Archive pour la catégorie 'Non classé'

Communiqué « franceinfo »……………………(28/03/2017)

Logo Francetv info

28 mars 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Penelope Fillon convoquée par les juges, ralliement sarkozyste pour Macron, 40% des Français prêts à voter blanc…
Penelope Fillon convoquée par les juges, ralliement sarkozyste pour Macron, 40% des Français prêts à voter blanc...
Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir de mardi 28 mars.

#1 Penelope Fillon convoquée en vue d’une mise en examen

Après François Fillon et son ex-suppléant à l’Assemblée nationale, Marc Joulaud, Penelope Fillon est attendue, ce matin, chez les magistrats financiers, à moins que le rendez-vous ne soit décalé pour davantage de discrétion. L’épouse du candidat de la droite à la présidentielle est convoquée dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs lorsqu’elle était employée en tant qu’assistante parlementaire de François Fillon puis de son successeur à l’Assemblée et rémunérée à La Revue des deux mondes. A l’issue de son audition, Penelope Fillon pourrait être mise en examen ou placée sous le statut, plus favorable, de témoin assisté.

#2 Fillon toujours nettement distancé, selon un sondage Ipsos pour France Télévisions

A vingt-six jours de l’élection présidentielle, l’hypothèse d’un duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour se renforce un peu plus. Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France publié mardi, les deux candidats font la course en tête, avec respectivement 25% et 24% des intentions de vote. Si le premier tour avait lieu dimanche, le candidat de la droite, François Fillon, serait nettement distancé, avec seulement 18% des voix. A gauche, Jean-Luc Mélenchon (14%) devancerait Benoît Hamon (12%).

#3 Premier ralliement d’une sarkozyste à Macron

Emmanuel Macron attire les politiques de tous bords. Socialistes, juppéistes, centristes ou chiraquiens…Et maintenant les sarkozystes. Marie-Anne Montchamp, ancienne ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, sous le gouvernement de François Fillon, a annoncé ce matin sur franceinfo son ralliement au candidat d’En marche ! « Il [Emmanuel Macron] a le projet le plus innovant. Je continuerai à porter mes combats auprès de lui », a-t-elle déclaré.

#4 Philippe de Villiers va-t-il rallier Marine Le Pen ?

C’est une rumeur qui court depuis plusieurs semaines. On le sait, Philippe de Villiers ne tarit pas d’éloges sur Marine Le Pen, estimant qu’elle a une « carrure présidentielle ». Va-t-il sauter le pas et rallier la candidate du FN ? Le mystère reste entier. Lundi, RTL annonçait que l’ancien président du conseil départemental de Vendée excluait désormais de s’afficher avec Marine Le Pen. Mais Philippe de Villiers a aussitôt démenti sur son compte Twitter. Ce matin, le député frontiste du Gard, Gilbert Collard a annoncé sur Radio Classique que le Vendéen rejoignait Marine Le Pen mais au même moment, sur LCI, le vice-président du FN, Louis Aliot avouait qu’il ne savait pas ce qu’allait faire Philippe de Villiers.

#5 40% des Français prêts à voter blanc

Les Français ne sont pas satisfaits de l’offre politique et souhaitent le faire savoir. Selon un sondage réalisé par Ipsos pour le think tank Synopia et dévoilé ce matin par L’Opinion, 40% des électeurs seraient prêts à voter blanc si celui-ci était reconnu. Ils étaient seulement 26% en 2014. « Aujourd’hui, une pétition en faveur du vote blanc a déjà recueilli 230 000 signatures, c’est la première fois qu’une telle démarche a autant de succès », explique au quotidien Olivier Durand, de l’Association pour la reconnaissance du vote blanc.

Suivez-nous

Publié dans:"AFFAIRES", Politique |on 28 mars, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de Laurent Joffrin………………..(258/03/2017)

  • «Cabinet noir» : chasse au scoop ou au dahu ?

ÉditoComme un assiégé qui lance un fumigène pour échapper à l’encerclement, François Fillon s’acharne à faire vivre la thèse, un peu vaporeuse, du «cabinet noir» de François Hollande. Il s’appuie dans cette entreprise sur le livre de trois journalistes intitulé Bienvenue place Beauvau. Plusieurs caciques de la droite ont signé lundi une lettre à la justice où les extraits du livre sont utilisés comme autant de pièces à charge justifiant l’ouverture d’une enquête officielle. La lecture du poulet est peu édifiante. Une seule affaire est documentée, celle qui concerne le fils de Valérie Pécresse et que Claude Bartolone aurait utilisée. Pour le reste, les accusations reposent sur des sources anonymes aux propos évasifs, sans pièces, sans documents et sans précisions de date ou de lieu. Et surtout, il n’est écrit nulle part dans le livre que Hollande aurait pu intervenir dans les procédures concernant Fillon, ce qui est pourtant l’accusation lourdement suggérée par le candidat LR. Chasse au scoop ou chasse au dahu ? Les auteurs préviennent d’ailleurs honnêtement le lecteur : «Rien ne prouve» l’existence du cabinet noir hollandais, mais «rien ne prouve le contraire». Avec un tel exergue, on peut faire des livres de révélations sur les ovni, les extraterrestres, le complot des Illuminati ou l’abominable homme des neiges.

Personne ne peut exclure les manœuvres tortueuses qui se développent parfois dans les méandres de l’appareil d’Etat, qu’il s’agisse des services du fisc ou des organes de police. Les exemples passés abondent. Mais il faut pour l’établir apporter des éléments tangibles, ce qui fait cruellement défaut en l’espèce. Julien Dray fait remarquer que si ce cabinet noir agissait dans l’ombre avec l’efficacité tentaculaire que lui prêtent les fillonistes, François Hollande se serait peut-être mieux sorti des affaires qui ont terni son quinquennat.

A moins que ces éminences grises et roses soient essentiellement des pieds nickelés, qui n’ont su parer ni les affaires privées du Président, ni le cas Leonarda, ni le livre «Davet-Lhomme»… Puisque l’imagination est au pouvoir, avançons une thèse encore plus audacieuse : ces Machiavel pervers, dans un diabolique jeu de qui-perd-gagne, ont volontairement piégé Hollande pour favoriser une candidature Macron, auquel ils se rallient maintenant un par un. Comment expliquer autrement l’incroyable série de gaffes et de boulettes qui ont plombé la présidence qui s’achève ? Seuls les naïfs y verront l’effet du hasard… Rien ne le prouve, dira-t-on. Mais rien ne prouve le contraire. C’est donc du solide.

Laurent Joffrin

Liberation.fr
Publié dans:"AFFAIRES", Politique |on 28 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Communiqué « franceinfo »…………………(27/03/2017)

Logo Francetv info

27 mars 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Dray dément l’existence d’un « cabinet noir », Macron gaffe sur la Guyane, les enseignants se détournent du PS…
Dray dément l'existence d'un "cabinet noir", Macron gaffe sur la Guyane, les enseignants se détournent du PS...
Grands discours, petites phrases, propositions chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir de ce lundi 27 mars.

#1 Julien Dray : « S’il y avait eu un cabinet noir, François Hollande aurait été candidat »

« Il ne s’occupe pas de ces choses-là. » Invité de BFMTV et RMC, Julien Dray, l’un des très proches de François Hollande, a démenti l’existence d’un cabinet noir à l’Elysée, après les accusations portées par François Fillon. « S’il y avait eu un cabinet noir, François Hollande aurait été candidat. Si un cabinet noir avait su la tournure qu’allait prendre la campagne, on aurait été candidat. Enfin, il aurait été candidat », a assuré le socialiste. Il a également rappelé que le candidat de la droite et du centre avait « demandé au secrétaire général de l’Elysée », Jean-Pierre Jouyet, d’accélérer les enquêtes concernant Nicolas Sarkozy.

#2 Christine Angot revient sur son face-à-face avec François Fillon

C’est une séquence qui restera dans les annales de la télévision. La romancière Christine Angot est revenue dans les colonnes de Libération sur son face-à-face très tendu avec François Fillon lors de « L’Emission politique », jeudi 23 mars. « Moi, agressive ? Ce qui était violent était la situation que je décrivais ! Pas moi », s’est défendue l’auteure. « Dans ce que j’ai dit, je n’ai rien inventé. C’est ce que les gens ressentent, je le sais », a-t-elle ajouté, n’évoquant qu’un seul regret : « Quand il a dit : ‘Je constate que vous n’avez pas rendu le bracelet’. J’aurais dû répondre : ‘Oui, mais je n’ai pas rendu le service qu’on attendait de moi en échange.’ » La romancière avait appuyé son argumentaire à propos des costumes du candidat sur un bracelet offert par « quelqu’un qui voulait la corrompre », en le montrant ostensiblement à l’antenne.

#3 La bourde d’Emmanuel Macron sur la Guyane

Lapsus ou grosse lacune en géographie ? En visite à Saint-Denis de La Réunion, dimanche 26 mars, Emmanuel Macron a donné son point de vue sur la crise qui paralyse la Guyane depuis quelques jours. Sauf que le candidat d’En marche ! a qualifié d’« île » la région d’outre-mer, située en Amérique du Sud. « La situation en Guyane, depuis plusieurs jours, est grave. Mon premier mot est celui d’un appel au calme parce que bloquer les pistes d’aéroport, bloquer les décollages, parfois bloquer le fonctionnement de l’île, ne peut être une réponse apportée à la situation », a déclaré l’ex-ministre de l’Economie.

#4 Selfie avec un député russe homophobe et antisémite : Marine Le Pen assure ne pas le connaître

Invitée d’Europe 1 ce matin, Marine Le Pen a été interrogée sur son selfie avec le député russe Vitali Milonov, ouvertement homophobe et antisémite. « Je fais des milliers de selfies, comme l’intégralité des candidats à la présidentielle. Vous ne croyez pas que c’est un peu malhonnête de me reprocher cela ? Je ne savais pas qui était ce député. Je ne le connais pas, je n’ai pas de relations avec lui. J’ai été invitée à une commission des affaires étrangères en Russie. Dans cette commission, il y a tout le spectre politique russe. Je ne savais pas qui il était », s’est justifiée la candidate du FN.

#5 De l’eau dans le gaz entre le PS et les enseignants

Ils avaient voté à 44% pour François Hollande au premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Cinq ans plus tard, les enseignants sont les premiers déçus du quinquennat, selon une enquête de franceinfo. Beaucoup iront voter pour Emmanuel Macron, d’après un sondage du Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po. Le candidat d’En marche ! est en tête des intentions de vote des enseignants, à 33%, contre 25% seulement pour Benoît Hamon et 15% pour Jean-Luc Mélenchon et François Fillon. Marine Le Pen, elle, double son score : de 4,5% en 2012 à 9% cette année.

Suivez-nous

Publié dans:"AFFAIRES", Politique |on 27 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Encore une crise…………………..(27/03/2017)

Logo Francetv info

  12h44
Alerte info
Crise en Guyane : Bernard Cazeneuve annonce qu’une délégation de ministres se rendra sur place « avant la fin de la semaine ». Suivez notre direct« J’appelle au dialogue, à la responsabilité et à l’apaisement », a déclaré Bernard Cazeneuve, lundi 27 mars. Le Premier ministre a également annoncé qu’une délégation de ministres se rendra sur place « avant la fin de la semaine », alors qu’une grève générale démarre lundi. L’Union des travailleurs guyanais (UTG) dénonce les problèmes du territoire en matière de santé, d’éducation, d’économie et de sécurité. Depuis plusieurs jours, ce territoire ultramarin de 250 000 habitants est touché par un vaste conflit social. Des collectifs de citoyens et syndicats demandent la mise en place d’un « plan Marshall ».
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Politique |on 27 mars, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de Laurent Joffrin………………(25/03/2017)

La gauche aime l’Europe… à condition qu’elle soit autre. Allergique au nationalisme, elle mesure le danger que représenterait la victoire des adversaires de l’Union pour la paix et la prospérité du continent. Rétive au libéralisme, elle rêve d’une Union sociale, régulée et protectrice pour les peuples. Dans le théâtre classique, on dirait que la gauche française suit Corneille, qui voit l’homme tel qu’il devrait être, et non Racine, qui le voit tel qu’il est.

A-t-elle tort ? Les réalistes moquent sa manie des plans de réforme, toujours agités et jamais mis en œuvre. Ils tiennent pour une chimère tout ce qui sort du cadre étroit des compromis actuels, tout ce qui dessine une Europe selon le vœu des progressistes, plus sociale et plus fédérale. Mais les soi-disant réalistes ont conduit l’Union au bord de l’explosion. En resserrant le carcan des politiques économiques, en restreignant la souplesse monétaire et budgétaire, ils ont conduit les nations à une concurrence par l’austérité et le dumping social. Faute de pouvoir ajuster les variables financières, chaque pays a comprimé ses coûts. Mais comme les coûts sont aussi les revenus, qui déterminent la demande, l’activité a été bridée et l’Europe est devenue une zone de stagnation. Seules les industries fortes, à l’instar de l’Allemagne, ont tiré leur épingle du jeu, creusant l’écart entre le Nord et le Sud. Dès lors, le vrai réalisme consiste à cultiver une forme d’idéalisme, à prêcher l’audace contre la prudence délétère qui nous mène au désastre. Soixante ans après la signature du traité de Rome, il faut retrouver l’alacrité des fondateurs, qui n’ont pas hésité à bousculer le réel. C’est le sens des projets décrits dans notre journal par Thomas Picketty et Jacques Généreux, têtes pensantes de Hamon et de Mélenchon. On peut les juger utopiques ou trop agressifs. Certes. Mais l’autre solution, c’est la triste impuissance des résignés.

Liberation.fr

Laurent Joffrin

Publié dans:Politique |on 25 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Communiqué de l’Elysée…………………(24/03/2017)

Logo Francetv info 10h43
Alerte info
« Il y a une dignité, une responsabilité à respecter. Je pense que Monsieur Fillon est au-delà, ou en deçà », tacle François HollandeFrançois Hollande a réagi, au micro de Jacques Vendroux sur France Bleu, vendredi 24 mars, aux accusations de « cabinet noir » lancées par François Fillon. Invité jeudi, lors de « L’Emission politique » sur France 2, le candidat des Républicains a accusé le chef de l’Etat d’être à la tête d’un cabinet noir à l’Elysée.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES", Politique |on 24 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Communiqué « franceinfo »………………….(24/03/2017)

Logo Francetv info

24 mars 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Hollande répond sèchement à Fillon, Hamon face aux « trahisons », Fillon dément avoir reçu des SMS en plein débat…
Hollande répond sèchement à Fillon, Hamon face aux "trahisons", Fillon dément avoir reçu des SMS en plein débat...
Grands discours, petites phrases, propositions chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir de ce vendredi 24 mars.

#1 Après les accusations de « cabinet noir », Hollande charge Fillon

« Il n’y a pas de cabinet noir à l’Elysée », insiste François Hollande, ce matin sur France Bleu. Au lendemain des accusations de « cabinet noir » portées par François Fillon, le président de la République réplique : « Il y a un cabinet, heureusement, qui travaille mais nous n’avons pas à nous mêler des affaires et vous savez, ma position, ça a toujours été l’indépendance de la justice, le respect de la présomption d’innocence et de ne jamais interférer. Je crois que c’est très différent de mes prédécesseurs. »

« Ce qui est clair, c’est que tout est clair ici et ce qui n’est pas clair, c’est ce que monsieur Fillon doit justifier auprès de la justice », poursuit le chef de l’Etat. Et François Hollande ajoute : « Il y a une dignité, une responsabilité à respecter. »

#2 Hamon ne « s’attendait pas à autant de trahisons »

« Je ne m’attendais pas à autant de trahisons. » L’aveu est signé Benoît Hamon, invité ce matin sur Europe 1. Après le ralliement de Jean-Yves Le Drian à Emmanuel Macron, le candidat socialiste poursuit : « Parce que ce sont des trahisons, des trahisons pas de moi, je ne demande rien, mais d’une histoire, de valeurs que nous représentons, de la place qui doit être celle de la gauche. »

Distancé par Jean-Luc Mélenchon dans certains sondages, Benoît Hamon assure : « Moi je n’ai pas l’habitude d’être impressionné par l’air du temps, c’est le destin des feuilles mortes, l’air du temps. Je suis un combattant. » « Même quand j’observe que les vents sont mauvais, je combats, je ne combats pas pour moi, j’ai parfaitement conscience de la difficulté de la tâche, mais je ne la redoute pas. »

 

#3 Fillon dément avoir reçu des SMS pendant le débat

« Je vous assure que je ne reçois jamais de SMS pendant une émission. Encore une calomnie supplémentaire », a dénoncé hier soir François Fillon lors de « L’Emission politique » sur France 2. Le candidat de la droite réagissait aux informations selon lesquelles il recevait des notes et des conseils sur son téléphone de la part de sa conseillère en communication lors du débat entre les cinq favoris à la présidentielle, lundi soir sur TF1.

Pourtant, le Huffington Post publie une vidéo qui montre bien François Fillon en train de consulter son smartphone.

#4 Philippot assure que le FN n’aura pas de financements venant d’une banque russe

Alors que Marine Le Pen est en visite ce matin à Moscou, Florian Philippot était l’invité de franceinfo. Interrogé au sujet du bouclage financier de la campagne de Marine Le Pen, le vice-président du Front national explique : « Nous avons quelques pistes ailleurs, mais je peux vous dire que ce ne sera pas en Russie », précisant qu’il n’y a « toujours passez d’argent ». « Je regrette que ce ne soit pas en France, parce que les banques françaises refusent de prêter à la seule candidate Marine Le Pen », déplore-t-il.

#5 Les syndicats prennent position contre le FN

La CGT doit annoncer aujourd’hui sa position sur le Front national avant l’élection présidentielle. A deux reprises (en 2002 et 2012), le syndicat avait appelé à battre le FN puis Nicolas Sarkozy, mais ces positions étaient intervenues entre les deux tours de l’élection présidentielle. Face à la percée du Front national dans les intentions de vote, plusieurs syndicats s’engagent : la CFDT a envoyé dès lundi un argumentaire anti-FN à ses adhérents. La FSU, principal syndicat de la fonction publique, appelera également à « faire barrage au Front national. » La CFDT, elle, a décidé d’exclure ses adhérents qui militeraient au Front national.

Suivez-nous

Publié dans:Politique |on 24 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Hamon n’aime pas les frondeurs (lol)……………..(24/03/2017)

Libération

24 mars 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Cabinet noir et carton rouge

Incongrue, intempestive, agressive mais sincère, l’intervention de Christine Angot, jeudi soir sur France 2 face à François Fillon, restera dans les archives comme un Otni, objet télévisuel non identifié, baroque et dérangeant. C’est le propre des écrivains et des écrivaines que de sortir des cadres de la bienséance audiovisuelle, selon laquelle celui qui est agressif perd le match, d’autant plus facilement que le candidat, aidé par une claque bruyante, a trouvé le ton juste pour lui répondre. Beaucoup ont été choqués et elle eut tort, en jetant l’adjectif «malhonnête» à la tête de son interlocuteur, de tenir pour nulle la présomption d’innocence. A moins d’en faire un nouveau genre télévisuel. On pourrait faire défiler un certain nombre d’excellences médiatiques sur les plateaux, et chacune se verrait gratifiée d’un adjectif sonore : «escroc», «faussaire», «salaud», etc. A chacun de faire son propre casting…

Mais il faut aussi réécouter le texte de Christine Angot, plus fin que les commentaires qu’il a suscités. En bonne républicaine, elle était prête à voter Fillon en cas de deuxième tour droite-extrême droite. Elle a exprimé une angoisse légitime : les affaires accumulées autour du champion LR risquent de provoquer l’abstention de ceux qui seraient venus, dans cette hypothèse, au secours de la droite pour parer le danger FN. Tel était le vrai message d’Angot, éclipsé par sa colère. Qui peut affirmer qu’elle se trompe ?

Habile dans cette séquence, François Fillon avait auparavant sorti la grosse Bertha pour canarder François Hollande. Décidément adepte du complotisme dont nous parlions jeudi, il a imputé sans la moindre nuance au président de la République la responsabilité de son infortune, en dénonçant le «cabinet noir» de l’Elysée chargé de le faire tomber. Il s’est appuyé sur le livre de trois journalistes intitulé Bienvenue place Beauvau. L’ennui, c’est que Didier Hassoux, l’un des auteurs, interrogé dans la foulée, a récusé cette interprétation. Et en effet, à la page 24 du livre, il est écrit noir sur blanc qu’aucune preuve ne vient établir l’existence dudit cabinet noir. Sa co-auteure, Olivia Recasens, a même parlé de «trumpisme». Carton rouge, donc.

Fillon est coutumier du fait. Il affirme que son épouse travaillait bien pour lui. Mais son épouse dit le contraire. Il soutient que la journaliste britannique qui a interrogé Penelope Fillon a été choquée par l’usage qui a été fait de cet entretien. La journaliste dit le contraire. Il avance que les auteurs du livre dénoncent un «cabinet noir». Les auteurs disent le contraire. Qu’en penser, sinon que son rapport à la vérité est très élastique ?

Et aussi

• Benoît Hamon est étonné du nombre de «traîtres» qui le quittent pour Emmanuel Macron. Surprenant étonnement : Macron avait lui-même trahi Hollande pour se lancer dans la course. Qui se ressemble s’assemble… Mais Hamon n’est pas blanc-bleu dans cette affaire. Co-chef des frondeurs, il n’avait guère montré de fidélité envers ses camarades socialistes au pouvoir. Sa fronde se change en boomerang…

• Là où le candidat socialiste devrait s’émouvoir davantage, c’est que cette «traîtrise» s’étend aussi aux électeurs, qui tendent à lui tourner le dos, si l’on en croit des sondages répétés. Là est la vraie question.

• Marine Le Pen a été reçue par Vladimir Poutine. Du temps du communisme, l’extrême droite dénonçait «la main de Moscou» dans les affaires françaises. Cette main occulte est désormais une main tendue, que le FN saisit avec déférence. Trumpisme, encore.

Laurent Joffrin
Publié dans:Politique |on 24 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Tourner en rond dans une pièce carrée……(24/03/2017)

Logo Francetv info 06h08
Alerte info
Présidentielle : « Je soutiens Emmanuel Macron, mais je reste socialiste », annonce Jean-Yves Le DrianJean-Yves Le Drian a officialisé son soutien à Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle, dans une interview accordée à Ouest France, vendredi 24 mars. Le ministre de la Défense a justifié son ralliement par la conviction que le candidat d’En Marche! « propose des actions réalistes et financées » pour la France, tout en assurant qu’il « reste socialiste ».
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Politique |on 24 mars, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de Laurent Joffrin…………….(24/03/2017)

Édito

Il ne saute pas sur sa chaise comme un cabri en criant «L’Europe ! L’Europe ! L’Europe !», selon l’épigramme naguère décochée à Jean Lecanuet par le général de Gaulle. Mais nous n’en sommes pas loin. Emmanuel Macron, par rapport à ses prédécesseurs centristes, a le mérite de la continuité. Quitte à prendre une bonne partie de l’opinion à rebrousse-poil, il défend le projet européen avec flamme et précision. A l’échelle de l’histoire, rappelle-t-il, l’Union a changé le continent de la guerre en aire de paix et de coopération. Juste remarque qui, pourtant, finit par tourner à vide, pour la bonne raison que les meilleurs arguments s’usent avec le temps, plus qu’ils ne se réfutent.

Il en faut bien d’autres pour convaincre les peuples que la construction européenne leur est profitable, qu’elle n’est pas le cheval de Troie d’une mondialisation dure aux faibles. Macron propose dans cet esprit une batterie de réformes, classiques ou nouvelles, qui peuvent aller dans le bon sens. Mais son originalité n’est pas là. Elle réside dans son rapport à l’Allemagne.

Dans cette campagne, comme dans les précédentes, la majorité des candidats font des moulinets avec leur sabre de bois : on va voir ce qu’on va voir, l’Allemagne devra plier ! Pour constater, une fois élus, que leurs mâles résolutions tombent à plat dans une construction fondée sur la culture du compromis. Macron tourne le dos à cette stratégie. Plutôt que de contraindre l’Allemagne – ambition vaine -, il faut la rassurer et la séduire. Commençons par donner des gages de bonne gestion et de sages réformes, alors nous pourrons demander des concessions. L’antigermanisme, qui n’est jamais très loin dans la vie politique française, criera que c’est se précipiter à Berlin comme on va à Canossa. Mais comme l’autre posture n’a jamais donné grand-chose, il faut peut-être laisser sa chance à cette approche. A condition que cette bonne volonté initiale débouche sur des résultats tangibles, c’est-à-dire sur la réforme en profondeur, sociale et démocratique, d’une Union qui s’effondrera si elle ne change pas. Ce n’est pas gagné.

Laurent Joffrin

Lineration.fr
Publié dans:Politique |on 24 mars, 2017 |Pas de commentaires »
12345...450

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente