Archive pour la catégorie 'LA VIE EN SARKOZIE'

Un pote à Jonas…………………(30/10/2017)

e

POLITIQUE

Les procès-verbaux très étonnants de l’enquête sur le financement de la campagne de Sarkozy en 2007

France Inter dévoile des éléments qui accréditent la thèse d’une circulation d’argent liquide. En provenance de Libye?

28/10/2017 19:23 CEST | Actualisé 28/10/2017 19:26 CEST
  • Un pote à Jonas.....................(30/10/2017) dans
 dans LA VIE EN SARKOZIE

Regis Duvignau / Reuters
Les PV très étonnants de l’enquête sur le financement de la campagne de Sarkozy en 2007.

POLITIQUE – Des compléments de revenus pour les salariés les plus dévoués. Voilà comment plusieurs acteurs de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 ont justifié auprès de la police le versement de primes en liquide. Jérôme Lavrilleux avait évoqué cette éventualité dès 2016, mais France Inter publie ce samedi 28 octobre plusieurs extraits de procès-verbaux qui semblent accréditer cette hypothèse.

Cela fait de longs mois que la justice enquête sur un possible financement libyen de la campagne du candidat de l’UMP. Il lui est impossible à ce stade de le confirmer mais elle a, selon France Inter, établi que de l’argent liquide avait circulé à cette période.

Plusieurs salariés de la campagne ont raconté avoir touché plusieurs centaines d’euros; 3000 euros pour une ancienne secrétaire du QG de Nicolas Sarkozy. « Ces primes touchées en espèce, nous savions qu’elles étaient occultes, que c’était du net, que nous n’avions pas à les déclarer aux impôts », a expliqué cette femme aux policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

Toutes affirment avoir reçu cet argent dans le bureau de deux hommes: Vincent Talvas, directeur financier de l’UMP, et Eric Woerth, le trésorier du parti.

Qu’y avait-il dans le coffre fort loué par Guéant?

Officiellement, jusqu’à 35.000 euros auraient été versés au total, mais la somme pourrait être plus importante. Les enquêteurs cherchent en effet à savoir si « le grand coffre fort » loué à la BNP par Claude Guéant pendant la campagne a servi exclusivement à stocker les discours de Nicolas Sarkozy ou si du liquide a pu y être entreposé. C’est ce que pensent plusieurs salariés interrogés.

Reste à savoir aussi d’où vient cet argent. Eric Woerth a affirmé aux enquêteurs que le liquide provenait de dons reçus au QG. « C’est moi qui ai ouvert la plupart des courriers contenant des espèces. La majorité des enveloppes contenait plusieurs milliers d’euros. (…) Cet argent me gênait, c’était plus encombrant qu’un don du ciel. Nous avons même pensé à le détruire », a expliqué le député de l’Oise. Des propos qui ne convainquent pas les enquêteurs; un rapport de synthèse estime même qu’ils visent à tromper.

Rien, en revanche, ne semble mener la justice sur la piste libyenne. Ziad Takieddine a affirmé avoir remis jusqu’à 5 millions d’euros à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy. À plusieurs reprises, y compris lors du débat télévisé de la primaire de droite, l’ancien président a démenti ces dires.

Publié dans:"AFFAIRES", LA VIE EN SARKOZIE |on 30 octobre, 2017 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………………….(22/05/2017)

Libération 22 mai 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Le Macron-telling

La communication politique progresse à grands pas. L’insupportable parti pris de transparence adopté sous la présidence Hollande va enfin disparaître. Le président recevait souvent les journalistes, expliquait longuement sa politique et toutes sortes d’informations filtraient de l’exécutif. François Hollande accueillait volontiers enquêteurs et équipes de télévision, ayant choisi, à tort ou à raison, de démystifier le pouvoir. Il avait même alimenté un livre-somme qui donnait pour ainsi dire en direct l’analyse complète du quinquennat par celui qui l’avait conduit. Cette horrible manipulation se termine. Ouf ! Le nouveau président parlera peu, à des moments soigneusement choisis, selon un propos parfaitement calibré, à des médias triés sur le volet. La parole était d’argent. Le silence sera d’or.

On a eu un avant-goût de cette bienfaisante méthode quand l’Elysée a voulu éliminer d’un voyage à l’étranger les journalistes politiques suspects de vouloir savoir ce qui se passait en coulisses, au profit de reporters spécialisés dans les affaires de défense, peu susceptibles de fourrer leur nez là où il ne faut pas. Ou bien quand Emmanuel Macron a refusé de répondre en Allemagne à une question qui sortait du champ par lui délimité. Fini l’horrible règne des petites phrases, des confidences intempestives, des indiscrétions qui flattent la curiosité du lecteur mais qui gênent tant le gouvernement. On saura désormais non ce qu’on veut savoir mais ce qu’on doit savoir. On ne s’informera pas, on sera informé. Finie la dictature médiatique ! Vive la communication maîtrisée !

Même chose en matière de vie privée. Le nouveau président a tiré la leçon des difficultés de l’ancien, rapportées avec tant de célérité par Closer ou Voici. Une femme de l’art, Mimi Marchand, qui n’est pas Mimi Pinson mais qui est la reine des pirates du people, a désormais la haute main sur la chronique intime du règne et négocie au couteau la moindre des photos pour éviter tout débordement. On savait toutes sortes de choses sur Valérie Trierweiler, Ségolène Royal, Julie Gayet, comme auparavant sur Cécilia et Carla Sarkozy. On ne saura qu’une seule chose sur Brigitte Macron : elle est en tout point admirable. Le reste, c’est de la presse de caniveau.

Le plus drôle, c’est que les journalistes, probablement, applaudiront. Profitant des brèches ouvertes par Hollande dans la forteresse élyséenne, ils avaient sorti toutes sortes d’échos gênants et de confidences imprudentes, ce qui rendait le pouvoir plus accessible au lecteur. Sans doute mécontents de remplir leur fonction démocratique en relatant les faits et gestes d’un régime plutôt débonnaire et transparent, ils en ont profité pour l’assassiner à qui mieux mieux, condamnant de surcroît, avec gravité et componction, une communication qu’ils jugeaient, tel l’hôpital qui se moque de la charité, trop ouverte et trop candide. Désormais privés d’informations et dépendant entièrement du bon vouloir du prince pour écrire leurs articles, ils ne manqueront pas de louer ce nouveau pouvoir si compétent et rigoureux, qui les met enfin en position de ne pas pouvoir exercer leur métier.

Et aussi

• Les grands patrons n’oublient pas de faire de la politique. Jusque-là Peugeot et Renault refusaient de promettre un chiffre d’affaires précis à leur fournisseur GM&S en difficulté grave. Miracle : deux jours après l’arrivée de Bruno Le Maire à Bercy, les deux Carlos (Ghosn et Tavares) ont augmenté le chiffre prévu auparavant, de 5 à 10 millions pour le premier, de 10 à 12 pour le second. Cela laissera un peu plus de temps pour trouver un repreneur à l’entreprise. Tant mieux pour les salariés, qui entrevoient un rayon de soleil. Tant mieux pour Le Maire et Macron, qui reportent l’échéance après les législatives. Le CAC 40 a voté.

• Le PS continue de broyer du noir. A Marseille, un sondage place Mélenchon en tête et Mennucci loin derrière. A Lyon, Najat Vallaud-Belkacem se retrouve virtuellement battue au deuxième tour par le candidat d’En marche, Bruno Bonnell, entrepreneur macronien type. Deux pertes symboliques annoncées dans les enquêtes, qui augurent mal du résultat national.

• Le FN ne veut plus sortir de l’euro. Prétextant que la nouvelle Assemblée n’aurait pas à traiter du sujet, ses candidats, à l’instar de Marine Le Pen, font désormais silence sur ce point crucial. Problème : sans sortie de l’euro, point de banque centrale française autonome, puisque la BCE reste gestionnaire de la monnaie unique. Du coup, le programme frontiste, déjà farfelu sur beaucoup de points, n’est plus du tout finançable. Pas grave : le FN n’a aucune chance d’arriver à la majorité et donc de gouverner. Il protestera, c’est sa nature.

Laurent Joffrin
Publié dans:LA VIE EN SARKOZIE, Politique |on 22 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Sacré Sarko………………………………….(07/02/2017)

Logo Francetv info 09h55
Alerte info
Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy est renvoyé en procès dans l’enquête sur le financement de sa campagne de 2012Nicolas Sarkozy devra s’expliquer devant les juges. L’ancien président de la République et treize autres protagonistes sont renvoyés en procès dans l’enquête sur le financement de la campagne électorale de 2012, rapporte une source judiciaire, mardi 7 février. L’ex-chef de l’Etat est renvoyé pour « financement illégal de campagne électorale ». A la mi-décembre, les derniers recours des mis en examen avaient tous été rejetés par la cour d’appel de Paris.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES", LA VIE EN SARKOZIE |on 7 février, 2017 |Pas de commentaires »

Un bien brave homme………………………..(23/01/2017)

Logo Francetv info 13h53
Alerte info
Primes en liquide : l’ancien ministre Claude Guéant condamné en appel à deux ans de prison dont un fermeL’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant a été condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme, lundi 23 janvier. L’affaire portait sur des primes en espèces que se versaient chaque mois des membres du cabinet de Nicolas Sarkozy à l’Intérieur et qui étaient prélevées sur une enveloppe destinée aux frais d’enquête et de surveillance (FES) des policiers. Il avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis, 75 000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction de toute fonction publique.
Publié dans:"AFFAIRES", LA VIE EN SARKOZIE |on 23 janvier, 2017 |Pas de commentaires »

Guéant………………………………………….(23/01/2017)

Logo Francetv info 13h53
Alerte info
Primes en liquide : l’ancien ministre Claude Guéant condamné en appel à deux ans de prison dont un fermeL’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant a été condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme, lundi 23 janvier. L’affaire portait sur des primes en espèces que se versaient chaque mois des membres du cabinet de Nicolas Sarkozy à l’Intérieur et qui étaient prélevées sur une enveloppe destinée aux frais d’enquête et de surveillance (FES) des policiers. Il avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis, 75 000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction de toute fonction publique.
Publié dans:LA VIE EN SARKOZIE |on 23 janvier, 2017 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »…………………………………….(26/09/2016)

Logo Francetv info 18H17
ALERTE INFO
L’ancien patron du renseignement intérieur Bernard Squarcini placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour trafic d’influenceL’ancien patron des renseignements intérieurs Bernard Squarcini a été placé en garde à vue, lundi 26 septembre, dans l’après-midi, dans les locaux de l’inspection générale de la police nationale, à Paris, selon les informations de franceinfo. Il est soupçonné de trafic d’influence, dans la même affaire que l’ex-patron de la PJ parisienne Christian Flaesch.
Publié dans:"AFFAIRES", LA VIE EN SARKOZIE |on 26 septembre, 2016 |Pas de commentaires »

Jamais il n’aurait fait ça !………………………(13/10/2012)

« Si Nicolas Sarkozy a influencé l’enquête, des poursuites sont possibles »

Créé le 12-10-2012 à 18h30 – Mis à jour à 19h52

Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, revient sur les révélations du « Monde » sur les rencontres à l’Elysée entre l’ex-président et Philippe Courroye à des moments-clés de l’affaire Bettencourt. Interview.

Nouvel Observateur

Nicolas Sarkozy serre la main de Philippe Courroye durant la cérémonie du 69e anniversaire de l'Appel du 18 juin, à Suresnes, le 18 juin 2009. (AFP PHOTO POOL CHARLES PLATIAU)

Nicolas Sarkozy serre la main de Philippe Courroye durant la cérémonie du 69e anniversaire de l’Appel du 18 juin, à Suresnes, le 18 juin 2009. (AFP PHOTO POOL CHARLES PLATIAU)

L’ex-président Nicolas Sarkozy et l’ex-procureur de Nanterre Philippe Courroye se sont rencontrés au moins huit fois, à des moments-clés de l’affaire Bettencourt, révèle  « Le Monde » vendredi 12 octobre. Le magistrat a ensuite annoncé vouloir porter plainte pour violation du secret de l’instruction et recel, après divulgation par le journal du soir de son procès verbal d’interrogatoire du 2 octobre en tant que témoin.

Que va-t-il se passer après ces nouveaux rebondissements dans l’affaire Bettencourt ? L’avis du juge d’instruction et secrétaire général du Syndicat de la magistrature Matthieu Bonduelle.

 

Si l’information du « Monde » est avérée, Philippe Courroye peut-il rester magistrat ?

- Il faut se souvenir que Philippe Courroye est visé par deux procédures : une pénale et une disciplinaire [dans le volet des fadettes de l'affaire Bettencourt, NDLR]. Dans ces deux cas, il n’a pas été interdit d’exercer. La garde des Sceaux a fait le choix contestable de muter Philippe Courroye hors procédure disciplinaire cet été, sur la base d’un concept flou, l’intérêt du service. Ces éléments nouveaux nous renforcent dans l’idée qu’il serait utile de faire des investigations pour savoir si Philippe Courroye a commis des fautes disciplinaires.

Les révélations d’aujourd’hui sont significatives. Qu’est-ce qui s’est dit durant ces rendez-vous ? A-t-il ou non révélé des informations couvertes par le secret professionnel ? Si cette l’information du « Monde » est avérée, c’est tout à fait anormal qu’un procureur de la République, tenu par un devoir d’indépendance, se rende à l’Elysée.

Deux personnes peuvent engager une procédure disciplinaire : son supérieur hiérarchique – mais Philippe Courroye est maintenant avocat général à Paris et les faits relèvent de son activité ancienne – ou la Garde des Sceaux.

La Garde des Sceaux a trois options. Soit elle décide de ne rien faire. Soit elle diligente une enquête administrative, et à la fin, si elle estime que des fautes ont été commises, elle saisit le Conseil Supérieur de la magistrature (CSM). Le CSM peut alors lui infliger des sanctions, qui vont du blâme, à la révocation, en passant par la suspension provisoire. Soit la garde des Sceaux saisit directement le CSM, sans enquête administrative. Mais le peut-elle ? A-t-elle assez d’éléments pour le faire ? La question est compliquée. Ce n’est pas à moi de répondre, c’est à la Garde des Sceaux d’estimer si des fautes ont été commises.

Nicolas Sarkozy est-il passible de poursuites pour ces rencontres à l’Elysée ?

- Tout dépend de ce qui s’est dit pendant ces rendez-vous. S’il a influencé l’enquête, des poursuites sont possibles pour délit d’entrave à l’exercice de la justice, et éventuellement pour recel d’informations couvertes par le secret professionnel. D’autant que Nicolas Sarkozy n’est plus couvert par l’immunité présidentielle. Mais c’est de la justice fiction, ce sera au procureur et à la garde des Sceaux de le dire !

La plainte de Philippe Courroye pour violation du secret de l’instruction et recel a-t-elle des chances d’aboutir, et quelles seraient les conséquences pour l’enquête ?

- Je ne peux pas faire de pronostic ! Il y a bien violation du secret de l’instruction. Mais il est violé quotidiennement. Dans sa forme actuelle, un secret absolu et extrêmement long, le secret de l’instruction n’a plus de sens. « Le Monde » prend un risque pénal en publiant le procès verbal, mais a le devoir d’informer le public.

Propos de Matthieu Bonduelle recueillis par Violette Robinet

Jamais il n'aurait fait ça !...........................(13/10/2012) dans Justice

Publié dans:Justice, LA VIE EN SARKOZIE |on 13 octobre, 2012 |Pas de commentaires »

Il n’y a pas du fumée………………………(11/05/2012)

Sarkozy aurait proposé du nucléaire à Kadhafi

Créé le 11-05-2012 à 16h07 – Mis à jour à 17h34 11 réactions

Le Nouvel Observateur

C’est ce qu’affirme « Mediapart ». Le président sortant a toujours nié la réalité de négociations de ce type avec la Libye.

 Ici figurait une photo du SIPA qui a été supprimée.

 

« Nicolas Sarkozy, à peine élu, a offert une collaboration quasi inconditionnelle au régime libyen, dans les domaines du nucléaire et de l’armement, contrairement à ce qu’il n’a cessé d’affirmer ces dernières semaines », affirme « Mediapart » vendredi 11 mai. Le site d’information en veut pour preuve la retranscription d’un échange téléphonique entre le président sortant et Mouammar Kadhafi, daté du 28 mai 2007 et réalisé par les autorités libyennes.

« Qui est la personne que je pourrai rencontrer pour échanger avec elle sur les questions délicates ? Est-ce Monsieur Bachir ? « , demande Nicolas Sarkozy lors de cette conversation. « Il se peut Bachir (sic) car il parle français, et vous pouvez vous entendre directement », lui répond l’ex-dirigeant libyen. Il s’agit de Bachir Saleh, l’ancien directeur de cabinet de Kadhafi, qui « aurait pris la fuite au Sénégal, après avoir bénéficié d’une autorisation de séjour délivrée par l’ancien ministre de l’intérieur, Claude Guéant », précise le site d’information.

« Par rapport à l’énergie nucléaire » : « Si vous acceptez, je suis prêt à envoyer une mission d’exploration pour étudier ce sujet », et « dans le domaine de la défense », « je suis heureux si nous pouvons travailler concrètement avec la Libye », affirme par ailleurs Nicolas Sarkozy au cour de cette même conversation, selon le document obtenu par « Mediapart ».

« Il n’a jamais été question de vendre une centrale à M. Kadhafi », avait déclaré Nicolas Sarkozy sur France Inter, le 17 avril.

Le Nouvel Observateur

Il n'y a pas du fumée...........................(11/05/2012) dans

 

Publié dans:"AFFAIRES", LA VIE EN SARKOZIE |on 11 mai, 2012 |Pas de commentaires »

Droles d’amis…………………………..(02/05/2012)

Un deal Sarkozy-Kadhafi pour libérer les infirmières bulgares ?

Créé le 01-05-2012 à 14h39 – Mis à jour à 18h01 2 réactions

Le Nouvel Observateur avec AFP

Selon l’hebdomadaire « Les Inrockuptibles », le président français a obtenu la libération des infirmières bulgare, en juillet 2007, en échange d’un accord sur le nucléaire avec Tripoli.

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi en décembre 2007. (SIPA)

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi en décembre 2007. (SIPA)

L’hebdomadaire « Les Inrockuptibles », qui dit s’appuyer sur des documents officiels, affirme qu’en 2007, Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi ont conclu un arrangement « secret ». Le dirigeant libyen aurait libéré les infirmières bulgares en échange d’un accord sur le nucléaire avec Paris.

Dans son édition du mercredi 2 mai, le journal affirme avoir pu consulter certains « dossiers confidentiels » qui « s’entassent dans les archives de l’Elysée et du Quai d’Orsay ».

Interrogé lundi sur l’authenticité de ces documents, le ministère des Affaires étrangères n’a pas fait de commentaire. « Nous n’avons pas à confirmer ou infirmer l’existence et le contenu de télégrammes diplomatiques », a indiqué le ministère, rappelant « la nature confidentielle » de ceux-ci. L’Elysée de son côté n’a pas souhaité y réagir.

Un deal négocié en juillet 2007

Le magazine affirme que « l’essentiel de l’affaire s’est soldé en sept jours, en une succession de bluffs, loin du temps long de la raison diplomatique » et assure que « le sort des infirmières bulgares s’est joué sur des missiles français et une centrale nucléaire ».

En décembre 2007, au premier jour d’un visite à Paris de Mouammar Kadhafi à Paris, six mois après la libération des Bulgares, l’Elysée avait détaillé les accords et contrats signés avec la Libye, parmi lesquels un accord de « coopération pour le développement des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire » pouvant conduire à la livraison d’un réacteur destiné à dessaler l’eau de mer.

Quelques mois plus tôt, Nicolas Sarkozy, qui venait d’être élu à la présidence française, s’activait à persuader Kadhafi de libérer les Bulgares accusées en Libye d’avoir inoculé volontairement le virus du sida à des enfants.

Le 16 juillet, rapportent Les Inrockuptibles, l’ambassadeur de France à Tripoli Jean-Luc Sibiude reçoit un télégramme de Paris lui demandant « d’approcher au plus haut niveau les autorités libyennes pour leur soumettre un projet d’accord-cadre de coopération franco-libyenne », selon le message confidentiel cité par le magazine.

« Ce texte pourrait être signé lors de la visite qu’envisage de faire le président de la République en Libye, si nous avons reçu d’ici là la confirmation de l’extradition des infirmières », explique un conseiller de Bernard Kouchner (ministre des Affaires étrangères) à l’ambassadeur.

Paris énumère les domaines sur lesquels il pourrait porter parmi lesquels le « nucléaire », souligne Les Inrockuptibles.

La France a toujours nié toute contrepartie

Deux jours plus tard, toujours dans un télégramme, l’ambassadeur de France informe son ministre de tutelle que Kadhafi a apprécié le mot « nucléaire ». « Les Libyens attendaient ce signal qui répond à une demande personnelle du colonel Kadhafi », écrit-il.

Dans la nuit du 23 juillet, l’ambassadeur reçoit un nouveau télégramme de Paris annonçant que l’accord nucléaire souhaité par Kadhafi est accepté par Paris. Le « oui » français doit être remis au Libyen « dans les meilleurs délais », mais « uniquement si les infirmières et le médecin sont d’ici là libérés », souligne le télégramme, cité par le magazine.

« Cela marche », commente l’hebdomadaire. « Le lendemain, mardi 24 juillet, Mouammar Kadhafi libère les infirmières bulgares ».

Interrogé en 2007 par une commission parlementaire, Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée et plus proche collaborateur de Nicolas Sarkozy, avait assuré que la libération des soignants bulgares n’avait pas donné lieu à des « contreparties ».

Le Nouvel Observateur avec AFP

Droles d'amis................................(02/05/2012) dans LA VIE EN SARKOZIE

Publié dans:LA VIE EN SARKOZIE, Politique |on 2 mai, 2012 |Pas de commentaires »

L’enquête de Médiapart, suite………………………..(28/04/2012)

Mediapart publie une lettre sur un financement libyen de la campagne de Sarkozy

Créé le 28-04-2012 à 16h34 – Mis à jour à 18h04 28 réactions

Le Nouvel Observateur

Selon le site d’investigation, « le régime de Mouammar Kadhafi a bien décidé de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007″.

Impression d'écran du site Mediapart affichant un document qui prouverait un accord de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par l'ancien dictateur libyen. (Impression)

Impression d’écran du site Mediapart affichant un document qui prouverait un accord de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par l’ancien dictateur libyen. (Impression)

Ce pourrait être une bombe à quelques jours de l’élection présidentielle. Mediapart dit détenir la preuve de la participation de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

« Le régime de Mouammar Kadhafi a bien décidé de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007″, affirme samedi 28 avril le site d’investigation, qui met en ligne un document présenté comme officiel.

Cette note aurait été communiquée par « d’anciens hauts responsables du pays, aujourd’hui dans la clandestinité ». Elle serait « issue des archives des services secrets », aurait été « rédigée il y a plus de cinq ans », et aurait « échappé aux destructions de l’offensive militaire occidentale ».

La confirmation d’un accord ?

Le 12 mars, Nicolas Sarkozy avait qualifié de « grotesque » un éventuel financement de sa campagne présidentielle de 2007 par Mouammar Kadhafi.

Plusieurs informations sont évoquées dans ce document. Premièrement le nom de Nicolas Sarkozy, « candidat aux élections présidentielles » (sic). Deuxièmement « un montant d’une valeur de « 50 millions d’euros ». Ensuite la confirmation « d’un accord de principe » pris lors « de la réunion tenue le 6. 10. 2006″.

Enfin d’autres noms, ceux des prétendus participants à cette réunion : « Brice Hortefeux », alors ministre des collectivités locales, l’homme d’affaires franco-libanais  »Ziad Takieddine », ainsi que « le directeur des services de renseignements libyens », Abdallah Senoussi, « et le président du Fonds libyen des investissements africains », Bachir Saleh.

Quant au signataire de la lettre, ce ne serait autre que « Moussa Koussa », « connu pour avoir été l’un des plus proches collaborateurs de Mouammar Kadhafi et le mentor de deux de ses fils (Motassem et Saïf al-Islam) ». Mais aussi, écrit Mediapart, « le patron pendant plus de quinze ans, entre 1994-2011, des services secrets extérieurs libyens (l’équivalent de la DGSE française), avant de devenir le ministre des affaires étrangères de la Libye. »

La traduction publiée par Mediapart

Le site publie la version originale du document, ainsi que sa traduction :

« Service de la sécurité extérieure

Frère / Président du Fonds libyen des investissements africains

Que la paix soit sur vous… En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur /Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros.

Nous vous confirmons l’accord de principe quant au sujet cité ci-dessus, et ce après avoir pris connaissance du procès-verbal de la réunion tenue le 6. 10. 2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens, et le président du Fonds libyen des investissements africains, et du côté français, Monsieur /Brice Hortefeux, et Monsieur /Ziad Takieddine, et au cours de laquelle un accord a été conclu pour déterminer le montant et le mode de paiement.

Que la paix soit sur vous et la miséricorde de Dieu et ses bénédictions…

Moussa Imuhamad Koussa

Chef du service de la sécurité extérieure »

Takkiedine non présent ?

Rencontré par Mediapart vendredi 27 avril, Ziad Takieddine, dont l’avocate Samia Maktouf affirme qu’il « n’était pas présent à la réunion indiquée dans le document », déclare :

 Ce document prouve qu’on est en présence d’une affaire d’Etat, que ces 50 millions d’euros aient été versés ou non. »

Interrogé par le « Nouvel Observateur », Me Maktouf affirme que son client « a jugé le document crédible, compte tenu des propos du fils de Kadhafi Saïf al-Islam lors de leur dernière rencontre selon lesquels il détenait les preuves d’un financement. » Mais, poursuit l’avocate de l’homme d’affaires, « M. Takieddine dit qu’il n’était pas présent à la réunion évoquée dans le document. »

Dans une interview au « Nouvel Observateur » début avril, Ziad Takieddine déclarait:

Il n’y a pas de financement en 2007. Il n’y a aucun financement en 2007. S’il y avait eu un financement, je l’aurais vu, ce serait passé entre mes mains, je savais tout ce qui se passait entre la Libye et la France. »

En décembre 2007, le guide de la révolution libyenne a été accueilli en grandes pompes à Paris pour une visite de cinq jours. Une visite au protocole inhabituel : reçu à l’hôtel Marigny, conformément à ses caprices, le colonel a fait ériger dans les jardins une tente bédouine pour y accueillir ses invités.

En mars 2011, rappelle Mediapart, peu avant le déclenchement de la guerre sous l’impulsion de la France, « Mouammar Kadhafi, son fils Saïf al-Islam et un ancien chef des services secrets, Abdallah Senoussi, avaient tous trois affirmé publiquement détenir des preuves d’un financement occulte du président français ».

Et le site de poursuivre : « La découverte de la note de M. Koussa exige désormais que s’engagent des investigations officielles – qu’elles soient judiciaires, policières ou parlementaires – sur cet épisode sombre et occulte des relations franco-libyennes. »

Peu après la publication de l’article de Mediapart, Bernard Cazeneuve, un des porte-parole de François Hollande, a demandé à Nicolas Sarkozy de « s’expliquer devant les Français ».

Le Nouvel Observateur

Par

12345...28

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente