quelques autres jeunes, qui n’avaient rien à faire là », a indiqué Claude Bauduin.

Les parents d’élèves ont été prévenus « autant que possible » par internet et par téléphone, selon Claude Bauduin, qui indique qu’il s’agit pour lui d’une première décision de ce type, en cinq ans de direction de l’établissement.

A Toulouse, la manifestation qui s’est déroulée en fin de matinée comptait un très fort contingent de jeunes défilant avec des panonceaux tels que « Papy, comment c’était la retraite ? », « les vieux au boulot, les jeunes au bistrot? » ou « Sarko t’es foutu, la jeunesse est dans la rue ».

 

(Nouvelobs.com)

 

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 19 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

Libres propos…..

Retraites : Sarkozy cherche-t-il le blocage comme en 2006 ?

Rédigé par juan sarkofrance le Mardi 19 Octobre 2010

Depuis une semaine, Nicolas Sarkozy oppose une fin de non-recevoir aux protestations contre sa réforme des retraites : il avait d’abord fait savoir qu’il n’y aurait aucune nouvelle concession ni aucune ouverture au débat à attendre. Il a ensuite laisser ses proches qualifier d’irresponsables celles et ceux qui soutenaient l’entrée des lycéens dans le mouvement. Et ce weekend, il fallait convaincre que la contestation s’essoufflait. Le résultat de cet autisme présidentiel est éloquent : d’une action sporadique marquée par de sages journées de manifestations, on frise désormais l’emballement et l’inquiétude d’un blocage complet du pays.



Sarkozy cherche-t-il le blocage comme en 2006 ?

Nier l’évidence
Dimanche, Brice Hortefeux a tenté de relancer l’inquiétude sur la menace terroriste. Interrogé au Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le ministre de l’intérieur a révélé de nouvelles informations :  «Il y a quelques heures ou quelques jours à peine, il y a eu un nouveau message de la part des services saoudiens nous indiquant qu’Al Qaïda de la Péninsule arabique était sans doute actif ou envisageait d’être actif. Cela concerne le continent européen et notamment la France.» Lors de cette même interview, le ministre commit un lapsus sexuel désormais coutumier en Sarkofrance, en expliquant l’existence d’un « fichier d’empreintes génitales.»

Mais l’affaire terroriste n’a pas pris. L’emballement social contre la réforme des retraites inquiète au sommet de l’Etat. Et les automobiliste…

Lire la suite sur : Sarkofrance, chez Marianne2.



Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 19 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

Toute dernière….10:30….

Mardi 19 octobre – 10:04
Retraites: 379 lycées perturbés selon le ministère, un record depuis le début du mouvement
Toute l’actualité sur www.nouvelobs.com

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 19 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

Les perturbations de ce mardi…..

Le point sur les perturbations ce mardi

 

SNCF, raffineries, trafic aérien, routes… Toutes les conséquences pratiques de la mobilisation contre la réforme des retraites.

La RATP prévoit un trafic normal, à l'exception de quelques lignes sur les réseaux bus et tramway. (AFP) La RATP prévoit un trafic normal, à l’exception de quelques lignes sur les réseaux bus et tramway. (AFP)

La contestation contre la réforme des retraites se poursuit mardi 19 octobre, nouveau jour de mobilisation nationale marquée par des manifestations et des grèves.

TRAFIC AERIEN :

Des préavis de grève ont été déposés par les organisations syndicales.

La direction générale de l’Aviation civile a demandé aux compagnies aériennes de réduire leur programme de vols de :  

- 50% sur l’aéroport d’Orly.

- 30% dans les autres aéroports de la métropole dont Roissy.

Ces mouvements sont prévus pour 24 heures.

L’aéroport de Bordeaux-Mérignac était bloqué au matin par plusieurs centaines de manifestants qui réclament le retrait de la réforme. Au nombre de « 500″, ils sont arrivés à l’aéroport à 05h30 et se sont ensuite installés sur un rond-point situé devant la plateforme, dont ils bloquent « totalement » l’accès, a indiqué Philippe Poutou, un délégué CGT présent sur place. L’aéroport de Bordeaux-Mérignac a annoncé lundi que plus d’un tiers des vols à l’arrivée et au départ seraient annulés mardi.

A Lille-Lesquin, deux vols sur trois au départ et en provenance de l’aéroport ont été annulés a-t-on appris auprès de la plateforme. Au total, une quarantaine de liaisons Ryanair, Chalair et Air France avec Strasbourg, Marseille, Bordeaux, Nantes, Lyon ou encore Toulouse ont été annulées. Restait programmé un aller-retour vers Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon, Brest et Rennes. Les vols de la compagnie Onur Air en provenance ou à destination d’Izmir (Turquie) ont été reroutés vers Bruxelles.

Chez Air France :

- 100% de ses vols long-courriers;

- 80% des court et moyen-courriers à Paris-Charles de Gaulle;

- 50% des vols court et moyen-courriers à Paris-Orly.

 

Les perturbations de ce mardi..... dans GREVES 1135193

SNCF :

Vers 7h, la direction annonçait :

- plus d’un TGV sur deux

- plus d’un Transilien sur 2

- un TER sur 2

- 4 Corail de jour sur 10

- trafic Eurostar normal

- La direction annonce en revanche qu’il n’y aura « aucun train de nuit » pour la nuit de mardi à mercredi.

Au septième jour d’une grève unitaire reconductible, lundi, la SNCF avait compté 12,6% de grévistes, soit une nouvelle baisse, contrairement à la CGT, qui avait annoncé un taux de 28,32%, soit une petite hausse.

Pour s’informer :

- se connecter sur www.sncf.com et www.infolignes.com pour tous les trafics

- www.abcdtrains.com pour les prévisions Transilien par gare

- numéros verts 08.05.90.36.35 pour Grandes lignes (TGV), TER, Téoz et Intercités, 08.05.70.08.05 pour Transilien

- SNCF La Radio: un point trafic toutes les 15 minutes depuis l’application SNCF Direct sur smart phone et tous les sites internet SNCF, France Bleu Ile-de-France (107.1)

- Téléphone portable : sncf.mobi pour accéder en temps réel aux informations.

 

RATP :

Etat du trafic à 9h45 :

Métro : Ligne 3bis : 1 rame sur 2. Trafic normal ou quasi normal sur les autres lignes.

RER (zone RATP) : RER A: 2 trains sur 3. (Interconnexion avec la SNCF à Nanterre Préfecture maintenue). RER B: 1 train sur 2. (Interconnexion avec la SNCF suspendue à Gare du Nord). > Les horaires prévus

Bus et Tramway : une trentaine de lignes sont fortement perturbées. Selon la direction, le centre de bus de Pleyel serait bloqué par des manifestants « extérieurs à la RATP », ce qui provoque une paralysie totale sur certaines ligne. > Le détail des lignes perturbées.

Numéro vert pour les voyageurs: 0 800 15 11 11 et toutes les perturbations en direct.

 

 

 

Routes :

 

ENERGIE :

Poursuite de la grève de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), deuxième de France, reconduite lundi jusqu’à vendredi, mais aussi de la grève de la raffinerie de Feyzin (Rhône), reconduite jusqu’à mercredi.

Les douze raffineries du pays sont toujours paralysées.

Les trois terminaux méthaniers de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), de Fos-Tonkin et de Fos-Cavaou, devraient être encore en grève.

 

EDUCATION :

Un peu plus de 10% d’enseignants du primaire vont faire grève mardi, selon le ministère de l’Education nationale, qui relève une baisse de ce taux comparé aux précédentes journées d’action. Près d’un enseignant sur trois sera en grève, selon le principal syndicat du primaire, Snuipp-FSU.

Cinq universités seront bloquées mardi, selon l’Unef, première organisation étudiante, qui affirme que la grève a été votée dans 12 des 83 universités du pays.

ROUTES :

Le trafic était « très chargé » dans l’est de l’Ile-de-France dans la matinée de mardi en raison de la journée de grève contre la réforme des retraites, selon un bulletin du Centre national d’information routière (Cnir), qui notait par ailleurs des opérations escargots dans l’est de la France.

« Le trafic est déjà très chargé ce matin sur tous les axes du secteur est du réseau francilien », a-t-il annoncé, les difficultés « principales » se situant sur l’A1, l’A4, l’A6 ou encore la N104 extérieure. L’A86 est également concernée.

  »Sur le boulevard périphérique, la circulation est chargée en chaussée intérieure de la porte des Lilas à la porte d’Italie et en extérieur de la porte d’Italie à la porte de la Chapelle », a précisé le Cnir.

 Dans l’est de la France, « des opérations escargot sont en cours » sur l’A35 (Bas-Rhin) en direction de Strasbourg dans le sens sud-nord et sur l’A31 (Moselle) en direction de Metz dans le sens nord-sud. « Des délais de route supplémentaires sont à prévoir », prévient le Cnir.

 

 

(Nouvelobs.com avec AFP)

 

 

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 19 octobre, 2010 |Pas de commentaires »

Prévisions pour le 19/10/2010……

Retraites : 266 manifestations prévues dans toute la France

 

Alors que la tension est montée d’un cran lundi, les syndicats appellent les salariés à se mobiliser contre le projet de réforme des retraites pour la sixième fois depuis la rentrée.

Manifestation parisienne du 16 octobre (AFP) Manifestation parisienne du 16 octobre (AFP)

Pour la sixième fois depuis la rentrée, les syndicats appellent les salariés à se mobiliser largement mardi 19 octobre contre la réforme des retraites, alors que la tension est montée d’un cran lundi avec des stations-service à sec et des incidents lors de rassemblements lycéens.

L’examen du texte se poursuit au Sénat avec un vote envisagé plutôt jeudi soir que mercredi comme initialement prévu. Lundi, Nicolas Sarkozy a affirmé que cette réforme était « essentielle » et que la France la mettrait « en œuvre ».

Dans la matinée, il avait présidé une réunion à l’Elysée.

Des mouvements de grève et 266 manifestations sont prévus mardi partout en France. A Paris, le défilé partira à 13h0 de la place d’Italie en direction des Invalides en présence de tous les leaders syndicaux.

La précédente journée interprofessionnelle, le 12 octobre, avait connu une mobilisation record, la police comptant 1,23 million de manifestants, les syndicats 3,5 millions.

 

Approbation de l’opinion publique

La mobilisation recueille toujours l’approbation de l’opinion publique. Lundi, dans un sondage CSA, 71% des Français exprimaient soutien et sympathie à la journée de mardi.

La SNCF prévoit six trains sur 10 en moyenne sur les relations au départ ou à l’arrivée de Paris, 1 train sur 4 sur les relations province-province.

Dans les aéroports, 50% des vols seront annulés à Orly, 30% dans les autres aéroports de la métropole dont Roissy.

Air France prévoit d’assurer 100% de ses vols long-courriers, 80% des court et moyen-courriers à Roissy et 50% des vols court et moyen-courriers à Orly.

Un peu plus de 10% d’enseignants du primaire vont faire grève mardi, selon le ministère de l’Education nationale, près d’un enseignant sur trois, selon le principal syndicat du primaire, Snuipp-FSU.

Cinq universités seront bloquées mardi, selon l’Unef, première organisation étudiante, qui a affirmé que la grève a été votée dans 12 des 83 universités du pays.

Des préavis de grève ont été déposés à la Poste, à France Télécom, dans le secteur public audiovisuel.

 

(Nouvelobs.com avec AFP)

 

 

Prévisions pour le 19/10/2010...... dans GREVES

Publié dans:GREVES, RETRAITES |on 19 octobre, 2010 |Pas de commentaires »
1...1718192021...23

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente