Archive pour la catégorie 'GREVES'

Journée noire……………………………(01/04/2018)

Logo Francetv info 17h10
Alerte info
SNCF : 77% des conducteurs seront en grève mardi, au premier jour de la mobilisation. Découvrez les prévisions de trafic détaillées dans notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 1 avril, 2018 |Pas de commentaires »

SNCF………………………………….(01/04/2018)

Grève SNCF : « Il y aura des lignes fermées », prévient Guillaume Pepy

Grève SNCF : "Il y aura des lignes fermées", prévient Guillaume Pepy
Le 22 mars à la gare de Lyon à Paris. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Des SMS ou des mails seront envoyés aux usagers pour confirmer ou non la circulation de leur train, promet le PDG de la SNCF.

Par L’Obs

Publié le 01 avril 2018 à 07h45

Le PDG de la SNCF Guillaume Pepy a prévenu dimanche qu’il y aurait « des lignes fermées » en raison de la grève qui commence lundi, tandis que la ministre des Transports Elisabeth Borne a fustigé un mouvement « incompréhensible ».

« S’il manque des aiguilleurs, la loi ne nous permettant pas d’en réquisitionner, il y aura donc des lignes fermées. Sur les grandes lignes, les trains annoncés la veille à 17 heures seront garantis. Nous enverrons un mail ou un SMS à toutes les personnes qui ont une réservation pour confirmer ou infirmer la circulation de leur train la veille à partir de 17 heures », a expliqué le patron de la SNCF, dans une interview publiée dans le Journal Du Dimanche.

 

 

Après avoir conseillé vendredi aux voyageurs de renoncer au train à partir de 19h00 lundi, Guillaume Pepy a redit que « les Français doivent être lucides » :

Nous avons dit et répété qu’il y aurait très peu de trains du 2 avril au soir au 5 avril au matin. Il ne sera donc pas raisonnable de venir dans une gare si votre train n’est pas confirmé. C’est pour cela que l’on a fermé les réservations pour les jours de grève. Lorsque l’on y verra plus clair on pourra en rouvrir certaines. »La CGT (1er syndicat du groupe), l’Unsa (2e) et la CFDT (4e) ont appelé les cheminots à faire grève de lundi à 19H00 jusqu’à 08H00 jeudi. C’est le premier des préavis de deux jours de grève sur cinq qu’ils pourraient déposer jusqu’à fin juin pour contrer la réforme de la SNCF voulue par le gouvernement.

SUD Rail (3e syndicat) a déposé de son côté un préavis de grève illimitée, reconductible par 24 heures, qui débutera à 20H00 lundi.

« Cela va désorganiser la production »

Par ailleurs, Guillaume Pepy a anticipé la difficulté de la succession des séquences de grève. « Trois jours après la reprise du trafic, une nouvelle séquence de grève démarrera. Cela va désorganiser complètement la production. Exemple : si l’entretien technique d’un train ne peut être fait à cause de la grève, il ne pourra plus rouler. Et nous finirons par manquer de matériel », craint-il.

 

De son côté, la ministre des Transports Elisabeth Borne, dans une interview au Parisien dimanche, a haussé le ton : « Je le dis clairement, personne ne peut comprendre que les syndicats de cheminots engagent une grève longue et pénalisante alors que le gouvernement est dans le dialogue », a-t-elle lancé.

« Je déplore franchement cette grève très pénalisante pour les voyageurs. Il est incompréhensible que les syndicats restent dans une posture de blocage qui n’est pas justifiée alors que nous apportons des réponses aux cheminots », a-t-elle poursuivi.

L'Obs
Publié dans:GREVES |on 1 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Les uns contre les autres…………………(01/04/2018)

Logo Francetv info 09h13
Alerte info
INFO FRANCEINFO. La SNCF verse une prime à des cadres pour les inciter à conduire des trains, les syndicats dénoncent une manoeuvre
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 1 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Ils « positivent »…………………..(31/03/2018)

Logo Francetv info 13h22
Alerte info
Mouvement social chez Carrefour : 20 000 salariés en grève, environ 450 magasins touchés
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 31 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Toujours atteint de surdité Jonas ? (30/03/2018)

Incidents et blocages, la colère gagne les universités

Incidents et blocages, la colère gagne les universités
Des étudiants de l’université de Nantes, lors d’une manifestation le 28 mars 2018. ((LOIC VENANCE / AFP))

Des manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes contre des violences perpétrées à Montpellier par des hommes cagoulés et armés.

Par L’Obs

Publié le 30 mars 2018 à 06h38

Incidents et blocages se multiplient au sein des universités et ont pris de l’ampleur après la violente agression contre des étudiants à Montpellier, alors que les examens approchent et que la délicate réforme de l’enseignement supérieur commence à s’appliquer.

« Pour le moment, le mouvement reste très localisé sur certains sites, avec des motivations différentes. La situation est en constante évolution », déclare Franck Loureiro, secrétaire général du Sgen-CFDT, première organisation du personnel de l’enseignement supérieur.

A Toulouse, des sites de l’université Jean-Jaurès (sciences humaines) sont bloqués depuis mars pour protester contre le projet de fusion avec d’autres établissements de la ville et contre la loi sur les modifications d’accès à l’université (loi ORE, Orientation et réussite des étudiants), accusée d’instaurer un système de sélection.

Le campus de la Victoire, en plein centre de Bordeaux, est bloqué depuis mi-mars. La faculté de lettres de Nancy est également bloquée « jusqu’à ce que Macron retire la loi » ORE, a indiqué à l’AFP Romane Mayer, porte-parole de l’Unef, deuxième syndicat étudiant et opposé à la réforme. Même chose pour l’université Paul-Valéry (Humanités) de Montpellier, où le blocage a été reconduit en AG « pour une durée illimitée ».

A Paris, le site de Tolbiac (université Panthéon-Sorbonne) est fermé depuis lundi et le président de l’établissement, Georges Haddad, dit craindre que la situation « dégénère ». Il n’exclut pas de devoir faire appel à la police. A Rouen, la faculté de sciences humaines est bloquée depuis mercredi par une centaine de jeunes.

A Nantes en revanche, le blocus a été levé vendredi, a indiqué l’université. Deux amphis restent occupés à la fac de lettres et les cours ont été transférés sur un autre site.

Des manifestations d’étudiants se sont par ailleurs déroulées ces derniers jours dans plusieurs villes contre des violences perpétrées à Montpellier par des hommes cagoulés et armés de bâtons dans la nuit du 22 au 23 mars dans un amphi bloqué de la fac de droit.

Le doyen de la fac de Montpellier mis en examen

Le doyen et un professeur, mis en cause par des témoins, ont été placés en garde à vue, fait rarissime dans l’histoire de l’université française. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a diligenté une enquête administrative et suspendu jeudi les deux enseignants.

Elle a appelé à « l’apaisement » et énoncé « deux lignes rouges » à ne pas franchir: « pas de violence dans les établissements » – »ce sont des lieux où l’on doit apprendre à débattre avec des arguments, non pas avec de la violence, a-t-elle détaillé– et garantir que « les examens aient lieu dans les meilleures conditions ».

Lilâ Le Bas, présidente de l’Unef, voit dans ces blocages le signe d’ »une vraie dynamique ». « La pédagogie sur cette réforme porte ses fruits », estime-t-elle. Les journées d’action contre cette loi n’ont jusqu’à présent que peu mobilisé.

« Les mobilisations de jeunes prennent souvent plus sur les émotions que sur les sujets de fond », avance Jimmy Losfeld, à la tête de la Fage, premier syndicat étudiant, qui soutient la loi ORE.

Examens

Les violences de Montpellier, dont des images ont circulé sur les réseaux sociaux, ont indigné étudiants et enseignants. La ministre a elle-même qualifié les faits d’ »inadmissibles ».

Le président de la Fage remet toutefois en cause « la légitimité » des AG, « qui votent à quelques centaines d’étudiants le blocage d’universités comptant des milliers de personnes ».

Une procédure « classique » lors des mobilisations étudiantes, selon Franck Loureiro, du Sgen-CFDT, qui évoque « une grande majorité silencieuse qui veut avoir cours et passer ses examens, et une minorité agissante ».

Il juge « imprévisible » la suite du mouvement mais craint une exacerbation des tensions, alors qu’approchent les examens prévus fin avril et courant mai. « Il risque d’y avoir des tensions entre ceux qui veulent passer leurs examens et ceux qui bloquent les salles. C’est dans ces moments-là que la situation peut déraper », dit-il.

La loi sur les nouvelles modalités d’accès à l’université prévoit « des attendus » pour les licences générales. Si le jeune ne les possède pas, selon les commissions d’examen des dossiers dans les facs, il se verra accepté sous conditions et devra suivre un parcours d’accompagnement.

L'Obs

L’Obs

Toujours atteint de surdité Jonas ?                     (30/03/2018) dans GREVES oba-icon
Publié dans:GREVES |on 30 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Pas mal…………………….(22/03/2018)

DIRECT. Manifestations à Paris : 47 800 personnes ont défilé dans la capitale, selon notre décompte indépendant

Les syndicats de fonctionnaires avaient appelé à la mobilisation contre la réforme de la fonction publique. Ils ont été rejoints par les cheminots, en colère contre la réforme de la SNCF annoncée par le gouvernement.

Publié dans:GREVES |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Inévitable…………………………..(22/03/2018)

Logo Francetv info 16h02
Alerte info
Des heurts éclatent à Paris entre manifestants et forces de l’ordre. Suivez notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Grèves…………………………..(22/03/2018)

Logo Francetv info 12h39
Alerte info
La SNCF annonce 35,4% de grévistes, l’Education nationale 12,8%. Suivez notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Jeudi noir…………………………..(21/03/2018)

Jeudi noir dans les transports, les écoles… qui fera grève demain et pourquoi ?

Jeudi noir dans les transports, les écoles... qui fera grève demain et pourquoi ?
Lors d’une manifestation de fonctionnaires pour la défense du service public, le 10 octobre 2017 à Paris. (Eric Feferberg/AFP)

Emmanuel Macron va passer jeudi son premier gros test social, avec des manifestations et des grèves dans divers secteurs.

Par L’Obs

Publié le 21 mars 2018 à 16h45

Quatre ans après le dernier mouvement d’ampleur, et près d’un quart de siècle après le mouvement historique de 1995 contre les réformes Juppé, la France se prépare, entre télétravail, covoiturage et « cars Macron », à un printemps de perturbations dans les trains. En conseil des ministres ce mercredi matin, le chef de l’Etat a demandé « de poursuivre la pédagogie », a rapporté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, affichant « une attitude d’écoute mais aussi une très grande détermination à poursuivre les réformes ».

Au cortège des cheminots vient s’ajouter celui des syndicats de fonctionnaires (hôpitaux, enseignants…), qui défileront séparément contre la réforme de la fonction publique. Qui fera grève, pourquoi et dans quelle mesure ? « L’Obs » fait le point.

SNCF : 60% des TGV à l’arrêt

Selon le PDG de la SNCF Guillaume Pepy, 40% des TGV circuleront, ainsi que 25% des Intercités, 50% des TER et 30% des trains en Ile-de-France.

 

 

Les premiers effets de la grève des cheminots contre la réforme du gouvernement devraient se faire sentir dès 19 heures ce mercredi et la circulation des trains sera perturbée jusqu’à 8 heures vendredi matin.

 

 

RATP : trafic « quasi normal »

Trois syndicats (CGT, Unsa et SUD) appellent à la grève au sein de la régie des transports parisiens (métro, bus, tram, une partie des RER A et B), en solidarité avec les cheminots, mais aussi pour des motifs spécifiques : crainte d’une privatisation future et problèmes d’effectifs.

La RATP anticipe cependant un trafic « quasi normal » dans le métro, les bus et les trams. Pour la partie du RER opérée par la RATP, trois trains sur quatre sont prévus en moyenne aussi bien sur le RER A que sur le RER B, soit « deux trains sur trois en heure de pointe et trafic quasi normal en heures creuses », précise la régie. Sur le RER B, un changement de train sera nécessaire à Gare du Nord pour accéder à la zone SNCF.

Trafic aérien : 30% des vols annulés à Roissy et Orly

Outre la défense de la fonction publique qui mobilise les fonctionnaires jeudi, l’USAC-CGT, premier syndicat de l’Aviation civile et deuxième parmi les contrôleurs aériens, a déposé un préavis de grève spécifique concernant les effectifs à la DGAC. Le syndicat évoque un trafic aérien en hausse de « 10% » et une baisse d’effectifs du même ordre.

Selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), 30% des vols au départ et à l’arrivée des aéroports de Roissy, Orly et Beauvais seront annulés.

Air France prévoit de son côté l’annulation de 25% de ses vols moyen-courriers de et vers Paris-Roissy et 40% des court-courriers à Orly ainsi que des transversales province, pendant la grève de contrôleurs aériens jeudi, a annoncé un porte-parole à l’AFP.

La compagnie aérienne prévoit par ailleurs de maintenir 100% de ses vols long-courriers, a-t-il ajouté en précisant que des retards et annulations de dernière minute n’étaient pas à exclure.

Education nationale : 10% des écoles seront fermées

Le premier syndicat des enseignants du primaire, le Snuipp-FSU, s’attend à un professeur sur quatre en grève dans les écoles maternelles et primaires, avec de fortes disparités d’un endroit à l’autre (par exemple 20% de grévistes prévus en Dordogne et plus de 50% à Paris et en Seine-Saint-Denis). Plus de 10% des écoles seront fermées dans les Alpes-de-Haute-Provence, à Paris ou encore en Seine-Maritime, selon le syndicat.

« C’est un peu en-deçà de ce qu’on avait espéré », a déclaré Francette Popineau, à la tête du syndicat.

Parmi les raisons de la grogne, la carte scolaire (avec les baisses d’effectifs dans les écoles rurales), mais surtout le statut des fonctionnaires et le pouvoir d’achat. Dans les collèges et lycées, les professeurs ne sont pas tenus de se déclarer à l’avance.

« On découvrira le taux de grévistes en milieu de matinée » jeudi, a indiqué Valérie Sipahimalani, secrétaire générale du Snes-FSU.

Hôpitaux : « malaise », mais service minimum

Un service minimum devrait être assuré dans les hôpitaux. Néanmoins, les médecins hospitaliers qui étaient en grève mardi et qui ont manifesté devant le ministère de la Santé pour dénoncer une « maltraitance » de l’hôpital public et réclamer une rencontre avec la ministre Agnès Buzin, ont prévu de « continuer le combat » et de participer à la journée de mobilisation du 22 mars.

Infirmiers, aides-soignants mais aussi agents administratifs dénoncent le « malaise » régnant dans les hôpitaux publics, sommés d’économiser l’équivalent de 22.000 postes sur la période 2015-2017 et qui devront réaliser 1,6 milliard d’euros d’économies en 2018.

Services publics : crèches, bibliothèques…

Parmi les services publics qui seront ou pourront être perturbés, figurent également ceux relevant des compétences des communes ou des départements, comme les crèches, les bibliothèques.

Les inspecteurs du permis de conduire seront aussi mobilisés, selon FO, et des magistrats à l’appel du Syndicat de la magistrature. A France Télévisions, la CGT appelle aussi à la grève.

Justice : les tribunaux au ralenti

Les tribunaux français tournaient quant à eux déjà au ralenti ce mercredi, avec de très nombreux reports d’audiences, des rassemblements, des actions symboliques pour une journée de mobilisation des avocats contre le projet de loi de programmation pour la justice, qui doit être présenté le même jour au conseil d’Etat. Dans son appel à la mobilisation daté du 17 mars, le Conseil national des barreaux (CNB) réaffirme son opposition au projet de loi de programmation de la justice 2018-2022, et « exige du gouvernement d’être immédiatement associé à la rédaction des projets d’ordonnances et de décrets ».

Sur son site, le CNB annonçait plusieurs dizaines d’actions pour cette journée « justice morte » : grèves ciblées, rassemblements devant les palais de justice, journées voire semaine entière avec grève totale des audiences durant parfois, comme à Orléans, jusqu’au 30 mars, prochaine journée de mobilisation avec manifestations prévue à l’échelon national.

 

L'Obs

L’Obs

Publié dans:GREVES |on 21 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Grèves…………………….(21/03/2018)

Logo Francetv info 08h05
Alerte info
Grève à la SNCF : 40% des TGV, 25% des Intercités et 50% des TER circuleront demain
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 21 mars, 2018 |Pas de commentaires »
123456...23

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente