Communiqué de l’AFP…

Débat télévisé entre Sarkozy et Royal le 2 mai

Agence France-Presse

Paris

Les deux finalistes de l’élection présidentielle française, Nicolas Sarkozy (droite) et la socialiste Ségolène Royal débattront en face à face à la télévision le mercredi 2 mai, a annoncé dimanche soir le présentateur vedette de la chaîne TF1 Patrick Poivre d’Arvor.

Aucun débat opposant les deux principaux protagonistes de la présidentielle n’a eu lieu avant le premier tour.

«Les deux sont d’accord pour débattre – a priori plutôt le mercredi 2 mai – les yeux dans les yeux, comme leurs principaux lieutenants nous l’ont promis», a indiqué M. Poivre d’Arvor, en précisant que l’heure exacte de ce débat n’était pas fixée.
Le second tour de l’élection est fixé au dimanche 6 mai.

Nicolas Sarkozy est en position de favori pour succéder au président sortant Jacques Chirac, avec 30,93% des voix recueillies au premier tour, selon la dernière totalisation établie à 23h30 (21h30 GMT) par le ministère de l’Intérieur, qui porte sur 88% des inscrits.

Ségolène Royal recueille 25,50%, selon cette totalisation.

Les deux candidats devront se battre pour les voix qui se sont portées au premier tour sur le centriste François Bayrou, qui a recueilli 18,51% des voix, et sur le candidat de l’extrême droite Jean-Marie Le Pen (10,73%), selon ces chiffres.

   HautHut

Publié dans : Politique | le 24 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Qu’en pense Emeric Bréhier…?

A quelques minutes de son premier meeting d’entre-deux-tours, lundi 23 avril à Valence dans la Drôme, Ségolène Royal a tendu la main à François Bayrou, arrivé en troisième position au premier tour de l’élection présidentielle dimanche.

Après avoir remercié les autres candidats de gauche pour leur soutien au deuxième tour, Mme Royal a estimé que « pour faire gagner la France, il faut demander une autre dimension à notre rassemblement ».

« Chacun doit prendre ses responsabilités pour savoir quelle France nous allons construire. Aujourd’hui je prends les miennes et je me déclare disponible pour parler de l’avenir de la France avec tous ceux qui (…) souhaitent le changement et la rénovation politique », a-t-elle déclaré.

Ségolène Royal a appelé à un « débat ouvert et public (…) sans arrière-pensées, sans a priori » sur la rénovation de la vie politique, un Etat impartial, le « refus des tensions dans les villes et les quartiers » et « la relance de l’Europe ».

Un appel qui s’adresse au président de l’UDF, « si François Bayrou souhaite cette main tendue et ce dialogue autour du pacte présidentiel ».  Mme Royal a précisé lui avoir laissé un message téléphonique pour le prévenir « par politesse » de l’imminence de sa déclaration. Par ailleurs, elle a annoncé qu’elle rencontrerait mardi l’ancien président de la Commission européenne Jacques Delors, auquel M. Bayrou s’est à plusieurs reprises référé pendant sa campagne.

publié par Emeric BREHIER dans: Actualité Politique

Ajouter un commentaire   Commentaire(0)  Trackback(0)  Recommander

Suppléante

Qu'en pense Emeric Bréhier...? dans Politique michele-pelabere

Michèle Pélabère

Sa biographie synthétique


Adhérer au PS

Vous voulez savoir comment soutenir Emeric Brehier ?

 

 

 

Annuaire gratuit

 

S’abonner au blog

Inscription à la newsletter

Articles récents

Commentaires

Présentation

emeric-brehier

avatar dans Politique Pseudo: Emeric BREHIERCatégorie: PolitiqueDescription:
Site de campagne pour la candidature d’Emeric Brehier aux législatives 2007 dans la 7ème circonscription de Seine et Marne (Chelles, Lagny, Vaires, Claye-Souilly)Recommander ce blog

Publié dans : Politique | le 24 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Julien Dray déclare…

Photo de juliendray

 

Maintenant il faut créer quelque chose de nouveau. Il faut tendre la main.

Julien Dray sur RMC.

Julien Dray déclare... dans Politique p

Interrogé sur les résultats du premier tour, Julien Dray répond : « Si vous m’aviez dit à la même heure, hier matin, que la candidate socialiste serait au même score que François Mitterrand en 1981, j’aurais signé tout de suite et j’aurais été très content et donc je suis content. Si on regarde ce qui s’est passé tout au long des cinq mois qui viennent de s’écouler, au regard des coups tordus qu’elle a du subir, y compris on en a eu un encore hier soir avec monsieur Besson par exemple, on voit que la candidate socialiste a été solide, qu’elle a résisté, qu’elle a porté l’espoir. Elle est maintenant dans une nouvelle campagne qui commence, elle n’est plus simplement la candidate du Parti socialiste. Ce matin, elle est déjà la candidate d’une gauche qui s’est spontanément, je dirais, ou automatiquement, rassemblée. C’est bien. Maintenant il faut créer quelque chose de nouveau. Il faut tendre la main. Il faut rassembler. »

« Il y a un électorat qui est aujourd’hui indécis. On le voit bien autour de ce qu’a représenté François Bayrou, qui veut le changement, qui veut certainement aussi une forme de recomposition politique. Il faut aussi prendre en considération ça. »

« La question qui est posée à François Bayrou comme à ses électeurs, je parlais de François Bayrou en tant qu’individu, c’est de savoir ce qu’il veut pour notre pays. Il ne peut pas geler 18% du corps électoral en leur disant, on fait maintenant une parenthèse et on attend 2012 pour une nouvelle recomposition politique. Le pays n’attend pas. Le pays a besoin de réformes, le pays a besoin d’avancées et donc il y a une responsabilité personnelle de chacun des électeurs de François Bayrou par rapport à la vie de notre pays. Et donc la question qui est posée, c’est simple. Est-ce qu’on veut une VIème République ? C’est à dire est-ce qu’on veut une nouvelle pratique du pouvoir ? Est-ce qu’on veut des réformes qui prennent en considération la réalité sociale de notre pays ? C’est à dire les difficultés qui sont subies au quotidien par nos concitoyens et dont on a vu qu’elles étaient au centre de leurs préoccupations. Je pense en matière d’emploi, en matière de chômage, en matière de pouvoir d’achat, en matière de logements. Voilà. Donc la question qui est posée, elle est la suivante : est-ce qu’on veut un changement réel dans notre pays. Quelles sont les formes de ce changement parce que c’est ça qui va distinguer aujourd’hui Nicolas Sarkozy de Ségolène Royal ? Il y a d’un côté une volonté d’opposer les Françaises et les Français par aussi une affirmation d’un modèle de droite dure, libérale. Et il y a la volonté de refonder, peut-être, le modèle républicain en le modernisant mais en gardant aussi ce qui fait sa substance, c’est à dire la solidarité. »

 

p dans Politique

Publié dans : Politique | le 24 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Actualité du PS……(1)

Actualités

[23/04/07]

Ce sera d’abord « tout pour Ségolène » avant « tout sauf Sarkozy »

Najat Belkacem sur France Info.

Actualité du PS......(1) dans Politique p

« Le climat est très bon, très enthousiaste« , lundi au QG de campagne PS, après « la belle journée d’hier et un score qu’on peut qualifier de très bon » déclare Najat Belkacem.

Pour la campagne du second tour, Ségolène Royal « tiendra un discours de rassemblement, mais un vrai rassemblement, pas celui qu’on a trouvé dans le discours de Nicolas Sarkozy« .

« Il faut être dans une campagne positive. Ce sera d’abord « tout pour Ségolène » avant « tout sauf Sarkozy »« , explique-t-elle, annonçant deux « thèmes majeurs« : « l’urgence sociale » et « la rénovation de la vie politique« .

S’agissant des électeurs de François Bayrou, « on ne peut pas dire qu’il s’agit juste d’un vote éphémère, et il va falloir nous ouvrir désormais à ces électeurs qui sont pour la plupart en dehors du clivage gauche-droite« .

Le vote Bayrou « c’est un rejet de Nicolas Sarkozy, et je ne vois pas comment cela peut se transformer en un soutien au second tour« .

 
Publié dans : Politique | le 24 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Et demain…?

Les médias du jour évoquent un « front anti Sarko », un « TSS » (Tout Sauf Sarko), une lutte Ségolène/Sarkozy qui se résoudrait à un combat du bien (Ségolène) contre le mal (Sarkozy).

Le candidat de l’UMP a râtissé large, prenant, sans vergogne, des voix à Le Pen, utilisant des arguments identiques à ceux du FN: les gènes, le Ministère de l’Immigration, etc…toutes choses qui font immenquablement penser à une période noire de l’histoire de notre Pays au cours de laquelle se sont enchevêtrés des épisodes héroïques et des sombres trahisons.

Je ne pense pas que l’on puisse taxer Nicolas Sarkozy de fachiste ni d’anti républicain: c’est un homme orgueilleux, ambitieux et prêt à tout (Coluche aurait ajouté: mais bon à rien..), pour parvenir à ses fins.

C’est, à mes yeux, ce qui  rend inquiétant et peu sympathique le Rastignac de Neuilly.

Inquiétant, car il nous a démontré  être disposé à utiliser tous les arguments, y compris les pires, pour parvenir à ses fins.

Inquiétant car son orgueil démesuré l’amène à avoir toujours raison même contre les évidences.

Inquiétant, car les troupes qui se sont constituées autour de lui sont du même accabit: opportunistes (c/f les changements à vue de camp politique, qui, fervent « chiraquien » se métamorphose en « sarkosiste » fidèle…jusqu’à quand ?), arrivistes et infatuées d’elles-même.

Peu sympathique, la « racaille » qu’il faut nettoyer au Karcher..

Peu sympathique le mépris affiché pour les plus démunis..tout le monde ne peut habiter Neuilly…

Peu sympathique le comportement agité, nerveux de cet homme formé par un certain Charles Pasqua, ancien patron du SAC (Service Action Civique) et des CDR (Comités [musclés NDR] Defense de la République).

Quelles conclusions devons-nous tirer de tout ceci ?

Je ne pense pas qu’un tel homme, lié au CAC 40, aux affairistes de tout poil, puisse être le président de TOUS les FRANCAIS.

Au pouvoir depuis 5 ans, Sarkozy n’a cessé de prendre et de faire adopter des lois restrictives des libertés individuelles, favorables à sa caste argentée, méprisant les interêts de la France « d’en bas ».

Et il veut continuer, s’il est élu, à appliquer les mêmes doctrines: suppression de l’ISF, heures supplémentaires accrues à la discrétion des employeurs, son programme est clair sur ce point: ce sera comme à présent, voire… pire.

Et mieux: il veut faire oublier que durant les cinq années écoulées, il faisait partie des gouvernements qui ont rabaissé le niveau de vie des Français (pas de TOUS les Français…bien sur).

Shakespeare fait dire à l’un des ses personnages: »Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark »: et en FRANCE ?

Alors, front anti Sarko ou pas, il FAUT battre cette droite impudente, orgueilleuse qui, soyez en persuadés, ne fera aucun cadeau aux « perdants ».

Pour moi, les choses sont claires: Ségolène Royal et tous les Français épris de justice doivent continuer, dans la transparence le combat commencé pour arriver à vaincre les puissances de l’argent qui soutiennent Sarkozy.

Alors, haut les coeurs, et battons-nous pour faire triompher nos idéaux de justice, de liberté, d’équité, de respect, pour que la FRANCE et ses enfants retrouvent la place que l’histoire leur a attribuée.

Publié dans : Politique | le 23 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Quelle élection….!

Les Français viennent de donner au monde une  splendide leçon de civisme…Un taux de participation historique: 85%, du jamais vu sous la V° République…Un taux de république bananière, à la mode de pays dont je tairais les noms pour ne froisser personne. Les Français ont voté « utile » dès le premier tour. La crainte de 2002 et d’un second tour avec le FN a certainement joué: conséquence immédiate pour les « petits » partis, la chute libre, Le Pen tombe du piédestal sur lequel il s’était juché (je ne m’en plaindrais pas…), les Verts sont laminés, l’extrème gauche n’en revient pas, à l’exception d’Olivier Besancenot et d’Arlette Laguillier qui appellent à voter Ségolène Royal.

Le paysage politique français se trouve soudain changé: les « réserves » traditionnelles du PS ont fondu comme neige au soleil: le PC a 2% et les Verts autour de 1,8%.

Des voix s’élèvent pour un changement radical d’alliances, faisant des appels du pied aux centristes de l’UDF accrochés à la droite classique: peut-être pas à celle que représente l’éternel agité de Neuilly.

J’aimerais que les visiteurs de ce blog laissent leurs opinions dans les réactions et les  enregistrent dans les commentaires: nous pourrions réfléchir ensemble à cet important sujet.

Aucun des deux candidats pressentis pour participer au second tour ne peut dire que la victoire lui est acquise.

La gauche républicaine et humaniste a franchi une première étape qui doit l’amener à l’Elysée, mais rien n’est joué, tout est à faire.

Il reste quinze jours aux forces démoratiques de ce Pays pour démontrer leur unité et leur dévouement: nous y reviendrons.

Publié dans : Politique | le 22 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

A bientôt…..

http://www.csp-buzancais.fr/

Les médias ne sont plus autorisés à fournir la moindre enquête, le plus petit sondage, la campagne électorale étant achevée, les blogs des internautes cessent de fonctionner, le mien aussi.

Qu’il me soit permis tout d’abord de remercier toutes les personnes qui ont eu l’amitié et la gentillesse de venir consulter ce blog et d’y lire les articles qu’au gré de l’actualité j’ai publié: tous n’étaient pas de mon cru, bien entendu, vous vous en êtes apperçu.

Certains thèmes sont revenus plus souvent que d’autres, émaillés parfois de commentaires qui se voulaient drôles, voire gouailleurs.

Au cours de ces semaines passées ensemble,vous vous êtes rendu compte que mon coeur penchait fortement à gauche, et que mes opinions s’étalaient au grand jour.

Nous arrivons au terme de cette campagne du premier tour, et chacun de nous doit prendre LA décision, en son âme et conscience, d’élire SON candidat.

Je n’ai pas la vanité ( Sarkozy dirait la « fatidude »…) de penser que les articles parus dans ce blog auront contribué  à vous aider dans votre choix, mais si j’ai pu convaincre UNE seule personne parmi toutes celles qui ont consulté ce blog, alors je n’aurais pas perdu mon temps. J’appelle tous les démocrates, les républicains, les humanistes à voter Ségolène ROYAL le Dimanche 6 Mai.

Merci.

 http://www.csp-buzancais.fr/

 

 

Publié dans : Politique | le 20 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

L’appel de Toulouse de F. Hollande….

Chers amis, 

 

Nous sommes enfin à Toulouse, à Toulouse, ville rose ! 

 

Je vais vous faire un aveu : le 22 avril 2007, je l’attends depuis le 21 avril 2002. Je l’attends depuis cinq ans ; cinq ans que nous préparons cette échéance ; cinq ans que nous voulons enfin avoir le choix de décider de notre avenir entre la gauche et
la droite. Cinq ans que nous nous préparons, que nous nous sommes rassemblés, les socialistes, la gauche, pour être au rendez-vous, non pas de la revanche, mais de l’alternative que nous devons offrir à notre peuple dimanche, et le 6 mai. 

 

Cinq ans durant lesquels nous avons redressé la gauche ; cinq ans pendant lesquels nous avons eu notre plus beau succès aux élections régionales, ici comme partout en France. 

 

Pendant ces cinq ans, nous avons même été capables de résister, de combattre la droite et de la faire reculer, comme sur le Contrat Première Embauche grâce à la jeunesse de France. 

 

Enfin, nous y sommes, après avoir désigné Ségolène Royal dans une procédure exceptionnelle de la démocratie militante, rassemblé la gauche avec les Radicaux, le Mouvement des républicains et citoyens. Et nous sommes là à trois jours de ce premier tour 

 

Maintenant, nous sommes devant le choix que nous attendions, après la plus belle des campagnes, grâce à Ségolène Royal, la plus belle des campagnes sans doute depuis François Mitterrand et 1981. 

 

Nous sommes là et nous ne savons rien de ce qui va se produire dimanche. 

Mais, quand je vous vois aussi nombreux, aussi forts, aussi déterminés, je me dis qu’il n’y a plus de doute possible, que nous serons là le 22 avril avec Ségolène. Nous serons là pour être victorieux le 6 mai ! 

 

Mais, comme vous, j’ai ce mélange d’inquiétude au cœur et d’espérance. Et comme le disait Jaurès, nous allons réduire les peurs et dilater l’espérance. Mais je viens de citer Jaurès, ici, dans la ville rose et l’on me dit qu’un autre à Toulouse l’aurait cité 24 fois ! Il ne l’aurait cité qu’une fois, j’y aurais vu un hommage, celui du vice à la vertu, mais 24 fois, ce n’est plus un hommage, c’est une opération de police ! Parce que, qu’est-ce qu’il connaît, lui, de Jaurès ? Il le connaît sur la base d’une fiche des Renseignements généraux, et c’est tout. 

Nous sommes là la France rassemblée, sans distinction des uns ou des autres. Nous appartenons à une longue histoire et nous veillons à en écrire une nouvelle page. 

 

Tout va se jouer au premier tour de l’élection présidentielle. Tout va se décider le 22 avril : la présence de la gauche avec Ségolène Royal au second tour et la dynamique de victoire qui va se décider, là aussi, le 22 avril. 

 

Je veux donc lancer l’appel de Toulouse à tous les électeurs : il faut faire le 22 avril un vote cohérent, un vote clair, un vote utile, et aujourd’hui le vote cohérent, le vote clair, le vote utile, c’est le vote Ségolène Royal dès le 22 avril. 

 

Le vote cohérent, c’est de dire que Ségolène Royal est la seule candidate du changement dans cette élection. C’est elle le changement, d’abord parce que ce sera la première femme Présidente de
la République. C’est le changement parce qu’elle porte l’espérance de la gauche rassemblée. C’est le changement parce que, sa méthode, c’est la démocratie participative, la démocratie jusqu’au bout. Oui, le projet de Jaurès, est toujours présent au début du XXIe Siècle. 

 

 

 

 

C’est le changement parce que le pacte présidentiel de Ségolène Royal est le seul qui permet à la France d’être plus forte, d’être plus juste. C’est le seul qui permet de donner aux citoyens leur part dans le pouvoir que nous allons conquérir. 

 

La « France Présidente », c’est l’ensemble des citoyens portés au sommet de l’État et qui seront associés à toutes les grandes décisions, à tous les grands choix que nous prendrons ensemble. 

 

Mais, si Ségolène Royal est la candidate du changement, c’est bien qu’il existe un candidat de la continuité, un candidat du bilan. Mais, il ne veut pas du bilan. Le bilan, c’est un fardeau ! Mais qui a donc gouverné depuis 2002 si ce n’est celui qui a été Ministre d’État pendant cinq ans, Ministre de l’Intérieur, Ministre de l’Économie et des Finances, président de l’UMP ? Mais qui donc est soutenu par les anciens Premiers ministres Juppé, Balladur et maintenant Raffarin, Villepin ? Mais qui donc est soutenu par Jacques Chirac ? Qui donc est ce candidat ? C’est le candidat sortant. Et si ce bilan était bon… C’est parce que, ce bilan, c’est la croissance la plus faible d’Europe, le chômage qui ne baisse que dans les statistiques, les déficits sociaux, le creusement des inégalités, la précarité, l’endettement public à un niveau record, le déficit commercial… Voilà leur bilan ! Et comment pourrait-il, après avoir échoué cinq ans, prétendre réussir pour les cinq prochaines années ? 

 

Y a-t-il un autre candidat du changement ? Il y en a un qui voudrait nous faire croire qu’il n’a même pas été député depuis 1986, Ministre de l’Éducation avec Juppé, Balladur. Il y en a un qui ne veut même pas laisser penser qu’il a voté la plupart des lois de la majorité sortante. François Bayrou est aussi le candidat de la majorité sortante. Alors, le vote cohérent, le vote qui porte le changement, c’est le vote Ségolène Royal ! 

 

Mais il faut aussi un vote clair. Et, le vote clair, c’est le vote pour la gauche ou pour
la droite. Oui, Ségolène Royal est la candidate de gauche qui sera présente au second tour. 

C’est elle qui porte l’espérance du pacte présidentiel ; c’est elle qui, au lendemain du premier tour, rassemblera toute la gauche pour permettre la victoire. 

 

Ségolène Royal est claire. Elle dit d’où elle vient : du mouvement socialiste. Elle dit qu’elle s’inscrit dans cette continuité de Mitterrand, de Lionel Jospin. Elle s’inscrit dans ce mouvement-là. 

 

Et en face de nous nous avons des candidats qui ne revendiquent pas leur identité et ce qu’ils sont. Ils n’osent même pas dire qu’ils sont de droite. Regardez, Nicolas Sarkozy a dit au début de cette campagne qu’il était le candidat de la France ! Mais alors nous, nous serions le candidat de l’étranger ? Nous sommes la France autant que lui, plus que lui parce que nous l’aimons, la France, sans qu’il nous soit nécessaire de demander à ceux qui l’aiment moins que nous de partir. Ensuite, il nous a dit qu’il était le candidat de
la vie. Mais alors, nous serions les candidats de quoi ? De la vie éternelle ? Mais non, nous croyons à la vie terrestre autant que lui, peut-être plus que lui. 

 

Ensuite, il nous a dit qu’il était le candidat des honnêtes gens. Mais nous, nous serions des malhonnêtes, des fraudeurs ? Nous sommes des citoyens à égalité de droits et de devoirs et qui n’acceptent pas d’être stigmatisés, montrés du doigt selon leur couleur de peau, leurs sentiments, leur religion, leurs convictions. 

 

Mais, après il nous a dit qu’il était le candidat de la majorité silencieuse, lui qui a été si bavard depuis cinq ans ! Il n’est pas le candidat de la majorité silencieuse qui, paraît-il, dit tout bas ce que lui dit tout haut ! Il est le candidat de la majorité sortante, la majorité sortante qui devra être sortie à l’occasion de l’élection présidentielle. 

 

Et pendant toute cette campagne où il est allé chercher Jaurès, il n’a fait que trouver Le Pen sur sa route puisqu’il empruntait le même chemin. Une droite qui refuse donc son identité et maintenant un centre qui ne sait plus où il est, qui vient de nulle part et qui y retournera ; qui veut être avec tout le monde et contre tout le monde, contre tous les partis, sauf le sien. 

Et il nous a dit hier qu’il y avait en lui de la gauche, de la droite et du centre ! Je ne sais pas comment il fait pour trouver son équilibre, et surtout sa direction ! Mais, ce que je sais, c’est qu’il y a chez lui de l’opportunisme, de la malice et de
la manœuvre. Car son ambition, au premier tour, ce n’est pas de battre Nicolas Sarkozy, c’est d’empêcher Ségolène Royal d’être au second tour. Nous déjouerons cette manœuvre et nous voterons dès le premier tour pour Ségolène Royal. 

 

Enfin, je vous appelle à faire un vote, non seulement cohérent et clair, mais un vote utile, non pas pour empêcher, pour conjurer, pour faire peur, un vote utile non pas pour utiliser un croque-mitaine pour nous amener à voter dès le premier tour pour Ségolène Royal (le croque-mitaine, il existe, nous le connaissons), mais pour le changement, pour le pacte présidentiel de Ségolène Royal, pour les 500 000 emplois tremplins pour les jeunes, pour la Sécurité sociale professionnelle, pour le bouclier logement, pour l’augmentation du SMIC et des salaires, pour les petites retraites, pour l’accès de tous à la santé, pour l’accompagnement scolaire gratuit, pour la laïcité, pour
la nouvelle République ! 

 

Et il faut faire un vote utile aussi pour la relance de l’Europe, pour une Europe plus juste, plus sociale, plus protectrice, plus démocratique. Il faut faire un vote utile pour prévenir les délocalisations, pour être dans un monde également plus juste. 

 

Il faut faire un vote utile aussi pour le monde, parce que, ce que nous voulons avec Ségolène Royal, c’est changer les règles à l’échelle du monde et c’est de faire une politique de développement, une politique de partage, une politique de règles à l’échelle de la planète. 

 

Et il faut faire un vote utile aussi pour l’environnement, pour l’avenir, pour les générations futures. La seule qui permette à la France d’être utile au monde, à l’Europe, c’est Ségolène Royal ! 

 

On me dit souvent que le vote utile peut avoir comme conséquence que d’autres candidats ne feront pas forcément les résultats qu’ils espèrent. 

Je veux leur dire ici que l’objectif d’une élection présidentielle, le sens même de ce scrutin, ce n’est pas d’envoyer un message, ce n’est pas d’organiser un grand débat. Ce que nous avons à faire le 22 avril d’abord, et le 6 mai ensuite, c’est de décider ensemble du nom, du visage, de la politique du prochain Président de la République, et ce sera une Présidente de la République ! Alors, pas de dispersion comme il y a cinq ans, pas d’abstention. Venons voter comme les jeunes en ont fait la démonstration en s’inscrivant massivement sur les listes électorales. Pas de différenciation entre la gauche et la droite depuis 2002, ceux qui ne le savaient pas, qui n’avaient pas été prévenus, maintenant connaissent la différence entre la droite et la gauche, et devront faire leur choix. 

 

Il y aura sans doute beaucoup d’électeurs de gauche qui voteront Ségolène Royal au premier tour de l’élection présidentielle et qui, pourtant, ne sont pas socialistes, des radicaux ou du Mouvement des citoyens. Je ne veux pas que l’on puisse dire que l’influence des communistes ou des verts, même de la gauche antilibérale, soit mesurée simplement au premier tour de l’élection présidentielle. Je respecte suffisamment toute la gauche pour savoir que ce n’est pas le bon critère. 

 

Mais le seul critère aujourd’hui de l’élection, le seul enjeu de l’élection, c’est de permettre à la gauche de gagner l’élection présidentielle. 

 

 

CONCLUSION 

 

 

Nous avons maintenant à écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire de France. 

 

Et, à la différence de nos adversaires, pour écrire cette nouvelle page de l’histoire de France, nous n’aurons pas besoin de déchirer les précédentes. Nous en ajouterons une

Publié dans : Politique | le 20 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

L’appel…..du 20 Avril 2007….

A deux jours du premier tour, la candidate socialiste a appelé vendredi «les électeurs de gauche et ceux qui se retrouvent dans les valeurs républicaines et humanistes» à voter pour elle dès le premier tour de la présidentielle •

Par Liberation.fr avec AFP

LIBERATION.FR : vendredi 20 avril 2007231 réactions  

loadNbReaction(‘NbReactions’,curDocId);

Ségolène Royal mobilise, veut récupérer tout l’électorat de gauche. A deux jours du premier tour, la candidate socialiste a appelé vendredi «les électeurs de gauche et ceux qui se retrouvent dans les valeurs républicaines et humanistes» à voter pour elle dès le premier tour de la présidentielle, dimanche, afin de créer une «dynamique».

«Du score du 1er tour dépendra pour beaucoup le résultat du second tour», a déclaré la candidate socialiste en recevant la presse dans son QG de campagne à Paris.

«J’ai besoin d’une dynamique du 1er tour, j’appelle tous les électeurs de gauche à venir dès le 1er tour et, au-delà des électeurs de gauche, ceux qui se retrouvent dans les valeurs républicaines et humanistes», a-t-elle ajouté.

«Je les appelle à se mobiliser massivement dès le 1er tour pour qu’ensuite il y ait un vrai choix de société entre les deux tours», a poursuivi Mme Royal.

Elle a également appelé tous les Français à voter massivement «parce que l’histoire de France doit s’écrire avec le plus grand nombre de Français».

Ségolène Royal a évoqué, «à la fin de cette campagne officielle pour le premier tour», le «plaisir» qu’elle a eu à la faire. «J’ai eu beaucoup de plaisir à faire cette campagne malgré des imprévus, des épreuves, des difficultés mais aussi des joies immenses et en particulier les joies immenses du contact avec les gens, des salles pleines à craquer, la ferveur, l’enthousiasme», a-t-elle dit. «C’est un moment unique».

La candidate a dit avoir eu le sentiment de Français «beaucoup plus interrogatifs, beaucoup plus exigeants» notamment «parce qu’une nouvelle génération politique arrive».

«Les Français sont face à un choix qui n’est pas facile à faire car il faut juger à la fois d’un projet, d’un itinéraire, d’un caractère», a-t-elle observé.

 

fraca
Publié dans : Politique | le 20 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Emeric Bréhier fait tomber les hésitations….!

 

 Emeric Bréhier fait tomber les hésitations....! dans Politique 200px-Meeting_Royal_2007_02_06_n12

 

Quelles différences entre les projets de Ségolène Royal et de François Bayrou ? Vous qui hésitez peut-être, lisez cet article comparatif ou bien envoyez le aux hésitant(e)s de votre connaissance :

Education : la grande priorité de Royal

Ségolène Royal, chargée de l’enseignement scolaire sous Jospin, a mis l’éducation « au coeur » de son projet. François Bayrou, lui-même ancien ministre de l’Education, est beaucoup plus prudent. Tous deux ont promis d’abroger le décret sur le temps de service des enseignants signé par Gilles de Robien, contre lequel la communauté éducative est mobilisée. Alors que Bayrou ne veut pas y toucher, la candidate socialiste veut modifier la carte scolaire afin «de favoriser la mixité sociale au lieu de consolider les ghettos». Les gros collèges en difficulté verraient leurs effectifs réduits, et les parents auraient le choix entre plusieurs établissements. Critiquant les petits cours privés, tous deux promettent un soutien scolaire gratuit. Pour S. Royal ce soutien gratuit pour les familles permettra aux enseignants volontaires de mieux gagner leur vie ainsi que les étudiants bénéficiant du revenu d’autonomie. François Bayrou qualifie les syndicats enseignants de « chance » et de «gens qui tiennent la route» alors qu’ils étaient massivement en grève quand il a voulu abroger la loi Falloux voici plus de 10 ans. Tous deux enfin se sont engagés à augmenter le budget de la recherche avec des propositions précises du côté de S. Royal : 10% de budget en plus, notamment pour le recrutement de jeunes chercheurs.

Immigration : des régularisations au cas par cas

Concernant l’immigration «choisie», concept cher à Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal  est contre et François Bayrou est « plutôt » contre. Mais pour des raisons opposées. Elle juge que c’est «profondément opportuniste et injuste à l’égard des pays d’origine», lui affirme : «Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’oeuvre à l’extérieur ?» En mai 2006, lors du vote de la loi sur l’immigration choisie, le groupe UDF s’était déchiré, 13 députés votant pour, 13 s’opposant au texte. Concernant l’immigration «subie», tous deux souhaitent la limiter grâce au codéveloppement. La candidate PS propose d’ «instituer un visa permettant des allers-retours multiples sur plusieurs années afin que les migrations s’adaptent aux besoins réels du marché du travail». Ségolène Royal propose de «régulariser les sans-papiers à partir de critères fondés sur la durée de la présence en France, la scolarisation des enfants et la possession ou la promesse d’un contrat de travail». François Bayrou l’a suivie en se déclarant à son tour favorable à «des régularisations au cas par cas».

Justice : les deux programmes pour le doublement du budget

Ils veulent tous les deux doubler le budget de la justice, et, sur le papier, leurs programmes ne révèlent pas de fractures irréductibles comme avec celui de Nicolas Sarkozy, qui prône des peines planchers et un démantèlement de la justice des mineurs. Ségolène Royal déroule une dizaine de grands thèmes : rétablir la civilité ; être ferme face aux mineurs violents ; faire de la lutte contre les violences conjugales une priorité nationale… Lundi dernier, dans la ville de Nantes traumatisée par le meurtre d’une jeune femme, la candidate socialiste a rajouté une «grande cause nationale» : la lutte contre les délits et les crimes sexuels contre les femmes et les enfants. Les délinquants et criminels sexuels seront envoyés dans des prisons spécialisées, ne seront libérés que si un comité d’experts garantit leur non-violence et leur non-dangerosité, et seront dotés d’un bracelet électronique à la sortie, promet-elle. François Bayrou appelle à une «refondation» sur la base de deux grands principes : indépendance et transparence. Il veut ainsi faire du garde des Sceaux un ministre à part, membre du gouvernement mais présenté par le président au Parlement. L’UDF a voté les deux lois répressives Perben, mais s’est abstenu sur la loi sur la prévention de la délinquance, en décembre 2006.

Sécurité : pour le retour de la police de proximité

Royal et Bayrou ont tous les deux condamné le choix de Nicolas Sarkozy de supprimer la police de proximité pour ne garder qu’une police de répression. Le candidat UDF prône une politique d’équilibre reposant à la fois sur prévention et répression, et propose la création d’un poste de sous-préfet dans les quartiers difficiles. C’est au nom d’un Etat situé au coeur des zones défavorisées que Ségolène Royal défend la création d’une «police de quartier» qui permettrait de rétablir le lien de confiance avec les habitants. Une grosse différence toutefois entre Royal et Bayrou : en 2002 et 2003, l’UDF a approuvé les lois sur la sécurité intérieure défendues par Nicolas Sarkozy.

Santé : des réponses plus précises à gauche
Un point commun d’abord. Si l’un (Bayrou) affirme que «notre système de santé est l’un des plus complets, nos réseaux de solidarité parmi les plus efficaces», l’autre (Royal) ajoute : «La Sécurité sociale est un des acquis du modèle social français, elle fait partie de notre pacte républicain.» Tous les deux ne vont guère plus loin dans l’élaboration de nouveaux modes de financement, s’accordant pour refuser les franchises au frais des patients que propose le candidat Sarkozy. Pour le reste, Bayrou reste flou et Royal se montre plus précise. Elle évoque la création « d’une cinquième branche de la Sécurité sociale pour prendre en charge les questions du grand âge et de la dépendance(handicapés)» ; promet «la gratuité totale des soins pour les moins de 16 ans» et «une carte santé pour les jeunes de 16 à 25 ans» ouvrant droit «à une consultation gratuite par semestre».

Europe : Bayrou contre la Turquie

François Bayrou et Ségolène Royal étaient tous les deux des partisans du oui au référendum. Difficile aujourd’hui de trouver plus que des nuances entre eux sur l’Europe. Ils s’opposent à l’idée de Sarkozy de faire adopter un nouveau traité simplifié par le Parlement. Ils souhaitent que les électeurs se prononcent à nouveau par référendum. Dans le projet de nouvelle constitution Royal insiste sur un volet social. La question de l’adhésion de la Turquie les distingue. Bayrou ­ qui est contre ­ plaide pour un «partenariat privilégié», comme Nicolas Sarkozy. Royal ­ qui y est plutôt favorable ­ a souhaité s’en remettre au «verdict du peuple», tout en jugeant que la Turquie «ne remplit pas aujourd’hui les conditions». Elle souhaite une «pause» dans l’élargissement.

Logement : le PS pour un état plus volontaire contre la spéculation immobilière

Selon la logique de permettre une plus grande offre immobilière pour contrer la spéculation immobilière, la candidate socialiste propose une batterie de propositions plus complète que son adversaire UDF, et centrées sur le rôle de l’Etat. Ségolène Royal annonce la construction de 120 000 logements par an, et surtout la substitution de l’Etat aux communes défaillantes, qui sont légion à ne pas respecter la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU). Celle-ci les oblige, en théorie, à construire 20 % de logements HLM pour favoriser la mixité sociale. François Bayrou propose aussi que dans chaque grand programme immobilier 20 % des surfaces soient consacrés aux logements sociaux. L’UDF s’était désolidarisée de l’UMP qui avait tenté, début 2006, de restreindre la loi SRU.

publié par S. Baron dans: Actualité Politique

Ajouter un commentaire   Commentaire(0)  Trackback(0)  Recommander

Suppléante

michele-pelabere dans Politique

Michèle Pélabère

Sa biographie synthétique


Adhérer au PS

Vous voulez savoir comment soutenir Emeric Brehier ?

 

 

 

Annuaire gratuit

 

S’abonner au blog

Inscription à la newsletter

Articles récents

Commentaires

Présentation

emeric-brehier

avatar Pseudo: Emeric BREHIERCatégorie: PolitiqueDescription:
Site de campagne pour la candidature d’Emeric Brehier aux législatives 2007 dans la 7ème circonscription de Seine et Marne (Chelles, Lagny, Vaires, Claye-Souilly)Recommander ce blog

Il y a actuellement  19430  personnes connectées à Over-Blog dont  21  sur ce blog

        A W Referencement, Référencement au Québec,
    Référencement bilingue, anglais et français
  Marché États-Unis et international…

Quelles différences entre les projets de Ségolène Royal et de François Bayrou ? Vous qui hésitez peut-être, lisez cet article comparatif ou bien envoyez le aux hésitant(e)s de votre connaissance :

Education : la grande priorité de Royal

Ségolène Royal, chargée de l’enseignement scolaire sous Jospin, a mis l’éducation « au coeur » de son projet. François Bayrou, lui-même ancien ministre de l’Education, est beaucoup plus prudent. Tous deux ont promis d’abroger le décret sur le temps de service des enseignants signé par Gilles de Robien, contre lequel la communauté éducative est mobilisée. Alors que Bayrou ne veut pas y toucher, la candidate socialiste veut modifier la carte scolaire afin «de favoriser la mixité sociale au lieu de consolider les ghettos». Les gros collèges en difficulté verraient leurs effectifs réduits, et les parents auraient le choix entre plusieurs établissements. Critiquant les petits cours privés, tous deux promettent un soutien scolaire gratuit. Pour S. Royal ce soutien gratuit pour les familles permettra aux enseignants volontaires de mieux gagner leur vie ainsi que les étudiants bénéficiant du revenu d’autonomie. François Bayrou qualifie les syndicats enseignants de « chance » et de «gens qui tiennent la route» alors qu’ils étaient massivement en grève quand il a voulu abroger la loi Falloux voici plus de 10 ans. Tous deux enfin se sont engagés à augmenter le budget de la recherche avec des propositions précises du côté de S. Royal : 10% de budget en plus, notamment pour le recrutement de jeunes chercheurs.

Immigration : des régularisations au cas par cas

Concernant l’immigration «choisie», concept cher à Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal  est contre et François Bayrou est « plutôt » contre. Mais pour des raisons opposées. Elle juge que c’est «profondément opportuniste et injuste à l’égard des pays d’origine», lui affirme : «Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’oeuvre à l’extérieur ?» En mai 2006, lors du vote de la loi sur l’immigration choisie, le groupe UDF s’était déchiré, 13 députés votant pour, 13 s’opposant au texte. Concernant l’immigration «subie», tous deux souhaitent la limiter grâce au codéveloppement. La candidate PS propose d’ «instituer un visa permettant des allers-retours multiples sur plusieurs années afin que les migrations s’adaptent aux besoins réels du marché du travail». Ségolène Royal propose de «régulariser les sans-papiers à partir de critères fondés sur la durée de la présence en France, la scolarisation des enfants et la possession ou la promesse d’un contrat de travail». François Bayrou l’a suivie en se déclarant à son tour favorable à «des régularisations au cas par cas».

Justice : les deux programmes pour le doublement du budget

Ils veulent tous les deux doubler le budget de la justice, et, sur le papier, leurs programmes ne révèlent pas de fractures irréductibles comme avec celui de Nicolas Sarkozy, qui prône des peines planchers et un démantèlement de la justice des mineurs. Ségolène Royal déroule une dizaine de grands thèmes : rétablir la civilité ; être ferme face aux mineurs violents ; faire de la lutte contre les violences conjugales une priorité nationale… Lundi dernier, dans la ville de Nantes traumatisée par le meurtre d’une jeune femme, la candidate socialiste a rajouté une «grande cause nationale» : la lutte contre les délits et les crimes sexuels contre les femmes et les enfants. Les délinquants et criminels sexuels seront envoyés dans des prisons spécialisées, ne seront libérés que si un comité d’experts garantit leur non-violence et leur non-dangerosité, et seront dotés d’un bracelet électronique à la sortie, promet-elle. François Bayrou appelle à une «refondation» sur la base de deux grands principes : indépendance et transparence. Il veut ainsi faire du garde des Sceaux un ministre à part, membre du gouvernement mais présenté par le président au Parlement. L’UDF a voté les deux lois répressives Perben, mais s’est abstenu sur la loi sur la prévention de la délinquance, en décembre 2006.

Sécurité : pour le retour de la police de proximité

Royal et Bayrou ont tous les deux condamné le choix de Nicolas Sarkozy de supprimer la police de proximité pour ne garder qu’une police de répression. Le candidat UDF prône une politique d’équilibre reposant à la fois sur prévention et répression, et propose la création d’un poste de sous-préfet dans les quartiers difficiles. C’est au nom d’un Etat situé au coeur des zones défavorisées que Ségolène Royal défend la création d’une «police de quartier» qui permettrait de rétablir le lien de confiance avec les habitants. Une grosse différence toutefois entre Royal et Bayrou : en 2002 et 2003, l’UDF a approuvé les lois sur la sécurité intérieure défendues par Nicolas Sarkozy.

Santé : des réponses plus précises à gauche
Un point commun d’abord. Si l’un (Bayrou) affirme que «notre système de santé est l’un des plus complets, nos réseaux de solidarité parmi les plus efficaces», l’autre (Royal) ajoute : «La Sécurité sociale est un des acquis du modèle social français, elle fait partie de notre pacte républicain.» Tous les deux ne vont guère plus loin dans l’élaboration de nouveaux modes de financement, s’accordant pour refuser les franchises au frais des patients que propose le candidat Sarkozy. Pour le reste, Bayrou reste flou et Royal se montre plus précise. Elle évoque la création « d’une cinquième branche de la Sécurité sociale pour prendre en charge les questions du grand âge et de la dépendance(handicapés)» ; promet «la gratuité totale des soins pour les moins de 16 ans» et «une carte santé pour les jeunes de 16 à 25 ans» ouvrant droit «à une consultation gratuite par semestre».

Europe : Bayrou contre la Turquie

François Bayrou et Ségolène Royal étaient tous les deux des partisans du oui au référendum. Difficile aujourd’hui de trouver plus que des nuances entre eux sur l’Europe. Ils s’opposent à l’idée de Sarkozy de faire adopter un nouveau traité simplifié par le Parlement. Ils souhaitent que les électeurs se prononcent à nouveau par référendum. Dans le projet de nouvelle constitution Royal insiste sur un volet social. La question de l’adhésion de la Turquie les distingue. Bayrou ­ qui est contre ­ plaide pour un «partenariat privilégié», comme Nicolas Sarkozy. Royal ­ qui y est plutôt favorable ­ a souhaité s’en remettre au «verdict du peuple», tout en jugeant que la Turquie «ne remplit pas aujourd’hui les conditions». Elle souhaite une «pause» dans l’élargissement.

Logement : le PS pour un état plus volontaire contre la spéculation immobilière

Selon la logique de permettre une plus grande offre immobilière pour contrer la spéculation immobilière, la candidate socialiste propose une batterie de propositions plus complète que son adversaire UDF, et centrées sur le rôle de l’Etat. Ségolène Royal annonce la construction de 120 000 logements par an, et surtout la substitution de l’Etat aux communes défaillantes, qui sont légion à ne pas respecter la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU). Celle-ci les oblige, en théorie, à construire 20 % de logements HLM pour favoriser la mixité sociale. François Bayrou propose aussi que dans chaque grand programme immobilier 20 % des surfaces soient consacrés aux logements sociaux. L’UDF s’était désolidarisée de l’UMP qui avait tenté, début 2006, de restreindre la loi SRU.

publié par S. Baron dans: Actualité Politique

Ajouter un commentaire   Commentaire(0)  Trackback(0)  Recommander

Suppléante

michele-pelabere

Michèle Pélabère

Sa biographie synthétique


Adhérer au PS

Vous voulez savoir comment soutenir Emeric Brehier ?

 

 

 

Annuaire gratuit

 

S’abonner au blog

Inscription à la newsletter

Articles récents

Commentaires

Présentation

emeric-brehier

avatar Pseudo: Emeric BREHIERCatégorie: PolitiqueDescription:
Site de campagne pour la candidature d’Emeric Brehier aux législatives 2007 dans la 7ème circonscription de Seine et Marne (Chelles, Lagny, Vaires, Claye-Souilly)Recommander ce blog

Il y a actuellement  19430  personnes connectées à Over-Blog dont  21  sur ce blog

        A W Referencement, Référencement au Québec,
    Référencement bilingue, anglais et français
  Marché États-Unis et international…

 

Quelles différences entre les projets de Ségolène Royal et de François Bayrou ? Vous qui hésitez peut-être, lisez cet article comparatif ou bien envoyez le aux hésitant(e)s de votre connaissance :

Education : la grande priorité de Royal

Ségolène Royal, chargée de l’enseignement scolaire sous Jospin, a mis l’éducation « au coeur » de son projet. François Bayrou, lui-même ancien ministre de l’Education, est beaucoup plus prudent. Tous deux ont promis d’abroger le décret sur le temps de service des enseignants signé par Gilles de Robien, contre lequel la communauté éducative est mobilisée. Alors que Bayrou ne veut pas y toucher, la candidate socialiste veut modifier la carte scolaire afin «de favoriser la mixité sociale au lieu de consolider les ghettos». Les gros collèges en difficulté verraient leurs effectifs réduits, et les parents auraient le choix entre plusieurs établissements. Critiquant les petits cours privés, tous deux promettent un soutien scolaire gratuit. Pour S. Royal ce soutien gratuit pour les familles permettra aux enseignants volontaires de mieux gagner leur vie ainsi que les étudiants bénéficiant du revenu d’autonomie. François Bayrou qualifie les syndicats enseignants de « chance » et de «gens qui tiennent la route» alors qu’ils étaient massivement en grève quand il a voulu abroger la loi Falloux voici plus de 10 ans. Tous deux enfin se sont engagés à augmenter le budget de la recherche avec des propositions précises du côté de S. Royal : 10% de budget en plus, notamment pour le recrutement de jeunes chercheurs.

Immigration : des régularisations au cas par cas

Concernant l’immigration «choisie», concept cher à Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal  est contre et François Bayrou est « plutôt » contre. Mais pour des raisons opposées. Elle juge que c’est «profondément opportuniste et injuste à l’égard des pays d’origine», lui affirme : «Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’oeuvre à l’extérieur ?» En mai 2006, lors du vote de la loi sur l’immigration choisie, le groupe UDF s’était déchiré, 13 députés votant pour, 13 s’opposant au texte. Concernant l’immigration «subie», tous deux souhaitent la limiter grâce au codéveloppement. La candidate PS propose d’ «instituer un visa permettant des allers-retours multiples sur plusieurs années afin que les migrations s’adaptent aux besoins réels du marché du travail». Ségolène Royal propose de «régulariser les sans-papiers à partir de critères fondés sur la durée de la présence en France, la scolarisation des enfants et la possession ou la promesse d’un contrat de travail». François Bayrou l’a suivie en se déclarant à son tour favorable à «des régularisations au cas par cas».

Justice : les deux programmes pour le doublement du budget

Ils veulent tous les deux doubler le budget de la justice, et, sur le papier, leurs programmes ne révèlent pas de fractures irréductibles comme avec celui de Nicolas Sarkozy, qui prône des peines planchers et un démantèlement de la justice des mineurs. Ségolène Royal déroule une dizaine de grands thèmes : rétablir la civilité ; être ferme face aux mineurs violents ; faire de la lutte contre les violences conjugales une priorité nationale… Lundi dernier, dans la ville de Nantes traumatisée par le meurtre d’une jeune femme, la candidate socialiste a rajouté une «grande cause nationale» : la lutte contre les délits et les crimes sexuels contre les femmes et les enfants. Les délinquants et criminels sexuels seront envoyés dans des prisons spécialisées, ne seront libérés que si un comité d’experts garantit leur non-violence et leur non-dangerosité, et seront dotés d’un bracelet électronique à la sortie, promet-elle. François Bayrou appelle à une «refondation» sur la base de deux grands principes : indépendance et transparence. Il veut ainsi faire du garde des Sceaux un ministre à part, membre du gouvernement mais présenté par le président au Parlement. L’UDF a voté les deux lois répressives Perben, mais s’est abstenu sur la loi sur la prévention de la délinquance, en décembre 2006.

Sécurité : pour le retour de la police de proximité

Royal et Bayrou ont tous les deux condamné le choix de Nicolas Sarkozy de supprimer la police de proximité pour ne garder qu’une police de répression. Le candidat UDF prône une politique d’équilibre reposant à la fois sur prévention et répression, et propose la création d’un poste de sous-préfet dans les quartiers difficiles. C’est au nom d’un Etat situé au coeur des zones défavorisées que Ségolène Royal défend la création d’une «police de quartier» qui permettrait de rétablir le lien de confiance avec les habitants. Une grosse différence toutefois entre Royal et Bayrou : en 2002 et 2003, l’UDF a approuvé les lois sur la sécurité intérieure défendues par Nicolas Sarkozy.

Santé : des réponses plus précises à gauche
Un point commun d’abord. Si l’un (Bayrou) affirme que «notre système de santé est l’un des plus complets, nos réseaux de solidarité parmi les plus efficaces», l’autre (Royal) ajoute : «La Sécurité sociale est un des acquis du modèle social français, elle fait partie de notre pacte républicain.» Tous les deux ne vont guère plus loin dans l’élaboration de nouveaux modes de financement, s’accordant pour refuser les franchises au frais des patients que propose le candidat Sarkozy. Pour le reste, Bayrou reste flou et Royal se montre plus précise. Elle évoque la création « d’une cinquième branche de la Sécurité sociale pour prendre en charge les questions du grand âge et de la dépendance(handicapés)» ; promet «la gratuité totale des soins pour les moins de 16 ans» et «une carte santé pour les jeunes de 16 à 25 ans» ouvrant droit «à une consultation gratuite par semestre».

Europe : Bayrou contre la Turquie

François Bayrou et Ségolène Royal étaient tous les deux des partisans du oui au référendum. Difficile aujourd’hui de trouver plus que des nuances entre eux sur l’Europe. Ils s’opposent à l’idée de Sarkozy de faire adopter un nouveau traité simplifié par le Parlement. Ils souhaitent que les électeurs se prononcent à nouveau par référendum. Dans le projet de nouvelle constitution Royal insiste sur un volet social. La question de l’adhésion de la Turquie les distingue. Bayrou ­ qui est contre ­ plaide pour un «partenariat privilégié», comme Nicolas Sarkozy. Royal ­ qui y est plutôt favorable ­ a souhaité s’en remettre au «verdict du peuple», tout en jugeant que la Turquie «ne remplit pas aujourd’hui les conditions». Elle souhaite une «pause» dans l’élargissement.

Logement : le PS pour un état plus volontaire contre la spéculation immobilière

Selon la logique de permettre une plus grande offre immobilière pour contrer la spéculation immobilière, la candidate socialiste propose une batterie de propositions plus complète que son adversaire UDF, et centrées sur le rôle de l’Etat. Ségolène Royal annonce la construction de 120 000 logements par an, et surtout la substitution de l’Etat aux communes défaillantes, qui sont légion à ne pas respecter la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU). Celle-ci les oblige, en théorie, à construire 20 % de logements HLM pour favoriser la mixité sociale. François Bayrou propose aussi que dans chaque grand programme immobilier 20 % des surfaces soient consacrés aux logements sociaux. L’UDF s’était désolidarisée de l’UMP qui avait tenté, début 2006, de restreindre la loi SRU.

publié par S. Baron dans: Actualité Politique

Ajouter un commentaire   Commentaire(0)  Trackback(0)  Recommander

Suppléante

michele-pelabere

Michèle Pélabère

Sa biographie synthétique


Adhérer au PS

Vous voulez savoir comment soutenir Emeric Brehier ?

 

 

 

Annuaire gratuit

 

S’abonner au blog

Inscription à la newsletter

Articles récents

Commentaires

Présentation

emeric-brehier

avatar Pseudo: Emeric BREHIERCatégorie: PolitiqueDescription:
Site de campagne pour la candidature d’Emeric Brehier aux législatives 2007 dans la 7ème circonscription de Seine et Marne (Chelles, Lagny, Vaires, Claye-Souilly)Recommander ce blog

Il y a actuellement  19430  personnes connectées à Over-Blog dont  21  sur ce blog

        A W Referencement, Référencement au Québec,
    Référencement bilingue, anglais et français
  Marché États-Unis et international…

Publié dans : Politique | le 20 avril, 2007 |Pas de Commentaires »
1...14061407140814091410...1415

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente