Archive pour la catégorie 'TRANSPORTS'

La RATP épinglée……

La gestion de la RATP sévèrement critiquée

NOUVELOBS.COM | 25.11.2009 | 10:32

Réagissez à l'article 10 réactions

Un rapport de la Cour des comptes pointe notamment des dérapages financiers et des tarifs de transport trop élevés par rapport aux autres villes européennes.

Dans une station de métro (Sipa)

Dans une station de métro (Sipa)

La Cour des comptes épingle sérieusement la gestion de la RATP, en estimant que « l’absence de calcul de rentabilité financière de ses investissements ne relève pas d’une approche d’entreprise », dans un rapport « particulier », révélé par Bakchich Hebdo, à paraître mercredi 25 novembre.
Dans ce rapport, délibéré le 7 mai dernier, qui porte sur les exercices 2001-2007 et qui comprend des réponses de la RATP, il est écrit que la régie publique « estime que ses investissements sont déficitaires, mais soutient qu’aucun objectif de rentabilité ne lui serait demandé ».
La Cour relève que la délibération de fin d’année du conseil d’administration « autorise systématiquement le président à contracter ‘les emprunts nécessaires pour financer les dépenses d’investissements, et les autres besoins du programme d’investissements pour l’année…, ainsi que les remboursements d’emprunts’ sans définir ni le montant des emprunts nécessaires ni le niveau d’endettement ».

Le bus trop cher

Les magistrats sont réservés sur les comptes de tous les exercices de 2001 à 2007 et constatent que « les procédures d’achat de la RATP ne sont pas encore conduites avec toute la rigueur nécessaire ».
Deux fois, le conseil d’administration a passé outre à l’avis défavorable de la commission des marchés, notamment pour un marché relatif à la rénovation du matériel ferroviaire MS 61 de la ligne A du RER.
Comparant les entreprises de transport urbain, la Cour indique que d’après un indicateur pertinent, la RATP est plus chère de 20% sur le métro et de 24% sur le RER « par rapport à une moyenne hors Paris ».
Pour le bus, « Paris est 50% plus chère que Lyon et plus chère encore que les grandes villes européennes ».

La rentabilité du tramway surestimée

Sur le plan social, la Cour souligne notamment que « le salaire moyen annuel brut a augmenté de 18,65%, soit une augmentation moyenne de 3,1% par an, niveau sensiblement supérieur à l’inflation en moyenne annuelle sur la période (+1,77%) ».
La Cour relève aussi « la surestimation de la rentabilité socio-économique des projets de tramway ».
Pour celui des maréchaux (T3), « la vitesse commerciale réelle, limitée à 16,5 km/h » est « très inférieure à l’objectif, inaccessible, de 20 km/h, et peu supérieure à celle qu’assurait le bus PC1 en site propre (14,5 km/h), sans priorité aux feux », indique-t-elle.

(Nouvelobs.com)

Publié dans:TRANSPORTS |on 25 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Grève sur les lignes A et B du RER…..

Un train sur dix est prévu sur la ligne A, un sur cinq sur la ligne B. Les syndicats dénoncent l’organisation du travail sur le RER B.

Le trafic sur les lignes A et B du RER va être très perturbé lundi par des grèves, surtout à la RATP, et dans une moindre mesure à la SNCF, le conflit portant notamment sur la nouvelle organisation du RER B.

Le préavis de grève sur la ligne B, qui démarre lundi à 04h00, est reconductible, a précisé la CGT. Celui pour la ligne A va de lundi 04h00 à mardi 07h00. Pour mardi, la RATP prévoit un retour à un trafic normal mardi sur la ligne A, mais un trafic encore perturbé sur la ligne B.

La ligne A du RER est l’une des plus chargées au monde avec plus d’un million de passagers par jour. La ligne B transporte quotidiennement près de 800.000 Franciliens. Sur le RER A, un train sur dix seulement roulera lundi aux heures de pointe sur les tronçons gérés par la RATP.

Le trafic sera normal sur le tronçon SNCF (de Nanterre-préfecture à Cergy-le-Haut ou Poissy), a indiqué la compagnie ferroviaire, mais les trains auront pour terminus ou origine la gare Saint-Lazare, l’interconnexion avec le réseau RATP étant interrompu à Nanterre-préfecture.

Sur le RER B, un train sur cinq circulera aux heures de pointe sur le tronçon RATP (sud) et un sur deux sur le tronçon SNCF (au nord, en direction de Roissy-Charles de Gaulle et Mitry-Claye).

Fin de l’interconnexion gare du Nord

Si le conflit sur la ligne A porte « classiquement » sur les effectifs, les conditions de travail et la rémunération, le mouvement de grogne sur la ligne B est essentiellement lié à la mise en place d’une harmonisation de la conduite des trains par la SNCF et la RATP, qui cogèrent cette ligne.

Jusqu’en juillet 2008, tous les trains étaient conduits par des cheminots SNCF sur la partie nord, et par des agents RATP sur la partie sud sur cette ligne longue de 80 km, qui traverse l’agglomération parisienne du nord-ouest au sud en passant par le coeur de Paris, gare du Nord.

Depuis juillet 2008, un nombre croissant de trains sont conduits par un « conducteur unique » – alternativement de la SNCF ou la RATP – sans relève (changement de conducteur) à la gare du Nord, la fameuse « interconnexion » qualifiée d’ »aberration » par le président de la SNCF Guillaume Pépy.

Le processus devait s’achever lundi, avec les toutes dernières « relèves » de conducteurs en gare du Nord. A la RATP, les préavis ont été déposés par sept syndicats pour la ligne A, et par la CGT, FO et Sud pour la ligne B. A la SNCF, il n’y a préavis de grève que pour le RER B, déposé par CGT, FO, Sud et CFDT.

Plus d’informations sur le trafic sur le site Infolignes

(Source AFP)

Publié dans:TRANSPORTS |on 9 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Fin du billet d’avion….

Ce communiqué de « La Tribune » précise l’économie générée pour les compagnies aériennes: qu’en est-il pour les passagers ? Et ceux qui n’ont pas d’ordinateur ?

AERIEN

Le billet d’avion en papier disparaît

Depuis ce dimanche, les billets d’avions sont entièrement électroniques. Les 240 compagnies membres de l’Association internationale du transport aérien (Iata) ont en effet abandonné le billet papier traditionnel. Une économie de plus de 3 milliards de dollars par an et des avantages pour les passagers.

Fin de parcours pour le billet d’avion en papier. Depuis dimanche 1er juin, les 240 compagnies aériennes membres de l’Association internationale du transport aérien (Iata), générant 96% du trafic international, sont en effet passées au billet électronique. « Aujourd’hui, nous disons au revoir à une icône de l’industrie », a expliqué le président de l’Iata, Giovanni Bisignani. « Le billet papier nous a bien rendu service, mais il a fait son temps. Les compagnies aériennes du monde entier ont travaillé d’arrache pied sur ce dossier pendant quatre ans, et demain marquera le début d’une nouvelle ère plus pratique et efficace pour les voyages en avion ».

Les compagnies aériennes ont donc tenu leur pari lancé en 2004 avec la présentation d’un plan pour simplifier le voyage aérien, Simplifying the Business. A l’époque, le billet électronique, apparu dès 1994 chez United Airlines, ne représentait pourtant que 19% des 245 millions billets vendus. Pour parvenir à atteindre son objectif, l’Iata a mis en place une équipe de 150 personnes à la disposition des compagnies aériennes.

Objectif affiché : réaliser des économies. L’émission d’un billet papier coûte en moyenne 10 dollars, contre 1 dollar pour un billet électronique. Et avec plus de 400 millions de billets émis chaque année, l’industrie aérienne devrait économiser plus de 3 milliards de dollars par an. Des économies importantes alors que l’ensemble du secteur n’a dégagé que 5,6 milliards de dollars de bénéfice en 2007.

Pour les passagers, l’arrivée des billets électroniques doit simplifier leurs voyages. Ces titres de transport peuvent être facilement changés et réémis sans avoir besoin de se rendre dans son agence de voyages ou au service de billetterie de la compagnie aérienne. Ils offrent également la possibilité de réserver un vol quasiment jusqu’à la dernière minute. Enfin, le risque de perte du billet n’existe plus.

« Grâce au billet électronique, nous pouvons entrer dans la prochaine phase du plan Simplifying the Business« , a déclaré Giovanni Bisignani. « Nous passons à une autre étape avec une nouvelle révolution Fast Travel (le voyage rapide) qui fournira des possibilités de libres-services pratiques allant de l’enregistrement, au traçage des bagages, et au réenregistrement ».

L’Iata n’oublie pas non plus l’aspect environnemental. Selon l’association, la fin du billet papier se traduira par la survie de 50.000 arbres par an, soit 5 km² de forêt.

 

Publié dans:TRANSPORTS |on 2 juin, 2008 |Pas de commentaires »
12

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente