Archive pour la catégorie 'SOCIAL'

Grèves estudiantines…le point…

Alors que les étudiants et le principal syndicat du supérieur appellent à manifester demain, douze directeurs d’UFR de Lille mettent en garde contre le blocage. A Paris, un étudiant bloqueur est indemne après avoir été visé par un tir d’arme à feu.

Liberation.fr (avec source AFP)

LIBERATION.FR : mercredi 21 novembre 2007

Une quarantaine de sites universitaires étaient perturbés ce matin par la mobilisation étudiante contre la loi Pécresse, dont 28 bloqués à des degrés divers, selon des sources concordantes. Le ministère de l’Enseignement supérieur a comptabilisé avant midi «35 sites universitaires perturbés à des degrés variables» dont «cinq fermés».

Sur le même sujet

Selon un comptage effectué à partir des informations recueillies par les bureaux régionaux de l’AFP et auprès du syndicat étudiant Unef, le fonctionnement de 41 sites universitaires était perturbé hier soir par des blocages plus ou moins importants (28), des barrages filtrants (4) ou des fermetures administratives (4). Comme chaque jour depuis le 14 novembre, s’ajoutent à ce compte, cinq universités de la région parisienne, désertés en raison du mouvement de grève dans les transports en commun: Paris X-Nanterre, Paris VIII-Saint-Denis, Marne-la-Vallée, Paris XII-Créteil et Paris XIII-Villetaneuse.

Votes par internet sur le blocage

Aux universités de Nantes et Rennes 2, les présidents ont décidé d’organiser des consultations par internet de leurs étudiants sur la poursuite ou non du blocage de leur faculté. A Rennes, les résultats seront annoncés par huissiers de justice, a précisé la présidence de cette université qui compte 18 000 étudiants. Elle a souligné qu’il s’agissait d’une consultation et non d’un vote, ce dernier devant répondre à un cadre très précis et faire l’objet d’une autorisation de la CNIL. A Nantes, à peine commencé, le vote électronique a déjà été contesté. Un militant de l’Unef, Mathias Tessier, a affirmé que le «vote n’était pas sécurisé»: «Nous venons d’en faire la démonstration, en prenant un nom d’étudiant au hasard nous avons pu voter à sa place.»

Dans ce contexte, douze directeurs d’unités de formation et de recherche de l’université Lille III (Lettres et sciences humaines), bloquée par les étudiants opposés à la loi LRU, ont mis en garde aujourd’hui contre les conséquences sur les cours et examens en cas de «blocage prolongé.» «Si le blocage continue, il sera impossible de rattraper l’ensemble des cours qui n’auront pas lieu», ont-ils indiqué dans un communiqué. «Il ne sera pas possible d’assurer une session d’examen à d’autres dates que celles initialement prévues, à l’issue de ce semestre», ont-ils indiqué, évoquant les «risques liés à un blocage prolongé».

Pour l’Unef, «une issue est encore possible»

Pour sa part, le Snesup-FSU, majoritaire dans le supérieur, a appelé à «faire des journées des 22 et 27 novembre prochains de nouveaux temps forts des mobilisations» contre la loi Pécresse sur l’autonomie des universités. Les étudiants réunis en coordination nationale le week-end dernier à Tours ont appelé étudiants et lycéens à la grève et la manifestation un peu partout en France jeudi. Ils ont également appelé à «une date de mobilisation interprofessionnelle le 27.»De son côté, le syndicat étudiant Unef a regretté aujourd’hui que Valérie Pécresse «refuse obstinément» d’ouvrir des négociations alors que, selon lui, «une issue est encore possible» à la crise étudiante contre sa loi. «On ne met pas l’abrogation de la loi comme préalable aux négociations», a assuré Bruno Julliard, président de l’Unef. «Une issue est encore possible, la balle est désormais dans le camp du gouvernement», estime l’Unef dans un communiqué. Pour lui, «en refusant toute négociation, le gouvernement porte la responsabilité de la radicalisation du mouvement.»

Liens

Publié dans:Education, Politique, SOCIAL |on 22 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: ce qu’il faut savoir à 10h30′ le 22/11/2007

Transports: plus de trains, plus de métros, toujours pas de RER

 

Le trafic s’améliore jeudi à la SNCF et à la RATP, mais des points noirs subsitent. Prévisions, numéros verts et sites web: tous les liens pour s’organiser.

LIBERATION.FR

LIBERATION.FR : mercredi 21 novembre 2007

 RATP
Ce matin, une rame sur trois circule en moyenne sauf sur les lignes 8, 10 et 12 qui connaissent plus de difficultés.
Deux rames sur trois sur la ligne 1. Le trafic reste très perturbé sur la ligne A du RER, avec un train sur cinq en moyenne, et il est toujours nul sur la ligne B, bloquée depuis le début du conflit.
Dans les rues de Paris, 60% des bus fonctionnent, ainsi que deux rames de tramway sur trois.

Pour toute information sur les prévisions de trafic, un site internet est disponible: www.ratp.fr, qui actualise le trafic en temps réel. Ainsi qu’un numéro vert, le 0 800 15 11 11 (gratuit depuis un fixe).

SNCF
Ce matin, la SNCF annonce deux TGV sur trois, soit 580 trains sur 750, ainsi qu’un peu plus d’un train Corail sur trois. Il y ce matin trois TER sur quatre en moyenne et un train tous les quarts d’heure sur les réseaux C et D du RER.

La circulation des trains est détaillée, zone par zone, sur le site www.infolignes.com et sur le www.sncf.fr. Pour les prévisions des Transiliens, un site existe: www.abcdtrains.com. Deux numéros verts sont disponibles: le 0805 90 36 35 pour les Grandes lignes et les TER, et le 0805 700 805 pour les Transiliens.

Vélib, covoiturage, etc.
Pour se déplacer dans Paris, les intra-muros pourront privilégier le Vélib, renseignements sur www.velib.paris.fr, ou une bonne paire de baskets. Pour les Franciliens, le site www.covoiturage.fr propose des plans B de dépannage.

Routes
Pour connaître l’état du trafic: sytadin ou viamichelin

Sur le même sujet
Publié dans:Economie, Politique, SOCIAL |on 22 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: vers la reprise du trafic…

Éditorial

Tournant

FABRICE ROUSSELOT

QUOTIDIEN : jeudi 22 novembre 2007

Certes, du point de vue des usagers, ce n’est pas tout à fait la fin de la galère. Pourtant, il fallait bien parler de «tournant», hier, à la table des négociations avec la RATP et la SNCF. Après neuf jours de grève dans les transports, la reprise pointe au bout du tunnel. Même si aucune proposition n’a permis de débloquer sur l’heure la situation – personne ne s’y attendait –, des avancées significatives ont eu lieu. Syndicats, directions d’entreprises et représentants de l’Etat sont parvenus à se mettre d’accord sur le cadre et le calendrier à donner aux discussions… et peut-être même un peu plus, avec apparemment des points de convergence sur la pénibilité et les compensations. Au point que Didier Le Reste, le leader de la CGT cheminots, a estimé dans la soirée que «des premiers points ont été marqués». Un message fort, destiné à des assemblées générales qui ont d’ailleurs, en partie, opté pour se remettre au travail.

Sur le même sujet

Reste évidemment ce que décideront les plus irréductibles. Ceux qui agitent «la base» et qui, depuis le début du conflit, n’ont pas vraiment suivi leur état-major, c’est le moins que l’on puisse dire. A l’heure où la situation se décrispe, Nicolas Sarkozy se doit aussi de tendre une oreille vers les revendications de ces militants qui se sont fait entendre dans les dépôts mais n’ont pas l’impression d’être écoutés. Et cela, sans tomber dans les provocations d’une minorité d’extrémistes spécialisés dans les actes de sabotage. A ce stade, tant du côté de l’Elysée que des syndicats, personne n’a intérêt à une grève minoritaire et radicalisée.

Lie

Publié dans:Economie, Politique, SOCIAL |on 22 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: mode d’emploi pour le 21 Novembre 2007…

Comment se déplacer aujourd’hui

Prévisions de trafic, numéros verts et sites web: tous les liens pour trouver des transports mercredi.

LIBERATION.FR

LIBERATION.FR : mercredi 21 novembre 2007

RATP. Pour toute information sur les prévisions de trafic, un site internet est disponible: www.ratp.fr, qui actualise le trafic en temps réel. Ainsi qu’un numéro vert, le 0 800 15 11 11 (gratuit depuis un fixe).

SNCF. La circulation des trains est détaillée, zone par zone, sur le site www.infolignes.com et sur le www.sncf.fr. Pour les prévisions des Transiliens, un site existe: www.abcdtrains.com. Deux numéros verts sont disponibles: le 0805 90 36 35 pour les Grandes lignes et les TER, et le 0805 700 805 pour les Transiliens.

Vélib, covoiturage, etc.
Pour se déplacer dans Paris, les intra-muros pourront privilégier le Vélib, renseignements sur http://www.velib.paris.fr/, ou une bonne paire de baskets. Pour les Franciliens, le site www.covoiturage.fr propose des plans B de dépannage. En France, si vous vous déplacez en voiture, consultez le site de Bison Futé avant de partir pour avoir des informations en temps réel sur les conditions de circulation.

Lien

Publié dans:Economie, Politique, SOCIAL |on 21 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Editorial de Laurent Joffrin…

Transformation

laurent joffrin

QUOTIDIEN : mercredi 21 novembre 2007

Derrière la grève, la mutation… En dépit de ses quais vides, de ses braseros dans la nuit, de ses trains arrêtés, de ses foules résignées qui sillonnent les rues, ce conflit n’est pas la simple répétition d’autres grèves de transport. Dur pour les usagers changés en arpenteurs de la ville, dur pour les grévistes qui risquent désormais une bonne part de leur modeste salaire, il révèle en même temps une transformation qui engage l’avenir.

Sur le même sujet

Après le succès des manifestations d’hier, le mouvement de protestation contre la réforme des régimes spéciaux se trouve devant une alternative. Une partie des salariés concernés veut poursuivre le mouvement. Représentés principalement par le syndicat SUD, présents aussi à la CGT, ils espèrent encore le retrait pur et simple du projet, au terme d’une bataille qui rappellerait celle de 1995. Position compréhensible, noble à certains égards. Ceux-là refusent la logique gestionnaire et, dans une protestation radicale contre l’ordre des choses, jugent que toute concession serait un recul global du monde du travail. Mais position dangereuse, aussi bien. A la différence de la grande grève d’il y a douze ans, ce mouvement-là n’est pas populaire. Le risque est grand de le voir s’effilocher, enfermé dans le splendide isolement du tout ou rien, faisant au bout du compte le jeu du gouvernement Sarkozy. D’où le raisonnement de la majorité des responsables syndicaux. Sans trop le dire, ils ont en fait accepté le diagnostic général sur la situation des retraites. L’allongement de la vie déséquilibre la plupart des régimes. Pour partir au même âge, il faudrait accroître les cotisations, ce qu’on récuse souvent par ailleurs, ou bien diminuer le taux des pensions, ce que les futurs retraités redoutent sans doute le plus. Ni la CFDT, bien sûr, ni la CGT dans son expression nationale, ne demandent le retrait de la réforme. Reddition ? Trahison ? En aucune manière : la grève a pour but d’obtenir, selon un rapport de force désormais établi (mais pour combien de temps ?), les compensations auxquelles peuvent prétendre ceux dont le salaire n’a rien de sarkozien et qui ont choisi la SNCF, la RATP ou EDF justement parce que l’âge de la retraite y était plus précoce.

Si le gouvernement a l’intelligence de le comprendre, il y a là un terrain possible pour le compromis : un allongement progressif de la durée de cotisation en échange d’une hausse de salaire et d’une prise en compte réelle de la pénibilité des tâches. A quel niveau ? C’est l’objet de la négociation. Le gouvernement peut encore rechercher on ne sait quelle victoire à la Thatcher. La force de la mobilisation d’hier devrait l’en dissuader. Dans ces conditions, la voie peut s’ouvrir pour un syndicalisme à la fois fort et réaliste, soucieux de l’intérêt global des salariés autant que de telle ou telle catégorie, et dont Bernard Thibault deviendrait le symbole…

Lien

Publié dans:Economie, Politique, Salaires, SOCIAL |on 21 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: les salaires rejoignent les mouvements..

Au septième jour de conflit dans les transports, la mobilisation des fonctionnaires met le pouvoir d’achat au cœur du mouvement social.

Antoine Guiral et Muriel Gremillet

QUOTIDIEN : mardi 20 novembre 2007

La sortie de crise par le pouvoir d’achat. Pour amadouer les syndicats et faire baisser la pression du côté de la fonction publique, Nicolas Sarkozy s’apprête à jouer au père Noël avant l’heure. Officiellement, dit-on à l’Élysée, il n’y a aucun lien entre la grève dans les transports et les mesures en faveur du pouvoir d’achat que l’exécutif aimerait annoncer d’ici la fin de la semaine. Mais le chef de l’Etat, qui s’exprime aujourd’hui à Paris devant l’association des maires de France, cherche le moyen de sortir par le haut de son premier conflit social d’envergure. D’où l’idée de répondre dans l’urgence à cette question du pouvoir d’achat qui constitue la préoccupation n°1 des Français et qui avait été au cœur de la campagne présidentielle sarkozyste (avec le fameux slogan «Travailler plus pour gagner plus»).

 

Improvisation. Sous une forme qui reste à préciser (intervention télévisée, discours à l’occasion d’un déplacement, entretien dans la presse…), Sarkozy aimerait, jeudi ou vendredi au plus tard, présenter de manière concrète plusieurs mesures susceptibles de redonner de l’argent aux Français. Sa mesure phare sur les heures supplémentaires n’ayant pour l’heure pas produit les effets escomptés, il a demandé à Bercy et à Matignon d’accélérer sur certains textes (les «hot lines») et de lui dégoter d’autres dispositifs rapides à mettre en œuvre.

Cette improvisation présidentielle n’est pas sans contraintes, notamment budgétaires. Car le gouvernement navigue dans des eaux macroéconomiques troubles, entre une croissance molle et des déficits publics difficiles à maîtriser. Au point que les autorités européennes surveillent l’état de la France comme du lait sur le feu.

En juillet le gouvernement a fait voter la loi Tepa (travail emploi pouvoir d’achat): 15 milliards d’euros, dont 6 consacrés à la défiscalisation des heures supplémentaires. Le reste permettant notamment la création d’un bouclier fiscal à 50%. Un «choc de croissance» voulu par le Président, qui a pour léger défaut d’assécher les faibles moyens budgétaires de l’Etat. Pour l’instant, ces mesures ne se traduisent guère en argent supplémentaire pour les salariés.

Prime à la cuve. Même du côté du patronat, on considère la disposition «inefficace», comme le juge Jean-François Bernardin, président de l’assemblée des chambres de commerce et d’industrie, dans une interview à La Croix.

Au moment ou les produits de grande consommation flambent et ou le pétrole crève les plafond, les ministres sont contraints de saupoudrer de nouvelles aides: revalorisation de la prime à la cuve pour ceux qui se chauffent au fioul, revalorisation de l’APL de 3%, possibilité pour certains agents publics de se faire payer un nombre limité de jours de RTT…

Le gros morceau pourrait venir au moment de la mise en œuvre des préconisations de Jacques Attali et de la commission qu’il préside, pour «libérer la croissance.» La réforme de la loi Galland, si elle s’applique, devrait «stimuler le pouvoir d’achat et faire baisser les prix», comme l’explique Frédéric Lefèbvre, secrétaire national de l’UMP chargé de l’économie et député des Hauts-de-Seine. «Le pouvoir d’achat est un sujet politique maintenant», note un député UMP. Difficile de lui donner tort…

L

Publié dans:Economie, Politique, Salaires, SOCIAL |on 20 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: pour se renseigner sur le trafic…

Numéros verts, sites web: tous les liens pour mieux se déplacer aujourd’hui.

LIBERATION.FR

LIBERATION.FR : mardi 20 novembre 2007

RATP. Pour toute information sur les prévisions de trafic, un site internet est disponible: www.ratp.fr, qui actualise le trafic en temps réel. Ainsi qu’un numéro vert, le 0 800 15 11 11 (gratuit depuis un fixe).

SNCF. La circulation des trains est détaillée, zone par zone, sur le site www.infolignes.com et sur le www.sncf.fr. Pour les prévisions des Transiliens, un site existe: www.abcdtrains.com. Deux numéros verts sont disponibles: le 0805 90 36 35 pour les Grandes lignes et les TER, et le 0805 700 805 pour les Transiliens.

Vélib, covoiturage, etc.
Pour se déplacer dans Paris, les intra-muros pourront privilégier le Vélib, renseignements sur http://www.velib.paris.fr/, ou une bonne paire de baskets. Pour les Franciliens, le site www.covoiturage.fr propose des plans B de dépannage. En France, si vous vous déplacez en voiture, consultez le site de Bison Futé avant de partir pour avoir des informations en temps réel sur les conditions de circulation.

Liens

Publié dans:Economie, Politique, SANTE, SOCIAL |on 20 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

DE plus en plus de grèvistes….

Il y a de plus en plus de grévistes aux assemblées»

Anissa Ali-Abdallah, guichetière à la SNCF, s’est organisée avec ses collègues pour le week-end.

LAUREEN ORTIZ

QUOTIDIEN : samedi 17 novembre 2007

Entre le premier piquet de grève, mercredi à l’aube, et hier soir, Anissa a dormi sept heures. Coca-cola et vitamine C: la seule recette qui vaille. «Mais le vrai truc qui me fait tenir, c’est la motivation.» Et elle ne s’essouffle pas, comme chez ses «camarades» de SUD Rail et de la CGT. Lors de l’AG des guichetiers de la gare de Lyon, hier, à l’initiative de la CGT, les cheminots se sont mis d’accord sur une motion adressée au ministre et à la présidente de la SNCF. La première version parle de «négociations». Après plusieurs interventions de militants SUD Rail, la seconde est plus radicale, rappelant le refus des trois axes de la réforme. «La première copie n’était pas claire, sur les 40 annuités, la décote et l’indexation des retraites sur les prix», explique Anissa. Pendant qu’un convoi remet la lettre au directeur de l’établissement, qui transmettra à la direction, Anissa rejoint, comme à son habitude, l’AG des «mécanos». «Il y a de plus en plus de grévistes aux assemblées, les gens s’éveillent». La preuve, à l’AG des guichetiers, une fois la grève reconduite à l’unanimité, il fallait s’organiser pour le week-end: «De nombreux volontaires se sont manifestés pour être là dès 5h30». Au bout de trois jours de grève, les grévistes «ne comptent plus les jours», se réjouit-elle.

 

Publié dans:SOCIAL |on 17 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: préavis de sortie…

Inflexion

Didier pourquery

QUOTIDIEN : jeudi 15 novembre 2007

On pensait pourtant Nicolas Sarkozy prêt à en découdre. Il avait montré ses muscles et joué à l’inflexible. Il avait pris l’opinion à témoin, préparant les usagers à affronter une grève dure. Bref, on le croyait Thatcher le voici Raffarin. Ou presque… En deux jours le ton a bien changé : on veut négocier, on évoque une «volonté de dialogue et de concertation», on félicite la CGT… Bref, on joue le jeu classique de la table ronde, du grain à moudre et des marges de manœuvre.

Que s’est-il passé ? Certes la CGT et les autres syndicats classiques ont intérêt à se montrer responsables. L’an prochain va se tenir en effet la grande discussion sur la représentation syndicale (et les élections prud’homales…). Mais il y a autre chose. Quoi donc ? La réponse était écrite hier sur la banderole de tête de la manif parisienne. On y lisait : «ensemble, salaires, emploi, protection sociale». Justement le genre de phénomène que craignait l’équipe Sarkozy. Que la crise s’allonge et que la grève des régimes spéciaux rejoigne celle des fonctionnaires de mardi prochain. Car le pouvoir sarkozien a perdu en crédibilité sur les sujets économiques. Tous les sondages récents le prouvent, les Français ne lui font pas confiance pour améliorer leurs conditions de vie. Il fallait donc éviter que les conflits actuels s’étendent à d’autres secteurs et que, au-delà des régimes spéciaux, les mécontents de tous horizons se retrouvent dans la rue. Nicolas Sarkozy a beau tout vouloir réformer en même temps, il découvre aujourd’hui qu’il faut parfois mener les combats l’un après l’autre.

Lien

Publié dans:Non classé, Politique, SOCIAL |on 15 novembre, 2007 |Pas de commentaires »

Grèves: ce qu’il faut savoir….

Grève: presque aucun métro, à peine un TGV sur dix

 

La grève pour la défense des régimes spéciaux commence ce soir à 20 heures à la SNCF et demain à la RATP. Conseils, sites et numéros pratiques.

A. D. avec SOURCE AFP

LIBERATION.FR : lundi 12 novembre 2007

A télécharger: les prévisions de circulation de la SNCF en PDF

 

Le mouvement de grève pour la défense des régimes spéciaux commence ce soir à 20 heures à la SNCF, et demain à la RATP. Tout ce qu’il faut savoir.

 

La SNCF prévoit pour demain la circulation d’environ 90 TGV sur le réseau national contre 700 en temps normal. L’Eurostar circulera normalement, de même que le Thalys, avec toutefois un risque de retard d’une demi-heure sur ce train. Une trentaine de Corail devraient circuler. En revanche, le trafic TER sera très perturbé dans toutes les régions.

La circulation des trains est détaillée, zone par zone, sur le site www.infolignes.com et sur le www.sncf.fr. Pour les prévisions des Transiliens, un site existe: www.abcdtrains.com. Deux numéros verts sont disponibles: le 0805 90 36 35 pour les Grandes lignes et les TER, et le 0805 700 805 pour les Transiliens.

Les perturbations devraient se prolonger, la SNCF prévoyant que le trafic «sera très perturbé pour le week-end du vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 novembre.»

La RATP prévoit un trafic quasi nul sur l’ensemble du réseau. Deux exceptions: la ligne 1, avec un train sur quatre en circulation et la ligne 14, sans conducteur, qui circulera normalement. Trafic quasi nul sur le RER A, dont l’interconnexion avec la SNCF sera suspendue à Nanterre Préfecture, et aucun trafic sur la ligne B, avec une interconnexion suspendue à Gare du Nord. 10% du trafic bus et tramway sera assuré.

Pour toute information sur les prévisions de trafic, un site internet est disponible: www.ratp.fr, qui actualise le trafic en temps réel. Ainsi qu’un numéro vert, le 0 800 15 11 11 (gratuit depuis un fixe). Des conseillers sont également disponibles sur le serveur local, au 32 46.

Pour se déplacer dans Paris, les intra-muros pourront privilégier le Vélib, renseignements sur http://www.velib.paris.fr/, ou une bonne paire de baskets. Pour les Franciliens, le site www.covoiturage.fr propose des plans B de dépannage. En France, si vous vous déplacez en voiture, consultez le site de Bison Futé avant de partir pour avoir des informations en temps réel sur les conditions de circulation.

Les salariés d’EDF-GDF se joignent au mouvement. L’entreprise précise que «normalement, aucune coupure de courant n’est prévue. Mais en temps de grève, on ne peut pas être sûr à 100%

Publié dans:Politique, SOCIAL |on 13 novembre, 2007 |Pas de commentaires »
1...5152535455

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente