Archive pour la catégorie 'Médias'

 » Je suis Charlie »……………………………(07/01/2015)

Direct – «Charlie Hebdo» : les suspects «avaient fait l’objet de surveillance», selon Cazeneuve

LIBERATION 8 JANVIER 2015 À 06:24 (MIS À JOUR : 8 JANVIER 2015 À 10:04)
A Charleville-Mézières, où le plus jeune des suspects s'est rendu cette nuit.
A Charleville-Mézières, où le plus jeune des suspects s’est rendu cette nuit. (Photo François Lo Presti. AFP)
EN DIRECT

Selon le ministre de l’Intérieur, «il n’y avait pas d’élément les concernant témoignant de l’imminence d’un attentat».

L’ESSENTIEL

• Au lendemain de l’attentat ayant fait douze morts au siège de Charlie Hebdo, la police recherche toujours deux frères, principaux suspects de l’attaque sanglante. Un troisième suspect s’est rendu dans la nuit à Charleville-Mézières.

• Sept membres de l’entourage des auteurs présumés de l’attaque ont été placés en garde à vue mercredi soir.

• François Hollande a annoncé une journée de deuil national ce jeudi et recevra dans la journée les principaux leaders des formations politiques françaises.

À LIRE AUSSI Notre récit de la journée de mercredi dans notre dossier spécial.

 

10 heures. La RATP interrompra son trafic durant une minute à midi.

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 23 décembre 2014 à Paris9h50. «Ces individus avaient fait l’objet de surveillance. Leur statut n’était pas judiciarisé (il n’y avait pas de procédure judiciaire en cours les visant). Il n’y avait pas d’élément les concernant témoignant de l’imminence d’un attentat», explique Bernard Cazeneuve (photo AFP), le ministre de l’Intérieur, au sujet des deux suspects, sur Europe 1. «Nous prenons 100% de précaution, mais (…) ce n’est pas le risque zéro», ajoute le ministre au sujet de la prévention des attentats sur le territoire français. «Nous sommes face à un risque exceptionnel qui peut conduire à d’autres manifestations de violence», prévient-il.

9h40. La filière de la sécurité privée renforce ses dispositifs pour protéger les entreprises et assure coopérer avec les pouvoirs publics en matière de prévention. Le secteur a mis «à la demande de nos clients, qui sont parfois très sensibles, des moyens complémentaires qui permettent d’améliorer le niveau de vigilance», déclare le président de l’Union des entreprises de sécurité (USP) privée, Claude Tarlet, sur BFM-Business. Les dispositifs ont été renforcés par exemple «dans des entreprises où il faut assurer l’accueil et le filtrage» et «dans des bâtiments, où il n’y avait pas de présence la nuit», précise-t-il, sans citer de noms des sociétés demandeuses.

La présidente du Front National, Marine Le Pen, le 11 novembre 2014 à Châlons-en-Champagne9h10.Marine Le Pen (photo AFP) rappelle qu’elle souhaite proposer, si elle est élue présidente, un «référendum sur la peine de mort» à laquelle elle est «personnellement favorable».«J’ai toujours dit que j’entendais offrir aux Français la possibilité de s’exprimer sur le sujet par l’intermédiaire d’un référendum. Moi à titre personnel, je pense que la peine de mort doit exister dans notre arsenal juridique, à charge évidemment pour les jurés, pour les crimes les plus odieux, de pouvoir faire ce choix», développe-t-elle. Elle réclame aussi, de longue date, «la maîtrise de nos frontières, la déchéance de la nationalité, le renforcement des moyens accordés à la police qui a vu ses effectifs fondre ces dernières années»«Il manque de moyens dans le renseignement français. Il y a de très bonnes qualités, mais à l’impossible nul n’est tenu», déplore la patronne du FN.

L’eurodéputée participe-t-elle à «l’unité nationale» à laquelle a appelé François Hollande mercredi soir ? «Bien entendu, je crois que l’ensemble de la nation est unie, d’abord dans la douleur, aussi dans le sentiment très profond que la France est attaquée, que notre culture, nos libertés, nos valeurs, notre mode de vie ont été attaqués.» Alors que France 2 lui demande si elle compte participer à la «marche républicaine» prévue samedi, elle répond : «M. Valls a appelé Sarkozy pour l’(y) convier. J’attends que mon téléphone sonne pour que le Premier ministre invite évidemment la représentante d’un parti qui a fait 25% aux dernières élections à se rendre à cette manifestation d’unité nationale». Vous êtes prête à y aller ? «De la même manière que nous avions participé à la cérémonie qui avait eu lieu à l’initiative de Nicolas Sarkozy lors de la mort des militaires assassinés par Merah»en mars 2012, confirme l’eurodéputée.

9h05. Une nouvelle réunion de crise a débuté à 8h40 à l’Élysée autour de François Hollande et du Premier ministre Manuel Valls. Cette réunion se tient«dans la même formation» que la première convoquée mercredi après-midi au palais présidentiel dans la foulée de l’attentat. Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Fleur Pellerin (Culture et Communication) ainsi que les responsables des principaux services de police, de gendarmerie et de renseignement intérieurs et extérieurs participaient à cette réunion.

Le président Hollande devait recevoir ensuite, à 9h30, son prédécesseur et président de l’UMP Nicolas Sarkozy. Il prononcera dans la foulée et comme prévu, l’éloge funèbre de l’ancien résistant et parlementaire Robert Chambeiron aux Invalides, a ajouté l’Elysée. Puis il observera jeudi à midi à la Préfecture de police de Paris, endeuillée par la mort de deux policiers, le «moment de recueillement» prévu dans l’ensemble des services publics en mémoire des victimes de l’attentat.

Florian Philippot a fait une apparition au réveillon polémique de jeunes du FN et de l'UMP.8h50. Comme RTL demandait à Florian Philippot (photo AFP) s’il pouvait dire «Je suis Charlie», comme le proclame la presse jeudi matin, alors que ce journal n’a pas épargné son parti, il répond : «Bien sûr : quand on défend la liberté d’expression, on la défend toute, y compris celle qui vous égratigne»«La concorde nationale, l’unité nationale s’est faite assez naturellement», relève Florian Philippot, ce qu’il juge «rassurant et encourageant».

«Il faut maintenant nommer ce problème, ce mal, fondamentalisme islamique», ajoute-t-il, regrettant «certaines pudeurs sur ce sujet de la part des responsables politiques»«Il faut se donner les moyens de le combattre, ce qui manifestement n’a pas été fait», mais cela fait «bien longtemps qu’il y a un certain laxisme». Pour lui, «c’est une évidence qu’il y a un lien entre l’immigration et la montée du fondamentalisme islamique», qui «n’est pas tombé du ciel».

«Il n’y a pas que l’immigration à arrêter, il faut aller vers le financement», a poursuivi le député européen frontiste, en visant «le Qatar et l’Arabie saoudite avec lesquels nous avons de trop bonnes relations», et aussi «les prédicateurs étrangers violents à renvoyer».

8h35. D’après France Info, des coups de feu ont été tirés ce matin dans le sud de la capitale, porte de Châtillon. On ne sait pas encore s’il existe un lien avec la fusillade à Charlie. Deux policiers «sont à terre», indique une source policière. Un homme a fait feu sur eux peu après 8 heures.

DERNIERE MINUTE | Selon nos informations, des coups de feu ont été tirés ce matin porte de Châtillon dans le sud de Paris

— France Info (@franceinfo) 8 Janvier 2015

8h25. Les hommages aux victimes de l’attaque contre Charlie continuent, y compris dans les transports en commun.

Pas d’infos dans les trams #TCL, un simple message :#NousSommesCharlie#Lyon#CharlieHebdopic.twitter.com/WGT4rc0Ihj

— Lyonrail (@Lyonrail) 8 Janvier 2015

Ce matin en gare de Thionville, la @SNCF et ses usagers sont Charlie.#JeSuisCharliepic.twitter.com/eHomO29AI5

— Julie Kasinski ✏️ (@JulieKasinski) 8 Janvier 2015

In French train this morning… pic.twitter.com/UDdE83XpT8

— Marc Uhry (@marcuhry) 8 Janvier 2015

8h10. Sept membres de l’entourage des auteurs présumés de l’attaque contreCharlie Hebdo sont en garde à vue jeudi matin, apprend-on de source judiciaire. Hommes et femmes, ces personnes ont été placées en garde à vue tard mercredi soir. Les lieux d’interpellation n’ont pas été précisés dans l’immédiat.

Manuel Valls, le 27 décembre 2014 à Lievin, dans le nord de la France8 heures. Manuel Valls (photo AFP) a déclaré sur RTL qu’«il y a eu plusieurs interpellations cette nuit, il y a des gardes à vue», sans plus de précisions. «Ces individus étaient sans doute suivis, mais il n’y a pas de risque zéro, a ajouté le Premier ministre. Les service de police et de justice ont démantelé de nombreux groupes, contrariés des projets d’attentat. C’est bien la preuve que nous agissons. Ce sont des centaines d’individus qui sont suivis, des dizaines de personnes qui ont été interpellées, des dizaines de personnes qui ont été incarcérées. Cela montre la difficulté devant laquelle sont placés nos services: le nombre d’individus qui représentent un danger».

«La réponse des Français, parce que le cœur de la France est grand, est une réponse je crois extraordinaire de mobilisation, c’est ça qu’il faut dire», a-t-il estimé.

7h30. Dans un communiqué, le président afghan, dont le pays est confronté quasi quotidiennement à des attentats talibans, condamne «fermement l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo»«Tuer des gens sans défense et des civils est un acte terroriste de haine, il n’y a pas de justification à cet acte de haine», ajoute Ashraf Ghani, qui présente ses condoléances au président français, aux familles des victimes et au «peuple de France».

En septembre 2012, entre 200 et 300 personnes avaient marché à Kaboul pour dénoncer la publication par Charlie Hebdo de nouvelles caricatures de Mahomet et la diffusion du film américain anti-islam L’innocence des musulmans.

Le Pakistan a également «condamné l’attaque terroriste brutale de Paris» et présenté ses condoléances au «peuple français».

5 heures. Le décret signé du Président est au Journal officiel du jour : «Le jeudi 8 janvier 2015 est déclaré jour de deuil national en hommage aux victimes de l’attentat commis à Paris le 7 janvier 2015.» Les drapeaux seront mis en berne pendant trois jours et un «moment de recueillement dans tous les services publics»sera observé ce jeudi midi. Le deuil national est une décision rarissime en France.

A la mi-journée, une cérémonie d’hommage et de recueillement aux victimes de l’attaque se déroulera dans la cour d’honneur de l’Assemblée nationale.

2h45. Un appel à témoins avec les photos des deux frères recherchés dans l’enquête sur l’attentat contre Charlie Hebdo est diffusé par la police.

#CharlieHebdo Appel à témoins : voir l’appel en pièce-jointe. Contacter le 0805 02 17 17 ou le http://t.co/GeHM6dzTccpic.twitter.com/YZnY4yMgKy

— Préfecture de police (@prefpolice) 8 Janvier 2015

Ces personnes, Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont «susceptibles d’être armées et dangereuses», prévient la préfecture de police de Paris, précisant qu’ils«font l’objet de mandats de recherche».

Liberation.fr

Publié dans:Médias |on 8 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

Flash « francetvinfo »…………………………..(07/01/2015)

 

FranceTV Info
Alerte info Mercredi 07 janvier  |  14h23
Quatre dessinateurs de « Charlie Hebdo », Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, sont morts dans l’attaque du journalQuatre dessinateurs de Charlie Hebdo, Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, sont morts dans l’attaque du journal, annonce une source judiciaire à l’AFP, mercredi 7 janvier.
Publié dans:Médias |on 7 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

Triste sire…………………………………………(20/12/2014)

La chaîne i-Télé met fin à sa collaboration avec son chroniqueur Eric Zemmour

Le polémiste participait à l’émission « Ça se dispute » depuis plusieurs années.

Le polémiste Eric Zemmour, le 21 novembre 2014 à Lyon (Rhône).

Le polémiste Eric Zemmour, le 21 novembre 2014 à Lyon (Rhône). (RICHARD MOUILLAUD / MAXPPP)
Triste sire................................................(20/12/2014) dans Médias francetv.infoPar Francetv infoMis à jour le 20/12/2014 | 07:14 , publié le 19/12/2014 | 20:58

Zemmour et i-Télé, c’est fini. La chaine d’information en continu a décidé vendredi 19 décembre de mettre fin à sa collaboration avec son chroniqueur Eric Zemmour, au coeur d’une vive polémique après des propos controversés sur l’islam.« i-Télé a décidé de mettre fin à l’émission ‘Ça se dispute’, qui ne reprendra pas en janvier 2015″, écrit la chaîne dans un communiqué sans donner plus de détails.

Dans une interview au Corriere della Sera, l’auteur du Suicide français avait évoqué l’exil forcé des musulmans vivant en France. Même s’il a réfuté avoir répondu à une question sur la « déportation de 5 millions de musulmans français », comme l’affirme le texte de l’entretien, datant du 30 octobre mais relayé récemment, ses propos ont suscité une vague d’indignation.

Le polémiste a dénoncé « une manipulation fantastique »

La plupart des associations antiracistes et de nombreuses personnalités politiques et culturelles ont engagé ces derniers jours des actions en justice contre Eric Zemmour et demandé aux médias qui l’emploient de cesser ces collaborations. Le polémiste a dénoncé « une manipulation fantastique ».

« Nous avons perçu du trouble et de la colère autour des propos d’Eric Zemmour mais nous n’avons pas voulu agir dans la précipitation, pour ne pas qu’on puisse dire que nous avons été manipulés ou instrumentalisés », explique au Monde la directrice de la rédaction Céline Pigalle.

« Ses réponses n’ont pas dissipé le trouble »

Toujours selon Le Monde, La chaîne a réalisé un entretien avec son chroniqueur,« pour qu’il puisse exposer ses arguments »« Mais les réponses qu’il a apportées n’ont pas dissipé le trouble (…) On a de moins en moins le sentiment qu’on peut débattre » avec lui, poursuit Céline Pigalle. Cet entretien ne sera finalement pas diffusé.

Dans un communiqué, la Société des journalistes (SDJ) de la chaîne s’est« félicitée » de cette « prise de position forte » qu’elle « attendait »« La SDJ après consultation estime dans sa très large majorité qu’Eric Zemmour, à cause des propos tenus n’a plus sa place d’éditorialiste sur l’antenne d’iTELE », indique le communiqué.

Publié dans:Médias |on 20 décembre, 2014 |Pas de commentaires »

Flash « francetvinfo »……………………..(15/09/2014)

FranceTV Info
Alerte info Lundi 15 septembre  |  12h47

La direction du quotidien « Libération » s’apprête à supprimer 93 postesLa direction du quotidien Libération a annoncé, lundi 15 septembre, son intention de supprimer 93 postes dans le journal, entre CDI et CDD, sur un effectif de 250 personnes dont 180 journalistes. La direction veut aboutir à une rédaction unifiée entre papier et web de 130 journalistes, a précisé dans un communiqué le directeur Laurent Joffrin

Publié dans:Médias |on 15 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Est-ce irréaliste ?……………………………..(16/05/2014)

Vers un rapprochement entre Bouygues Telecom et Orange ?

Selon « Les Echos », Orange étudierait un possible rachat de Bouygues Telecom.

Orange pourrait racheter Bouygues Telecom. JAUBERT/SIPAOrange pourrait racheter Bouygues Telecom. JAUBERT/SIPA

L’opérateur Orange est en discussion avec son concurrent Bouygues Telecom en vue d’un rapprochement, a-t-on appris jeudi 15 mai de source proche du dossier, confirmant une information du site du quotidien économique « Les Echos » parue dans la soirée. Selon le quotidien, Orange étudierait un possible rachat de Bouygues Telecom.

« Des discussions sont en cours », a confirmé cette source qui a reconnu qu’elles n’étaient « pas encore très avancées ». De son côté dans un communiqué, Orange indique « examiner les opportunités qu’offre la recomposition du paysage français des télécoms », sans citer Bouygues Telecom :

« Orange explore les opportunités qu’offre la recomposition en cours du paysage français des télécoms, tout en rappelant que sa position de leader lui permet une totale indépendance », poursuit le communiqué qui rappelle également que l’opérateur « estime qu’une consolidation du marché mobile français serait positive à long terme tant pour l’investissement que pour le consommateur ».

« Le gouvernement a été tenu au courant »

Selon le journal « Les Echos », qui ne cite pas de source, les patrons d’Orange et de Bouygues « Stéphane Richard et Martin Bouygues en ont parlé en direct à plusieurs reprises » et « le gouvernement a été tenu au courant ».

« On évalue nos options mais personne ne m’a demandé du côté de l’Etat d’étudier le rachat de Bouygues Télécom », a déclaré Stéphane Richard cité par « Les Echos ».

Les discussions portent sur « l’ensemble du secteur », assure la source proche du dossier, notamment sur « le marché des offres de gros, mais pas seulement ».

« Orange agira dans le seul intérêt de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients et sera particulièrement attentif à la création de valeur et aux risques juridiques d’une éventuelle opération », conclut le communiqué.

« Tous les scénarios sur la table »

Interrogé en marge de l’annonce des résultats trimetriels sur les informations des « Echos », le directeur financier de Bouygues, Philippe Marien, n’a ni confirmé ni infirmé l’information, se bornant à indiquer que le groupe diversifié restait « attentif aux évolutions du secteur », et que « tous les scénarios étaient sur la table ».

Bouygues Telecom, qui a échoué dans sa tentative de rachat de l’opérateur SFR, cherche une nouvelle stratégie alors qu’il est en difficulté dans un contexte de forte concurrence de la téléphonie mobile face à trois autres opérateurs.

Il a annoncé jeudi un nouveau plan d’économie portant sur 300 millions d’euros et qu’il devrait avoir des « conséquences sociales » pour les salariés. La valeur d’entreprise de Bouygues Telecom s’élèverait à « au moins 6 milliards d’euros », croit savoir le journal, selon les discussions en cours.

Publié dans:Médias |on 16 mai, 2014 |Pas de commentaires »

Info………………………..(05/05/2014)

 
Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

François Hollande invité de BFM TV et RMC mardi matin – Hollande : «Social-démocrate, il ne l’est même pas», juge Mélenchon.

Publié dans:Médias |on 5 mai, 2014 |Pas de commentaires »

A travers la presse…………………………(09/04/2014)

Discours de politique générale de Valls : « Un programme… présidentiel »

Le Nouvel Observateur avec AFP

Publié le 09-04-2014 à 06h09

« Un autre ton », « sans tabou », « lucide »… La déclaration de politique générale de Manuel Valls a été jugée plutôt convaincante par la presse. Les noms d’une dizaine de secrétaires d’Etat doivent être annoncés aujourd’hui.

Manuel Valls lors de son discours de politique générale, le 8 avril 2014. (PATRICK KOVARIK/AFP)Manuel Valls lors de son discours de politique générale, le 8 avril 2014. (PATRICK KOVARIK/AFP)

« Un autre ton, un autre élan, un diagnostic lucide sur l’état de la France et des Français et un train de mesures qui ressemble à un programme… présidentiel. » Dans « Le Parisien »/ »Aujourd’hui en France », publié mercredi 9 avril, Thierry Borsa salue le grand oral du nouveau Premier ministre.

A travers la presse..............................(09/04/2014) dans Médias

Le satisfecit est à peu près général dans la presse. A l’exception notable du « Figaro » qui a trouvé Manuel Valls « sur le fond sinon sur la forme, contraint, emprunté, ligoté – en un mot, hollandisé » (Alexis Brézet). Et de « L’Humanité » qui déplore un « verbe haut » et une « addition vertigineuse » en termes de « nouveaux cadeaux au patronat » (Patrick Apel-Muller).

7190107 dans Médias

« Les Echos » salue un « Valls sans tabou ». L’éditorialiste du quotidien économique, Dominique Seux, a trouvé « un ton et du fond » au chef du gouvernement.

7190097

« Vérité, efficacité, apaisement furent des clés de son discours. Des mots que l’on voudrait prendre au mot », se prend à espérer Dominique Quinio dans « La Croix ».

7190105

C’est bien ce « talent pour donner de l’envie, transmettre de l’enthousiasme » qui a séduit David Guévart dans « Le Courrier picard ». Jacques Camus (« La Montagne »/ »Centre France ») devine aussi « chez Manuel Valls le souci de rassembler et de réconcilier, au-delà des clivages politiques ».

« Plus de charisme, plus de conviction, plus de nerf »

« Comme Matteo Renzi en Italie, qui distribue quelques douceurs salariales pour mieux opérer, le Premier ministre veut enjamber l’opposition et montrer à l’opinion que l’effort demandé ne sera pas vain », explique Michel Urvoy dans « Ouest France ». Pour « La Dépêche du Midi » et Jean-Claude Souléry, « Manuel Valls a secoué nos pesanteurs, il a secoué tout à la fois la gauche, la droite et les Français ».

La comparaison est cruelle avec Jean-Marc Ayrault, Premier ministre sortant. « Plus de charisme, plus de conviction, plus de nerf, le discours de politique générale de Manuel Valls ne pouvait qu’être meilleur que les prestations de son prédécesseur », juge Patrice Chabanet dans « Le Journal de la Haute-Marne ». Pour Hubert Coudurier (« Le Télégramme »), Valls a tranché « avec l’ennui et la monotonie que dégageait son prédécesseur ».

7190103

Après cet examen de passage réussi pour Manuel Valls, « il lui reste maintenant à obtenir des résultats », conclut Therry Borsa dans « Le Parisien ».

 

Publié dans:Médias |on 9 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Temps de parole…………………….(28/03/2014)

Municipales : radios et télé ont-elles respecté le temps de parole ?

Alexandre Le Drollec

Publié le 27-03-2014 à 16h18

Le CSA a rendu son verdict. Qui sont les bons et les mauvais élèves ? Décryptage.

Municipales (SIPA)Municipales (SIPA)

En campagne électorale, les règles médiatiques sont strictes. Et le CSA veille. Du 10 février au 21 mars, chaînes de télé et radios ont dû se soumettre aux exigences des sages de l’audiovisuel, soucieux de répartir « équitablement » la parole entre les différentes familles politiques. Cette équité du temps de parole, calculée par les médias eux-mêmes en fonction du poids politique de chacun, des sondages et des scores aux élections précédentes, a-t-elle été respectée ? Qui sont les bons et les mauvais élèves ? Décryptage réalisé à partir des chiffres publiés hier par le CSA.

Les mauvais élèves

A France Info et Europe 1, il y a le PS… et les autres.  France Info etEurope 1 font partie des stations mises en garde par le CSA. Les sages leur reprochant « déséquilibres persistants » et une surreprésentation du PS. Sur Info, le parti de la rue de Solférino a trusté 45,05% du temps de parole (contre 26,87% à l’UMP, 3,88% à EELV, 3,88% au FN et…0,9% au Front de gauche). Même constat rue François 1er, où le PS totalise 41,89% du temps de parole (contre 20,80% pour l’UMP, 17,95% pour le FN et seulement 4,48% pour EELV).

La percée du FN sur Radio Classique. Sur la station d’Etienne Mougeotte, c’est le parti de Marine Le Pen qui a bénéficié du temps de parole le plus important : 32,25% ! C’est plus que le PS (28,85%) et beaucoup plus que l’UMP (17,93%). Résultat, Radio Classique n’a pas échappé à une mise en garde du CSA.

RTL, tout le monde ex aequo… sauf le FN. Rue Bayard, on a tenté la stricte équité. Voilà ce que ça donne : 22,56% du temps de parole pour le PS, 22,56% pour l’UMP, 22,56% pour EELV et 22,56% pour le Parti de gauche. Seul le Front national n’a pas eu droit à ses 22,56%, le parti d’extrême droite devant se contenter d’un « petit » 9,77%. Le CSA a tranché : ce sera une mise en garde.

A Canal +, la droite forte. Peu de chiffres sont disponibles sur la chaîne cryptée. Mais ils  sont surprenants. Il apparaît en effet que Canal + a accordé 56,07% de temps de parole à l’UMP, contre seulement 26,17% au PS et 17,76% au FN. Mais attention, ces chiffres concernent uniquement les JT et les magazines.

Les bons élèves

France Inter vigilant et l’exception UDI sur France Culture. PS et UMP ont peu ou prou bénéficié du même traitement sur les ondes d’Inter. Avec un léger avantage pour le parti de Jean-François Copé : 32,8% pour l’UMP contre 31,1% au PS. Le Front national s’en tire avec 11,33% du temps de parole et le Front de gauche avec 7,06%. Toujours au sein de la Maison de la Radio, France Culture a respecté la pluralité : 29,12% du temps parole accordé au PS et 26,65% à l’UMP. Amusant tout de même d’observer l’« exception UDI » sur France Culture, qui a nettement plus donné la parole au parti centriste (9,94%) que les autres antennes du service public (l’UDI, c’est 2,3% sur Inter et 1,29% sur Info).

France Musique la rouge, RAS sur RMC. Rien de remarquable sur les ondes de France Musique où le temps de parole s’est ainsi réparti : UMP (24,42%), PS (27,13%), FN (15,12%), UDI (12,2%) et EELV (10,85%). Une surprise quand même : la place accordée au Parti communiste (10,28%). C’est plus que sur toutes les autres radios généralistes. Le CSA n’a rien eu à redire non plus quant à la couverture médiatique de RMC, où l’UMP a été le parti le plus « entendu » (35,86% du temps de parole), devant le PS (24,78%) et le FN (21,87%).

Quid de France Télé ? Sur France 2, si l’on prend en compte les JT et les magazines, c’est le PS qui a bénéficié d’un temps de parole plus important (28,58%), devant l’UMP (21,27%) et le FN (17,65%). On note aussi la surprenante place accordée à Lutte Ouvrière (9,71%), qui se retrouve devant EELV (3,97%), le Modem (5,57%) et le PC (7,27%). Sur France 3, le classement est identique : PS (33,84%), UMP (30,12%) et FN (17,03%). Comme sa « grande sœur » France 2France 3 a accordé très peu la parole à EELV (3,84%).

Les chaînes d’infos dans les clous. La semaine dernière, le CSA avait grondé. Dans son viseur : BFMTV, tancé d’avoir surreprésenté le Front national au détriment du PS et de l’UMP. En une semaine, la chaîne a rectifié le tir et inversé la tendance. Sur la période 10 février-21 mars,BFMTV propose donc le tiercé suivant : PS (32,96%), UMP (28,36%) et FN (10,43%). Idem pour ses consoeurs. Dans le détail, voici les chiffres d’i-télé : PS (31,49%), UMP (25,62%) et FN (12,18%). Et ceux de LCI : PS (32,82%), UMP (30,46%) et FN (11,46%).

Alexandre Le Drollec

Temps de parole.........................(28/03/2014) dans MédiasNouvelObs.fr

Publié dans:Médias |on 28 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Libres propos…………………………..(23/02/2014)

La cerise sur le catho

Par François Forestier 22 février 2014

"Tomboy" © Pyramide Distribution« Tomboy » © Pyramide Distribution

Mots-clés : Tomboy, Civitas

Après que Civitas ait voulu interdire « Tomboy », François a cliqué sur le site de Civitas.

Maintenant, les allumés de Civitas donnent leur avis sur les films qu’on peut – ou ne peut pas – voir à la télé ? Ils ont prié des nuits entières pour empêcher le mariage homosexuel : Dieu ne les a pas entendus. Ils ont tapé des pieds lors de la Manif pour tous, avec les casqués du GUD et les gros-bras d’extrême-droite : Dieu a détourné Son regard. Ils ont jeté l’anathème sur « Tomboy« , suppliant le Seigneur de foudroyer quiconque oserait regarder ce film dégradant : Dieu n’a rien foudroyé, il est parti en vacances. Ils nous ont cassé les breugnons avec la théorie du genre : Dieu les a envoyés paître. Je serais membre de Civitas, je commencerais à me poser des questions. Je changerais peut-être même de religion, tiens. Je deviendrais colombophile ou pire, social-démocrate. Ce serait la cerise sur le catho.

Du coup, j’ai été jeter un coup d’œil sur le site de Civitas, pour savoir ce qu’ils pensent du cinéma. Ils en pensent rien, ouf. En revanche, j’ai appris que Civitas était « un mouvement inspiré par le droit naturel » – c’est quoi, ce machin ? – et qu’on y militait pour « l’instauration de la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples ». Je me suis dit, bon, c’est des talibans chrétiens, il faut de tout en ce bas monde. On peut pas tous les enfermer, et puis ils sont pittoresques. Ces gars-là, qui croient que la Vierge est restée vierge et que l’Autre a marché sur l’eau sans flotteurs, en distribuant des petits pains aux raisins à tout le monde, ces gars là, dis-je, veulent nous donner des leçons sur le cinéma ? Ils ont pas honte, les bourriques ?

J’ai poursuivi ma lecture. Le but de Civitas, c’est « de rechristianiser la France », « sans négliger la sensibilité, les émotions, la poésie ». Ah, alors, si la poésie est convoquée… La poésie, vue par Civitas, ça doit pas aller bien loin, niveau Ein Reich, Ein Folk, Ein Führer. Puis j’ai regardé les livres qui étaient recommandés sur le site. Instructif : « Jean-Jacques Rousseau, père de la démocratie totalitaire » de Hugues Petit (membre du Comité Central du FN) ; « La Révolution expliquée aux jeunes gens », par Mgr de Ségur (le fils de la comtesse, qui pensait que la Révolution était soumise « à la puissance maudite de Satan »), « Marxisme et Révolution » de Jean Ousset (disciple de Maurras et collaborateur de Xavier Vallat pendant la guerre)… Que du beau linge. Mais du linge qui pue drôlement, quand on est sous le vent.

Quant au boss de Civitas, Alain Escada, « belge royaliste d’extrême-droite », n’en parlons même pas : il a été jugé pour abus de confiance et détournements de fonds et, selon la Cour, il a des « accointances fascistes incontestables » (tout ça, c’est sur sa fiche Wikipédia, c’est un peu aseptisé, javellisé, j’invente rien, je copie). Je vous le disais : du beau linge. Et ce linge-là vient nous donner des avis pour voir les films (« Le Juif Süss », trois étoiles ? « Le Triomphe de la volonté », médaille d’or ? « L’élite SS Adolf Hitler en action », classé Tous Publics ? ) ? Pour écouter de la musique (« Maréchal, nous voilà », Wagner, le Horst-Wessel-lied ? ) ? Pour nous recommander des bouquins (Maurras, les pamphlets de Céline et les œuvres complètes d’Alphonse de Chateaubriant ?) De quoi je me mêle ? Est-ce que moi, j’incite Escada à voir « Qui a peur de Vagina Wolf ? » ou « Leather Bar » ? Est-ce que je critique les garçons et les filles de Civitas qui se mettent à genoux pour de mauvaises raisons (je crois) ? Est-ce que je prie pour que tous les membres de Civitas, dans un élan d’émotion, de sensibilité et de poésie, se convertissent à la littérature sodomitique ? Si tu veux pas regarder « Tomboy« , c’est pas compliqué, suffit d’appuyer sur le bouton « stop ». C’est la censure par le pouce.

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi nous as-Tu abandonnés, devant ces tourtes ?

NouvelObs.fr

Publié dans:Médias |on 23 février, 2014 |Pas de commentaires »

L’édito de Fabrice Rousselot………………………………(15/02/2014)

EDITORIALIl y a un peu plus de deux ans, la presse américaine s’inquiétait de l’avenir de Netflix. Dans une décision radicale, le site de vidéos en ligne venait d’annoncer la fin de son service de livraison de DVD à domicile pour se concentrer uniquement sur les programmes en streaming. Depuis, Netflix a apaisé la colère des fans de DVD en conservant son offre en option, mais c’est bien par Internet que la compagnie est en train de révolutionner le secteur de la VOD, la vidéo à la demande. Aux Etats-Unis, le phénomène explose, avec une génération d’adolescents qui a fait de Netflix la plateforme idéale pour tout regarder sur tous les écrans. L’abonnement à 7,99 dollars est à la portée de chacun – d’autant qu’il permet jusqu’à cinq inscriptions – et Netflix sait séduire le plus grand nombre en proposant, selon les goûts, toute la profondeur de son catalogue. Longtemps diffuseur, Netflix a de surcroît réussi un coup de maître en produisant House of Cards, la série événement dont la saison 2 a été mise en ligne vendredi. Même Hollywood a dû s’adapter, alors que certains studios ont décidé de lancer des films sur Netflix avant leur sortie en salles, juste pour créer le buzz. C’est donc cet «ogre»-là qui veut débarquer en France, dans une concurrence frontale avec Canal + et les chaînes de télé hexagonales. Inutile d’essayer de l’interdire, pour ne pas créer la tentation du piratage. La France, toutefois, a fixé ses règles pour veiller à ce que soit préservée l’exception culturelle. En imposant, par exemple, à Netflix de financer lui aussi la production culturelle et de diffuser son quota d’œuvres françaises et européennes.

Par Fabrice Rousselot

Liberation.fr
Publié dans:Médias |on 15 février, 2014 |Pas de commentaires »
1...34567...34

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente