Archive pour la catégorie 'Non classé'

Enfin !!!! (30/10/2019)

Logo Francetv info 12H33
ALERTE INFO
« Le crime a été maquillé en suicide » : 40 ans après la mort du ministre Robert Boulin, le long combat de sa fille pour la vérité
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 30 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………..(29/10/2019)

Libération 29 octobre 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Le «padamalgam» de Marine Le Pen

Si le contexte n’était pas tragique, l’ironie involontaire de la déclaration prêterait à sourire. Apprenant qu’un ancien candidat FN aux élections départementales avait tiré sur deux fidèles d’une mosquée, elle a condamné énergiquement l’attaque et expliqué que ce genre d’acte violent n’avait rien à voir avec les thèses de son parti. Et c’est un fait que le RN s’en est toujours tenu à la légalité et qu’il a récusé sans ambages l’usage de la violence pour faire progresser ses idées. En somme, à ceux qui mettraient en rapport l’acte d’un exalté et le discours intolérant du RN, Marine Le Pen dit : «Attention, pas d’amalgame !»

Elle a ainsi mis en avant l’avertissement dont se moquent un peu lourdement les publicistes d’extrême droite quand un républicain de bon sens met en garde contre «l’amalgame» souvent fait entre les crimes de jihadistes et les prescriptions de l’islam, entre la petite minorité intégriste ou violente et la masse des musulmans. Ces polémistes ont même inventé, dans une formule sarcastique, un médicament fictif, le «padamalgam», que «la bien-pensance» administrerait au bon peuple pour l’endormir face au danger islamiste. Ainsi, c’est aujourd’hui Marine Le Pen qui a ingurgité à son tour, pour les besoins de sa cause, une forte dose de «padamalgam».

Ce qui laisse une question entière : il arrive qu’une atmosphère d’intolérance, un climat tendu, un usage excessif de l’invective, échauffent les esprits plus fragiles ou plus vindicatifs et favorise le passage à l’acte. Certains prêches, certaines vidéos intégristes peuvent encourager les plus violents parmi les islamistes. De même, la multiplication obsessionnelle des mises en cause de l’islam, des musulmans, la critique des manifestations de piété sur la voie publique (qui sont pourtant légales), finit par créer un contexte dommageable, pour ne pas dire dangereux. Samia Ghali, élue de Marseille, a eu raison d’interroger la tenue d’un débat sénatorial sur le voile que portent certaines «mères accompagnantes» lors des sorties scolaires au lendemain d’une attaque contre une mosquée. Le gouvernement a eu raison de juger que la proposition de loi était à la fois injustifiée et inopportune.

L’hystérie entretenue autour des questions identitaires, qui finissent par occuper toute la scène, détériore la qualité du débat public et occulte d’autres questions plus essentielles, d’ordre social ou économique. Feu Georges Pompidou, avec son faux bon sens paysan, avait dit un jour, devant la prolifération des lois et des règlements : «Arrêtez d’emmerder les Français.» Qui dira, au lendemain de cette attaque contre une mosquée dont l’activité pacifique ne dérangeait personne : «Cessez d’emmerder les musulmans.»

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Politique |on 29 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

Déchéance………………………….(25/10/2019)

 

Condamné à quatre ans de prison en 2016 pour avoir voulu rejoindre les rangs du groupe État islamique en Syrie, le Franco-Marocain Faycal Aït Messoud a été déchu jeudi 24 octobre de sa nationalité française. La procédure n’est pas si courante. C’est la seizième fois depuis 2002 qu’une personne est ainsi déchue de sa nationalité française.

La plupart du temps, les raisons sont les mêmes, explique Jules Lepoutre, professeur à l’université de Nice-Sophia Antipolis, et spécialiste du droit de la nationalité : « C’est quasiment exclusivement des Français qui ont été condamnés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste. Ce sont toujours des Français dits par acquisition, c’est-à-dire des Français qui ont obtenu la nationalité après leur naissance et pas ce que le code appelle les Français par attribution, qui sont les Français de naissance. Il faut aussi être binational puisque la France ne crée pas d’apatride lorsqu’elle déchoit de la nationalité. »

Aucun juge n’est consulté

Cette décision est prise par le gouvernement, après avis du Conseil d’État. C’est une mesure administrative qui, en général, est suivie d’une expulsion du territoire. Aucun juge n’est consulté, ni d’ailleurs l’autre pays de la personne déchue.

Le problème de ces mesures de bannissement c’est qu’elles sont très unilatérales. Elles ne sont pas prises dans le cas d’une concertation internationale.Jules Lepoutre, spécialiste du droit de la nationalitéà franceinfo

« Le but c’est de se ‘débarrasser’ d’un individu qu’on considère gênant sur son territoire, concède le spécialiste. C’est souvent pour ça que la France, et d’autres pays, procèdent à des déchéances de nationalité, pour renvoyer vers l’État d’origine la personne en question ». Des pays qui voient en général d’un très mauvais œil l’arrivée sur leur territoire de ces ressortissants condamnés en France pour des faits de terrorisme.

Publié dans:Politique |on 25 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………………(21/10/2019)

Libération 21 octobre 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

A gauche duvide

Quelque 75 personnalités, issues pour la plupart du PS, appellent à la création d’un «pôle de gauche» dans la majorité. Il était temps. L’intention est louable à bien des égards, poussée par un ministre solide, Jean-Yves Le Drian, et de respectables responsables, tel Roland Ries, maire sortant de Strasbourg, François Loncle, vénérable radical de gauche, ou Tony Dreyfus, qui a blanchi sous le harnois rocardien. Encore souffre-t-elle d’une contradiction. Il s’agit en effet de doter d’une aile gauche un mouvement – la macronie – qui prétend… dépasser le clivage droite-gauche et, donc, se situer sur un axe dont il proclame par ailleurs la disparition.

Il n’y a que deux manières de sortir de cet oxymore. Soit ce courant nouveau ne sait pas très bien où il habite, puisqu’il se place à la gauche d’une majorité qui nie le concept de gauche. Un peu comme une planète qui serait située à la gauche d’un point sans coordonnées, perdu dans l’espace flou d’un «dépassement» nébuleux, dont le centre est partout et la circonférence nulle part, flottant dans le vide d’un «nouveau monde» qui échoue à se définir. Ce qui en ferait un «pôle» qui a perdu le nord.

Soit, hypothèse plus logique et plus probable, ces macroniens sans doute nostalgiques de leur identité précédente veulent rééquilibrer une majorité platement centriste, qui a fortement dérivé vers la droite, ce qui tendrait à avouer, de l’intérieur de la macronie, que l’axe droite-gauche, à l’inverse du discours macronien, structure toujours l’espace politique du pays et que la majorité a glissé du mauvais côté. Voilà qui sent furieusement son ancien monde…

Dans ce deuxième cas, l’aveu est révélateur. Ainsi, une escouade de macroniens juge que Macron est trop à droite, que le «président des riches», devenu aussi le rempart de l’ordre pendant le mouvement des gilets jaunes, a dévié de son cap initial et se ramène, expérience faite, à une impossible synthèse. S’il faut un «pôle de gauche» à la majorité, c’est bien que le pôle de droite a conquis la prééminence dans la coalition, que la chaîne de commandement qui va de Matignon à Bercy, de Philippe à Le Maire et Darmanin, a imprimé sa marque dans la politique gouvernementale, que le macronisme, à l’usage, se résume à un projet de centre droit, tel qu’un Juppé l’aurait mis en œuvre, peut-être avec une attention plus soutenue aux questions sociales. Dans le «en même temps», il y en a deux : un temps fort qui séduit à droite, un temps faible destiné à endormir la gauche.

On peut alors douter de la réussite de l’initiative. Techno très politique, Emmanuel Macron estime de toute évidence que son adversaire le plus dangereux se situe sur sa droite. Ce qui le menace, en l’absence d’une gauche décidée à gagner les élections, c’est l’émergence possible d’un leader, ou d’une leadeuse, qui ramènerait au bercail les électeurs naguère rattachés à la défunte UMP et qui s’insérerait de nouveau entre lui et le Rassemblement national. Selon une tactique de triangulation bien connue, il reprend donc les idées de la droite pour la priver d’oxygène.

Dans ce cas, le «courant de gauche» jouera un rôle cosmétique. Sa seule utilité sera de maquiller d’un peu de rose une politique d’un bleu profond. Bonne chance…

L’auteur de «La lettre politique» étant absent ces jours-ci, celle-ci reprendra à partir de jeudi.

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:Politique |on 21 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

Ah! bon………………………………………….(21/10/2019)

Logo Francetv info 11H30
ALERTE INFO
General Electric : les salariés du site de Belfort approuvent un plan sauvant 307 emplois sur les 792 menacés
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 21 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

Une claque, une (de plus)…………………………..(10/10/2019)

Logo Francetv info 14H35
ALERTE INFO
Commission européenne : la candidature de la Française Sylvie Goulard a été rejetée par les eurodéputés
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 10 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………………….(03/10/2019)

Libération 03 octobre 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Les politiques, ces pelés, ces galeux…

Le décompte des agressions perpétrées contre les maires des communes de France effectué par le Sénat devrait inquiéter plus qu’à l’ordinaire ceux qui tiennent aux principes démocratiques censés soutenir la vie politique du pays. Sur 3 978 édiles qui ont répondu au questionnaire sénatorial, ils sont 92% à avoir subi des violences allant des incivilités aux agressions physiques en passant par les injures et les menaces. L’un d’eux, Jean-Mathieu Michel, maire de Signes (Var) a été tué le 5 août dernier pour avoir voulu mettre fin à un dépôt sauvage de gravats (ce qui a déclenché l’enquête du Sénat). «Les maires, parce qu’ils détiennent une parcelle de l’autorité publique, sont exposés à des risques. La réalité du phénomène est incontestable», a déclaré hier Philippe Bas, président LR de la commission des lois du Sénat.

Ces agressions diverses sont en hausse régulière, supérieure à celle qui touche d’autres professions (même si on note une accalmie ces derniers mois). Elles s’ajoutent aux attaques de permanences et aux menaces variées qui ont frappé certains députés pendant le mouvement des gilets jaunes, ainsi qu’à celles qui ont émaillé la protestation contre les traités de libre-échange.

Les esprits placides n’y verront que la traduction des tensions qui affectent le pays sur toutes sortes de sujets et dont les élus sont des victimes parmi d’autres. Mais il y a une autre hypothèse, nettement plus problématique, dans la mesure où elle met en cause l’évolution générale du débat public, notamment dans les médias et sur les réseaux sociaux. L’attaque automatique, systématique, permanente, contre la classe politique est devenue le pont-aux-ânes du commentaire. Quand on n’a rien à dire sur un plateau de télévision, on dit du mal des hommes politiques. On se donne la stature d’un esprit fort sans courir le moindre risque, tout en étant assuré de l’approbation mécanique des autres intervenants et des téléspectateurs. Sous toutes ses formes, des plus grossières aux plus sophistiquées, le poujadisme est devenu une seconde nature du ronron médiatique.

Or les maires remplissent pour la plupart leur tâche avec une grande abnégation, pour un salaire souvent fort mince. L’indemnité mensuelle des maires s’échelonne de 658 euros bruts pour l’édile d’une commune de moins de 500 habitants, à 5 612 euros pour les maires des très grandes villes françaises comme Lyon, Marseille ou Paris. La France comptant seulement 910 communes de plus de 10 000 habitants, seuls leurs maires, très minoritaires donc, touchent plus de 2 128 euros brut par mois. Certes certains d’entre eux arrondissent leur maigre revenu en prenant des responsabilités dans divers organismes intercommunaux. Mais ils sont minoritaires et leur indemnité globale est de toute manière plafonnée. Dans n’importe quelle branche du privé, les mêmes tâches et les mêmes responsabilités, qui supposent beaucoup de travail et une compétence indiscutable, donneraient lieu au versement d’un salaire supérieur. Interrogée à froid par sondage, l’opinion le reconnaît volontiers, puisque quelque 80% des administrés ont une bonne opinion de leurs élus municipaux.

Quant aux députés et aux sénateurs, le pinaillage permanent qui leur est infligé à propos de leurs avantages tourne au grotesque. Il ne peut masquer le fait qu’ils sont rémunérés, à la vérité, comme des cadres supérieurs, ce qui n’est que justice dans la mesure où leur échoit l’importante responsabilité de modeler les lois du pays, de surveiller le budget de la nation et d’incarner la souveraineté populaire, toutes fonctions essentielles au bon déroulement des procédures démocratiques. On invoque parfois le «sacerdoce» qui devrait définir le rôle des élus de la République. Objection réfutée depuis longtemps : si la fonction d’élu devait reposer sur le bénévolat (idéal vaguement rousseauiste), seuls les citoyens disposant par ailleurs d’un patrimoine ou d’un revenu conséquent pourraient occuper ces postes. Nous reviendrions au système en vigueur au XIXe siècle, quand seuls les membres de professions prospères étaient en situation de remplir des fonctions électives. Faudrait-il, pour satisfaire l’antiparlementarisme ambiant, revenir à la République des notables ?

On décrit trop souvent les élus comme les membres d’une «oligarchie» coupée du peuple, occupée seulement de jouir de ses prébendes et de mener une carrière personnelle. C’est ne rien connaître à la vie quotidienne des élus, qui doivent assumer leurs tâches législatives ou municipales pendant la semaine et maintenir un contact étroit avec leurs électeurs le week-end, sous peine, s’ils ne le font pas, de se faire battre à l’élection suivante. Elle était naïve, quelque peu ridicule mais révélatrice, la surprise des nouveaux élus LREM de 2017, issus de professions libérales ou cadres dans des entreprises, quand ils ont découvert, en regard de leur précédent métier, la lourdeur des servitudes attachées à leurs nouvelles fonctions et la soudaine diminution de leur train de vie.

Les pressions physiques ou verbales exercées contre les élus, en hausse continue, contredisent directement, et de manière scandaleuse, un principe fondateur de la République. Les élus du peuple doivent pouvoir délibérer dans la sérénité et prendre leurs décisions sans risquer à tout moment l’agression ou le chantage. Les seules sanctions légitimes qu’on peut leur appliquer émanent de la justice, en cas d’illégalité démontrée, et surtout des électeurs, qui ont tout loisir de ne pas reconduire le député ou le maire qui ne leur convient pas, ce qu’ils ne se privent pas de faire. Le harcèlement que subit la classe politique sommairement amalgamée à ses moutons noirs condamnés par la justice, fausse le jeu démocratique et ouvre la voie à une tyrannie des intérêts particuliers. Le contraire d’une démocratie en bon état de marche.

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:Politique |on 3 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

Avis…………….(02/10/2019)

Bonjour à  tous et toutes par suite de panne grave de mon PC il ne m’est pas possible d’alimenter ce blog comme je le voudrais. J’espère être  en mesure de reprendre mes activites des  que possible.

Veuillez m’en excuser.

Publié dans:Non classé |on 2 octobre, 2019 |Pas de commentaires »

Ce qui nous attend…………..(30/09/2019)

Refonte de l’épargne retraite, nouvelles mentions obligatoires sur les factures, baisse des tarifs réglementés du gaz, réduction de cotisations patronales d’assurance chômage: tels sont les changements au 1er octobre ayant un impact sur la vie quotidienne des Français.

Plusieurs mesures entrant en vigueur à partir du 1er octobre, exerceront une influence sur la vie quotidienne et le porte-monnaie des Français. En voici la liste détaillée.

Gaz

Les tarifs réglementés de vente du gaz, appliqués par Engie à quatre millions de foyers français, vont baisser de 2,4% au 1er octobre. Cette baisse est de 0,6% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,4% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 2,5% pour les foyers qui se chauffent au gaz. Cette évolution traduit l’application d’une formule tarifaire définie fin juin par un arrêté du gouvernement.

Épargne retraite

Trois nouveaux produits d’épargne retraite sont lancés à partir du 1er octobre. Ils remplaceront à terme les dispositifs actuels (Perp, Perco, Préfon, « Madelin »,…) qui ne seront plus commercialisés à partir d’octobre 2020, même si on pourra continuer à verser de l’argent dessus. Deux nouveaux produits d’épargne retraite d’entreprise sont créés: un plan collectif ouvert à tous les salariés afin de remplacer les plans d’épargne pour la retraite collectif (Perco); un plan d’épargne retraite d’entreprise réservé à certaines catégories de salariés qui prendra la succession des actuels contrats dits « article 83″ (pour cadres et dirigeants). Un 3e produit d’épargne, individuel, est commercialisé sous forme d’un compte-titres ou d’un contrat d’assurance. Il vise à succéder aux actuels contrats Perp et « Madelin » (professions libérales). Les épargnants pourront transférer leur épargne retraite actuelle vers ces nouveaux produits, selon le site service-public.fr.

Factures

Toutes les factures émises à compter du 1er octobre 2019 doivent comporter deux mentions obligatoires supplémentaires. Il faut désormais mentionner non plus seulement l’adresse des parties (le siège social du vendeur et le siège social ou le domicile de l’acheteur), mais également l’adresse de facturation si elle est différente de celle du siège social. Il conviendra aussi d’ajouter le numéro de bon de commande lorsqu’il aura été préalablement établi par l’acheteur.  L’ajout de ces mentions a pour objectif d’accélérer le règlement des factures (envoi direct au service compétent, lorsqu’il n’est pas situé au siège social de l’entreprise) et d’en fluidifier le traitement. Tout manquement est passible d’une amende maximale de 75.000 euros pour une personne physique et 375.000 euros pour une personne morale.

Cotisations patronales pour l’assurance chômage

La réduction générale des cotisations patronales sur la rémunération versée à chaque salarié, applicable de manière dégressive aux rémunérations brutes inférieures à 1,6 Smic, est étendue aux contributions d’assurance chômage à compter du 1er octobre 2019 (taux à 4,05%). Ces réductions de cotisations sociales font partie du programme gouvernemental de remplacement du crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice) et du crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) dont les suppressions ont été entérinées en 2018.

Ascenseur obligatoire dans le neuf à partir de 3 étages

De nouvelles dispositions s’appliquent aux demandes de permis de construire d’immeubles déposées à compter du 1er octobre. Ainsi, entre en vigueur l’obligation faite aux bâtiments neufs d’habitation collectifs de disposer d’un ascenseur dès lors qu’ils comportent au moins trois étages (contre quatre auparavant). Cette règle a été fixée par le décret no 2019-305 du 11 avril de la même année. L’objectif: renforcer l’accessibilité des logements aux personnes en situation de handicap et tenir compte du vieillissement de la population. Cette décision vient en complément des mesures annoncées dans le projet de loi ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique).

Régime juridique de l’entrepreneur de spectacle vivant

À compter du 1er octobre 2019, le régime de licence (3 ans renouvelables) délivrée par le préfet est remplacé par un régime déclaratif pour l’exercice d’activité d’entrepreneur de spectacles vivants (théâtre, danse, musique,..). Cette déclaration (attribuée pour 5 ans renouvelables) doit être effectuée en ligne sur le site internet du ministère de la Culture. Elle donne lieu à la délivrance d’un récépissé de déclaration d’entrepreneur de spectacles vivants valant licence.

Frédéric Bergé
BFMtv
  • Assurance habitation: les jeunes de -30ans bénéficient de -25% ! Devis en 2 min

Publié dans:Politique |on 30 septembre, 2019 |Pas de commentaires »

Bonne idée…………………………….(30/09/2019)

Logo Francetv info 07H39
ALERTE INFO
Lutte contre les lobbies : deux ONG lancent une campagne pour inciter les politiques à rendre leurs agendas publics
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Politique |on 30 septembre, 2019 |Pas de commentaires »
1...34567...606

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente