Archive pour la catégorie 'People'

Au boulot………………………………..(06/08/2014)

Députés : ceux qui travaillent et ceux qui ne font (presque) rien

Le Nouvel Observateur

Voir tous ses articles

Publié le 05-08-2014 à 18h48

INFOGRAPHIE. Le site nosdeputes.fr a mis en ligne une synthèse de l’activité des députés pour l’année 2013-2014.

L'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 7 octobre 2013. JOEL SAGET / AFPL’hémicycle de l’Assemblée nationale, le 7 octobre 2013. JOEL SAGET / AFP

Quelle a été l’activité des députés à l’Assemblée nationale cette année ? Le site nosdeputes.fr a actualisé sa synthèse générale de l’activité parlementaire pour l’année 2013-2014, prenant en compte 555 députés (ceux qui ont au moins 10 mois de mandat) sur les 577 officiels.

L’observatoire du collectif RegardsCitoyens.org a recensé les « semaines d’activité » des élus, qu’ildéfinit comme le « nombre de semaines où le député a été relevé présent en commission ou a pris la parole (même brièvement) en hémicycle ».

Il ne s’agit donc pas de mesurer la seule présence dans l’hémicycle – nombre de députés assistent par exemple aux questions au gouvernement – mais d’évaluer leur participation « active » aux débats, que ce soit en séance ou en commission.

La palme revient à François Brottes (PS), Christophe Caresche (PS) et Charles de Courson (UDI).Ces trois élus ont été actifs durant chacune des 40 semaines de l’année.

Les cancres : Balkany, Estrosi, Cambadélis, Le Maire…

A l’inverse, 22 députés ont eu dix semaines d’activité ou moins lors de l’exercice 2013-2014, comme le montre le tableau ci-dessous :

 

Le député de Guadeloupe Éric Jalton (groupe PS) est le seul député de l’hémicycle à ne pas avoir eu une semaine d’activité parlementaire en 2013-2014, suivi de près par le député UMP de l’Essonne Franck Marlin (1 semaine d’activité).

Patrick Balkany (UMP) a été actif moins d’un quart de l’année (7 semaines). Jean-Christophe Cambadélis (PS) et Christian Estrosi (UMP) ne font guère mieux avec respectivement 9 et 10 semaines d’activité parlementaire recensées sur les 40 de l’année.

Le groupe écolo, le plus actif

En moyenne, un député de l’hémicycle a eu 27,3 semaines d’activité pour l’année 2013-2014.

Les députés les plus actifs sont ceux du groupe écologiste – ce parti interdit le cumul des mandats - avec une moyenne de 33,4 semaines d’activité pour les 17 élus EELV.

Les députés PS et UMP (respectivement 274 et 198 députés), se situent dans la moyenne, tout comme les radicaux.

En revanche, les 15 élus du groupe Gauche démocrate et républicaine (communistes et ultra-marins) ainsi que les centristes du groupe UDI sont moins actifs que la moyenne, avec respectivement 22,9 et 22,8 semaines d’activité par député.

Les députés non-inscrits, parmi lesquels ont compte les députés FN Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, totalisent une moyenne de 19,2 semaines d’activité par élu.

 

Les femmes sont un peu plus présentes

Avec 28,6 semaines d’activité en moyenne, les 143 députées femmes devancent légèrement leurs 412 collègues masculins (26,9 semaines d’activité en moyenne).

 

À partir de 71 ans, des députés moins actifs

L’activité à l’Assemblée nationale est-elle une question d’âge ? Globalement, non. De 25 ans à 70 ans, les députés se situent à proximité de la moyenne de 27,3 semaines d’activité.

Seuls les députés septuagénaires sont globalement moins actifs, avec une moyenne de 24,3 semaines. Toutefois, mention spéciale au député du Maine-et-Loire Marc Goua (PS) qui, à 74 ans, peut justifier de 35 semaines d’activités sur les 40 de l’année 2013-2014.

 

Jean-Luc Mounier – Le Nouvel Observateur

Au boulot......................................(06/08/2014) dans People

Publié dans:People |on 6 août, 2014 |Pas de commentaires »

L’incompris élyséen………………….(26/01/2012)

Sarkozy, le président Caliméro

Créé le 25-01-2012 à 18h35 – Mis à jour le 26-01-2012 à 08h57

Renaud Dély

Par Renaud Dély

Superman a un coup de blues. Place au héros incompris, prêt à faire don de sa personne à ses compatriotes ingrats.

Nicolas Sarkozy. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Nicolas Sarkozy. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

« C’est inzuste, vraiment trop inzuste… » Tout le monde se souvient du gémissement plaintif zozoté par Caliméro, petit poussin noir à la coquille ébréchée, être chétif victime d’une éternelle malchance. Voilà donc qu’en Guyane, Nicolas Sarkozy s’est laissé aller à adopter cette posture victimaire devant la presse. Fini le chef de guerre, capitaine Courage seul à même de piloter le paquebot France dans la tempête de la crise, place au héros incompris, injustement décrié, prêt à faire don de sa personne à ses compatriotes ingrats.

Superman a un coup de blues. Place au président Caliméro ! Nicolas Sarkozy entonne le chant du dépit, prélude à celui du départ. Il envisage sa défaite électorale, parle de sa vie d’après, promet de disparaître de la scène politique, et se laisse aller à rêver d’aller gagner de l’argent, beaucoup d’argent comme tant de ses meilleurs amis fortunés.

Une tactique de prise de risques maximale

Peu importe que l’aveu du chef de l’Etat soit totalement sincère ou non. De toute façon, au bout de cinq ans – et même plus… – de « storytelling » abusif, il ne peut plus être perçu comme tel. La parole de Nicolas Sarkozy s’est tellement démonétisée que pour une bonne partie de l’opinion, ses ficelles sont devenues des cordes et ses élans du cœur sont forcément perçus comme des coups de com’… même quand ils n’en sont pas.

C’est là son drame. A force de verser dans l’exhibitionnisme tout en ressassant « J’ai changé », la main sur le cœur et l’ego en bandoulière, Nicolas Sarkozy a convaincu son auditoire qu’il lui cachait toujours quelque chose. Il y a un truc, forcément un truc, un peu comme pour ces magiciens dont les tours sont tellement connus que le public scande « Le lapin ! Le lapin ! » avant même que celui-ci ne soit sorti du chapeau…

Certes, tout n’est sans doute pas gratuit dans la confession présidentielle, mais tout n’est pas non plus simple calcul et grossière mise en scène : après tout, Nicolas Sarkozy est ainsi, il n’aime rien tant que parler de lui, de ses humeurs (changeantes) et de ses états d’âme (prononcés).  Ce n’est pas la première fois qu’il entonne ce refrain, « la vie est ailleurs », pour laisser entendre qu’il pourrait bien tout envoyer valser sur un coup de tête. Sans doute cette posture sacrificielle augure-t-elle cette fois-ci d’une tactique de prise de risques maximale qui devrait inciter Nicolas Sarkozy à engager dès dimanche prochain une batterie de réformes radicales et douloureuses.

Il joue son va-tout

Il y aurait en tous cas une logique à ce que ce candidat qui fait mine de passer désormais par pertes et profits l’état de sa cote de popularité, lui qui fut jusque là tellement en quête d’affection de la part de son camp et de l’ensemble des Français, adopte un profil churchillien pour jouer son va-tout sur fond de « sang, de sueur et de larmes »!

De là à le croire lorsqu’il répète  qu’il se désintoxiquera sans mal de l’élixir de la politique s’il perd la présidentielle…  Un épisode qui concerne un autre grand « drogué du pouvoir » permet d’en douter. Valéry Giscard D’Estaing raconte qu’en 1976, lorsque Jacques Chirac est venu lui présenter sa démission de son poste de Premier ministre, il lui assura qu’il allait quitter la scène électorale pour ouvrir une galerie de peinture, concluant l’entrevue à l’adresse de VGE d’un tonitruant : « Vous n’entendrez plus jamais parler de moi ! » N’oublions pas qu’avant de se grimer en rebelle, adepte d’une « rupture » fictive pour entrer à l’Elysée, Nicolas Sarkozy fut d’abord l’héritier choyé de Jacques Chirac…

Renaud Dély

Par Renaud Dély

L'incompris élyséen......................(26/01/2012) dans LA VIE EN SARKOZYE

Quel dilemme………………….

Quel dilemme...................... dans LA VIE EN SARKOZIE

Présidentielle 2012

 

Politiques Hier à 15h18

Sarkozy ou le piège infernal de la pipolisation

CHRONIQUE «Entre les lignes»Pendant toute la campagne présidentielle, Antoine Guiral décrypte le dessous des cartes politiques.

70 commentaires Par ANTOINE GUIRAL

 

Le 21 avril 2002, Lionel Jospin mettait un terme à sa «vie publique». Mercredi 19 octobre 2011, Nicolas Sarkozy a, lui, rompu avec l’étalage de sa «vie privée». Exposer sa famille, son nouveau bonheur de père? Mais quelle horreur, quelle vulgarité! Pas ça, pas lui… Et puis il y a ces millions de Français qui souffrent des conséquences de la crise, imaginez l’indécence de telles images…On ne saura donc rien du 4e enfant du chef de l’Etat, une fille. Du moins, pour le moment.

La non-communication érigée en communication, tel est le nouveau concept élaboré à l’Elysée pour tout ce qui touche à l’intimité du couple présidentiel. Début septembre, c’est Carla Bruni qui l’avait elle-même testé à une heure de grande écoute sur TF1. Son message à l’adresse de millions de téléspectateurs: «L’exposition à la vie publique est un choix d’adulte». En clair, regardez bien mon ventre rond, je ne vous montrerai jamais mon enfant.

Au passage, elle avait reconnu que la virée de Petra (Jordanie) en janvier 2008 avait été «une grande erreur». Petit rappel: en pleine période bling-bling, le Président de la République – lunettes d’aviateur et sweat noir à bandes jaunes – avait débarqué sous une nuée de caméras avec sa «top» et le fils de celle-ci cachant son visage sur ses épaules. Puis, lors d’une conférence de presse, il se rengorgeait: «Avec Carla, c’est du sérieux», et ainsi de suite.

Opération: repentance bling-bling

Autant dire que cette époque fut ravageuse pour l’image et la popularité de Nicolas Sarkozy. Elle lui colle encore tant à la peau que toute les tentatives dites de représidentialisation ont pour l’heure fait un flop. Le silence et le relative discrétion autour de la naissance de sa fille participent à nouveau à cette ingrate reconstruction d’image. A peine née, voilà donc cette enfant déjà au centre de l’opération repentance bling-bling de son père.

En terme de com’, le changement de cap est, a priori, très radical. Carla Bruni vient d’accoucher dans une très chic clinique parisienne? Oui, et alors… «Vie privée», claironne l’Elysée. Les medias du monde entier s’interrogent sur le prénom? «Pas de commentaire», répond le Château. Voilà, c’est une fille, c’est tout! Et pour le reste, circulez. On voudrait créer du buzz et de l’attente que l’on ne s’y prendrait pas autrement, gronde déjà la presse people.

Pauvre Nicolas Sarkozy, le piège infernal de la peopolisation s’est refermé sur lui. Il montre son enfant ou met en scène son bonheur familial, et l’on criera à l’instrumentalisation. Il le cache et fait comme si de rien n’était, et il lui sera reproché de faire monter la tension.

Le temps des photos en noir en blanc dans Paris-Match façon Kennedy à la Maison Blanche et autre «bonne chance mon papa» lancé dans un clip par le jeune Louis Sarkozy est-il révolu? Sous cette forme aussi grossière, c’est probable. Mais attendons la suite. Si les sondages restent en berne et qu’il faut tout tenter pour l’emporter en mai prochain, la petite Sarkozy entourée de ses parents pourrait vite avoir une silhouette sur papier glacé.

Publié dans:LA VIE EN SARKOZIE, People |on 21 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Canal Sarko-…

 Sarkozy, sa télé ses amis,

Disgrâce du tandem PPDA-Namias, arrivée de Laurence Ferrari au 20 heures, coup de pouce à Patrick Sabatier, intervention pour trouver une émission à Daniella Lumbroso: l’Elysée n’en finit pas de peser sur le PAF.

Dans “Canal Sarkozy”, dont Le Nouvel Observateur publie cette semaine, en exclusivité, des bonnes feuilles, les deux journalistes Frédéric Gerschel et Renaud Saint-Cricq racontent comment Nicolas Sarkozy se mêle de tout, y compris de trouver une case horaire sur au fils de son grand ami Johnny Hallyday.

Extrait de “Canal Sarkozy”

Le duo (ndlr: David Hallyday et son associé Cyril Viguier) (…) vise une case sur France 2 le samedi après-midi. (…) L’actionnaire Sarkozy a réclamé qu’on reçoive le duo de producteurs. Un minimum, peste Johnny Hallyday, la star des Français, qui s’active beaucoup dans les coulisses pour son fiston. Il a appelé l’Élysée pour parler de DHCV (ndlr : la société de production de David Hallyday) au chef de l’État. Sarkozy lui est redevable, pense-t-il : pendant la campagne présidentielle, Johnny, Laeticia et David se sont encartés à l’UMP. Leur soutien public pour le candidat de la droite a été sans faille durant des mois. Il est temps de renvoyer l’ascenseur.

“Johnny Hallyday a téléphoné à Sarkozy pour obtenir un rendez-vous pour son fils David”, explique Pascal Rostain, photographe du couple présidentiel, ami de longue date de Carla Bruni. David voulait un créneau pour une émission sur France Télévisions. Sarkozy a reçu David. Puis en a parlé à Patrice Duhamel : “Il faut faire un geste pour Johnny.” “On n’a pas de créneau pour l’instant”, lui a répondu ce dernier.

Publié dans:People, Politique |on 15 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Les Sarkozy, retour de strass…

Bling-bling . Escapade au Mexique avant la visite officielle.

261 réactions

ANTOINE GUIRAL

Le couple Sarkozy ne connaît décidément pas la crise. Après New York en septembre, le Brésil à Noël, un hôtel grand luxe pour un week-end à Megève en février, le chef de l’Etat et Carla Bruni ont filé en toute discrétion, jeudi soir, vers le Mexique. Au programme, trois jours de détente et de visites avant d’entamer, lundi matin, un séjour officielle qui ne durera, lui, qu’une douzaine d’heures.

Jeudi soir, au pavillon d’Armenonville à Paris, Carla Bruni était invitée d’honneur d’une soirée de l’association internationale pour la recherche et l’aide médicale Hadassah. Quand Nicolas Sarkozy a fait irruption, Carla Bruni a lancé à ses proches : «Je pars ce soir pour le Mexique.» Alors que les Français sont confrontés aux plans sociaux et à la baisse de leur pouvoir d’achat, l’Elysée avait pourtant tout fait pour garder secrète cette escapade mexicaine que l’AFP a révélée vendredi matin.

A Paris et à Mexico, le black-out sur le séjour présidentiel avait été imposé. A l’ambassade de France au Mexique comme à Los Pinos (la présidence mexicaine), consigne a été passée de ne rien dévoiler des lieux de villégiature des Sarkozy. Résultat, les rumeurs vont bon train et les paparazzi locaux attendent déjà sur les sites mayas du Yucatán comme du côté des plages bling-bling de la baie d’Acapulco. Au pays des telenovelas, la romance des Sarkozy va faire fureur…

Seule certitude, Felipe Calderón et son épouse recevront dimanche soir les Sarkozy dans un lieu lui aussi tenu secret, pour un dîner privé, sans aucun collaborateur de part et d’autre. L’occasion pour le président français d’évoquer le sort de Florence Cassez, cette Française détenue au Mexique depuis plus de trois ans mais qui clame son innocence. Son transfèrement dans une prison française pour purger sa peine pourrait être conclu à cette occasion. Pour le reste, Sarkozy enchaînera lundi à Mexico les rendez-vous politico-économiques pour «donner un éclat majeur» aux relations entre les deux pays.

 

Publié dans:People |on 9 mars, 2009 |Pas de commentaires »

Mais que sait donc Rachida Dati ?

Va-t-elle balancer…?

NOUVELOBS.COM | 11.12.2008 | 17:09

Réagissez à l'article 56 réactions

C’est l’article qui fait jaser tout Paris : l’hebdomadaire Le Point laisse entendre que Rachida Dati connaîtrait « les histoires de famille du département des Hauts-de-Seine (…) et saura, le cas échéant, se rappeler aux bons soins de son protecteur« .

Rachida Dati (Reuters)

Rachida Dati (Reuters)

C‘est l’article qui fait parler le tout Paris journalistique.
Dans Le Point de cette semaine, Denis Demonpion conclut une longue enquête, intitulée « L’extravagante Mme Dati », sur ces deux paragraphes : « Elle confie volontiers qu’après son accouchement une nouvelle vie s’offrira à elle. Elle afficherait, dit-elle, le père de son enfant avec qui elle pourrait partir vivre à l’étranger. (…) Des âmes charitables affirment qu’à l’heure de la curée, Rachida Dati, qui connaît les histoires de famille du département des Hauts-de-Seine pour s’être occupée pendant quelque temps, en 2005, du secteur sensible des marchés publics, saura, le cas échéant, se rappeler aux bons soins de son protecteur ».

Sarkozy furieux

Rachida Dati a effectivement été directrice générale adjointe en charge des marchés publics, des affaires juridiques et des affaires foncières et immobilières au conseil général des Hauts-de-Seine, de 2004 à 2005, à l’époque où Nicolas Sarkozy en était président, et elle travaille aux côtés de celui-ci depuis 2002.
Quant à savoir qui est ce père qui vivrait à l’étranger et quels sont les secrets qui pourraient embarrasser le chef de l’Etat, Le Point n’en dit pas plus.
Joint par nouvelobs.com, Denis Demonpion ne « retire pas une ligne » à ses écrits et ajoute : « Rachida Dati n’a pas démenti et ne démentira pas ».
Nouvelobs.com a tenté, en vain jusqu’ici, de joindre le porte-parole du ministère de la Justice.
Enfin, selon plusieurs sources, Nicolas Sarkozy serait furieux de la « chute » (la fin ndlr) de l’article.

Publié dans:People |on 11 décembre, 2008 |Pas de commentaires »

Et ça les fait rire…………!!

Sarkozy, guignol de la télé anglaise

MIP. Sur la chaîne ITV, la nouvelle satire «Headcases» parodie people et politiques.

Envoyés spéciaux à Cannes R.G. et I.R.

QUOTIDIEN : mardi 8 avril 2008

«Elle m’appelle… Monsieur Boombastic, elle dit que je suis fantastique.» Agitant sa breloque marquée d’un «S», il chante - en français - le hit m’as-tu vu de Shaggy et se déhanche sous une boule à facettes. Lui, c’est Nicolas Sarkozy, un des héros de Headcases, nouvelle satire politique de la chaîne britannique ITV, à l’antenne depuis dimanche.

Le producteur, Granada, a profité du MIP TV qui se déroule à Cannes pour présenter le successeur de Spitting Image, l’équivalent des Guignols outre-Manche. Plus de marionnettes en latex mais des animations en 3D. «C’est plus moderne, ça ressemble à ce que les gens voient au cinéma», explique à Libération Henry Naylor, créateur de Headcases, mais aussi le principal auteur de Spitting Image jusqu’à l’arrêt de l’émission en 1996. Selon Naylor, «les Anglais sont aujourd’hui beaucoup moins renfermés sur leur politique intérieure qu’à l’époque de Spitting Image». D’où Sarkozy : «Nous essayons de saisir l’humeur du moment, explique Naylor. Et là, il y a eu cette visite d’Etat où tout le monde était fou de Carla Bruni, mais se demandait « Qui c’est ce mec à côté d’elle ? »»

Aux côtés de Sarkozy, un Gordon Brown infiniment plus sobre, campé en sombre héros de Dickens, et une flopée de people britanniques, depuis Amy Winehouse et Pete Doherty en junkies de service jusqu’aux déboires californiens de David Beckham et de son ex-Spice Girl d’épouse, Victoria. Moins politique et plus people, Headcases ? «Non, répond Henry Naylor, mais maintenant, même les journaux sérieux tel The Independent ou The Guardian parlent d’Amy Winehouse. Ça reflète les préoccupations de l’Angleterre moderne, et puis aujourd’hui même les hommes politiques se comportent comme des people !»

Publié dans:People |on 8 avril, 2008 |Pas de commentaires »

On a la première « dame de France » qu’on peut….

ENCHERES

Christie’s va mettre en vente une photo de nu de Carla Bruni-Sarkozy

NOUVELOBS.COM | 25.03.2008 | 10:09

Réagissez à l'article 47 réactions

Le cliché en noir et blanc du photographe Michel Comte date de 1993. On y voit l’épouse du président, seins nus, dans une pose qui fait apparemment référence au tableau « Les Poseuses » de Georges Seurat.

La photo de Michel Comte (DR)

La photo de Michel Comte (DR)

Christie’s va mettre en vente une photographie de nu de Carla Bruni-Sarkozy, l’épouse du chef de l’Etat français et ancien mannequin, a-t-on appris lundi 24 mars.
Le cliché en noir et blanc du photographe Michel Comte, pris il y a quinze ans, représente Carla Bruni-Sarkozy dans une pose qui fait apparemment référence au tableau « Les Poseuses » de Georges Seurat, mains jointes pour dissimuler son intimité. La photo en pied sur un fond de dégradé de gris, laisse voir ses seins nus.

« L’une des plus belles femmes du monde »

La maison d’enchères procèdera à la vente le mois prochain, à New York. Christie’s a justifié sa décision de mettre en vente des images d’une Première dame en exercice en décrivant l’épouse de Nicolas Sarkozy comme « l’une des plus belles femmes du monde ».
« C’est une oeuvre d’art. Elle a été prise en 1993 quand mademoiselle Bruni était mannequin et c’est un portrait nu de bon goût pris par un artiste renommé et respectable », a déclaré à l’AFP Milena Sales, porte-parole de Christie’s.

4.000 dollars

La photographie provient d’une collection qui inclut des œuvres de Helmut Newton, Herb Ritts, Richard Avedon et Leni Riefenstahl, et comprend entre autres des nus des mannequins britanniques Kate Moss et Naomi Campbell.
Le portrait de Carla Bruni-Sarkozy est estimé par Christie’s à environ 4.000 dollars (environ 2.500 euros) et sera mis en vente le 10 avril. (avec AFP)

 

Publié dans:People |on 25 mars, 2008 |Pas de commentaires »

« Bling Bling » fait un tabac sur le net….

Le «casse-toi, pauvre con» fait fureur sur le web

Laurent Suply (lefigaro.fr)
25/02/2008 | Mise à jour : 15:01 |

.

Déjà plus de deux millions de spectateurs pour le dérapage de Nicolas Sarkozy au Salon de l’Agriculture. Les détails du « buzz » en chiffres.

C’est incontestablement le succès viral du moment. La vidéo du chef de l’Etat au Salon de l’Agriculture réalise des scores d’audience importants. La version officielle du Parisien a été vue plus d’un million de fois. Mais si l’on prend en compte les diverses copies, il faut y ajouter 775 000 vues sur Youtube, et environ 100 000 sur Dailymotion. Soit un autre million de spectateurs. Ces multiples copies squattent les classements des vidéos les plus vues ces derniers jours sur internet, et son succès pourrait avec le temps égaler celui de l’intervention d’un Nicolas Sarkozy légèrement troublé après un G8 (20 millions de spectateurs au bas mot).

Le succès est tel que leparisien.fr a demandé aux deux plateformes d’hébergement de vidéo de retirer ces copies (au bas mot une cinquantaine sur chaque site). Isabelle André, éditrice du site, motive cette décision par la « politique d’édition de vidéos et de protection » de cette exclusivité. leparisien.fr refuse de divulguer le prix de cette vidéo achetée au collectif de journalistes Youpress, mais aurait, selon nos informations, fait une très bonne affaire. Le collectif, qui ne s’attendait pas à un tel retentissement, profite de son côté d’un joli buzz, avec un trafic multiplié par 30 sur son site internet. Et a pu revendre ses images à l’Associated Press, qui les avait refusées en première intention. Entre temps, la facture a plus que doublé pour l’agence…

Mais le succès de l’épisode du Salon de l’Agriculture ne se limite pas aux vidéos. La courbe de croissance des mots « pauvre con » sur les blogs explosent. Le moteur de recherche Technorati indexe ainsi près de 1000 billets consacrés à l’évènement ces trois derniers jours.

De même, plusieurs noms de domaines porteurs ont été aussitôt réservés. En vrac : cassetoipauvrecon.fr, cassetoi.fr, casse-toi-pauvre-con.fr ou encore cassestoipauvrecon.com. La radio Europe 1 en a profité pour drainer du trafic vers son site en achetant les mots clés « pauvre con » et « casse-toi » sur la plateforme publicitaire de Google, AdWords.

Publié dans:People |on 25 février, 2008 |Pas de commentaires »

« Le Sarko show » de Villiers le Bel…..

L’opposition dénonce la médiatisation de l’opération

Ségolène Royal et François Bayrou ont appelé lundi à «ne pas mélanger justice et mise en scène» après la descente de police à Villiers-le-Bel, en présence des médias.

AFP

LIBERATION.FR : lundi 18 février 2008

Réaction sévère de l’opposition ce matin après l’intervention commando de la police à Villiers-le-Bel, où la presse était conviée. Ségolène Royal a dénoncé sur France Inter «une opération policière médiatisée» estimant que la présence de caméras pour accompagner l’intervention relevaient «d’un dysfonctionnement grave de la République».

Sur le même sujet

«Quand des caméras accompagnent des opérations policières massives en période municipale, a-t-elle poursuivi, c’est une façon d’influencer l’opinion, de vouloir faire peur. (…) Il ne faudrait pas que la campagne électorale des municipales donne lieu à des opérations policières médiatisées.» Selon elle, «le président de la République en revient au vieux réflexe de politique spectacle sécuritaire, parce que là où il échoue sur le plan économique et social, il veut faire croire qu’il continue à maîtriser les choses sur la question de la sécurité, ce qui n’est pas le cas».
  
François Bayrou a de son côté appelé sur Europe 1 à «ne pas mélanger la justice et la mise en scène». «Il est nécessaire de respecter le droit, la loi et la justice, et des incidents comme ceux qui ont eu lieu (en novembre 2007) doivent avoir des suites. (…) Il semble que la presse a été conviée, et là je suis nettement plus réservé. J’ai toujours considéré que la justice ne devait pas s’accompagner d’une mise en scène. La justice, c’est fait pour obtenir l’arrestation et moins pour faire de la communication.» Invité à dire s’il pensait que l’opération avait été planifiée en rapport avec la campagne électorale des municipales, il a répondu: «A votre avis?»

Li

Publié dans:People |on 18 février, 2008 |Pas de commentaires »
12

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente