Grave……………………………….(22/03/2019)

Logo Francetv info 07h36
Alerte info
« Il risque d’y avoir des morts » : des soldats de Sentinelle s’inquiètent de leur implication dans les prochaines mobilisations des « gilets jaunes »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 22 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Les Anglais savent ce qu’ils veulent…………….(21/03/20198)

La Première ministre britannique Theresa May, le 20 mars 2019 à Londres (Royaume-Uni). (JONATHAN BRADY / AFP)

Le compteur n’en finit plus de défiler. En pleine incertitude sur le Brexit, une pétition a été mise en ligne, mercredi 20 mars, sur le site du Parlement britannique pour réclamer la révocation de l’article 50 et le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Jeudi 21 mars, peu avant 10 heures, elle avait été signée par plus de 600 000 personnes.

« Le gouvernement a répété à plusieurs reprises que la sortie de l’UE est ‘le vœu du peuple’. Nous devons mettre un terme à cette affirmation, en prouvant la force du soutien public à un maintien dans l’UE. Il n’y aura peut-être pas de nouveau vote, donc votez maintenant », exhorte le texte, lancé par une certaine Margaret Anne Georgiadou.

S’il est improbable que ce texte pousse le gouvernement à changer d’avis, cette initiative va obliger ce dernier à répondre et le Parlement à envisager la tenue d’un débat. En effet, le site du Parlement précise que le gouvernement répondra à une pétition à partir de 10 000 signataires et que les parlementaires en discuteront si elle dépasse la barre des 100 000 signatures.

Publié dans : Non classé | le 21 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Ca chauffe……………………………………..(21/03/2019)

Logo Francetv info 11h44
Alerte info
Affaire Benalla : le Sénat transmet à la justice les cas d’Alexandre Benalla, de Vincent Crase et de trois proches d’Emmanuel Macron
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 21 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………………………(20/03/2019)

Libération 20 mars 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Les ronds-points de croissance

Providentiels gilets jaunes… La croissance française – et l’emploi, qui en dépend largement – devrait se porter honorablement cette année. Mieux : pour la première fois depuis des lustres, la France fera mieux que l’Allemagne en matière d’activité économique. D’où vient ce miracle ? Des gilets jaunes ! En lâchant quelque dix milliards pour apaiser le conflit, auxquels s’ajoute un bon milliard de primes exceptionnelles distribuées par les entreprises, le gouvernement a favorisé le pouvoir d’achat, et donc la consommation, et donc la croissance.

Ce n’était en rien dans ses plans. Orthodoxe en diable, l’équipe Macron avait prévu de modérer la croissance du pouvoir d’achat, de réduire les déficits publics et de favoriser les revenus des entreprises. Le mouvement des ronds-points l’a contraint à faire le contraire. Du coup, les résultats sur l’activité sont meilleurs et le chômage devrait connaître une légère décrue supplémentaire. Les gilets jaunes seraient-ils meilleurs économistes que les spécialistes de l’économie qui nous gouvernent ?

Les orthodoxes rétorqueront que les concessions consenties par les pouvoirs publics vont creuser le déficit extérieur (par augmentation des importations et ralentissement des exportations) et retarder le retour à un meilleur équilibre budgétaire, dans un pays fortement endetté. En fait, on ne le sait pas encore : la croissance accroît aussi les recettes fiscales et facilite donc le rééquilibrage des finances publiques. Keynes pas mort…

Ce paradoxe est plus profond qu’il n’en a l’air. Pour sortir de la crise des gilets jaunes, le gouvernement devra écouter l’opinion, qui s’exprime dans la rue, dans le «grand débat» et par voie de sondage. Or ces trois canaux d’expression disent tous la même chose : les Français demandent une plus grande justice fiscale (avec taxation des hauts revenus, des gros patrimoines et baisse des impôts indirects, comme la TVA sur les produits de première nécessité), un meilleur pouvoir d’achat, de meilleurs services publics. C’est-à-dire le contraire des médications libérales, ou orthodoxes, chères aux «premiers de cordée». Selon un sondage Viavoice de mercredi dernier, 86% des Français estiment qu’il faudra «réorienter la politique économique et sociale» à l’issue du grand débat. Dans quel sens ? Le sondage ne le dit pas mais la réponse n’est pas douteuse, à entendre les revendications exprimées : dans le sens d’une plus grande équité, d’un meilleur pouvoir d’achat, d’un soutien aux services publics. Autrement dit une politique de gauche…

Paradoxe dans le paradoxe, donc : au moment où la gauche politique se traîne dans la confusion et la division, clairement minoritaire dans l’opinion, la même opinion réclame une politique plus égalitaire et plus sociale. La situation devrait être favorable à l’opposition progressiste. Faute de leaders, de projet, de discours, elle est incapable d’en tirer parti. La pression se porte aussi sur le gouvernement. S’il persiste dans la mise en œuvre de son programme, il tourne le dos à l’opinion. S’il écoute l’opinion, il tourne le dos à son programme. Pas facile, la politique, par les temps qui courent…

Laurent Joffrin
Publié dans : Non classé | le 21 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Où comment tourner en rond……………………..(20/03/2019)

Logo Francetv info 17h41
Alerte info
Brexit : le président du Conseil européen annonce qu’un report est « possible » si les députés britanniques adoptent l’accord négocié par Theresa May
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 21 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Brexit en panne…………………………….(20/03/2019)

Le président du Conseil européen Donald Tusk, à Dublin (Irlande), le 19 mars 2019. (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)

Le date du Brexit va-t-elle finalement être repoussée ? Donald Tusk, le président du Conseil européen, a annoncé, mercredi 20 mars, que les dirigeants des pays de l’Union européenne étaient prêts à accorder au Royaume-Uni une « courte extension » de la période précédant son départ de l’UE s’il y avait « un vote positif » des députés britanniques sur l’accord déjà négocié par Theresa May.

Selon Donald Tusk, si le Parlement britannique adopte le projet d’accord de la Première ministre britannique, aucun sommet européen extraordinaire ne sera nécessaire la semaine prochaine. Dans le cas contraire, le président du Conseil européen pourrait rappeler les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE à Bruxelles, où ils se réunissent déjà en sommet jeudi et vendredi de cette semaine.

La durée de l’extension demeure floue

Mercredi, Theresa May a officiellement réclamé à l’Union européenne un report du Brexit jusqu’au 30 juin, conformément à ce qu’elle avait anoncé la veille. « La question reste ouverte quant à la durée d’une telle extension », a précisé Donald Tusk, estimant que le 30 juin était une date trop tardive selon plusieurs Etats membres, et qui fait peser de « graves risques politiques et juridiques » pour l’Union européenne, selon la Commission européenne.

La demande de report du Brexit devra être acceptée à l’unanimité par les dirigeants des 27, qui se réunissent jeudi à Bruxelles pour un sommet. Après deux votes négatifs, Theresa May a annoncé qu’elle avait l’intention de représenter « dès que possible » l’accord de divorce qu’elle a conclu avec Bruxelles aux députés, avec des modifications, sans préciser de date.

msn

Publié dans : Non classé | le 20 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Il a parfois des idées……………………………..(20/03/2019)

Logo Francetv info 13H58
ALERTE INFO
Christophe Castaner demande la dissolution de quatre associations « légitimant le jihad armé »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 20 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Une bonne chose…………………………………..(20/03/2019)

Logo Francetv info 10H31
ALERTE INFO
Violences conjugales : la justice ouvre la voie à l’indemnisation totale d’Aïda, devenue paraplégique après avoir été défenestrée par son compagnon
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 20 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………………..(19/03/2019)

Libération 19 mars 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Brexit : le «speaker» grain de sable

Suspense est un mot anglais. A onze jours d’une échéance attendue depuis trois ans, cette fois, c’est le glorieux passé du Parlement britannique qui se dresse sur la route déjà passablement tortueuse de Theresa May. Exhumant une jurisprudence datant de 1604, le speaker(président) de la Chambre des communes, John Bercow, connu pour ses tonitruantes interventions, a refusé le troisième vote que demande la Première ministre pour faire adopter l’accord tout aussi tortueux qu’elle a conclu avec l’Union européenne. Selon cette vénérable disposition, arrêtée un an après la mort d’Elizabeth Ire, la «reine vierge», quelques années après la victoire anglaise contre l’Invincible Armada (on voit que ce n’est pas tout neuf…), l’exécutif ne peut pas présenter trois fois de suite le même texte aux députés. Il est vrai que ces votes à répétition donnaient une piètre image de la Chambre des communes, appelée à voter comme un automate, le pistolet sur la tempe, sur un compromis dont elle a dit vertement qu’elle ne voulait pas.

La décision a valu à ce Bescow une bordée d’injures tirées par la presse conservatrice contre ce speaker intraitable, aussi retors que Francis Drake, l’amiral élizabéthain vainqueur des Espagnols et admiré par tous les Anglais. On ne sait comment Theresa May va se tirer de ce nouveau piège constitutionnel. Elle comptait sur un virement de bord du petit parti unioniste irlandais (DUP) avec qui elle s’est alliée, qui aurait entraîné dans son sillage une flottille de députés conservateurs. Planche de salut un peu ridicule : ainsi le sort du Royaume-Uni dépend d’une formation marginale qui représente une fraction d’une partie de l’Irlande du Nord, elle-même portion minoritaire de l’île verte. Las ! Bescow a déjoué la manœuvre et Downing Street est de nouveau encalminé.

Pour en sortir, il faudrait que l’Union européenne accepte un report, ce qui modifierait ipso facto le texte et permettrait de lever le veto du speaker.Mais un report pour quoi faire ? S’il s’agit d’un délai technique, rien ne change et madame May risque fort de se heurter de nouveau à une majorité hostile. Si c’est un long report, cette brèche permettra, dit-on, aux partisans d’un Brexit plus soft de manœuvrer pour imposer un accord plus «pro-européen» que l’actuel compromis.

Ceux qui se plaignent de ne plus y comprendre grand-chose auront raison. La politique britannique est désormais un labyrinthe minoen au centre duquel se trouve le Minotaure du «hard Brexit» et dont Ariane May ne tient plus le fil salvateur.

Avec cet amer paradoxe en prime : la volonté populaire, dans cette affaire, est facile à deviner. Les partisans du «remain» – le maintien dans l’Union – représentant un peu moins de la moitié des électeurs (peut-être plus), l’adjonction de leur volonté à celle des Anglais qui souhaitent un «Brexit soft» fait une claire majorité. Les «hard brexiters» ne forment d’une minorité irascible et acharnée. Pourtant le Parlement, abîmé dans des circonvolutions inextricables, a été incapable de traduire cette position en vote majoritaire. Pendant ce temps, le mur se rapproche à grande vitesse.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans : Non classé | le 19 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

Pardon aux pauvres pêcheurs……………………..(19/03/2019)

Logo Francetv info 14H32
ALERTE INFO
Pédophilie dans l’Eglise : le pape refuse la démission de Philippe Barbarin, le cardinal décide tout de même de se « mettre en retrait »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 19 mars, 2019 |Pas de Commentaires »
12345...1337

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente