Archive pour la catégorie 'RETRAITES'

« Débats »………..(05/03/2020)

Après le recours 49.3, place au vote. L’Assemblée nationale a adopté jeudi 5 mars le projet de loi « organique » de la réforme des retraites. Cette étape marque la fin d’un premier marathon parlementaire après une bataille acharnée d’un mois dans l’hémicycle. Deux jours après l’adoption en première lecture du volet principal via le recours au 49-3, les députés ont voté le projet de loi organique par 98 voix contre une.

Définie par l’article 46 de la Constitution, « une loi organique n’est pas plus importante qu’une autre en termes politiques, mais elle est formellement désignée comme telle et doit être soumise au Conseil constitutionnel avant promulgation. 

 

Pas de nouveau recours au 49.3

Ce volet organique exigeait aussi une véritable majorité : « S’il y a désaccord entre le Sénat et l’Assemblée nationale et que le dernier mot revient à l’Assemblée nationale, en lecture définitive, la loi organique requiert la majorité absolue des députés pour être adoptée », poursuit-il. Jeudi, l’hémicycle était particulièrement clairsemé puisque les oppositions de gauche, dénonçant une « mascarade », puis LR, faute de vote solennel, avaient quitté l’Assemblée avant le scrutin.

Enfin, le gouvernement ne pouvait pas recourir à l’article 49.3 pour le faire passer. « Comme le prévoit la révision constitutionnelle de 2008, l’article 49.3 ne peut pas être utilisé deux fois dans la même session, sauf s’il s’agit du budget (le projet de loi de finances) ou du financement de la Sécurité sociale », a expliqué encore Jean-Philippe Derosier. Le Premier ministre, Edouard Philippe, s’étant déjà servi de ce joker pour le premier volet, il ne pouvait donc pas l’utiliser une seconde fois.

Publié dans:RETRAITES |on 5 mars, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites……………………..(20/02/2020)

Des personnes manifestent lors d\'une dixième journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites à Paris, le 20 février 2020. 
Des personnes manifestent lors d’une dixième journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites à Paris, le 20 février 2020.  (MARTIN BUREAU / AFP)
Ce qu’il faut savoirLa mobilisation continue contre la réforme des retraites, à l’heure de l’examen chahuté du projet à l’Assemblée nationale. Les organisations syndicales opposées à la réforme organisent une nouvelle journée interprofessionnelle de manifestations et de grèves, jeudi 20 février, espérant maintenir la mobilisation en période de vacances scolaires. Jeudi vers 15 heures, plusieurs milliers de personnes manifestaient à Paris.

« On ne baissera pas les bras parce que nous sommes convaincus de la justesse de notre analyse, du danger que représente ce projet pour les décennies à venir », a déclaré Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière. Aux côtés du syndicat, la CGT, Solidaires, la FSU, des organisations de jeunesse (Fidl, MNL, UNL) et étudiante (Unef) défilent jeudi dans toute la France. A Paris, le cortège s’est élancé de Montparnasse vers 13h30, en direction de la place d’Italie. Une nouvelle réunion intersyndicale doit avoir lieu en fin de journée, pour décider de la suite du mouvement.

Les transports peu perturbés. Dans les transports, la RATP prévoit un trafic « normal » en Ile-de-France, avec néanmoins « des perturbations sur le RER B », sur la partie SNCF au nord de la ligne. « Il n’y aura quasiment aucun impact hormis en région Auvergne-Rhône-Alpes, où on comptera deux trains sur cinq entre Montluçon et Clermont », a par ailleurs indiqué la direction de la SNCF à l’AFP.

Quelle ampleur ? Combien de personnes prendront part à cette dixième journée de manifestations ? Lors de la dernière journée de manifestation, le 6 février, le ministère de l’Intérieur avait compté 121 000 personnes dans toute la France, dont 15 000 à Paris. Une participation en hausse par rapport à la journée de manifestation précédente, le 30 janvier, qui avait rassemblé 108 000 personnes en France, dont 13 000 à Paris.

La conférence de financement se poursuit. Pendant ce temps, chaque camp affirme ses positions dans le cadre de la conférence de financement des retraites. Elle a commencé à se réunir mardi et doit fournir fin avril des propositions pour ramener à l’équilibre le système de retraite en 2027. La CGT a menacé mercredi de claquer la porte, dénonçant un compromis impossible. Les syndicats opposés à la réforme travaillent en parallèle à une « contre-conférence », avec notamment Solidaires et la FSU, qui n’ont pas été conviés à celle du gouvernement.

Un examen presque bloqué dans l’Hémicycle. L’examen de la réforme des retraites a viré au quasi-blocage à l’Assemblée nationale mercredi : rappels au règlement et suspensions se sont succédé dans une grande tension, empêchant l’avancée des travaux sur les milliers d’amendements.

Publié dans:RETRAITES |on 20 février, 2020 |Pas de commentaires »

Ça commence mal………………….(19/02/2020)

Logo Francetv info 09H11
ALERTE INFO
Retraites : au lendemain du début de la conférence de financement, la CGT se retire des négociations
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:RETRAITES |on 19 février, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites………………………(17/02/2020)

r le journal en version numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13 heures.Découvrir les offres

Réforme des retraites : à l’Assemblée nationale, les députés s’attendent à un marathon inédit

La deuxième phase de discussions parlementaires sur le projet de loi commence lundi. Au menu, soixante-cinq articles, vingt-neuf ordonnances et… 41 000 amendements.

Par Manon Rescan et Raphaëlle Besse Desmoulières Publié aujourd’hui à 05h31, mis à jour à 09h31

Temps deLecture 7 min.

  • Partage

Article réservé aux abonnés

Retraites...........................(17/02/2020) dans RETRAITES c0ae5f4_PcfwDXcFFSZAFsu1PG7mjMsr
COLCANOPA

A réforme d’ampleur, débats inédits à l’Assemblée nationale. Les députés entament lundi 17 février la deuxième phase de discussions parlementaires sur la réforme des retraites. Après avoir passé dix jours pleins en commission spéciale à débattre du texte, ils se retrouvent à partir de 16 heures dans l’hémicycle. Théoriquement, le vote du texte est prévu le 3 mars mais personne ne croit à ce délai au Palais-Bourbon. Enième incertitude dans une procédure dont les conditions d’organisation questionnent et seront invoquées lors de la vraisemblable saisine du Conseil constitutionnel.

Mardi 11 février dans la soirée, les débats en commission se sont achevés sans atteindre la fin du texte. « C’est une première depuis 2008 », note l’historien Christophe Bellon, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de Lille, spécialiste de l’histoire parlementaire. Il constate aussi que « c’est la première fois qu’il y a eu une manœuvre d’obstruction en commission ».

Lire aussi  Réforme des retraites : noyée sous les amendements, la commission spéciale de l’Assemblée ne va pas au bout de ses travaux

Les délais d’examen du texte choisis par la majorité et le gouvernement étaient trop courts pour passer en revue l’ensemble des 22 000 amendements qui avaient été déposés – un record pour ce quinquennat –, dont 19 000 par le groupe de La France insoumise (LFI). Au total, les députés en ont examiné 5 566. « L’ensemble des sujets ont pu être abordés même si on n’est pas allés au bout de l’examen des articles à proprement parler », relativisait, mardi, Marie Lebec, vice-présidente du groupe La République en marche (LRM), renvoyant la responsabilité de cette situation au groupe LFI.

41 000 amendements ont été déposés

Comme le permet la Constitution dans ce cas de figure, les députés reprendront le texte à zéro en séance publique, lundi, en travaillant à partir de la version du gouvernement et non celle de la commission. Et cette fois pas moins de 41 000 amendements ont été déposés – un nouveau record –, dont 23 000 de LFI et 13 000 des communistes.

Pour les examiner, les députés devraient siéger lesweek-ends. Les vacances parlementaires prévues à partir du 6 mars, avant les élections municipales, peuvent être annulées. « Ça va durer le temps que ça durera, mais on va devoir être tous et toutes présents. (…) Ça va être un combat et on va avoir besoin de toutes les énergies », a prévenu Guillaume Gouffier-Cha, rapporteur général LRM du texte, mardi soir, lors d’une rencontre des députés de la majorité avec Emmanuel Macron.

 

 

capping-mobile dans RETRAITES 

 

Publié dans:RETRAITES |on 17 février, 2020 |Pas de commentaires »

Grèves…………………(06/02/2020)

 

A Marseille, le 6 février.
A Marseille, le 6 février. Daniel Cole / AP

« Retrait d’un projet injuste et dangereux ! » Depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites il y a deux mois, le mot d’ordre de la CGT, FO, Solidaires, de la FSU et d’organisation de jeunesse (UNEF, MNL, UNL) n’a pas changé. Tandis que le texte a démarré cette semaine son parcours à l’Assemblée nationale, les opposants au projet sont descendus dans la rue, jeudi 6 février.

Pour cette neuvième journée interprofessionnelle contre la réforme des retraites, quelque 121 000 personnes ont manifesté jeudi en France, dont 15 000 à Paris, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur. La CGT a de son côté comptabilisé 130 000 manifestants à Paris.

« Loin d’être à la fin du mouvement »

« La mobilisation est là. Ceux qui refusent de la voir doivent ouvrir les yeux », a affirmé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, peu avant le départ du cortège parisien. « On est loin d’être à la fin du mouvement », a-t-il assuré,tout en dénonçant la « pseudo loi » en cours d’examen à l’Assemblée nationale.

Publié dans:RETRAITES |on 6 février, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites…………….(06/02/2020)

« Retrait d’un projet injuste et dangereux ! » Depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites il y a deux mois, le mot d’ordre de la CGT, FO, Solidaires, de la FSU et d’organisation de jeunesse (UNEF, MNL, UNL) n’a pas changé. Tandis que le texte a démarré cette semaine son parcours à l’Assemblée nationale, les opposants au projet doivent descendre dans la rue jeudi 6 février.

Des rassemblements et manifestations sont prévus un peu partout en France. Dans la capitale, le cortège partira à la mi-journée de la Gare de l’Est vers la place de la Nation. Lors du huitième appel à une journée interprofessionnelle le 29 janvier, la mobilisation avait marqué le pas, avec 108 000 manifestants en France selon le ministère de l’intérieur, contre 249 000 lors de la journée précédente, le 24 janvier.

Participation aux manifestations contre la réforme des retraites

La CGT n’a pas communiqué de chiffres nationaux pour la journée du 29 janvier.


 Le Monde
Publié dans:RETRAITES |on 6 février, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites………….(05/02/2020)

Les syndicats opposés à la réforme appellent à faire grève et manifester jeudi, lors d’une neuvième journée d’action interprofessionnelle. Mais ils lorgnent aussi le calendrier parlementaire.

  • Retraites : la mobilisation se poursuit «sans trêve»

Ils n’ont pas dit leur dernier mot. Jeudi, les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, ainsi que des organisations de jeunesse, appellent à une neuvième mobilisation interprofessionnelle pour réclamer le retrait de la réforme des retraites du gouvernement, dont l’examen a commencé à l’Assemblée. A Paris, le cortège partira à 13h30 de la gare de l’Est pour rejoindre la place de la Nation. «Le soutien de la population au mouvement social s’amplifie, des initiatives unitaires sont prises sur tout le territoire, les journées de grèves et de manifestations du vendredi 24 et du mercredi 29 janvier ont encore rassemblé des centaines de milliers de personnes. C’est la preuve d’un rejet massif des propositions portées par le gouvernement», écrivaient-ils fin janvier, au soir de leur dernière mobilisation. Un rendez-vous qui avait rassemblé des milliers de manifestants, certes moins nombreux qu’au premier jour du mouvement, mais toujours déterminés, selon les centrales.

«Même le Conseil d’Etat nous donne raison»

«Il n’y aura pas de trêve», préviennent les syndicats. «On est convaincus de nos analyses, on va pas dire qu’on laisse tomber maintenant, entonne Yves Veyrier, le secrétaire général de FO. Même le Conseil d’Etat nous donne raison en montrant que le gouvernement ne respecte ni les organisations syndicales ni les institutions de la République.» «Il faut continuer, il y a encore des secteurs à mobiliser et on poursuit notre travail de proximité pour les convaincre de nous rejoindre», explique de son côté Céline Verzeletti, du bureau confédéral de la CGT. Dans les prochains jours, la centrale va imprimer et diffuser un nouveau tract à un million d’exemplaires pour mieux faire connaître ses propositions alternatives sur les retraites.

 Liberation.fr
Publié dans:RETRAITES |on 5 février, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites………….(30/01/2020)

Au bureau, il y a parfois des réunions dont personne ne croit à l’utilité, mais auxquelles tout le monde se rend tout de même, contraint. C’est un peu la même chose avec la «conférence sur l’équilibre et le financement des retraites ». Tous les syndicats de salariés et d’employeurs représentatifs seront réunis ce jeudi à l’invitation de Matignon pour la première réunion d’une série de discussions qui s’étalera jusqu’à fin avril. Leur mission, fixée par le gouvernement : trouver comment économiser 12 milliards d’euros d’ici à 2027, sans toucher au montant des pensions de retraite, ni au coût du travail.

Si les syndicats ne sont guère optimistes sur l’issue de cette conférence, ils constatent qu’elle offre une porte de sortie de crise au gouvernement. Ce dernier prévoit de promulguer avant l’été sa réforme des retraites, contestée depuis le 5 décembre par des manifestations et des grèves répétées.

« Un deal qui nous a sortis du bourbier »

L’idée d’une conférence de financement réunissant l’ensemble des partenaires sociaux n’est pas née au gouvernement. C’est la CFDT qui en a parlé en premier, le 5 janvier, un mois après la première manifestation interprofessionnelle contre la réforme d’Emmanuel Macron. Interrogé sur France 2, le patron du syndicat demandait alors sur France 2 au gouvernement de retirer l’âge pivot de son projet de réforme et d’organiser une « conférence de financement des retraites » d’environ six mois pour que les partenaires sociaux fassent « des propositions sur l’équilibre du régime à moyen et long terme ».

Une semaine plus tard, le Premier ministre saisit la perche tendue par la CFDT, en remodelant la proposition. La conférence durera jusqu’à fin avril, et non fin juillet. Dans une lettre aux partenaires sociaux, Edouard Philippe annonce le retrait provisoire de l’âge pivot et fixe deux lignes rouges : équilibrer le système des retraites en 2027, sans baisser les pensions versées aux retraités ni augmenter le coût du travail.

Dans la majorité, on salue le rôle joué par la CFDT. « Avec cette proposition, Laurent Berger nous a sortis du bourbier. Mais on a été nombreux à pousser pour que son deal soit accepté », lâche Sacha Houlié, député de la Vienne et cadre du parti présidentiel.

Trouver un consensus s’annonce très dur

Malgré ce « deal », et même si tous les partenaires sociaux ont répondu présents, y compris les syndicats qui demandent le retrait du projet de loi comme la CGT, FO ou la CFE-CGC, cette conférence ne suscite que peu d’espoirs. « Je ne suis pas optimiste du tout car le cadre est trop fermé », déplore Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière. « On nous demande de faire une mascarade, ou de trouver un mouton à 5 pattes », s’emporte Pierre Roger, secrétaire national de la CFE-CGC.

« C’est une impasse, cette conférence ! Le gouvernement a d’emblée écarté l’option de toucher aux cotisations », enfonce Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT. « Trouver un accord sera impossible, donc le gouvernement reprendra la main et imposera ce qu’il veut », prédit-elle.

Même la CFDT est très prudente. « Le calendrier a été raccourci, on le regrette. On n’est pas naïfs, et on ne va pas renoncer à nos revendications », dit Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques. A la veille de la réunion, le syndicat a tenu à marteler ses exigences en organisant une conférence de presse. « Il faut d’abord qu’on réponde aux exigences de justice sociale, c’est une condition sine qua non pour avancer dans la conférence de financement », a déclaré Laurent Berger.

« C’est un marché de dupes qu’a passé la CFDT »

Avec l’organisation de la conférence de financement, « le gouvernement gagne du temps. Il aimerait pouvoir se targuer du soutien de la CFDT pour sauver la face, à défaut d’avoir le soutien de l’opinion », poursuit Pierre Roger, de la CFE-CGC. Pour FO, l’exécutif cherche à « détourner l’attention du projet de régime universel de retraites par points, dont nous ne voulons pas, vers la problématique de l’équilibre financier ».

La CFDT aurait-elle ainsi offert une sortie du tunnel au gouvernement ? Le syndicat est en tout cas sous pression. « C’est un marché de dupes qu’a passé la CFDT », analyse Céline Verzeletti à la CGT. « Le gouvernement l’a piégée, et il joue sur le temps, mise sur le pourrissement de la mobilisation, car c’est dur de maintenir la contestation. » « Je pense que le gouvernement s’est servi de la CFDT », abonde Pierre Roger de la CFE-CGC. « On verra si la conférence permet de sauver le soldat cédétiste ».

Pour le gouvernement, cette conférence présente en effet plusieurs avantages. Pas forcément celui de trouver une solution autre que l’âge pivot pour faire des économies, car « si c’était si simple, ça fait longtemps qu’on aurait trouvé une solution », souligne-t-on à Matignon. « Edouard Philippe ne croit pas qu’il y ait de solution sans demander aux Français de travailler plus longtemps », poursuit l’entourage du Premier ministre. Mais la conférence a l’avantage de « mettre tout le monde dans le même bateau, donc la réforme sera mieux acceptée ».

Société
Réforme des retraites : A quoi va donc servir la conférence de financement ?
Politique
Réforme des retraites : Selon Edouard Philippe, la conférence de financement proposera une « mesure d’âge
20 Minutes
Publié dans:RETRAITES |on 30 janvier, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites………………(29/01/2020)

Ce qu’il faut savoirLes cortèges étaient nettement moins fournis, mercredi 29 janvier, pour la 8e journée interprofessionnelle de grève et de manifestations contre la réforme des retraites. Le ministère de l’Intérieur a dénombré 108 400 manifestants en France, dont 13 000 à Paris. La CGT revendique, elle, 180 000 participants au défilé dans la capitale. Suivez la situation dans notre direct.

 Six interpellations. Les forces de l’ordre ont interpellé six personnes au visage dissimulé se trouvant dans le cortège, a indiqué la préfecture de police de Paris à franceinfo.

Un trafic « quasi normal » à la RATP et la SNCF. Le mouvement n’a causé que « quelques perturbations » sur les réseaux de la RATP et de la SNCF, mercredi.

La CGT participera jeudi au lancement de la conférence de financement de la réforme des retraites, pour « expliquer comment améliorer [le] système actuel », a déclaré le secrétaire général de la confédération, Philippe Martinez.

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #GREVE

22h44 : EN DIRECT I ⚽️ OM – Strasbourg ⚽️Actuellement, plus de 600 avocats marseillais sont présents dans la tribune Ganay de l’Orange Vélodrome.#OM #Marseille #coupedefrance #avocats #velodrome #greve #reformedesretraites https://t.co/VJCkKJzvg3 #RETRAITES

Francetv

Publié dans:RETRAITES |on 30 janvier, 2020 |Pas de commentaires »

Retraite…………………………..(29/01/2020)

Logo Francetv info 18H24
ALERTE INFO
« C’est vraiment de l’abattage » : les députés de l’opposition enragent de n’avoir que six jours pour étudier le projet de réforme des retraites en commission
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:RETRAITES |on 29 janvier, 2020 |Pas de commentaires »
12345...23

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente