Archive pour la catégorie 'Non classé'

Grève du 08/12………………………..(07/12/2019)

Logo Francetv info 17H01
ALERTE INFO
Grève du 8 décembre : la RATP annonce que le RER A ne circulera pas dimanche, quatorze lignes de métro sur seize seront fermées
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 7 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

Automobilistes attention………………(07/12/2019)

Logo Francetv info 10H39
ALERTE INFO
Opérations escargot, barrages filtrants… Des centaines de routiers ont commencé à mener des blocages dans plusieurs régions de France
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 7 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………(03/12/2019)

Consultez la version en ligne
Libération 06 décembre 2019
Laurent Joffrin
La lettrepolitique
de Laurent Joffrin

Revanchesyndicale

Une journée de protestation, mais aussi une journée de revanche. Les centrales syndicales, qu’on disait moribondes, décalées, incapables de mobiliser les salariés, dépassées par les nouvelles formes de lutte, abonnées aux manifs sans manifestants, ont fait cette fois la démonstration de leur maîtrise et de leur représentativité.

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement, qui doit faire face à une protestation massive. Mais si on laisse de côté le débat politique immédiat, bonne nouvelle, au fond, pour la démocratie sociale. Il apparaît cette fois qu’une manifestation déclarée, sur un itinéraire prévu d’avance, avec un service d’ordre aguerri et des mots d’ordre clairs, peut atteindre ses objectifs (immédiats en tout cas), réduire à la portion congrue les minorités violentes qui auraient pu entacher le défilé de leurs actions illégales et contre-productives.

A lire aussi : Notre dossier «Retraites, une réforme contestée»

Ces cortèges massifs et pacifiques, à Paris et dans le reste de la France, contrastent évidemment avec ceux des gilets jaunes, qui exprimaient une colère sincère mais refusaient toute logique de représentation ou de négociation et donnaient lieu à des débordements, facilités par une absence quasi totale d’organisation. On dira que ces violences ont obligé Emmanuel Macron à lâcher du lest (quelque 17 milliards…). Mais une fois ces concessions obtenues, le mouvement s’est poursuivi en vain.

Et surtout, la démonstration de force syndicale a déjà eu des effets : le gouvernement s’apprêterait à des concessions importantes dans l’espoir d’apaiser le mouvement, avec un Premier ministre qui se défend de vouloir «la confrontation». Si ces informations se confirment, l’adaptation des régimes spéciaux sera lissée dans le temps, les profs obtiendront des garanties et le pilotage du système sera délégué à un organisme paritaire. Ce n’est pas le retrait du projet. Mais ce sont des atténuations tangibles. Autrement dit, l’action sociale pacifique, à condition qu’elle soit massive, a aussi des effets. Une manière de faire rentrer dans le jeu ces «corps intermédiaires» qu’Emmanuel Macron a ostensiblement snobés au début de son mandat, à son grand détriment, mais qui sont les piliers décisifs de la démocratie sociale.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Politique |on 6 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………………(05/12/2019)

Consultez la version en ligne
Libération 05 décembre 2019
Laurent Joffrin
La lettrepolitique
de Laurent Joffrin

Unspectre hante la macronie

Ça part fort. Des centaines de milliers de manifestants (un million selon la CGT), 250 cortèges petits et grands, des taux de grévistes élevés, dans les transports comme dans l’Education nationale, une grève aussitôt reconduite à la RATP et à la SNCF, des grévistes aussi dans le secteur privé, des raffineries arrêtées. Le gouvernement peut se dire que d’autres mouvements, ces dernières années, ont réuni des défilés aussi importants, que les grévistes vont s’user, que l’opinion est partagée, etc. Mais pour l’instant, le gain de la journée est aux syndicats, qui entendent pousser leur avantage. La «team Philippe» n’échappera pas à l’épreuve de vérité.

À LIRE AUSSIA Paris, des manifestants «remontés comme jamais»

Le Premier ministre a déjà prévu un certain nombre de concessions, qu’il pourrait annoncer la semaine prochaine : un report des mesures d’économie, la mise en place immédiate d’un organe paritaire de gestion des retraites, un calendrier assoupli pour les régimes spéciaux, des assurances pour les profs… Il peut en espérer un dialogue avec la CFDT et une baisse de tension qui permettraient de faire passer le principe de la réforme, quitte à a modifier son application. Mais à écouter les manifestants, à lire les déclarations des grévistes, une drôle d’impression se fait jour : comme on le subodorait, il apparaît, en filigrane, que le mouvement dépasse de beaucoup la simple question des régimes spéciaux ou de la retraite à points. Beaucoup redoutent des mesures qui les visent directement. Mais d’autres protestent contre une réforme qui ne les concerne pas, d’autres encore se fondent sur des chiffres exagérés et sur des menaces fantômes, d’autres enfin laissent de côté la réforme et ciblent Macron, ses discours, son style, sa politique, sa personne, comme si le procès intenté dès l’origine – le «président des riches» – n’en finissait pas d’être instruit.

À LIRE AUSSIA Montpellier, les jeunes manifestent pour la retraite et la planète

On connaît le risque de ce genre de situation quand elle se prolonge : aussi rationnel soit-il, le verbe gouvernemental devient inaudible et c’est le pouvoir dans son ensemble qui est indistinctement rejeté. Le mouvement de colère transcende alors le mouvement social, rendant les compromis impossibles. N’anticipons pas. A la différence de l’épisode gilets jaunes, le gouvernement a en face de lui, non une protestation insaisissable, sans leaders ni stratégie, mais des directions syndicales rompues au rapport de force et à la négociation, qui prennent aujourd’hui un début de revanche et rétablissent leur légitimité. Ce qui laisse un espace à la discussion. Mais parions que dans les replis des consciences ministérielles, le spectre de 1995 prend de la consistance.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Politique |on 5 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

Grèves du 05/12…………….(05/12/2019)

Des heurts en fin d’après-midi à Toulouse

À Toulouse, 33.000 personnes selon la préfecture et 100.000 selon les syndicats ont manifesté jeudi contre la réforme des retraites, selon Laurent Marcaillou pour Le Figaro. Il faut remonter aux manifestations contre la loi travail en 2016 pour trouver pareille affluence. Le défilé mêlant les salariés du public en grand nombre mais aussi du secteur privé s’est longtemps déroulé dans une ambiance bon enfant. Mais à la fin du parcours, peu après 16 heures, un groupe de jeunes a commencé à lancer des projectiles sur les forces de l’ordre dans le quartier Saint-Georges. Des Black Blocs ont ensuite affronté la police dans la rue de Metz, près de la préfecture. Les forces de l’ordre ont répliqué avec des tirs de grenades lacrymogènes et en utilisant le canon à eau. Deux personnes auraient été touchées par des tirs de balles de défense et prises en charge par les pompiers, selon France 3 Occitanie.

La mobilisation a été forte dans toute la région avec 6600 à 12.000 manifestants à Tarbes selon les chiffres de la police et des syndicats, 7500 à 10.000 à Albi, 4500 à Cahors, de 2500 à 5000 à Montauban et à Carcassonne, etc. Les enseignants se sont fortement mobilisés : la FSU a annoncé 70 % de grévistes dans l’académie tandis que le rectorat de Toulouse en a décompté 58,5 % dans le premier degré et 38 % dans le second degré. L’université de lettres et sciences humaines Toulouse Jean-Jaurès a été bloquée par les étudiants.

LIRE AUSSI – Comment les syndicats s’organisent financièrement pour faire durer un mouvement de grève

Le Figaro

Publié dans:Non classé |on 5 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……..(03/12/2019)

Consultez la version en ligne
Libération 03 décembre 2019
Laurent Joffrin
La lettrepolitique
de Laurent Joffrin

Vade retro, Conseil déontologique !

La création d’un «Conseil de déontologie journalistique et de médiation», qui a tenu sa première séance lundi 2 décembre, suscite une polémique furibarde qui divise l’auguste profession, dont certaines éminences ont sonné le tocsin pour dénoncer une tentative de mise au pas de la presse.

Cette instance en gestation ne prononcera aucune sanction, ne comprendra aucun représentant du gouvernement et cherchera seulement à améliorer la pratique et l’image d’une profession décriée (taux de confiance : 24%) en recueillant les plaintes du public pour tenter de juger de leur pertinence, dans des avis indicatifs élaborés en commun. En dépit de toutes ces assurances, elle a suscité des réactions où, il faut bien le dire, le sophisme le dispute à la mauvaise foi.

Le projet, accusent ses contempteurs, est d’initiative gouvernementale. Outre que l’affirmation est inexacte – on en discute au sein de la profession depuis des lustres – cette remarque n’a guère de sens. Si le gouvernement dit qu’il fait jour à midi, faut-il proclamer aussitôt, pour démontrer son indépendance d’esprit, qu’on n’y voit goutte à cette heure-là ? Le projet doit être jugé en lui-même, bon ou mauvais, et non en fonction de son origine.

Menace-t-il la liberté de la presse ? Ce genre de conseil existe dans une centaine de pays, dont dix-huit en Europe. A suivre ces procureurs, la liberté de la presse serait honteusement comprimée en Suède, en Allemagne, en Belgique, au Canada et dans maints pays démocratiques. Supposition ridicule.

On ajoute aussitôt que le gouvernement Philippe a fait voter deux lois très critiquables, l’une sur les fausses nouvelles, l’autre sur le secret des affaires, ce qui invaliderait sa démarche. Nouveau sophisme. Le projet doit être jugé pour lui-même, non à la lumière d’autres textes. Si un gouvernement met en avant trois projets, deux mauvais et un bon, faut-il déclarer le troisième inacceptable au prétexte que les deux premiers le sont ? D’autant que le gouvernement ne sera en aucune manière représenté dans ce conseil qu’on voue aux gémonies. Simple posture qui consiste à se draper dans l’indépendance pour ne pas discuter du fond.

On ajoute alors qu’une loi sur la presse régule la profession depuis 1881 et qu’elle donne satisfaction. Quel besoin d’y ajouter une instance déontologique ? C’est ignorer volontairement qu’il existe, dans l’interstice des lois, une zone grise où les erreurs de la presse peuvent se glisser, volontairement ou non. Une série documentaire consacrée à l’affaire dite «du petit Grégory» remporte actuellement un grand succès. Les dérapages de la presse y sont patents, sans que les lois qui l’encadrent aient été violées. Ces entorses à la déontologie ont provoqué le malheur d’une famille ou de deux, accusées à force d’hypothèses hasardeuses et de rumeurs rapportées sans précautions. N’y a-t-il rien à redire à ces pratiques ? Et que penser de l’affaire Baudis, où la cruauté médiatique a lourdement suggéré la culpabilité d’un homme parfaitement innocent, sans que la loi ait été pour autant enfreinte ? Et de toutes ces affaires, petites ou grandes, où la pratique journalistique peut être valablement mise en cause ? La loi, fort heureusement, ne peut tout prévoir ni tout régenter. C’est à la profession des’interroger. Pourquoi pas dans une instance professionnelle ?

Nos procureurs rétorquent que c’est aux lecteurs de se prononcer, et non «à des journalistes de juger d’autres journalistes». Mais les mêmes proclament dans le même temps qu’ils ont mis en place, dans leurs entreprises, des organes déontologiques qui suffisent bien à la tâche. Autrement dit, ils ne veulent pas que «des journalistes jugent d’autres journalistes», sauf quand ceux-ci appartiennent au média mis en cause, et sont donc, par construction, juge et partie. Magnifiquelogique…

Etienne Gernelle, directeur du Point, qu’on a connu mieux inspiré, va jusqu’à comparer le projet de Conseil à l’organe chargé par Pétain de contrôler la presse sous l’Occupation. C’est aller directement au point Godwin et assimiler l’actuelle République au régime de Vichy. On lui laisse la responsabilité de cette comparaison grotesque.

La vérité, c’est que la mise en place d’un Conseil déontologique en France rattraperait un retard évident. Ces organes existent dans la plupart des grandes démocraties. Ils s’efforcent, au grand jour, indépendamment des pouvoirs, de réfléchir à l’exercice du métier difficile de journaliste et de dégager un consensus, non sur des lignes politiques ou des préférences culturelles, mais sur la meilleure manière de pratiquer une forme d’honnêteté intellectuelle, non dans l’expression des opinions, qui restent évidemment libres et diverses, mais dans le compte rendu des faits. N’est-ce pas la base d’un débat public libre et un tant soit peu rationnel, à l’heure des excès dangereux du populisme, des rumeurs et des fake news qui inondent les réseaux ? N’en déplaise à ces faux défenseurs de la liberté de la presse qui ne font que l’enfoncer par leur étroitesse corporatiste.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Politique |on 3 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

Eh!non………………………..(02/12/2019)

Logo Francetv info 11H49
ALERTE INFO
Militaires morts au Mali : « Il n’y a pas de bonne manière d’apprendre la mort de son fils », témoignent des proches de soldats tués en mission
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 2 décembre, 2019 |Pas de commentaires »

Quelle engeance !!! (22/11/2019)

Logo Francetv info 12H47
ALERTE INFO
Assistants d’eurodéputés du MoDem : l’ex-ministre de la Justice Michel Mercier mis en examen pour « complicité de détournement de fonds publics »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 22 novembre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………….(21/11/2019)

Laurent Joffrin – Libération <newsletter@liberation.cccampaigns.net>

17:57 (il y a 57 minutes)

La lettre de Laurent Joffrin.............(21/11/2019) dans Politique cleardot
cleardot dans Politique
À moi
cleardot
Libération 21 novembre 2019
Laurent Joffrin
La lettrepolitique
de Laurent Joffrin

La Terre est-ellevraiment ronde ?

Dimanche dernier a eu lieu à Rio de Janeiro le congrès brésilien des «terreplatistes», ces distingués scientifiques rétifs à la pensée unique, qui affirment avec maints arguments que la terre, loin d’être ronde comme le voudrait une orthodoxie étouffante, est en fait plate comme la main. Appuyés sur leur expérience, ils avancent des raisonnements à la logique implacable : on voit bien que l’horizon est rectiligne, que la mer à vue d’œil ne présente aucune rotondité, que, d’ailleurs, on peut apercevoir à des kilomètres telle ou telle ville ou telle ou telle montagne, qu’un avion volant en ligne droite garde son altitude au lieu de se perdre dans l’espace, etc. Ils décrivent une planète horizontale entourée d’un mur de glace circulaire qu’on prend à tort pour le continent Antarctique, au-dessus de laquelle les autres planètes évoluent selon un ballet bien réglé.

Quelque 7% des Brésiliens, dit-on, adhèrent à cette théorie, et l’on retrouve des pourcentages similaires dans d’autres pays. Quant aux photos prises dans l’espace par des satellites, elles sont le fruit d’un savant montage réalisé par la Nasa, que les «terreplatistes» tiennent pour une succursale de Hollywood. Pour faire bonne mesure, les mêmes estiment aussi que l’évolution n’existe pas, que la création du monde et des espèces s’est faite en sept jours, que l’univers a été créé très récemment, ou encore que le réchauffement climatique est une coquecigrue propagée par des communistes.

On tient souvent ces géophysiciens dissidents pour d’aimables farceurs et on affirme le plus souvent que la Terre est bien ronde, qu’elle tourne sur elle-même en même temps qu’autour du Soleil. A cette nuance près : le «terreplatisme» dépasse très largement le cadre de la géophysique. On en trouve tout autant, parfois plus, en politique.

A lire aussi Est-il vrai qu’un Français sur dix croit que la Terre est plate ?

Ainsi, un certain nombre de militants d’En marche affirment qu’Emmanuel Macron reste de gauche. D’autres jugent que la réforme des retraites projetée par le gouvernement est parfaitement conforme à l’intérêt des salariés. Une partie des membres de La France insoumise tient Jean-Luc Mélenchon pour un homme sage, tout de sang-froid et de modération. Certains militants communistes voient dans le PCF un parti d’avenir. Beaucoup de lepénistes pensent que les solutions proposées par le RN sont réalistes et humaines. Beaucoup de souverainistes dénoncent «la dictature» de la Commission européenne sur les populations du continent. Les partisans du Brexit ont soutenu avec force que la séparation d’avec l’Union européenne allait permettre de renflouer les caisses de la Sécurité sociale britannique.

Aux Etats-Unis, les républicains, dans leur grande majorité, maintiennent que Donald Trump n’a exercé aucun chantage sur le gouvernement ukrainien dans le but de compromettre un adversaire politique. Donald Trump lui-même, dans son activité sur Twitter, se révèle un adepte virulent du «terreplatisme» en politique, niant le réchauffement climatique, décrivant le New York Times comme une feuille corrompue et mensongère, défendant sans cesse les «vérités alternatives» qui illustrent ses thèses.

Tony Blair, dans un trait d’humour habituel dans son pays, avait confessé qu’il se rassurait à la fin de son mandat, en constatant que quelque 15% des Britanniques continuaient de le soutenir malgré l’impopularité due à la guerre d’Irak, avant de s’apercevoir qu’ils étaient aussi 15% à croire qu’Elvis Presley était toujours vivant.

Au temps des réseaux, le «terreplatisme» est un exercice de plus en plus répandu, qui touche d’abord les extrêmes, mais s’infiltre aussi dans les partis de gouvernement. Dans des temps très anciens, on appelait cela des billevesées et, en politique, du mensonge et de la démagogie. Mais ce sont là catégories de l’ancien monde…

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Politique |on 21 novembre, 2019 |Pas de commentaires »

Bravo Macron…………………….(20/11/2019)

Logo Francetv info 08H00
ALERTE INFO
Une famille sur deux ne peut pas financer le logement étudiant de son enfant en dehors de sa région, selon une étude
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 20 novembre, 2019 |Pas de commentaires »
12345...606

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente