Archive pour la catégorie 'Non classé'

Sarkozy et la presse…inquiétant..(Libé 1 05 )

Un traducteur américain des journaux télévisés de France 2 a été licencié pour s’être livré à une facétie en traduisant un discours de Nicolas Sarkozy.

Sur le même sujet

Aux Etats-Unis, le journal de France 2 est diffusé sur plusieurs chaines du câble, pour les francophones mais également pour les anglophones qui peuvent suivre les informations françaises grâce aux sous-titres.

Le 23 avril, un reportage du journal montre un discours de Nicolas Sarkozy. A un moment, le candidat UMP invite les Français à «s’unir à moi». Ce qui, traduit avec un brin de fantaisie en anglais, donne: «rally my inflated ego» («unissez-vous à mon ego surdimensionné»).

Cette «blague» est ensuite relaté sur le site FrenchMorning, site d’actualité pour les francophones exilés aux Etats-Unis. Les réactions ne se font pas attendre. Jean Lachaud, un élu des Français aux Etats-Unis, contacte alors le service de traduction de France Télévision pour essayer de comprendre les raisons de cette «faute grave de sous-titrage». Guy Wildenstein, le représentant de l’UMP dans l’est des Etats-Unis, adresse également une plainte aux CSA pour dénoncer la conduite du traducteur blagueur.

L’équipe de traduction de France Télévision, par la voix de sa responsable Claire Quidet, fait savoir que «aussi impardonnable que soit cette erreur, il serait faux de croire qu’il s’agisse d’un sous-titre anti-Sarko. Il s’agit plutôt d’une blague de potache d’un traducteur un peu surmené, qui aurait pu s’appliquer à n’importe quel autre personnage, politique ou non, que le traducteur aurait eu à traduire ce soir-là».

Cette «blague de potache» n’est cependant pas du goût de la direction de France 2. Philippe Baudillon, le directeur général de la chaîne, juge l’incident «inadmissible» et laisse entendre que l’auteur de cette traduction ne travaillera plus pour la chaîne.

Bo Widegren TRaducteur licensié
Le licenciement est justifié. Un traducteur ne peut pa se permettre de tels caprices indisciplinés. Bo Widegren Traducteur professionel francais-suédois depuis 1969. … Mardi 01 Mai 2007 – 00:07
Publié dans:Politique |on 1 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Appels en faveur de Ségolène Royal…

Appels en faveur de Ségolène Royal... dans Politique ban-participer_emilit

 

Bonjour,

Les acteurs société civile appellent, depuis le début de cette campagne, à soutenir Ségolène Royal. Le nombre d’appels en sa faveur, qu’ils émanent aussi bien d’artistes que d’économistes, d’universitaires que d’entrepreneurs, de professionnels de la santé que d’associations de quartiers, témoigne du lien de confiance qui s’est tissé entre Ségolène Royal et les citoyens.

Nous vous invitons à diffuser ces appels à vos proches, selon les sujets qui sont susceptibles de les intéresser, et sur les forums que nous vous indiquons plus bas.

 

 

 

 

 

  • Thomas Piketty et les plus grands économistes votent Ségolène Royal

Parce qu’ils estiment que Ségolène Royal est la candidate la mieux placée pour « remettre sereinement la France sur le chemin d’une nouvelle croissance, durable et partagée », un collectif d’économistes lance un appel à voter Ségolène Royal.
http://petitions.desirsdavenir.org/fiche.php?id=9

  • La jeunesse et les quartiers appellent à voter Ségolène Royal

18 mois après les incidents d’automne 2005 qui ont embrasé les banlieues à travers toute la France, la jeunesse des quartiers cherche à faire entendre sa voix dans la campagne présidentielle.
http://petitions.desirsdavenir.org/fiche.php?id=5

  • Les professionnels de la santé se prononcent pour Ségolène Royal

De nombreux professionnels et acteurs de la santé, venant de tous horizons, ont souhaité se rejoindre pour soutenir la démarche de Ségolène Royal qui est la seule responsable politique nationale à avoir clairement posé ces constats et formulé des propositions cohérentes, ambitieuses mais aussi fidèles aux valeurs de solidarité.
http://petitions.desirsdavenir.org/fiche.php?id=4

  • La Ligue des Droits de l’Homme appelle à voter et à « faire voter » pour Ségolène Royal.

 

« Nous voulons une autre France : fière de sa diversité, soucieuse que chacun puisse réaliser ses aspirations, porteuse des libertés et rénovant sa démocratie. La France n’est jamais aussi grande que lorsqu’elle met ses actes en accord avec son ambition séculaire de voir tous les droits valoir pour tous. Pendant qu’il en est temps, la LDH appelle les électeurs à choisir la solidarité et non la peur, le respect et non les menaces, l’égalité et non les discriminations. »

http://www.ldh-france.org/actu_derniereheure.cfm?idactu=1445

 

 

 

 

  • Les plus grands chercheurs avec Ségolène Royal

Un collectif d’universitaires, d’enseignants et d’enseignants-chercheurs (dont Jean-Pierre Azéma) lance un appel à voter Ségolène Royal, seule candidate à proposer des mesures concrètes et adaptées pour restaurer le supérieur.
http://petitions.desirsdavenir.org/fiche.php?id=

  • L’appel « Culture et politique »

Un collectif international d’artistes et intellectuels lance un appel à voter Ségolène Royal pour protéger la liberté de création et les échanges de biens littéraires, artistiques et audiovisuels. http://petitions.desirsdavenir.org/fiche.php?id=8

  • L’appel « Une occasion historique »

Un appel du monde des entreprises, de l’économie et des professionnels à s’engager aux côtés de Ségolène Royal.

« Nous, salariés du secteur privé et du secteur public, entrepreneurs, professionnels de santé, enseignants, chercheurs, appelons tous les citoyens français à saisir l’occasion unique qui nous est donnée de choisir une voie nouvelle associant les aspirations et les talents de tous ceux qui souhaitent que la France change sans pourtant renoncer à ses traditions et à son génie propre« .
http://uneoccasionhistorique.org

Voici une sélection de forums généralistes-clés où rappeler ces différentes initiatives de soutien :

Forum Orange

Forums RMC

Forums Aufeminin

Forum Hardware

Forums France 2

Forum TF1 / LCI


Merci de votre engagement!

L’équipe de la net-campagne de Ségolène Royal

Publié dans:Politique |on 1 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Sans commentaire…

Sans commentaire... dans Politique nl_header
p dans Politique p p

Le lundi 30 avril 2007

p

nl_alaune

p nl_puce GRAND CONCERT-MEETING DEMAIN A CHARLETY

p

concert-charlety

Faites suivre ce mail.

Publié dans:Politique |on 1 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Rastignac, homme du passé…

 

http://www.desirsdavenir.org/images/images//bandeaux/bann-projet.jpg

Actualités

[30/04/07]

C’est l’homme du passé et du passif. Moi, je veux prendre le meilleur de chaque époque pour inventer la France de demain.

Interview de Ségolène Royal dans le Monde.
Rastignac, homme du passé... dans Non classé p
Elle revient sur le débat avec François Bayrou : «C’est la démocratie qui en a tiré un bénéfice. C’est un événement inédit dans l’histoire politique française qu’un candidat placé au second tour de l’élection présidentielle propose un débat avec un candidat qui n’a pas été retenu au premier tour. J’ai pris cette initiative parce que cela correspond à l’idée que je me fais de la politique. C’est cohérent avec ce que je suis, ma façon différente de faire de la politique, le constat que j’avais fait de la crise démocratique, le score de François Bayrou, les messages qu’ont envoyés ses électeurs. J’ai retenu du premier tour une confirmation de ce que j’ai entendu dans les débats participatifs : les Français ont envie que la vie politique se rénove en profondeur et que l’on puisse dépasser les antagonismes bloc contre bloc. Le débat l’a montré. Une douzaine de fois, François Bayrou a manifesté son accord avec ce que je disais. Sans renoncer à la confrontation principale entre la droite et la gauche, il y a quelque chose à inventer, j’ai senti que le moment était venu. La politique a un besoin profond de rénovation. J’ai donné un contenu et une preuve à cette rénovation. »« L’UDF a toujours gouverné avec la droite. Et, dans les collectivités territoriales, l’UDF ne vote jamais les budgets des régions, des départements ou des mairies de gauche, même s’ils sont bons. Le scrutin majoritaire à deux tours favorise la confrontation bloc contre bloc. C’est pourquoi il y aura une part de proportionnelle dans la réforme des institutions. François Bayrou, qui l’a vu de près, a fait un constat sur l’Etat UMP, sur le bilan et sur les dérives idéologiques et langagières de Nicolas Sarkozy. La création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale, la théorie génétique pour les pédophiles, la façon dont sa campagne s’est brutalisée ont heurté une partie de l’électorat centriste. »

« La gauche n’est pas inquiète car je rassemble sur la base du pacte présidentiel. Les valeurs et les idées de ceux qui m’ont soutenue ne sont pas oubliées. Je les ai tous reçus ou contactés car je veux que leur idéal et leurs bonnes idées rejoignent le pacte. Compte tenu de la situation dans laquelle la France se trouve, il faut absolument lui éviter cinq années de droite dure. Quant au vote autour de François Bayrou, il est assez varié et toutes les motivations sont d’ailleurs respectables. J’ai pris acte de cette réalité-là sans la mépriser et j’ai pris l’initiative de sortir des schémas traditionnels. Par ailleurs, j’en ai assez de ce procès permanent où lorsque l’on se parle ou l’on dialogue, on est déjà suspect. Il est temps de passer à l’âge adulte de notre démocratie. »

« Maintenant, c’est à François Bayrou de se définir. Il a dit qu’il attendait le débat mercredi pour se déterminer. Et s’il vient sur la majorité présidentielle, il fera partie de la majorité présidentielle. Comme toutes les autres forces politiques qui ont appelé à voter pour moi. »

A propos de l’investiture promis par Nicolas Sarkozy aux députés UDF qui le rejoindraient, Ségolène Royal « laisse à d’autres ces débauchages et ces pressions. La bataille principale, elle est pour la France neuve et donc contre la droite dure, avec le bilan désastreux que le candidat sortant refuse d’assumer. C’est l’homme du passé et du passif. Il s’en prend à Mai 68 dans son discours de Bercy en oubliant que les ouvriers, qu’il découvre, ont obtenu les accords de Grenelle. Moi, je veux prendre le meilleur de chaque époque pour inventer la France de demain. »

 
> Lire l’interview en intégralité
p dans Politique
> Liste des actualités
> Archive des actualités
Publié dans:Non classé, Politique |on 1 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Un peu de génétique….par ceux qui connaissent

Appels / Soutiens

Economistes, politiques, artistes, personnalités de la vie civile… Ils ont décidé de s’engager aux côtés de Ségolène Royal, de défendre son Pacte présidentiel et ils expliquent leurs raisons.

Un peu de génétique....par ceux qui connaissent dans Politique pix_gris

[27/04/07]

D’éminents généticiens reviennent sur les propos de Nicolas Sarkozy et apportent leur soutien à Ségolène Royal.

p dans Politique

Les propos de Nicolas Sarkozy [« J'inclinerais, pour ma part, à penser qu'on naît pédophile… » ou « Les circonstances ne font pas tout, la part de l'inné est immense." ] ont appelé des commentaires de généticiens, comme Axel Kahn, sur les ondes de quelques radios ou dans les pages de quelques journaux, et, en attendant la réaction des sociétés savantes (il y en a huit, dont la Société Française de Génétique et la Société Française de Génétique Humaine) sur un sujet qui devraient les rappeler à de douloureux souvenirs, il semble utile aux signataires de ce texte de s’adresser à l’opinion.

Il faut rappeler que cette question de l’hérédité, comme déterminant possible de faits sociaux, est une vieille histoire dans laquelle la génétique balbutiante des années 20-30 s’est fâcheusement compromise. Mais le développement de cette discipline a permis, avec le temps, de prendre conscience et de mesurer l’ampleur des simplifications abusives et des aberrations auxquelles certains de ses disciples s’étaient laissés aller durant cette période.

1. Un peu d’Histoire :

- Depuis 1869 et la publication par Francis Galton de l’ouvrage sur « l’hérédité du talent », tout un courant faisant indûment appel au Darwinisme, sous la forme dite du « Darwinisme social », prétend que les maux dont souffre la société, le paupérisme, l’alcoolisme, les déviances sexuelles, les pathologies psychiatriques, seraient d’origine naturelle, donc de naissance car déterminées par l’hérédité qui a pris ensuite le nom de génétique (le développement de la génétique moderne ne datant que des années 1910-1920).

- A partir de ce point de vue, Galton en 1883 et bien d’autres (Weismann et Haeckel en Allemagne, Gobineau, l’un des initiateurs du concept de race aryenne, et Vacher de Lapouge en France), ont développé un Eugénisme qui consistait à dire que, si toutes ces tares étaient d’origine génétique, il convenait d’en tarir la source : les américains, les suédois et les allemands entreprirent des stérilisations forcées, parfois massives ; les nazis allèrent plus loin en 1934 avec l’éradication par euthanasie. Les anglais, au nom de l’Habeas Corpus, ne firent rien.

- En France, ce type d’opinion a toujours été minoritaire et le fait de cercles d’extrême droite : notre prix Nobel de médecine, Charles Richet, soutenu par un autre prix Nobel, Alexis Carrel, proposa en 1919 « la suppression des anormaux » et leur collègue, le Dr Binet-Sanglé leur en suggéra le moyen par « l’utilisation du gaz ». Mais sous Vichy, les seules mesures prises seront de type nataliste et non eugénique.

Toujours est-il qu’il convient, devoir de mémoire et conscience citoyenne obligent, de connaître son Histoire.

2. Un peu de génétique :

Les généticiens passent leur temps à démontrer au laboratoire, et à enseigner à leurs étudiants, que si « rien de biologique n’existe sans les gènes », il est absurde d’imaginer que « tout est dans les gènes », cela vaut pour l’intelligence, le génie ou la sexualité et ses déviances.

De la même manière, il est absurde de considérer que tout le Requiem de Mozart est dans sa partition, puisque ce qu’on entend dépend aussi des interprètes, de leurs instruments et du chef d’orchestre.

Les gènes (la partition) ne suffisent donc pas à déterminer un caractère complexe comme un comportement, cognitif ou sexuel, car le vécu (l’orchestre et les instruments), en l’occurrence, l’éducation, l’apprentissage ou le manque d’apprentissage, viennent superposer leurs effets, de la même façon que les couches répétées de neige viennent enrober les reliefs rocheux au point de pouvoir en « effacer » les formes.

On sait qu’il existe des facteurs génétiques de risque pour le diabète ou l’obésité, mais même ici, le généticien ne dira pas que c’est de naissance, puisque la maladie suppose, pour se développer, l’adjonction de nombreux facteurs de risque du milieu.

Si des facteurs de risque peuvent éventuellement exister, encore qu’on n’en a pas le moindre début de preuve, pour le suicide ou la pédophilie, il serait de toute façon absurde de dire que « c’est de naissance ». Dire cela revient à simplifier outrageusement le problème en réduisant sa causalité à un déterminisme génétique supposé et non démontré, alors qu’il existe un déterminisme social ou sociétal évident, massif et accessible à la connaissance : on ne peut disculper la société de sa responsabilité dans le suicide ou la pédophilie en faisant appel à d’hypothétiques facteurs génétiques de risque. Pour prendre un exemple tragiquement récent, la société américaine ne saurait éviter d’analyser ses propres responsabilités dans la tuerie du campus de Virginia Tech au motif que le tueur était dépressif et violent et qu’il pourrait peut être y avoir des facteurs génétiques de risque.

Est-il besoin aussi de rappeler qu’il est possible d’agir sur les facteurs du milieu par l’action sociale ou éducative alors qu’il serait difficile d’agir sur des facteurs génétiques, à moins de retomber dans les errements du passé rappelé ci-dessus ?

3. Que penser de ces propos ?

Soit il s’agit de propos délibérés, soit il s’agit de propos maladroits.

La première hypothèse serait grave car elle signifierait qu’ils sont destinés à un frange très extrême de l’électorat et, au demeurant, « maladroits car bien à droite » et pouvant indisposer une fraction beaucoup plus majoritaire de cet électorat (il suffit de considérer la réaction immédiate de l’église catholique, traditionnellement opposée à toute forme d’eugénisme).

La seconde, la maladresse, est plus vraisemblable, mais n’en est pas moins inquiétante si on considère que cette réaction spontanée traduirait alors le fond de la pensée de Nicolas Sarkozy sur le déterminisme de certains des maux tragiques de notre société.

Ceci semble bien confirmé par les propos additifs des jours suivants ; ce type de pensée à l’Elysée constituerait là aussi une rupture avec la tradition française.

Signataires :

* Jean-Louis Serre, professeur de génétique à l’université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, membre du conseil d’administration de la SFGH (Société française de génétique humaine).

* Bernadette Limbourg-Bouchon, professeur de génétique à l’université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, secrétaire générale de la SFG (Société française de génétique).

* Jean-Michel Rossignol, professeur de génétique à la faculté de Paris Sud (Orsay).

* Catherine Bonaïti-Pellié, directrice de recherche INSERM (unité de génétique épidémiologique et structure des populations humaines), secrétaire générale adjointe de la SFGH (Société française de génétique humaine).

* Simone Gilgenkrantz, professeur émerite de génétique humaine, CHU de Nancy.

* Bernard Prum, Laboratoire Statistique et Génome, CNRS-INRA-Université d’Evry

* Laurent Becquemont, professeur, Service de génétique moléculaire et pharmacogénétique, Faculté de médecine Paris Sud (Orsay).

* Jean François Bureau, chef de Laboratoire à l’Institut Pasteur

* Bertrand Fontaine, professeur à Paris VI, chercheur en génétique humaine et directeur de laboratoire INSERM

* Avner Bar-Hen, professeur de biostatistiques, Universite Paris 13

* Françoise Clerget, directrice de l’Unité INSERM de génétique épidémiologique et structure des populations humaines.

* David Tregouet, chercheur en génétique statistique, unité INSERM 525.

* Mehdi Alizadeh, Assistant scientifique, Laboratoire HLA, EFS (Etablissement français du sang) de Rennes

* Jean-Luc Vayssière. Professeur de Biologie à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

* Brigitte Simon-Bouy, docteur en médecine génétique humaine, docteur es science, directeur adjoint du laboratoire de diagnostic génétique SESEP.

* Etienne Mornet, PhD, PAST à l’Université de Versailles, directeur adjoint du laboratoire de diagnostic génétique SESEP.

* Catherine Brenner-Jan, CR-HDR, CNRS UMR 8159, université de Versailles.

* Claudie Isnard, professeur de génétique à Paris VII, Institut Jacques Monod, Paris.

* Christine Mutti, médecin généticien, présidente du réseau GIFO (Génétique Ile de France Ouest).

* Dr Pascale Kleinfinger, cytogénéticienne, Insitut Pasteur-CERBA.

* Nicolas Janin. Docteur en Médecine, Docteur es Sciences, Génétique Humaine CHU de Liège, Belgique (citoyen français)

* Dr. Nathalie Leporrier, MCUPH Génétique, Département Génétique et Reproduction, CHU Caen

* Dr Marie-France Portnoï, Laboratoire de Cytogénétique, Hôpital Saint-Antoine

* Sylvie Girard-Orgeolet, MCU-PH de Génétique, Université René Descartes/ Groupe hospitalier Cochin Saint-Vincent-de-Paul

* Jean Pierre Siffroi, Professeur à la Faculté de Médecine de l’Université Pierre et Marie Curie, Chef du Service de Génétique et d’Embryologie médicales à l’hôpital Armand Trousseau.

* Florence Richard, MCF, cytogénomique et évolution, Universite Versailles Saint Quentin

* Evelyne Heyer – Professeur de génétique des populations humaines – Muséum National d’Histoire Naturelle.

* Dr Clarisse Baumann, PH, génétique clinique, Hôpital Robert Debré, Paris

* Edith Heard, PhD, Mammalian Developmental Epigenetics Group, UMR 218 – Nuclear Dynamics and Genome Plasticity, Curie Institute.

* Vincent Colot, DR Unité de Recherche en Génomique Végétale (URGV), UMR INRA 1165 – CNRS 8114 – Université d’Evry.

* Guillaume Stahl, MCF, Université Paul Sabatier, CNRS – LBME, Toulouse.

* Franck Viguié, Laboratoire de Cytogénétique – Service d’Hématologie Biologique, Hôpital Hôtel-Dieu, Paris.

* Sylvie Odent, médecin, Professeur de Génétique médicale, CHU de Rennes

* Laurent Pasquier, PH Unité de Génétique – Hôpital SUD, Rennes.

 
  [30/04/07]
L’appel des Présidents de Régions pour une République des pouvoirs partagés
> lire
pix_gris
  [30/04/07]
L’appel du monde des entreprises, de l’économie et des professionnels
> lire
pix_gris
  [30/04/07]
Un appel d’universitaires, chercheurs
et personnalités en faveur de Royal paru dans
Publié dans:Politique |on 1 mai, 2007 |Pas de commentaires »

Mort annoncée de l’esprit soixantuitards..

Libé analyse le show de Sarkozy: inquiétant pour les libertés, la fraternité et l’égalité. Le Rastignac neuilléen nous promet de restreindre les libertés individuelles…c’ est un modèle de vdictature que nous promet Sarkozy..inquiétant, très inquiétant pour les républicains…

Avant la longue leçon de morale, d’autorité et de patriotisme de Nicolas Sarkozy, avant son tonitruant réquisitoire contre l’héritage de Mai 68, c’est avec la plantureuse chanteuse Miss Dominique, l’élue 2006 des téléspectateurs de M6, que la droite a inauguré hier son dernier meeting parisien. Dans un palais de Bercy plein à craquer (20 000 sympathisants et plusieurs milliers d’autres dehors), les stratèges sarkozystes espéraient tourner la page de cette première semaine d’après-premier tour, «confisquée», disent-ils, par le duo Royal-Bayrou.

Sur le même sujet

«L’UDF avec nous !» scandent les jeunes en tee-shirt bleu marqué du slogan, «Dimanche, tout devient possible».  «Puisque Bayrou veut en finir avec l’UDF, je vous dis, moi, que vous êtes les bienvenus», lance Sarkozy après avoir promis, s’il est élu, d’étudier «la possibilité d’introduire un peu de proportionnelle au Sénat ou à l’Assemblée nationale».  «Je veux m’adresser aux électeurs du centre, dont les valeurs sont si proches des miennes, ajoute le candidat de l’UMP. Je veux leur dire que leur sensibilité a toute sa place dans la majorité présidentielle que je veux construire.» 

Le candidat UMP tenait à rassembler toutes les sensibilités de la droite et du centre. Le gouvernement est presque au complet, y compris le discret Dominique de Villepin. Il y a aussi l’amiral Philippe de Gaulle et Simone Veil. Le gaulliste et la centriste. Leurs images sur les écrans de Bercy sont saluées par des ovations.

«Aux prises avec une crise morale» 

Mais pour Sarkozy, le sujet du jour est ailleurs. Son discours, il l’a conçu comme la dernière charge, comme le coup de grâce contre la «pensée unique» et «l’idéologie de Mai 68». Depuis le début de sa campagne, il n’a pas cessé de fustiger ces fléaux responsables de «la crise morale» dans laquelle est plongé le pays. L’intervention d’André Glucksmann préparait le terrain : «J’ai choisi Sarkozy parce qu’il est l’inverse de la caricature de monstre autoritaire et raciste qu’on fait de lui», lance le philosophe, ex-soixante-huitard.

Pour Sarkozy, Mai 68 est responsable de tout : du dénigrement de l’identité, du communautarisme, de la faillite de l’école, du cynisme des capitalistes et même des parachutes dorés ! De la campagne qui s’achève, Sarkozy dit carrément : «Ce fut une campagne aux prises avec une crise morale comme la France n’en a peut-être jamais connu, sauf peut-être au temps de Jeanne d’Arc.» Le candidat de l’UMP tonne : «Les héritiers de Mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait donc désormais aucune différence entre le bien et le mal, aucune différence entre le vrai et le faux, entre le beau et le laid. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître [...], que la victime comptait moins que le délinquant.»  «Il n’y avait plus de valeurs, plus de hiérarchie», lance-t-il, dénonçant la «gauche, héritière de Mai 68  [...]. Dans cette élection, il s’agit de savoir si l’héritage de Mai 68 doit être perpétué, ou s’il doit être liquidé une bonne fois pour toutes». 

A deux jours du rassemblement PS au stade Charléty, l’UMP veut démontrer qu’elle était capable de déplacer des dizaines de milliers de supporteurs et une pléiade de célébrités. Des chanteurs (Johnny Hallyday et Faudel), des comédiens (Véronique Genest et Christian Clavier) et des sportifs comme le rugbyman Christophe Dominici. Le comique Jean-Marie Bigard est l’un des premiers à prendre le micro : «C’est pas la première fois que je viens à un meeting. Moi, j’ai déjà bourré Bercy, et j’ai aussi bourré d’autres trucs la semaine dernière», confie-t-il élégamment. S’adressant à Sarkozy, Henri Salvador parle de la France : c’est un «joyau que nous allons t’offrir le 6 mai, car toi seul sauras le faire briller». Mais dans le genre dithyrambique, c’est à Enrico Macias que revient la palme : Sarkozy ? «C’est une grande espérance pour la France et pour le monde, pour les minorités, les pieds-noirs, les harkis, et pour tous les étrangers qui veulent vivre en France.» 

Trempé de sueur et porté par la foule 

Dans les tribunes du palais omnisport, les tee-shirts blancs des «Etudiants avec Sarkozy» bondissent sur place en hurlant : «Qui ne saute pas est socialiste.» A leurs côtés, les militants UMP d’origines africaine et maghrébine attendent sagement. Parmi eux, Lucien Pampou se fait le promoteur de la discrimination positive : «Avec Sarko, un Noir est un Noir, un Arabe est un Arabe, pas de Black et de Beur comme dit la gauche.» Michel Mbesa, Français d’origine camerounaise, salue les restrictions au regroupement familial : «Si on l’avait fait plus tôt, on aurait évité ces familles ivoiriennes tuées dans l’incendie de leur hôtel.» Dans la foule de Bercy, il y a aussi André Troise. Ancien élu régional FN du Languedoc-Roussillon, il est monté à Paris pour ce meeting. Demain, il célébrera avec Le Pen la fête de Jeanne d’Arc. Dans sa région, il fait du «battage» depuis le début de la semaine pour le candidat de l’UMP.

Il fallait un final grandiose. Plus rien n’arrête le candidat trempé de sueur, porté par une foule en délire. «Chers amis, il nous reste huit petits jours pour bâtir le pays le plus prospère au monde, pour rétablir le plein emploi et l’autorité ! J’ai besoin de vous pour être le candidat du peuple de France.» Bercy explose. Avec la Marseillaise finale, on frise le délire. Sarkozy, hilare, chante à pleins poumons, enlacé par un Gilbert Montagné en transe.

Publié dans:Politique |on 30 avril, 2007 |Pas de commentaires »

Analyse de la rencontre Ségolène R./FrançoisB.

http://www.desirsdavenir.org/images/images//bandeaux/bann-projet.jpg
http://www.desirsdavenir.org/images/images//bandeaux/secondtour/bandeau-bleu.jpg

Bonjour,

La rencontre entre Ségolène Royal et François Bayrou qui s’est tenue aujourd’hui 28 avril à Paris a permis de mettre à jour des points d’accords entre la candidate socialiste et le leader centriste.

Tous deux ont préféré parler de « dialogue » que de « ralliement » : « Plutôt que de parler de débat je préfère dire dialogue » a estimé Ségolène Royal. Sur un certain nombre de sujets difficiles, nous pouvons faire émerger un certain nombre de convergences, qui vont permettre à la France de se redresser ». Pour François Bayrou, « rien n’est plus nécessaire dans la vie politique française que de faire bouger les lignes ».

 

  • Sur la réforme des institutions :

La candidate socialiste a rappelé qu’elle met « au premier rang de la rénovation de la vie démocratique » la démocratie participative. Mais elle a aussi décliné ses propositions de VIème République : la suppression du 49-3, la réforme des institutions, les jurys citoyens. Ségolène Royal a également souhaité l’organisation d’un référendum sur une nouvelle République.

Le candidat de l’UDF a estimé qu’il fallait « bâtir le pluralisme ». Il a rappelé son attachement à l’introduction d’une dose de proportionnelle aux législatives. Et sa volonté de réformer le Parlement, contre « la concentration des pouvoirs ». Ségolène Royal a rappelé que ces propositions figuraient dans son Pacte présidentiel et ajouté qu’elle réformerait le Sénat, « pour y permettre l’alternance ». François Bayrou a lui aussi critiqué les institutions de la Vème République, estimant que « ça suffit, les pouvoirs concentrés dans une seule personne ».

  • Une loi contre la concentration des médias :

François Bayrou a réitéré ses critiques contre la concentration des médias, en pointant les difficultés d’organiser ce débat. « A qui cela peut-il nuire, que comme candidats, nous discutions ensemble du pays ?  » Ségolène Royal a affirmé que les mesures anti concentration des médias figurent dans son Pacte présidentiel.

Ségolène Royal et François Bayrou ont rappelé leur attachement à une loi qui change les règles sur ce point.

 

  • Un nouveau traité européen :

François Bayrou a déclaré qu’« une grande majorité de Français savent qu’il n’y a aucun avenir pour notre pays sans une Union européenne qui parle d’une voix forte dans le monde ». Il a appelé à la mise en œuvre d’un nouveau texte constitutionnel européen « court, lisible ». Une proposition approuvée par la candidate socialiste, qui a estimé que « chacun sent bien que l’Europe doit d’abord défendre les valeurs humaines ». Ségolène Royal a ajouté que l’Europe doit avancer sur les questions sociales et plaidé pour une réforme de la Banque centrale européenne.

 

  • Relation entre la police et la population :

Ségolène Royal a estimé que ces rapports « se sont aggravés ». Elle a dénoncé la suppression de la police de proximité, proposant de mettre en place une police de quartier. La candidate socialiste a critiqué le manque de moyens de la justice, qui doit sanctionner « de manière proportionnée », « dès le premier acte de délinquance ».

François Bayrou s’est dit globalement en accord avec Ségolène Royal sur ces questions. Celui-ci a souligné la tension dans les rapports entre la police et la population, déclarant que « cette montée des tensions très nuisible pour la France ». Pour lui, « le fait de priver un certain nombre de quartiers de services publics » était « une faute ».

Sur les questions de la sécurité et de la prévention, Ségolène Royal et François Bayrou sont en accord, ce dernier critiquant implicitement Nicolas Sarkozy. « Ceux qui croient uniquement à la sanction se trompent », a-t-il déclaré.

 

  • Enfin, sur les questions économiques :

Ségolène Royal a concédé que « sur les questions économiques, nous avons des désaccords ». Mais « je ne suis pas une femme de dogme », a-t-elle précisé tout en rappelant la démarche des débats participatifs qui ont constitué la première phase de sa campagne. La nouvelle croissance économique s’appuie sur « la compétitivité économique » mais aussi sur « la compétitivité sociale », a-t-elle précisé.

 

Nous vous inviton

Publié dans:Politique |on 29 avril, 2007 |Pas de commentaires »

Quelle mouche le pique..? Le Monde (19:40)

icolas Sarkozy, candidat UMP à l’élection présidentielle, s’est plaint auprès de Plantu de la façon dont le caricaturiste du Monde le dessinait, rapporte le quotidien dans son édition du week-end. 

M. Sarkozy regrettait notamment le fait d’avoir une petite mouche dessinée au-dessus de sa tête, un élément qui agrémente également les représentations par Plantu du leader du FN Jean-Marie Le Pen.

Un motard en tenue avait remis une lettre à en-tête du ministère de l’Intérieur à Plantu, indique la médiatrice du Monde Véronique Maurus, sans préciser la date à laquelle cela s’était passé.

Dans la lettre, Nicolas Sarkozy écrivait: « je n’ai pas manqué de remarquer un détail qui agrémente ma présence sur votre dessin (…): une mouche (….). Je sais qu’elles accompagnent généralement les représentations de Jean-Marie Le Pen (…). J’ignore sincèrement ce qui me vaut un tel traitement, tant je considère avoir, tout au long de ma vie politique, combattu les idées de l’extrême droite: le racisme, l’intolérance, l’antisémitisme »… Il proposait un entretien pour dissiper « le malentendu ».

Le lendemain, Plantu a dessiné trois mouches.

La médiatrice du Monde poursuit en racontant que depuis, Nicolas Sarkozy s’est plaint auprès de la direction du journal d’avoir été croqué « en roquet » (selon ses termes) puis d’avoir été affublé d’un brassard « I.N », pour « identité nationale ». Pendant la campagne présidentielle, M. Sarkozy a proposé de créer un ministère de l’immigration et de l’identité nationale.

« Je ne le vis pas comme une tentative de pression car j’ai la chance d’être soutenu par la rédaction et la direction du Monde », indique Plantu, dont les propos sont repris par Véronique Maurus. Mais « Sarkozy impressionne tellement que s’il y a un pétochard dans la rédaction en chef, la liberté du dessinateur est fichue ».

Sollicité par l’AFP, un membre de l’entourage de Nicolas Sarkozy a indiqué ne pas être au courant de cette démarche.

Publié dans:Politique |on 28 avril, 2007 |Pas de commentaires »

Le « Nouvel Obs » communique…(19:30)

[Retour]

La Ligue des Droits de l’Homme appelle
à voter pour Ségolène Royal

NOUVELOBS.COM | 28.04.2007 | 19:01

« Nous ne voulons pas d’une démocratie muselée qui, parce qu’elle laisserait sur le bord de la route des millions de personnes, attiserait le communautarisme, le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie et ouvrirait la voie aux révoltes sociales », indique la LDH.

 

Jean-Pierre Dubois, président de la LDH

Jean-Pierre Dubois, président de la LDH

(c) AFP 

La Ligue des droits de l’Homme (LDH), réunie à Paris en comité central, a appelé samedi 28 avril « à voter et faire voter, le 6 mai 2007, pour Ségolène Royal ».
Dans un communiqué intitulé « Barrons la route à l’autoritarisme », la LDH a assuré n’intervenir « dans le débat électoral que si le bon fonctionnement de la démocratie, l’effectivité de la citoyenneté et le respect des principes de liberté, d’égalité et de fraternité sont en jeu ».
« Si Nicolas Sarkozy se voyait confier la plus haute charge de l’Etat, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas: loi durcissant encore la répression pénale, nouvelle loi anti-étrangers, contrat de travail ‘unique’ se substituant au CDI, sans parler du ministère de l »identitaire’ et de l’immigration », poursuit le communiqué.

« Nous ne voulons pas d’une démocratie muselée »

« Il est de notre devoir d’alerter les citoyennes et les citoyens de ce pays ».
« La poursuite et l’amplification de la politique menée depuis cinq ans ne serait pas un ‘rêve’ mais un cauchemar. Nous ne voulons pas d’une démocratie muselée qui, parce qu’elle laisserait sur le bord de la route des millions de personnes, attiserait le communautarisme, le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie et ouvrirait la voie aux révoltes sociales », ajoute la LDH.
« La France n’est jamais aussi grande que lorsqu’elle met ses actes en accord avec son ambition séculaire de voir tous les droits valoir pour tous », conclut le communiqué. « Pendant qu’il en est temps, la LDH appelle les électeurs à choisir la solidarité et non la peur, le respect et non les menaces, l’égalité et non les discriminations ».
 

Publié dans:Politique |on 28 avril, 2007 |Pas de commentaires »

Une intervention de Romano Prodi…(17:05)

Si vous désirez entendre la déclaration de Romano Prodi, rendez-vous sur le site:

www.emeric-brehier.net

Publié dans:Politique |on 28 avril, 2007 |Pas de commentaires »
1...494495496497498...507

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente