Archive pour la catégorie 'SONDAGES'

Ils vont surement le rester………….(09/11/2017)

Publié dans:SONDAGES |on 10 novembre, 2017 |Pas de commentaires »

Et c’est « Le Coiffeur » qui le dit……………(30/10/2017)

Fin de l’euphorie, l’effet Macron sur les ménages retombe

  • Par  Le Figaro.fr avec AFP
  • Mis à jour le 27/10/2017 à 13:22
  • Publié le 27/10/2017 à 13:20
  • Abonnez-vous à Figaro Premium
<!– Disabled for the moment

J’accepte de recevoir la newsletter quotidienne du Figaro.fr


–>

 

Signal inquiétant pour le gouvernement ? Le moral des ménages français a continué de se dégrader en octobre pour le quatrième mois consécutif, retournant à son niveau de mai, mois de l’élection d’Emmanuel Macron. L’indicateur de confiance des ménages dans la situation économique, calculé sur la base de soldes d’opinion (différences entre proportion de réponses positives et négatives), a perdu en octobre un point pour s’établir à 100 points, a annoncé vendredi l’Insee dans un communiqué. Il revient ainsi à sa moyenne de longue période, un niveau au-dessus duquel il évoluait depuis mai dernier. « Il y a eu un petit effet de bulle, que l’on observe assez classiquement pendant les élections », commente Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), interrogé par l’AFP. « On voit maintenant un effet de retournement », explique-t-il.

À l’origine de ce recul : les ménages sont nettement moins optimistes sur leur situation financière future. Le solde d’opinion à ce sujet, déjà négatif, perd en effet trois points, autant qu’en septembre. De fait, la proportion de ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants diminue aussi de trois points. Par ailleurs, le solde d’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne future recule fortement, de 5 points, après en avoir perdu deux en septembre. En parallèle, « la part de ménages estimant qu’il est opportun d’épargner chute en octobre », de huit points. Pour Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas, la dégradation du moral des ménages relevait, jusqu’au mois de septembre, d’une « correction technique de la forte hausse en mai et en juin, typiquement observée lors des scrutins présidentiels ». Mais la nouvelle baisse constatée en octobre soulève des interrogations.

- « Un sentiment de méfiance » des Français -

« Il est possible que cela constitue un signal d’alerte », dit-elle à l’AFP, soulignant que « l’actualité budgétaire très riche », avec la présentation du projet de loi de finances pour 2018, pouvait avoir joué en octobre. Suppression de l’impôt sur la fortune, mise en place d’un prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital, hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), baisse progressive de la taxe d’habitation… Toute une série de mesures fiscales ont été annoncées depuis fin septembre, provoquant des controverses et d’intenses débats, sur une politique présentée comme favorable aux plus riches par l’opposition. Or, « il n’est pas forcément facile de s’y retrouver dans toutes ces discussions », constate Mme Baudchon. Même si plusieurs de ces mesures aboutiront à des baisses d’impôt, elles sont ciblées sur certaines catégories, suscitant un sentiment mitigé du côté des ménages. Plus qu’un signe annonciateur d’un retournement économique, la baisse du moral des ménages, constante depuis juillet, est un avertissement politique à l’attention du gouvernement, qui témoigne d’un « sentiment de méfiance » des Français face à la politique économique et budgétaire, estime Mathieu Plane. D’autant plus que ce recul intervient, à la différence de 2012, dans une « période de reprise économique » qui se confirme, rappelle-t-il.

Une impression à nuancer, toutefois, au regard des craintes des ménages concernant le chômage : celles-ci se stabilisent en octobre, ce qui est un « bon signe » et « en ligne avec la dynamique favorable sur le marche du travail », observe auprès de l’AFP, Alexandre Vincent, économiste à l’institut Coe-Rexecode. Reste à savoir si cette dégradation se poursuivra dans les prochains mois ou si le sentiment de méfiance s’estompera, une fois le débat budgétaire passé.

Publié dans:SONDAGES |on 30 octobre, 2017 |Pas de commentaires »

Le gourou baisse encore…………………….(25/10/2017)

Popularité : Macron et Philippe à nouveau en baisse

AFP/LE POINT

Publié le 25/10/2017 à 17:44 | AFP

Popularité : Macron et Philippe à nouveau en baisse
Popularité : Macron et Philippe à nouveau en baisse © POOL/AFP/Archives / CHARLY TRIBALLEAU

La cote de popularité d’Emmanuel Macron (-3) et d’Edouard Philippe (-4) est à nouveau en baisse en octobre, après une embellie le mois précédent, selon un sondage BVA diffusé mercredi.

Seule une minorité parmi les Français interrogés (42 %) a une opinion positive du chef de l’Etat, alors que les « mauvaises opinions » grimpent de 5 points par rapport à septembre à 56 %, dix jours après son interview télévisée de rentrée.

Emmanuel Macron perd notamment des points auprès des sympathisants socialistes (-11) et du Front national (-7). Depuis son entrée en fonction mi-mai, sa popularité a chuté de 20 points auprès de l’ensemble des Français interrogés, selon ce baromètre réalisé pour Orange et La Tribune.

Edouard Philippe connaît une baisse comparable, avec 44 % d’opinions favorables, tandis qu’un Français sur deux (50 %, +4) a une mauvaise opinion de lui en tant que chef du gouvernement.

Nicolas Hulot conforte pour sa part sa position en tête du classement des personnalités politiques dont les Français souhaitent qu’elles aient « davantage d’influence », avec 42 % (+1) d’opinions positives. Le ministre de la transition écologique devance Alain Juppé (32 %, =), Jean-Yves Le Drian (32 %, -1), Xavier Bertrand (31 %, -1) et Bruno Le Maire (30 %, +1).

Enquête réalisée en ligne du 24 au 25 octobre auprès de 1.193 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.

25/10/2017 17:43:26 -          Paris (AFP) -          © 2017 AFP

 

Publié dans:SONDAGES |on 25 octobre, 2017 |Pas de commentaires »

Sondage…………………………….(24/10/2017)

88% des Français jugent que Macron avantage les grandes fortunes

logo de Europe 1 Europe 1

Europe 1
Rédaction Europe1.fr avec ReutersIl y a 1 heure
Sondage..................................(24/10/2017) dans SONDAGES
Comme dans le baromètre de septembre, 56% des personnes interrogées jugent qu’Emmanuel Macron n’est pas un bon président contre 44% qui pensent le contraire.

Plus de 80% des Français estiment que les grandes fortunes et les chefs d’entreprises sont les grands gagnants de la politique fiscale d’Emmanuel Macron, dont la cote de confiance demeure négative dans un sondage Odoxa pour L’Express, la presse régionale et France Inter qui paraît mardi.

S’agissant des réformes fiscales du projet de loi de finances pour 2018, 88% contre 11% (+six points par rapport à une enquête du 12 octobre) des personnes interrogées considèrent qu’elles avantagent les grandes fortunes, 83% contre 16% (+6) les chefs d’entreprises et 78% contre 22% (+4) les salariés à hauts revenus.

56 % estiment que Macron n’est pas un bon président. Comme dans le baromètre de septembre, 56% des personnes interrogées jugent qu’Emmanuel Macron n’est pas un bon président contre 44% qui pensent le contraire. La perception de l’action du Premier ministre, Edouard Philippe, est elle aussi défavorable : 54% (+1) déclarent qu’il n’est pas un bon Premier ministre, 45% (-1) disent le contraire et un pour cent ne se prononce pas. Elles sont 72% à estimer que la politique mise en oeuvre désavantage les chômeurs, contre 27% qui pensent le contraire, et 74% qu’elle désavantage les salariés à revenus modestes, contre 25%.

L’enquête a été réalisée par internet du 18 au 19 octobre auprès d’un échantillon de 995 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Publié dans:SONDAGES |on 24 octobre, 2017 |Pas de commentaires »

Sondage…………………………………..(22/10/17)

Sondage: la popularité de Macron et Philippe à nouveau en baisse

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 22/10/2017 à 08:02 , mis à jour à 10:08

Le président Emmanuel Macron, le 20 octobre 2017 à Bruxelles (photo d'illustration).

Le président Emmanuel Macron, le 20 octobre 2017 à Bruxelles (photo d’illustration).afp.com/JOHN THYS

Avec 42% d’opinions favorables, le chef de l’Etat ne parvient pas à confirmer le regain de popularité de cinq points enregistré en septembre.

La popularité d’Emmanuel Macron (-3) et celle du Premier ministre Edouard Philippe (-1) sont à nouveau en baisse en octobre après une embellie le mois précédent, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche. Les Français qui expriment leur mécontent à l’encontre de son action restent majoritaires (56%, +3).

Depuis son entrée en fonction au mois de mai, la cote d’Emmanuel Macron a chuté de 20 points. Elle se situe à présent au même niveau que celle de son prédécesseur François Hollande à la même époque (42%). Avec 42% d’opinions favorables, le chef de l’Etat ne parvient pas à confirmer le regain de popularité de cinq points enregistré en septembre.

La popularité d’Edouard Philippe repart également en légère baisse, mais autant de Français interrogés se disent aujourd’hui « satisfaits » (47%, -1) et « mécontents » (47%, +1) de son action. 6% ne se prononcent pas. Le Premier ministre a perdu 8 points depuis son entrée en fonction, mais un nombre important de personnes interrogées (21%) ne se prononçaient pas en mai en raison de son manque de notoriété.

Macron mieux élu si l’élection avait lieu ce dimanche

Par ailleurs, selon une autre enquête publiée également par le JDD six mois après l’élection présidentielle, si le premier tour de scrutin avait lieu dimanche, Emmanuel Macron obtiendrait cette fois 28% des voix, soit 4 points de plus que le 23 avril dernier.

Il devancerait à nouveau Marine Le Pen, dont le score serait quasiment identique (21,5%, contre 21,3% en avril), qui se qualifierait à nouveau pour le second tour. Jean-Luc Mélenchon recueillerait 18% des voix (19,6% le 23 avril) et François Fillon, candidat de la droite, 15% (20% en avril).

Le baromètre de popularité a été réalisé en ligne et par téléphone du 13 au 21 octobre auprès de 1.938 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. L’enquête six mois après la présidentielle a été conduite en ligne du 13 au 18 octobre, auprès de 1908 personnes inscrites sur les listes électorales. La marge d’erreur est chaque fois de 1 à 2,2 points.

Publié dans:SONDAGES |on 22 octobre, 2017 |Pas de commentaires »

C’est le coiffeur qui le dit………………..(06/10/2017)

  1. Sondage : la baisse continue pour Emmanuel Macron

  • Par  Carl Meeus
  • Mis à jour le 05/10/2017 à 11:16
  • Publié le 05/10/2017 à 11:00
Sondage : la baisse continue pour Emmanuel Macron
56 % des catégories aisées font encore confiance au président de la République, alors qu’ils ne sont plus que 28 % chez les catégories ­modestes. INTS KALNINS
  • Abonnez-vous à Figaro Premium
  • nvoyer cet article par e-m
<!– Disabled for the moment

J’accepte de recevoir la newsletter quotidienne du Figaro.fr


–>

BAROMÈTRE FIGARO MAGAZINE – La cote de confiance du président de la République se rapproche de celle de François Hollande, il y a cinq ans.

Aucun rebond. Certains ont espéré que la cote du chef de l’Etat rebondirait ce mois-ci à la faveur des actions engagées par Emmanuel Macron. Le baromètre Kantar pour Le Figaro Magazine est sans appel: loin d’esquisser une remontée, la cote de confiance du président de la République continue de baisser, se rapprochant dangereusement de celle de François Hollande voici cinq ans. Le décalage est d’ailleurs saisissant entre les «commentaires» plutôt favorables au chef de l’Etat et l’impression réelle des Français qui font de lui le président le plus impopulaire au bout de quatre mois de mandat! Est-ce la présentation du budget, l’absence de relais politiques pour défendre son action? Toujours est-il qu’Emmanuel Macron, avec la polémique sur les yachts, lingots et autres voitures de luxe sortis de l’ISF quand le patrimoine immobilier y est maintenu, a laissé s’installer l’idée qu’il pouvait être «le président des riches». La structure de sa cote vient en appui de cette critique: 56 % (- 6) des catégories aisées lui font confiance alors qu’ils ne sont que 28 % (- 3) chez les catégories modestes. Autre mouvement significatif: Emmanuel Macron est désormais plus populaire chez les sympathisants Républicains (51 %, + 6) que chez les sympathisants socialistes (35 %, – 17).

C'est le coiffeur qui le dit....................(06/10/2017) dans SONDAGES XVM494bf45a-a907-11e7-8269-811617cc40e3-805x514

-1 pour Bruno Le Maire

L’opération changement de camp est en passe de réussir pour le ministre de l’Economie. Si sa cote de confiance reste basse, les sympathisants LREM remplacent petit à petit ceux des Républicains (36 %, – 8). Il est désormais 3e chez LREM (40 %, + 1)

+3 pour Benoît Hamon

Autre exemple qu’un changement de parti paye en ce début de quinquennat: Benoît Hamon se hisse à la 4e place du baromètre, grâce au transfert de confiance. Les sympathisants de gauche (48 %, + 7) sont plus nombreux que ceux du PS, qui restent tout de même importants (43 %).

Un sondage KANTAR SOFRES- OnePoint à retrouver dans Le Figaro Magazine, en kiosque dès vendredi.

Publié dans:SONDAGES |on 6 octobre, 2017 |Pas de commentaires »

Code du Travail…ce qu’il en reste……………(18/09/2017)

Sondage

Réforme du code du travail: 60% des Français craignent une hausse de la précarité des salariés

Par Luc Peillon , Lilian Alemagna et BIG — 17 septembre 2017 à 20:46
Sondage ViaVoice : l'image du gouvernement (infographie BiG)Zoom
Sondage ViaVoice : l’image du gouvernement (infographie BiG) BiG

Selon un sondage Viavoice pour «Libération», 53 % des Français estiment que la politique de l’exécutif bénéficie aux plus aisés. Néanmoins le soutien aux manifs à venir reste minoritaire.

  • Réforme du code du travail: 60% des Français craignent une hausse de la précarité des salariés

Les premières limites du «en même temps». Après un été où le chef de l’Etat a connu une chute historique dans les enquêtes d’opinion, les Français jugent sévèrement les premiers pas de la présidence Macron. Sur la forme mais aussi sur le fond de sa politique économique et sociale.

Selon notre sondage Viavoice, le gouvernement va devoir, à dix jours de la présentation de ses choix budgétaires pour le quinquennat, et alors que le bras de fer dans la rue sur le code du travail ne fait que commencer (lire ci-contre), cravacher pour expliquer que sa politique s’adresse «à tous les Français». Certes, les personnes interrogées sont très partagées sur les soutiens aux manifestations, mais les erreurs de l’été ont infusé. Résultat, souligne Aurélien Preud’homme, directeur des études politiques à Viavoice : la «politique économique [est] perçue comme essentiellement à destination des plus aisés» et la «réforme du droit du travail […] comme favorisant les licenciements et la précarité». Une étude pas vraiment rassurante pour l’exécutif.

Sondage ViaVoice : le code du travail (infographie BiG)

Une Réforme qui ne convainc pas

Rare concession faite par les Français au gouvernement dans son argumentaire sur la refonte du code du travail : «le droit du travail a un impact négatif sur l’emploi», estiment 58 % des sondés. Et encore, ce chiffre est en baisse de cinq points depuis septembre 2015. Pour le reste, le sentiment sur ce texte phare du début de quinquennat est plutôt négatif. Non, les ordonnances Pénicaud «n’aideront pas les grandes entreprises à créer des emplois», estiment la moitié des personnes interrogées, contre 37 % qui pensent l’inverse. Pour 52 % des sondés, elles ne favoriseront pas, non plus, le dialogue social (contre 36 % de oui).

Plus des deux tiers (68 %) estiment en revanche que la réforme favorisera les licenciements, et 65 % considèrent qu’elle affaiblira le rôle des syndicats. Pour 60 % des sondés, la réforme du code du travail va «accroître la précarité des salariés». Seul effet éventuellement bénéfique, pour une petite majorité des Français (45 %) : les ordonnances aideront les TPE/PME à créer des emplois (41 % pensent le contraire).

Liberation.fr

Publié dans:SONDAGES |on 18 septembre, 2017 |Pas de commentaires »

La dégringolade continue………………….(04/09/2017)

  • Assurance vie

  • Vif échange entre Richard Girardot, PDG de Nestlé (à gauche), et Michel-Édouard Leclerc, président du groupement des centres E.Leclerc (à droite)

La baisse de popularité de Macron et Philippe s’accentue

5/87

logo de BFMTV BFMTV

Charlie Vandekerkhove avec AFPIl y a 10 heures
Le président de la République ne recueille plus que 30% d’opinions favorables, contre 32% pour le Premier ministre.

La dégringolade continue......................(04/09/2017) dans SONDAGES© Fournis par BFMNewsLa popularité d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe continue de baisser. D’après un nouveau sondage YouGov pour Le HuffPost et CNEWS publié ce lundi, la cote de popularité du président a atteint 30% d’opinions favorables fin août, contre 43% fin juin et 36% fin juillet. Le Premier ministre recueille quant à lui 32% d’opinions favorables fin août, contre 39% fin juin et 37% fin juillet. Cette étude a été réalisée en ligne les 28 et 29 août auprès d’un échantillon de 1.003 personnes représentatif de la population.

Regain de popularité chez les sympathisants LR

Chez le président de la République, le recul est surtout marqué auprès des sympathisants PS, et EELV (39%, -8 points sur un mois). Chez les sympathisants du centre, on compte 75% d’opinions favorables (-6 points) mais le chef de l’Etat connaît un regain de popularité auprès des sympathisants Les Républicains (45%, +6 points), alors qu’a été lancée la réforme du code du travail. Les sympathisants d’extrême gauche ne sont que 12% à avoir une opinion favorables (-7 points) et ceux d’extrême droite 9% (-5 points).

En ce qui concerne Edouard Philippe, son image ne bouge guère chez les sympathisants Les Républicains (46% d’opinions favorables, -1 point sur un mois) mais remonte de 7 points auprès des centristes (84%) et des sympathisants PS, EE-LV (43%, +2 points). A l’inverse, sa cote baisse chez les sympathisants d’extrême droite (8%, -17 points) et d’extrême gauche (13%, -3 points).

Les mesures sur l’éducation font consensus

Cette étude révèle également que malgré cette baisse de popularité de l’exécutif, les premières réformes dans le secteur de l’Education font consensus. 7 Français sur 10 se disent par exemple favorables au dédoublement des classes de CP dans le réseau d’éducation prioritaire, plus de 6 sur 10 approuvent aussi le retour, par endroit, de la semaine de 4 jours (64%, dont 30% de « tout à fait favorables »).

Pour le collège, 8 personnes sur 10 se disent favorables à la réouverture des classes bilangues et près de 8 sur 10 également à la mise en place d’études dirigées après la classe dans tous les collèges.

Publicité

La mesure la plus consensuelle reste la mise en place de stages de remise à niveau en mathématique et français avant l’entrée en 6ème, puisque 84% des Français sont pour. Pourtant, le ministre de l’Education nationale souffre lui aussi d’un problème de popularité: seulement 33% des Français déclarent avoir confiance en lui pour réformer efficacement l’Education nationale dans son ensemble.

Publié dans:SONDAGES |on 4 septembre, 2017 |Pas de commentaires »

Et ça continue……………………..(02/09/2017)

Cote de confiance en forte baisse pour Macron (-13) et Philippe (-8) (sondage)

Par AFP — 31 août 2017 à 12:19
Le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe le 13 juillet 2013 à ParisZoom
Le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe le 13 juillet 2013 à Paris Photo Matthieu Alexandre. AFP

  • Cote de confiance en forte baisse pour Macron (-13) et Philippe (-8) (sondage)

La cote de confiance d’Emmanuel Macron a chuté de 13 points en un mois, pour tomber à 41%, et celle d’Édouard Philippe en a perdu 8, à 39%, selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint pour Le Figaro Magazine.

En juillet, la cote de confiance du chef de l’Etat était de 54% et de 47% pour le Premier ministre.

Emmanuel Macron conserve son socle chez les Marcheurs (90%), mais le perd en partie chez les socialistes (52%), avec une chute de 12 points, et chez les Républicains (45%), avec une chute de 17 points.

Dans ce baromètre, Nicolas Hulot reste la première personne que les Français souhaitent voir «jouer un rôle important au cours des mois et des années à venir» avec 51%, même s’il perd 12 points. Il devance Jean-Luc Mélenchon, à 41% (+1).

Enquête réalisée en face à face auprès d’un échantillon de 983 personnes, interrogées entre les 24 et 28 août, selon la méthode des quotas.

AFP

Liberation.fr
Publié dans:SONDAGES |on 2 septembre, 2017 |Pas de commentaires »

Sondage…………………………………..(30/08/2017)

Un nouveau sondage marque la chute de popularité d’Emmanuel Macron

05h50, le 30 août 2017, modifié à 06h55, le 30 août 2017

  • A
  • A
Un nouveau sondage marque la chute de popularité d'Emmanuel Macron

La cote de popularité d’Emmanuel Macron a chuté de 11 points en un mois@ PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :

Une majorité de Français interrogés a désormais une « mauvaise opinion » d’Emmanuel Macron (55%, +11) et d’Edouard Philippe (50%, +8), selon un nouveau sondage BVA.

La cote de popularité d’Emmanuel Macron a chuté de 11 points en un mois, avec 43% seulement de « bonnes opinions », et celle d’Edouard Philippe en a perdu 9 à 46%, selon un sondage BVA diffusé mercredi.

En nette baisse. Le chef de l’État a ainsi perdu un total de 19 points de popularité en trois mois et le Premier ministre en a perdu 13 durant la même période. À la veille de la rentrée politique, une majorité de Français interrogés a désormais une « mauvaise opinion » d’Emmanuel Macron (55%, +11) et d’Édouard Philippe (50%, +8), selon cet observatoire mensuel pour La Tribune et Orange. En 2007, à la même époque, Nicolas Sarkozy recueillait encore 57% de bonnes opinions. En 2012 en revanche, la cote de François Hollande (46%) était négative dès septembre.

Hulot inspire toujours confiance. Emmanuel Macron a surtout perdu en popularité auprès des sympathisants de droite (38%, -20), mais également auprès de ceux du Parti socialiste (51%, -13). Nicolas Hulot reste quant à lui en tête des personnalités dont les Français souhaitent qu’ils aient « davantage d’influence », mais perd 4 points avec 40% d’opinions favorables. Il devance Jean-Yves Le Drian (34%), Alain Juppé (34%), Xavier Bertrand (33%) et Bruno Le Maire (33%), qui gagnent chacun 1 point.

Enquête réalisée en ligne du 28 au 29 août auprès de 1.162 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.

Publié dans:SONDAGES |on 30 août, 2017 |Pas de commentaires »
12345...36

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente