Sondage: morosité française…

SONDAGE

58% de Français critiquent la politique économique

NOUVELOBS.COM | 22.02.2008 | 09:27

Réagissez à l'article 10 réactions

72% des personnes interrogées se déclarent par ailleurs « moins confiantes » dans l’avenir économique.

(Reuters)

(Reuters)
 

Près de 60% des Français jugent mauvaise la politique économique actuelle du gouvernement, et le pessimisme atteint un niveau record, selon le baromètre mensuel de l’institut BVA pour BFM, The Phone House et Les Echos, publié vendredi 22 février.
58% des personnes interrogées (+2 points par rapport à janvier 2007) estiment aujourd’hui que la politique économique du gouvernement est « mauvaise » (37% « plutôt mauvaise » et 21% « très mauvaise »), contre 36% qui l’apprécient (2% « très bonne » et 34% « plutôt bonne »).
« Hormis les sympathisants de l’UMP, l’impopularité est aujourd’hui majoritaire auprès de toutes les catégories de la population, y compris auprès des jeunes et des travailleurs indépendants qui étaient en janvier les dernières catégories à soutenir la politique économique du gouvernement », explique BVA.

« Indécision et électoralisme »

« Plus préoccupant encore, le moral des Français qui avait bondi de manière spectaculaire après l’élection de Nicolas Sarkozy retombe à un niveau de pessimisme encore plus profond que celui, jusqu’alors record, des ères Raffarin et Villepin », ajoute l’institut. 72% des personnes interrogées se déclarent « moins confiantes » dans l’avenir économique, contre seulement 36% en juin 2007.
Par ailleurs, « les récentes décisions sur la non-déréglementation des taxis et la hausse du minimum vieillesse sont perçues comme de l’indécision et de l’électoralisme », indique BVA, alors que 69% des personnes interrogées jugent que ces décisions montrent que le gouvernement « ne sait pas où il va et qu’il ne fait que réagir aux prochaines élections municipales ».

« Renversement de tendance difficile »

Enfin, les 2/3 des sondés (67%) trouvent « justifié » le mouvement des salariés de l’audiovisuel public contre la suppression de la publicité sur leurs antennes.
« Renverser cette tendance sera sans doute difficile et long, et passera bien davantage par de meilleurs résultats économiques (notamment sur le front du pouvoir d’achat) que par une moindre ostentation de la vie privée du chef de l’Etat », commente BVA.

Sondage réalisé par téléphone les 15 et les 16 février, auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

var maxCount; maxCount=3; // Nombre de liens maximum var catid; catid= »nouvelobs_fr_actueco »; // Categorie document.write( «  » ); function escapeDoubleQuotes( s ) { var str = String( s ); return str.replace( / »/g, ‘ »‘ ); } if( zSr != null ) { var k; var count; count = 0; if ( zSr.length > 6 ) { document.write(‘

LIENS PUBLICITAIRES
‘); document.write(‘Sondage: morosité française... dans SONDAGES fleche4‘); document.write(‘ ’+zSr[k+3]+’
‘ ); var desc = zSr[k]; var tronc_desc = desc.substring(0,80); desc = tronc_desc+ »… »; document.write(‘‘ + desc + ‘
‘ ); document.write( ‘‘ + zSr[k+4] + ‘‘ ); if ( k ‘); else document.write(‘

‘); document.write(‘

‘); } }

LIENS PUBLICITAIRES
Publié dans : SONDAGES | le 22 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Les éducateurs chellois en ont ras la casquette..

LETTRE AUX PARENTS D’ELEVES DU LYCEE JEHAN DE CHELLES 

Chelles, le jeudi 21 février 2008,

 

Comme vous avez pu le constater par le biais des medias, un certain nombre d’établissements d’Ile de France sont en grève. En effet, les Rectorats ont transmis aux établissements les moyens alloués en heures (donc en postes) pour le fonctionnement de chaque établissement l’année prochaine. Ceux-ci sont en nette régression.

Ainsi, dans notre établissement, il y aurait 7 postes supprimés alors que dans le même temps, 160 heures supplémentaires devraient être prises en charge par les collègues. Ceci se traduit pour vos enfants par la série de conséquences suivantes qui sont en complète opposition avec les ambitions affichées par le Projet Académique 2008/2011 de Créteil intitulé «  Réussite, Equité, Solidarité  » :

Tout d’abord une augmentation très lourde des effectifs dans l’ensemble des classes du lycée. La réussite de votre enfant passe par un suivi personnalisé ; celui-ci sera de plus en plus difficile à effectuer. Pour certaines disciplines, des classes à effectifs réduits (de 24 élèves) sont condamnées à disparaître, alors que l’on y travaille très bien !

En outre, pour vous donner un exemple précis des autres effets négatifs de ces mesures, le lycée risque de ne plus offrir la possibilité de prendre l’option Italien, alors même que l’option européenne a déjà connu l’an dernier d’importantes réductions (aux deux tiers).

Par ailleurs, la distribution des heures supplémentaires destinées à remplacer les postes va obliger de plus en plus de collègues, jeunes et moins jeunes, à travailler sur plusieurs établissements, ce qui ne rendra plus possible un rapport approfondi avec les élèves, et un investissement dans les équipes pédagogiques.

L’ensemble de ces mesures diminue le nombre d’adultes dans les établissements et y fragilise les conditions de vie et la qualité des échanges, détériore encore la situation des «  vies scolaires  », l’encadrement y étant insuffisant, accentue les inégalités et entraîne donc une nouvelle réduction de l’offre de formation à tous les niveaux (soutien, dédoublements, langues vivantes et anciennes…).

Ces suppressions, en Ile de France, s’élèvent à plus de 1400 postes, dont 637 sur l’académie de Créteil.

N’hésitez pas à vous faire connaître si vous souhaitez nous soutenir dans notre action, via le carnet de liaison de votre enfant.

Croyez, chers Parents, en notre sincère dévouement et en notre volonté de défendre la qualité de l’Enseignement public en France.

L’équipe éducative du Lycée Jehan de Chelles.

Soutenue par le Conseil Local de Parents d’élèves du Lycée Jehan de Chelles (FCPE)

par Isabelle Guilloteau publié dans : Education – Culture

Visitez le site

Des blogs de réflexion, des blogs
participatifs, des blogs pertinents,
des blogs pour tou(te)s :

Désirs d’Avenir de Ségolène Royal
Le blog de Dominique Strauss-Kahn
Le blog de Vincent Peillon
Le blog de Pierre Moscovici
Le blog de Bertrand Delanoë
Le blog de Manuel Valls

Le Parti Socialiste sur Internet :

Le Parti Socialiste Européen 

Le Parti Socialiste Français

La Fédération Socialiste de Seine et Marne

Des fondations et clubs de réflexion :

Le site de l’OURS (L’Office Universitaire de Recherche Socialiste)

La Fondation Jean Jaurès


Venez contribuer à la rénovation du parti socialiste :

 Adhérer au PS

Annuaire gratuit

 

Liens

Publié dans : Education | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Dernière minute…dernière minute..dernière minute..

Presse. Le groupe Reed Elsevier a pris la décision de céder l’intégralité de son activité presse, en France comme à l’étranger. La rédaction de Stratégies qui vient d’être prévenue se réunit cet après-midi en assemblée générale.

Douanes. Les services des Douanes mènent actuellement, et jusqu’à la fin du mois, une opération de contrôle d’envergure dans la joaillerie de luxe parisienne sise Place Vendôme. La plupart des grandes maisons sont concernées. Objet de ces « descentes » : les livres de police où ces établissements prestigieux doivent consigner, au gramme près, les entrées et les sorties d’or et d’argent massif. Une obligation qui serait qu’imparfaitement respectée par les joailliers, notamment vis-à-vis de la sous-traitance asiatique. Les équipes du bureau parisien de la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects (DGDDI) sont à pied d’œuvre. L’enjeu est important puisque les amendes encourues peuvent représenter de 10% à 40% de la valeur marchande des stocks de bijoux concernés. (Hubert Levet, Challenges)

Publié dans : Economie | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Bravo Monsieur Hortefeux…….

Mais comment peut-il concilier son idéologie religieuse avec de telles actions….? Un mystère de plus…

Gloire de Dieu, 11 ans, seul au monde…

… pour la gloire de Monsieur Hortefeux

Gloire de Dieu est congolais (Congo Brazzaville), il est élève de 6e au collège Chantemerle à Corbeil (Essonne). Il a 11 ans et, depuis hier, il est seul au monde.
Sa mère Antou-Ghislaine MATOUBA FOUMA a été enfermée dans la prison administrative pour étrangers (CRA) de l’île de la Cité à Paris sur décision du Préfet de Seine-et-Marne, Monsieur Guillot en application des consignes précises et chiffrées du ministre, Monsieur Hortefeux. Beau boulot !

Arrivée en France en 2003, Antou-Ghislaine MATOUBA FOUMA travaille dans une maison de retraite de Seine-et-Marne. Elle a été arrêtée sur son lieu de travail par des policiers accompagnés d’agents de l’Ursaff, alors qu’elle procédait à la toilette d’une personne âgée. La classe !

Le Juge des libertés et de la détention de Paris devant qui elle a comparu aujourd’hui a estimé que tout baignait et l’a maintenue en rétention pour 15 jours. Bonjour la justice !

Antou est en prison, Gloire de Dieu est seul à la maison, comme un petit homme vaillant. Ce midi, la cantine du collège était fermée. Gloire de Dieu n’a pas mangé.  Monsieur le ministre, Monsieur le Préfet, Monsieur le Juge, bon appétit.

• RESF •

Bravo Monsieur Hortefeux....... dans Non classé Gpicto_reaction Réagissez

Publié dans : Non classé | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Pourquoi « Ces « cathos » qui inspirent Sarko ?

Sous ce titre, vous trouverez sept portraits de  personnalités qui officient à l’Elysée, dont l’influence est grande sur notre vibrionnant Président.

Nous entendons de plus en plus de propos tendant vers une modification du principe républicain de laïcité, tels la banalisation des sectes (C’est un non-problème, dit Emmanuelle MIGNON), la redéfinition des lieux cultuels et culturels, etc…

Il est du devoir des républicains de prendre garde à ce qui se passe, d’être vigilants aux discours de chacun de ces hommes et de ces femmes qui désirent vivement abolir la laïcité au profit de l’église apostolique et romaine.

Si je tire le signal d’alarme aujourd’hui, c’est qu’il s’agit là d’un plan concerté qui ne doit rien au hasard.

Ce pouvoir est le plus « catho »‘ qu’on ait connu depuis longtemps. Le gouvernement est rempli de croyants qui s’assument (Christine Boutin, qui s’est offert un prêtre comme adjoint à son ministère, François Fillon, Jean-Marie Bockel, Xavier Darcos, MAM,), jusqu’à Rachida Dati qui va à la messe.

Depuis sa visite au Vatican, Sarko ne jure que par les « racines chrétiennes » de la France. Il est devenu le nouveau « prophète » d’und « république de croyants ».

Ce discours n’est pas de circonstance: le Président prépare, depuis longtemps, cette offensive.

Le Nouvel Obs, dans son numéro 2258 a publié une étude appronfondie sur ce vaste sujet.

Comprenons-nous bien, amis lecteurs, cet article n’est pas un brûlot anti clérical, ni une attaque contre une religion quelle qu’elle soit, simplement un cri d’alarme face au danger que Sarko et sa clique font peser sur notre République et ses principes centenaires.

SOYONS VIGILANTS

Publié dans : Politique | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Ces « cathos » qui inspirent Sarko: Max GALLO..

 

Max Gallo (né le 7 janvier 1932 à Nice), est un écrivain, historien et homme politique français. Il est membre de l’Académie française depuis le 31 mai 2007, au fauteuil 24.

Écrivain à grand succès, il a publié un nombre d’œuvres impressionnant, souvent à fort tirage. Ses premiers romans, qu’il appelle des ouvrages de « politique-fiction », ont été écrits sous le pseudonyme de Max Laugham.

Il excelle dans son style littéraire qu’il appelle des « romans-Histoire », en travaillant avec les ressources historiques et en complétant son écriture de façon romanesque en y ajoutant son expérience personnelle et ses sentiments. Il n’exerce plus depuis 1994 de fonction politique.

Sommaire

[masquer]

//

Biographie

Son enfance

Max Gallo est fils d’immigrés italiens. Son père, originaire du Piémont, avait quitté l’école après son certificat d’études à 11 ans et était de nature autodidacte. Sa mère était originaire de la région de Parme. La famille Gallo habitait à Nice, et Max vit son enfance au travers de la Seconde Guerre mondiale. Son père était alors résistant, mais n’avait pas mis son entourage dans la confidence. Max assiste en tant que spectateur à l’occupation et à la libération de Nice et vit avec intensité tous ces événements qui vont marquer son imaginaire et son envie d’être confronté à l’histoire. Cependant son père, d’un tempérament de nature prudente, oriente Max afin qu’il fasse des études techniques et qu’il devienne ensuite fonctionnaire.

Ses études

Il obtient d’abord un CAP de mécanicien-ajusteur, puis un baccalauréat technique au lycée du Parc-Impérial. Il entre alors dans la fonction publique en tant que technicien à l’ORTF, travaillant à une station émetteur près d’Antibes. En parallèle à sa profession, il poursuit ses études d’histoire. Il abandonne quelques années après son poste de technicien pour devenir surveillant, puis maître auxiliaire à Chambéry. Il obtient ensuite l’agrégation d’histoire et devient professeur au lycée Masséna. Il poursuit ses études jusqu’au doctorat d’histoire, et devient enseignant à l’université de Nice. En 1968 il devient enseignant à l’Institut d’études politiques de Paris.

Journalisme [modifier]

Max Gallo fut éditorialiste de L’Express pendant 10 ans dans les années 1970 avant de démissionner. Après son expérience gouvernementale des années 1980, il a dirigé quelque temps la rédaction du quotidien Le Matin de Paris. Il participe actuellement avec Jean-Louis Bourlanges et Yves Michaud à l’émission dominicale L’Esprit public présentée par Philippe Meyer, sur les ondes de France culture.

Vie politique [modifier]

Militant et membre du Parti communiste jusqu’en 1956, ses études d’histoire vont le conduire à abandonner cette voie qu’il juge aberrante, tout en restant d’orientation de gauche jusqu’au milieu des années 1990.

Il adhère au Parti socialiste en 1981 sur demande des socialistes niçois qui cherchaient une personnalité de marque ayant une notoriété suffisante pour s’opposer au maire de l’époque Jacques Médecin, considéré comme un despote au pouvoir depuis des décennies. Max Gallo était alors très connu pour avoir publié son roman sur sa ville de Nice, La Baie des Anges, qui fut un succès national et local. Il parvient à se faire élire député des Alpes-Maritimes en 1981, mais est battu lors des élections municipales à Nice, en 1983.

Il rencontre pour la première fois François Mitterrand lors de l’émission télévisée, Apostrophes, de Bernard Pivot, en 1976. En 1983, il est nommé secrétaire d’État et porte-parole du troisième gouvernement de Pierre Mauroy. Cette attribution nouvelle le conduit à créer ce petit ministère avec pour directeur de cabinet François Hollande. Il quitte le gouvernement en 1984 afin de consacrer plus de temps à son travail littéraire et exercer son mandat de député européen de 1984 à 1994.

En 1992-1993, il quitte le Parti socialiste avec Jean-Pierre Chevènement, pour fonder le Mouvement des citoyens, dont il devient président. En 1994, il abandonne son engagement politique et se consacre tout entier à l’écriture. En 2005, il milite néanmoins pour le « non », au référendum, contre le Traité constitutionnel européen. Tout comme dans ses ouvrages, la revendication gaulliste et bonapartiste fait partie de son discours politique.

Le 13 mars 2007, il a annoncé son soutien à Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. D’ailleurs, le 16 mai, à l’occasion de l’accession de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, il prononce un discours lors d’une cérémonie devant les chênes de la Cascade du bois de Boulogne35 résistants avaient été fusillés le 16 août 1944.

Académie française [modifier]

Après une première tentative infructueuse le 22 juin 2000 au fauteuil n°10 de Jean Guitton, où il ne recueille que six voix au premier tour, il est élu le 31 mai 2007 à l’Académie française au fauteuil n°24 occupé précédemment par Jean-François Revel[1]. Sur vingt-huit votants, il recueille dès le premier tour quinze voix, contre cinq pour le journaliste Claude Imbert et une pour « Bernard Henri » (non candidat)[2]. Il est reçu le 31 janvier 2008 par Alain Decaux.

Ils ont dit de lui [modifier]

Œuvres [modifier]


Romans [modifier]

  • Le Cortège des vainqueurs, Robert Laffont, 1972
  • Un pas vers la mer, Robert Laffont, 1973
  • L’Oiseau des origines, Robert Laffont, 1974
  • Que sont les siècles pour la mer, Robert Laffont, 1977
  • Une affaire intime, Robert Laffont, 1979
  • France, Grasset, 1980
  • Un crime très ordinaire, Grasset, 1982
  • La Demeure des puissants, Grasset, 1983
  • Le Beau rivage, Grasset, 1985
  • Belle époque, Grasset, 1986
  • La Route Napoléon, Robert Laffont, 1987
  • Une affaire publique, Robert Laffont, 1989
  • Le Regard des femmes, Robert Laffont, 1991
  • Les Fanatiques, Fayard, 2006

Suites romanesques [modifier]

  • La Baie des Anges
    • I. La Baie des Anges, Robert Laffont, 1975
    • II. Le Palais des Fêtes, Robert Laffont, 1976
    • III. La Promenade des Anglais, Robert Laffont, 1976
  • Les Hommes naissent tous le même jour
  • La Machinerie humaine
    • La Fontaine des Innocents, Fayard, 1992
    • L’amour au temps des solitudes, Fayard, 1992
    • Les rois sans visage, Fayard, 1994
    • Le Condottiere, Fayard, 1994
    • Le Fils de Klara H., Fayard, 1995
    • L’ambitieuse, Fayard, 1995
    • La Part de Dieu, Fayard, 1996
    • Le Faiseur d’or, Fayard, 1996
    • La femme derrière le miroir, Fayard, 1997
    • Le Jardin des Oliviers, Fayard, 1999
  • Bleu Blanc Rouge
    • I. Mariella, XO, 2000
    • II. Mathilde, XO, 2000
    • III. Sarah, XO, 2000
  • Les Patriotes
    • I. L’ombre et la nuit, Fayard, 2000
    • II. La flamme ne s’éteindra pas, Fayard, 2001
    • III. Le prix du sang, Fayard, 2001
    • IV. Dans l’honneur et par la victoire, Fayard, 2001
  • Les Chrétiens
    • I. Le manteau du soldat, Fayard, 2002
    • II. Le baptême du roi, Fayard, 2002
    • III. La croisade du moine, Fayard, 2002
  • Morts pour la France
    • I. Le Chaudron des sorcières, Fayard, 2003
    • II. Le Feu de l’enfer, Fayard, 2003
    • III. La Marche noire, Fayard, 2003
  • L’empire
    • I. L’envoûtement, Fayard, 2004
    • II. La possession, Fayard, 2004
    • III. Le désamour, Fayard, 2004
  • La Croix de l’Occident
    • I. Par ce signe tu vaincras, Fayard, 2005
    • II. Paris vaut bien une messe, Fayard, 2005

Politique-fiction [modifier]

  • La grande peur de 1989, Robert Laffont, 1966
  • Guerre des gangs à Golf-City, Robert Laffont, 1991

Histoire [modifier]

  • L’Italie de Mussolini, Librairie académique Perrin, 1964
  • L’affaire d’Éthiopie, Le Centurion, 1967
  • Contribution à l’étude des méthodes et des résultats de la propagande fasciste dans l’immédiat avant-guerre (1930-1940), Nice, 1968 (Thèse dactylographiée)
  • Gauchisme, réformisme et révolution, Robert Laffont, 1968
  • Histoire de l’Espagne franquiste, Robert Laffont, 1969
  • Cinquième Colonne (1939-1945), Plon, 1970
  • La Nuit des Longs Couteaux, Robert Laffont, 1971 (réédité à de nombreuses reprises)
  • Tombeau pour la Commune, Robert Laffont, 1971
  • La mafia, mythe et réalités, Segher, 1972
  • L’Affiche, miroir de l’Histoire, Robert Laffont, 1973
  • Le Pouvoir à vif, Robert Laffont, 1978
  • Le XXe siècle, Librairie académique Perrin, 1979
  • La Troisième alliance, Fayard, 1984
  • Les idées décident de tout, Galilée, 1984
  • Lettre ouverte à Robespierre sur les nouveaux Muscadins, Albin Michel, 1986.
  • Que passe la justice du Roi, Robert Laffont, 1987
  • Les Clés de l’histoire contemporaine, Robert Laffont, 1989
  • La gauche est morte, vive la gauche !, Odile Jacob, 1990
  • Manifeste pour une fin de siècle obscure, Odile Jacob, 1991
  • L’Europe contre l’Europe, Le Rocher, 1992
  • Jè : histoire modeste et héroïque d’un homme qui croyait aux lendemains qui chantent, Stock, 1994
  • L’amour de la France expliqué à mon fils, Le Seuil, 1999
  • Fier d’être français, Fayard, 2006
  • L’âme de la France : Une histoire de la Nation des origines à nos jours, Fayard, 2007

Biographies [modifier]

Conte [modifier]

  • La bague magique, Casterman, 1981

Collaboration [modifier]

Albums [modifier]

  • L’album de l’Empereur, Robert Laffont, 1997 (hors commerce)
  • De Gaulle, les images d’un destin, avec le témoignage d’Yves Guéna, Le Cherche-Midi, 2007
  • La Grandeur du Roi-Soleil, Éditions XO, 2007 (hors commerce)

Citations

  • « De tous les personnages dont j’ai écrit la vie, de Gaulle est celui qui m’a le plus ému, dont je me sens le plus proche – sa vision de l’histoire, son entourage, ses rapports avec sa fille malade, son pessimisme. C’était un être de douleur et de grandeur »[4]
  • « L’événement, création de l’initiative individuelle, enfante un nouveau paysage. Regardez le 11 septembre 2001… De toute façon, l’histoire, quelle qu’elle soit, est toujours un récit. Et jamais elle n’épuise complètement une réalité »[5]
  • « Jospin… ressemble à un Gorbatchev grave qui veut sauver le mitterrandisme tout en prenant ses distances »[6]
  • « Cet épicurien calculateur [7], aimant la table, les femmes, les paysages, la littérature, ce stratège de son propre plaisir ne pouvait vouloir que durer, prêt à toutes les accommodations, disant ce qu’il fallait pour ne pas perdre cette jouissance quotidienne du moi »[8]
  • « Je lui dois beaucoup[9], il m’a permis de contourner le barrage des institutions littéraires et de ne jamais dépendre matériellement de la critique. Grâce à lui, j’ai eu très tôt un rapport direct avec mes lecteurs »[10]
  • « Difficile d’aller à Gennevilliers s’adresser à des smicards quand on habite un quartier privilégié comme le mien ; la vie politique exige un blindage qui me fait défaut »[11]
  • « Mon rapport à l’écriture est, c’est vrai, un rapport de production. L’homme n’existe que par le “faire” »[12]
  • Parler des grands hommes, c’est toujours parler de la nation. Savoir si un grand homme est aujourd’hui possible, c’est savoir s’il existe encore une collectivité nationale capable de se reconnaître en lui ou bien s’il y a désormais, pour chaque chose, des publics et plus aucun d’établir une cohésion autour d’un individu
  • « Il est important que des films, des livres et particulièrement l’enseignement renforcent l’attachement à un passé national. »[13]
  • « L’euro est aujourd’hui un fait mais je crains qu’il ne conduise à l’émiettement de la France en régions et au triomphe du communautarisme. Libéralisme, fédéralisme, communautarisme : les trois piliers de l’Europe sont étrangers à l’Histoire de France. »[14]
  • « Je ne suis pas entré au PC comme un fils de bourgeois qui a des complexes de classe et qui voit dans le prolétaire un messie, mais comme un ouvrier qui subit une injustice ou pense en subir une. Dès que je suis devenu un intellectuel qui lit des livres, j’ai trouvé qu’il était complètement idiot d’être communiste. »

Notes [modifier]

  1. Académie Française
  2. 31 mai 2007 : élection
  3. De cette série de 4 livres a été produit le feuilleton télévisée en 4 épisodes Napoléon.
Publié dans : Politique | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Ces « cathos » qui inspirent Sarko: Guy GILBERT..

 

Guy Gilbert (né en 1935 à Rochefort-sur-Mer) est un prêtre et éducateur français.

Il entre au petit séminaire à l’âge de 13 ans, en 1948, mais ce n’est qu’en Algérie, où il partira en 1957 que sa vocation sacerdotale s’éveillera réellement.

C’est à Alger qu’il finit son séminaire. Il y restera jusqu’en 1970.

De retour à Paris, il exerce son activité de prêtre dans la rue et devient éducateur spécialisé pour les jeunes délinquants dans le XIX° arrondissement. Guy Gilbert a acheté une ferme dans les Alpes-de-Haute-Provence, « une ruine loin de Paris » comme il aime à le répéter, pour y installer un lieu d’accueil, Faucon, où, avec d’autres rééducateurs, il tente de réinsérer par le travail, le respect et la foi des jeunes en difficulté.

Guy Gilbert est connu pour son registre de langue emprunté à la rue et pour son look de loubard (il arbore volontiers un cuir bardé de badges).

En Belgique, le père Guy Gilbert est célèbre depuis 2003 lorsqu’il a concélébré le mariage de son ami le prince Laurent de Belgique avec Melle Claire Coombs. C’est également lui qui a baptisé leurs trois enfants : la princesse Louise, les princes Nicolas et Aymeric.

Le 20 décembre 2007, il accompagna le président Sarkozy au Vatican.

Bibliographie

  • Un prêtre chez les loubards, 1978 Stock
  • La rue est mon église, 1980 Stock
  • Des jeunes y entrent, des fauves en sortent, 1982 Stock
  • L’espérance aux mains nues, 1984 Stock
  • Aventurier de l’amour, 1986 Stock
  • Avec mon aube et mes santiags, 1988 Stock
  • Les petits pas de l’amour, 1990 Stock
  • Jusqu’au bout, Stock
  • Dieu, mon premier Amour, Stock, 1995, ISBN 2-234-04466-9
  • Des loups dans la bergerie, 1996 Stock
  • Dealer d’amour, 1996 Stock
  • Cris de Jeunes, 2003 Salvator
  • Kamikaze de l’espérance, 2005
  • Et si je me confessais 2007 Stock
  • Rallumez le feu Éd. Philippe Rey, 2007
  • L’Évangile, une parole invincible, Points-Seuil, 2007

Il est également chroniqueur au journal La Croix et à Radio Notre-Dame chaque mercredi soir.

Décorations

Publié dans : Politique | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Ces « cathos » qui inspirent Sarko: Patrick BUISSON..

Il est directeur de la chaîne Histoire, et ancien de Minute…(NDLR)
Patrick Buisson est un journaliste français né en 1949 à Paris. Journaliste et conseiller de Nicolas Sarkozy, il a co-animé une émission hebdomadaire sur LCI intitulée Politiquement Show, et assurait également l’émission Questions qui fâchent avec Michel Field.

Journaliste et politologue, spécialiste des études d’opinion. Licence d’histoire et maîtrise de lettres (1971). Ancien dirigeant de la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF) de Nanterre. Il entre au début des années quatre-vingt à Minute, dont il devient le correspondant à l’Assemblée nationale.

Spécialiste de politique intérieure, il occupe successivement ou simultanément diverses fonctions dans la presse (rédacteur en chef de La Lettre bleue, directeur du Crapouillot, directeur de la SEPA, directeur de la rédaction générale de Valeurs Actuelles) et mène une activité éditoriale indépendante centrée sur les « one shot » de presse. Avec Pascal Gauchon (ex-rédacteur en chef de Défense de l’Occident et ancien secrétaire général du Parti des forces nouvelles (PFN)), il publie OAS, Histoire de la résistance française en Algérie.

Après 15 ans de presse écrite, il devient conseiller de Jimmy Goldsmith et de Philippe de Villiers dont il dirige la campagne pour les élections européennes de 1994 et la campagne présidentielle de 1995.

En 1996, il lance la revue hebdomadaire Politique Opinion en association avec l’ensemble des directeurs des instituts de sondages, et anime à partir de 2000 la page « Opinion » du Figaro. Créateur et animateur de nombreuses émissions politiques sur LCI dont Le Club de l’opinion (1997-2000), Politoscopie (1999- 2000) puis 100% Politique (à partir de 2001), en compagnie de David Pujadas. Créateur et animateur de Un livre, un débat en 2003 puis de Questions qui fâchent (à partir de 2005).

Depuis la campagne pour l’élection présidentielle de 2007, il conseille Nicolas Sarkozy.

Bibliographie succincte [modifier]

  • Sacha et ses femmes (Albin Michel).
  • Avec le Temps sur Léo Ferré en collaboration avec Hubert Grooteclaes (Éditions du Chêne).
  • Le Livre de la Mémoire en collaboration avec Jean Tulard.
  • Philippe de Villiers ou la politique autrement.
  • OAS, Histoire de la résistance française en Algérie avec Pascal Gauchon.

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Buisson »

Publié dans : Politique | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Ces « cathos » qui inspirent Sarko: Claude GUEANT….

Catholique, discret sur ses convictions…(NDLR)

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, Rechercher

Claude Guéant est un haut fonctionnaire français, né le 17 janvier 1945 à Vimy dans le Pas-de-Calais. Depuis le 16 mai 2007 il est le secrétaire général de l’Élysée.

Biographie [modifier]

Après des études à la faculté de droit à Paris et à l’Institut d’études politiques de Paris, il entre à l’École nationale d’administration (promotion Thomas More (1971)). À sa sortie, il devient directeur de cabinet du préfet du Finistère, puis secrétaire général pour les affaires économiques de la Guadeloupe (1974), avant d’être nommé conseiller technique au cabinet de Christian Bonnet, ministre de l’intérieur (1977-1981).

Nommé sous-préfet hors classe, il travaille auprès du préfet de la région Centre, puis est secrétaire général de la préfecture de l´Hérault, puis des Hauts-de-Seine, avant d’être nommé préfet des Hautes-Alpes en 1991.

Charles Pasqua l’appelle à ses côtés au ministère de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, comme directeur-adjoint de cabinet, puis le nomme directeur général de la police nationale en 1994.

Il est ensuite nommé préfet de la région Franche-Comté et du Doubs en 1998, et préfet de la région Bretagne, de la zone de défense Ouest, et d’Ille-et-Vilaine en 2000.

Il devient le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, de 2002 à 2004 puis de juin 2005 à mars 2007 au ministère de l’Intérieur et en 2004 au ministère des Finances. Il est, lors de la présidentielle en 2007 directeur de campagne de Nicolas Sarkozy.

Une fois élu, ce dernier le nomme, le 16 mai 2007, secrétaire général de l’Élysée.

Claude Guéant est chevalier de la Légion d’honneur. Il est marié et père de deux enfants, dont un fils, François, avocat fiscaliste, suppléant du député de la 4e circonscription du Morbihan depuis juin 2007, président des Jeunes Actifs de l’UMP et membre depuis juillet 2007 du cabinet de la ministre de la Justice, en tant que chargé de mission pour les victimes.

Il a pour surnoms le cardinal[1][2] ou le vice-roi[3].

Source [modifier]

 

Notes et références [modifier]

  1. Claude Guéant, le « cardinal » de l’Élysée, http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20070516.FIG000000264_claude_gueant_le_cardinal_de_l_elysee.html
  2. Claude GUEANT: LE CARDINAL, http://blog-pl-seguillon.lci.fr/article-175229.html
  3. Guéant, le vice-roi, http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p20070906/articles/a353705-gu%C3%A9ant_le_viceroi.html

 

Précédé par Claude Guéant Suivi par
Frédéric Salat-Baroux
Secrétaire général de la Présidence de la République
2007-

Ces Portail de la politique

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Gu%C3%A9ant »

Publié dans : Politique | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Ces « cathos » qui inspirent Sarko: le père Philippe VERDIN

 

30 décembre 2007

Le moine et le Président (2)

Au temps du Moyen-Age,les frères “lais” ou les “laïcs” étaient des gens qui travaillaient à proximité des abbayes aux tâches agricoles et d’entretien.Ils étaient vêtus comme les moines d’une simple robe de bure en laine et s’arrêtaient de travailler aux heures pour prier.Ce qui les distinguait des moines était le fait qu’ils n’avaient point prononcés les voeux d’humilité,de chasteté et de pauvreté.

Il y avait donc par extension l’ordre des clercs et l’ordre des laïcs.Car il y a bien deux domaines et par la suite la notion de laïc s’est étendue sémantiquement pour qualifier le peuple (en grec “laicos” signifie peuple).

Le lecteur voit où je veux en venir car le moine ce jour doit se poser de sacrées questions(c’est le cas de le dire…)sur “l’élu suprême du peuple” qui est en train de passer quelques jours en Egypte…

Celui-là même qui en Italie a parlé de “laïcité positive”.Ce discours continue et continuera à nous interloquer dans la mesure où ce qui se cache derrière ce terme remet profondément en question notre régime républicain basé sur ses trois valeurs fondamentales et sur la laïcité proprement dite.Car au départ,grâce à la philosophie des lumières et à la révolution française,la laïcité a bien un sens positif dans la mesure où elle était et est toujours facteur libérateur des croyances dogmatiques que les religions voulaient imposer aux citoyens.Les lumières de la raison devaient en quelque sorte former des esprits critiques pour pouvoir faire preuve de discernement dans la conduite de notre vie et de la société.

Le terme utilisé par le Président est donc tout à fait perverti.Ceci d’autant plus qu’il y accroche une notion vicieuse qui consiste à ajouter la nécessité pour notre société de vivre dans l’espérance et dans la recherche de valeurs spirituelles.D’une façon absolue,il n’a pas tort mais au second degré ce genre de considération n’a qu’un seul but:replacer le citoyen dans une sorte de sujétion mentale qui le placerait dans l’état où il ne pourrait plus faire usage de sa liberté de pensée en particulier dans le domaine politique.

La position du nouveau monarque est donc non seulement idéologique mais aussi et surtout réactionnaire.

D’ailleurs,le moine que nous devrions tous être (je parle bien sûr symboliquement) a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre:il ne peut constater que des faits de proximité avec le matérialisme financier,l’infidélité et la débauche d’images,la donation du pouvoir aux amis,le mépris prononcé et avéré pour les gens du peuple qui vivent selon ses séides au-dessus de leurs moyens…tout cela est maintenant le fait du nouveau Louis le Quatorzième .

Dans ces conditions notre pauvre moine est en train de se demander si dans sa folie celui qui nous dirige ne veut pas rétablir les trois ordres préexistant avant la révolution française.Il a d’ailleurs déjà commencé par quasiment supprimer l’impôt des riches et parrallèlement augmenter celui des classes moyennes et des pauvres (franchises médicales…).On croirait revenir au temps de la gabelle et de la corvée !

Notez bien que ce que cet article décrit n’est pas une fiction…

if (GetCookie(‘wordpressuser’) == ‘filvert’) { document.write(‘

‘); } else { document.write(‘

‘); }

23 décembre 2007

Le moine et le Président (1)

Publié dans : Politique | le 21 février, 2008 |Pas de Commentaires »
1...12531254125512561257...1345

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente