Archive pour la catégorie 'Médias'

Les médias « lagardèrisées » se rebiffent…

Encore un préavis de grève pour le pôle médias de Lagardère

Quatre-vingt-treize postes supprimés et soixante-dix CDD non renouvelés. L’annonce de la direction de Lagardère a suscité jeudi la colère des salariés d’Hachette Filipacchi, la branche presse écrite du groupe (Paris Match, Elle…). Aussitôt, une assemblée des personnels s’est tenue et un préavis de grève a été voté pour le mardi 5 juin.

L’ensemble des services devrait être touché par cette suppression de postes, qui se fera grâce à des départs volontaires. Vingt journalistes sont concernés -sur les 1 250 salariés d’Hachette Filipacchi Médias- mais les titres visés ne sont pas encore connus.

Deuxième plan de restructuration et deuxième préavis de grève pour le groupe Lagardère. Vendredi dernier, les salariés d’Europe 1 avaient déjà menacé de cesser leur activité, également pour le mardi 5 juin. Onze postes dans les métiers d’antenne et trente-et-un dans les fonctions technico-administratives sont menacés, soit 10,3% des effectifs.

Au mois de janvier, le groupe Lagardère avait déjà annoncé la couleur, en prévoyant 70 millions d’euros d’économies, la fermeture de magazines (dont « Top Famille ») et la réduction de 7 à 10% de ses effectifs mondiaux. Des restructurations qui correspondent au plan de rapprochement des pôles presse écrite et audiovisuel. Et qui pourraient donc pousser les salariés à se mettre en grève, fait rarissime dans l’histoire du groupe.

Publié dans:Médias |on 3 juin, 2007 |Pas de commentaires »

Où l’on reparle de censure….

Le journaliste Alexandre Lévy dénonce sur son blog une « petite censure franche et décomplexée »

Par FLORENT LATRIVE

LIBERATION.FR : samedi 2 juin 2007

Les patrons de presse aiment manier les ciseaux, ces derniers temps. Après Lagardère qui a fait retoquer un article sur Cécilia Sarkozy dans le JDD, c’est au tour de Vincent Bolloré : l’homme d’affaires à la tête d’un groupe de médias (la télé Direct 8, les gratuits Direct Soir et Matin Plus) ou son entourage ont censuré un article prévu pour être publié dans Matin Plus, édité en collaboration avec le Monde et Courrier International. Un acte jugé « scandaleux » par le directeur de la rédaction de Courrier International, Philippe Thureau-Dangin, qui réclame des garanties à Matin Plus dans une interview donnée à Libération.fr.

Sur le même sujet

L’affaire est relatée par le journaliste de Courrier International (qui appartient au groupe le Monde), Alexandre Lévy, sur son blog. Il y raconte comment, « vendredi 25 mai, en lieu et place d’un article sur les péripéties d’un groupe de musiciens roms hongrois en France, le journal gratuit Matin + publia une page entière de publicité sur… un festival de musique. ». Dans cet article traduit du quotidien hongrois Magyar Harlap, choisi par la rédaction de Courrier International en vertu des accords qui lient les deux journaux, un ancien consul s’étonne du « traitement réservé à un groupe de musiciens tsiganes invité en France, retenus de façon arbitraire et sans un mot d’excuses au moment de regagner leur pays. » Un excès de zèle policier français vu par un étranger de façon « plutôt ironique que méchante », estime Alexandre Lévy.

Mais l’équipe de Bolloré aux manettes de Matin Plus semble avoir vu là une dangereuse provocation. « On ne peut pas parler de la sorte de la police française », aurait affirmé la direction, selon Alexandre Lévy. Résultat, un papier trappé et « une petite censure, franche et décomplexée, pour un papier qui, ma foi, n’en méritait pas autant. »

Le quotidien en ligne Rue89 a tenté de joindre les responsables de Matin Plus et du journal le Monde pour obtenir une confirmation, sans que leurs appels soient retournés.

Publié dans:Médias |on 3 juin, 2007 |Pas de commentaires »

Pressions sur les médias…..liberté de la presse..

pouvoirs

Les journalistes de Paris-Match disent
avoir subi « des pressions »

NOUVELOBS.COM | 30.05.2007 | 10:20

La garde des Sceaux serait intervenue auprès de la direction du magazine, dont l’actionnaire majoritaire, Arnaud Lagardère, est un proche de Nicolas Sarkozy, pour empêcher la publication de photos d’enfance « dont la reproduction avait pourtant été autorisée par son père ».

 

Rachida Dati (AP)

Rachida Dati (AP)

La Société des journalistes (SDJ) de Paris-Match proteste contre « des pressions exercées par la garde des Sceaux » Rachida Dati visant à empêcher la publication de photos de jeunesse « dont la reproduction avait pourtant été autorisée par son père », dans un communiqué mardi 23 mai.
« Dans un contexte d’insécurité, où des journalistes sont incités au départ, la direction de notre rédaction ainsi que la direction générale des rédactions de Lagardère Active, ont choisi de céder. La SDJ le déplore », ajoute l’organisation.
Olivier Royan, directeur de la rédaction de Paris-Match, a expliqué à l’AFP que Rachida Dati lui avait fait savoir que « ni elle ni ses frères et sœurs ne souhaitaient la publication de photos de famille dans ce reportage ».

« Un caractère privé »

« Comme ces photos ont un caractère privé, et malgré leur côté un peu banal -il s’agit de scènes d’enfance- nous avons décidé de respecter la loi », a ajouté Olivier Royan.
« La liberté de la presse doit s’exercer dans le respect des personnes et Rachida Dati n’a fait que faire respecter son droit à la vie privée », a expliqué de son côté le ministère de la Justice.
« Il n’y a aucune raison de polémiquer ni de parler de pressions », a indiqué pour sa part à l’AFP Didier Quillot, pdg de Lagardère Active. « Il s’agit simplement de respecter le droit (…) Nous avons considéré que l’autorisation du père de Rachida Dati, seul, ne suffisait pas car il s’agit de la vie privée et de l’enfance de Rachida Dati et de ses frères et sœurs », a-t-il poursuivi.
« Nous avons donc considéré que son accord, ainsi que celui de ses frères et sœurs, étaient indispensables. C’est le simple et strict respect de la vie privée », a conclu Didier Quillot.

La version de la SDJ

Selon la SDJ de Paris-Match, la reproduction de ces photos avait été autorisée par le père de la garde des Sceaux « lors d’un rendez-vous avec nos reporters ».
« Au terme de longues tractations, l’article a été maintenu mais vous ne verrez pas dans notre prochaine édition ces banales photos de famille », ajoute-t-elle. « Et ce bien qu’une partie d’entre elles ait déjà été montrée dans un documentaire diffusé sur la chaîne marocaine 2M ».
« Les photographies publiées (ndlr: dans la prochaine édition) sont celles qui ont été sélectionnées par la Chancellerie », souligne la SDJ.
Elle note que l’actionnaire majoritaire de Paris-Match, Arnaud Lagardère, « auquel nous avions demandé de nous recevoir afin de garantir l’indépendance éditoriale de nos titres, ne nous a toujours pas dit quand nous pourrions le rencontrer ».
La SDJ indique être soutenue, dans cette protestation, par les SDJ du Journal du Dimanche (JDD), Elle, Première et Télé7Jours, publications appartenant au groupe Lagardère.
Cette protestation de la SDJ d’un des titres de la galaxie Lagardère intervient quelques jours après un premier incident. Mi-mai, le JDD avait renoncé à publier un article révélant que Cécilia Sarkozy n’avait pas voté au second tour de l’élection présidentielle le 6 mai.
La Société des journalistes du JDD avait alors accusé Arnaud Lagardère, patron du groupe propriétaire du journal et proche de Nicolas Sarkozy, d’être intervenu pour que l’article ne soit pas publié et avait dénoncé « une censure inacceptable ». (AFP) 

 

Publié dans:Médias, Politique |on 30 mai, 2007 |Pas de commentaires »
1...3031323334

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente