La lettre de Laurent Joffrin……………….(13/11/2017)

Libération 13 novembre 2017
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Alain et Emmanuel

Juppé aime Macron. Il vient de le dire devant une conférence d’ambassadeurs, pour affirmer que la France est désormais mieux représentée à l’étranger par ce jeune et énergique président. L’affaire, au vrai, n’a rien de sentimental ou d’anecdotique. Elle peut marquer une nouvelle étape dans la destruction créatrice très schumpétérienne infligée par Macron au système politique français. Juppé a ensuite démenti qu’il voulait faire liste commune aux européennes avec les macronistes. Prudence…

L’idée est néanmoins dans l’air. Elle symbolise la possible naissance de deux droites «irréconciliables», selon la formule que Valls appliquait à la gauche. Wauquiez enfourchant le cheval identitaire et eurosceptique, une partie du mouvement LR préfère aller à pied. Ou En marche. Il y avait les «constructifs» de Solère, laborieusement exclus de l’ancienne UMP ; ils pourraient bientôt déborder sur leur ancien parti grâce à Juppé. La ligne de fracture passerait alors au milieu des LR, avec une moitié lepénisée autour de Wauquiez et l’autre, macronisée, autour de Juppé. Bonne affaire pour le Président, qui peut envisager la création d’un vaste espace au centre droit, plus large que la République en Marche. Il faut en effet rappeler qu’en dépit de sa large majorité à l’Assemblée, le mouvement présidentiel n’a pas réuni plus de 24% des électeurs au premier tour, dont une bonne partie ont voté Macron pour bloquer Fillon, et non par adhésion. En cassant LR, Macron peut solidifier sa place au centre du dispositif.

Tout cela reste virtuel et Wauquiez peut encore s’imposer en récupérant des électeurs FN et en marginalisant la «droite molle». Mais s’il échoue, la vie politique se réorganisera autour d’une nouvelle frontière : un bloc européen, libéral et élitiste au milieu, deux forces eurosceptiques, antilibérales et populistes sur sa droite et sur sa gauche. Pas sûr que ce soit un progrès.

Et aussi

Les fans de l’endettement, qu’on ne trouve pas seulement dans la gauche radicale, doivent méditer l’exemple vénézuélien. En recourant à tort et à travers au crédit, sans développer une économie qui soit indépendante du pétrole, le pays s’est mis dans la main de ses créanciers. Il est désormais enfermé dans un dilemme tragique : rembourser sa dette malgré tout, c’est-à-dire couper dans ses importations et maintenir la cruelle pénurie qui frappe les couches populaires en priorité, ou bien faire défaut (c’est-à-dire faire banqueroute) et subir les mesures de rétorsion que ses prêteurs spoliés ne manqueront pas de prendre, par exemple en saisissant ses actifs à l’étranger. Pour sauver la réputation du pays auprès des créanciers, Maduro écarte la deuxième hypothèse. Le peuple vénézuélien en paie le prix. On dénonce le bulldozer des marchés mais on se jette sous ses roues…

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique | le 13 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Flash………………………(13/11/2017)

Publié dans : TERRORISME | le 13 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Lettre du PS…………………………(13/11/2017)

Lettre du PS..............................(13/11/2017) dans Politique upload-file-947102962017

Budget de la sécurité sociale : encore plus d’austérité et d’inégalités !

Bonjour à toutes et à tous,

 

L’Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Inefficace, inégalitaire, baisse de la qualité des soins … Alors que les débats vont commencer au Sénat, le Parti socialiste s’oppose à ce budget d’austérité !

upload-file-30341313112017 dans Politique
Le Président n’est pas le Père Noël, c’est le Père Fouettard: il reprend aux pauvres pour donner aux riches! Nous nous opposons à ce budget de droite et… de droite et appelons à la défense de notre modèle social.
insta-03 pin-03 gplus-03 fb-03 twt-03 in-03 ytb-03 skype-03

Dans l’actualité également

upload-file-9431710112017

Paradise papers : poursuivre la lutte menée depuis 2012

 

Chaque année, 60 à 80 milliards d’euros de recettes fiscales sont perdues en France, mais nous pouvons être fiers de la lutte menée contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux entre 2012 et 2017. Que fait le Gouvernement Macron-Philippe ?

upload-file-9431710112017

COP23 : une étape transitoire, un enjeu politique majeur

 

En 2015, la France organisait la COP21 et faisait signer un accord ambitieux pour le climat. Aujourd’hui, que penser de la COP23, quand Emmanuel Macron et Nicolas Hulot semblent    reculer ?

Lire le communiqué Lire le communiqué
Facebook
Twitter
Instagram
Dailymotion
Flickr
Publié dans : Politique | le 13 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Ne jamais oublier…………………………(13/11/2017)

Publié dans : TERRORISME | le 13 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Merci Jonas, pédant, prétentieux…………….(13/11/2017)

13 novembre: des victimes des attentats dénoncent le mépris de Macron à leur égard

Commémoration le 13 novembre 2016
Commémoration le 13 novembre 2016 – © JOEL SAGET - 
Frédéric Says, correspondant à Paris

Publié à 06h55 

En France, deux ans après les attentats du Bataclan, des terrasses parisiennes et du Stade de France, les survivants craignent d’être oubliés. Des associations de victimes regrettent une attention insuffisante des pouvoirs publics à leur égard.

Newsletter infoRecevez chaque matin l’essentiel de l’actualité

« Je refuse de saluer Emmanuel Macron »: voici comment Michael Dias commence sa lettre ouverte. Il est fils de l’une des premières victimes, tuée par un kamikaze le 13 novembre aux abords du stade de France. Dans ce texte véhément, publié par le site du Huffington Post, Michael Dias dénonce le mépris d’Emmanuel Macron pour les victimes. Il regrette également une stratégie de la banalisation du terrorisme.

Il est vrai que le président français a prévu une commémoration sobre ce lundi. Il ne fait pas de discours, n’inaugure pas de monument. Il a simplement prévu de se recueillir en comité restreint, sur le lieu des attaques.

Traumatisme

Dès le début du mandat d’Emmanuel Macron, les associations de victimes du terrorisme avaient regretté son indifférence « notamment parce qu’il avait supprimé le secrétariat d’Etat chargé de l’aide aux victimes, mis en place sous François Hollande« .

Ces derniers jours, le Premier ministre français a essayé d’apaiser la colère. Il a annoncé la nomination d’une déléguée interministérielle à l’aide aux victimes. Une interlocutrice stable et identifiée, comme le demandaient les associations.

Mais deux ans après les attentats, ces associations se plaignent toujours des très grandes lenteurs administratives dans la prise en charge de leur traumatisme.

Publié dans : MACRON | le 13 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Qu’ils restent là où ils sont……………..(12/11/2017)

Retour de jihadistes français : « Nous sommes face à des gens qui sont davantage déçus que repentis », rappelle François Molins

Près de deux ans après les attentats du 13-Novembre, François Molins, procureur de la République de Paris en charge des questions terroristes, était l’invité de franceinfo. Il a notamment abordé la question du retour des combattants jihadistes en France, davantage « déçus » que « repentis ».

Qu'ils restent là où ils sont.................(12/11/2017) dans Non classé
avatar

franceinfoRadio France

Mis à jour le 10/11/2017 | 10:27
publié le 10/11/2017 | 09:30

Le procureur de Paris, François Molins, le 22 juin 2017.
Le procureur de Paris, François Molins, le 22 juin 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)

François Molins, procureur de la République Paris en charge des questions terroristes, était l’invité de franceinfo vendredi 10 novembre, près de deux ans après les attentats du 13 novembre 2015 qui ont endeuillé la France. Alors qu’est évoquée la débâcle de Daesh dans la zone irako-syrienne, l’Etat français doit faire face au retour de combattants jihadistes sur son territoire.

295 femmes et 28 mineurs de plus de 15 ans

Selon François Molins, les services secrets français estiment à environ 690 les personnes qui se trouvent dans la zone irako-syrienne. Parmi elles, 295 femmes et 28 mineurs combattants de plus de 15 ans. Dans son chiffre, il ne tient pas compte des mineurs non combattants, dont le nombre est estimé à 400. « La majorité des combattants, explique François Molins, sont plutôt tentés par un maintien sur zone et devraient se diluer dans la zone irako-syrienne. La majorité d’entre eux n’a pas envie de revenir en France compte tenu des poursuites judiciaires dont ils font l’objet. » Et pour cause : les personnes identifiées ont, assure le procureur de Paris, été judiciarisées et font l’objet d’un mandat de recherche ou d’un mandat d’arrêt.

 

Le phénomène du retour en France concernerait donc dans la plupart de cas des femmes, le plus souvent des veuves, avec des enfants. Il faut, selon lui, raisonner au cas par cas au regard de deux principes : « Il faut se départir de toute naïveté. Je n’ai pas perçu véritablement de regret dans ce que j’ai entendu. »

Davantage déçus que repentis

Aussi, prévient le magistrat, il s’agit de ne pas confondre la déception, la désillusion et le repentir. « Nous sommes face à des gens qui sont davantage déçus que repentis, indique-t-il. Il faut faire attention : nous allons être confrontés à des mineurs ou des femmes qui ont été souvent formés au maniement des armes. »

Nous faisons face à des appels au jihad qui continuent et qui s’adressent aussi à des mineurs et des femmes en leur demandant d’y prendre une part active.

François Molins, procureur de Parisfranceinfo

Ensuite, la France, rappelle-t-il, n’est pas seule : la plupart de ces personnes ont été arrêtées dans des Etats souverains. La souveraineté des Etats leur donne donc le droit de décider s’ils souhaitent les juger dans leur pays ou les rendre au pays de leur nationalité. Certains risquent d’ailleurs la peine de mort en Irak. « Cela fait partie du paquet souveraineté des Etats. L’Irak a la législation qui est la sienne », a confirmé François Molins.

Outre les Français détenus à l’étranger, actuellement, en France, il y aurait, selon le procureur de Paris, 398 individus mis en examen, dont 260 sont placés en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet dans des affaires liées au terrorisme.

 

Deux ans après les attentats du 13 novembre, l’instruction « est toujours en cours et les juges d’instruction espère clôturer le dossier au printemps 2019″, a déclaré François Molins. Il décrit un dossier « tentaculaire » : « On compte aujourd’hui plus de 220 tonnes de procédures, un peu plus de 28 000 procès-verbaux et on a vraiment été confrontés dans ce dossier à une cellule terroriste d’une ampleur inédite, avec des investigations qui ont révélé de très fortes connections entre les différents attentats du 13 novembre, mais aussi en France et en Belgique. » François Molins ne veut pas se prononcer sur une éventuelle date de procès. L’instruction devrait se poursuivre pendant de longs mois.

Le « difficile » procès Merah

Le procès Merah, lui, a connu son épilogue : Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, auteur des tueries de Toulouse et de Montauban en mars 2012, a été condamné le 02 novembre à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste mais sa complicité n’a pas été reconnue. Ce qui a déçu certaines parties civiles. « C’était un procès difficile, concède le magistrat, avec une forte charge émotionnelle, parce que le principal responsable des attentats n’était pas là. »

« Il n’a jamais été question de faire de ce type de procès une justice spéciale. C’est une époque révolue, estime François Molins. C’est une justice qui fonctionne en respectant les critères et les canons conventionnels et constitutionnels et qui nécessite la même exigence probatoire. C’est une justice spécialisée, pas une justice spéciale. »  »Elle offre au justiciable, quoiqu’il ait fait, les mêmes protections, les mêmes garanties de procédure pénale. »

 

Enfin, le magistrat est revenu sur les dix personnes interpellées mardi en France et en Suisse dans le cadre d’une opération antiterroriste : « C’est, indique-t-il, un groupe d’individus qui correspond sur des réseaux sécurisés et qui tenaient des propos extrêmement violents, évoquant un passage à l’acte dans les mois (à venir), avec des cibles indéterminées le jour où on est intervenus. » François Molins confirme que ces dix personnes ont entre 18 et 65 ans, et qu’« un ancien militaire » se trouve parmi elles, « converti et musulman radical ».

Publié dans : Non classé | le 12 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Sage décision…………………………..(12/11/2017)

Publié dans : Politique | le 12 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Merci Vladimir………………………..(11/11/2017)

Nuage radioactif originaire de Russie : 4 questions sur un probable accident nucléaire

Nuage radioactif originaire de Russie : 4 questions sur un probable accident nucléaire
Un accident nucléaire a probablement été passé sous silence en Russie ou au Kazakhstan. (L’Obs (source IRSN))

L’IRSN a publié une note avertissant de la détection de ruthénium-106 dans le sud-est de la France. La Russie nie toute responsabilité.

Comme un souvenir de Tchernobyl. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a publié jeudi 9 novembre une note d’information intitulée « Détection de ruthénium-106 en France et en Europe », où elle rend publiques les conclusions de son enquête sur un rejet radioactif en provenance de Russie détecté fin septembre.

Cette fuite, qui aurait nécessité une protection des populations si elle était survenue en France, pourrait avoir pour origine un accident nucléaire passé sous silence dans le sud de la Russie ou à la frontière kazakhe. Quatre questions sur un événement mystérieux mais sans conséquence sanitaire pour la population française, selon les autorités nucléaires.

1 – Quelle est la substance détectée ?

Le 4 octobre, l’IRSN donnait l’alerte en signalant la détection d’un radionucléide artificiel, le ruthénium-106, à de très faibles niveaux (quelques millibecquerels par mètre cube d’air) dans le sud-est de la France (stations de La Seyne-sur-Mer, Nice et Ajaccio). La substance avait auparavant été détectée dans l’est de l’Europe, ainsi qu’en Autriche, en Suisse et en Norvège.

Merci Vladimir.............................(11/11/2017) dans Ecologie

L’IRSN a une mission de surveillance nationale de l’atmosphère, et dispose pour cela d’un réseau de stations de collecte d’aérosols par filtration d’air. La présence de ruthénium-106 a été détectée en France pendant deux semaines, du 27 septembre au 13 octobre, ainsi que « dans la plupart des pays européens ».

Le ruthénium-106 est un produit de fission issu de l’industrie nucléaire. Il est par ailleurs utilisé dans le domaine médical pour des traitements par curiethérapie.

2 – Y’a-t-il un danger ?

Dès son premier communiqué, l’IRSN assurait que les « niveaux très faibles de contamination atmosphérique observés à ce jour » étaient « sans conséquence pour l’environnement et pour la santé ». Néanmoins, l’autorité disait « maintenir une vigilance de surveillance ».

Le 9 novembre, l’autorité confirme ce bilan rassurant :

« Les niveaux de concentration dans l’air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et a fortiori en France sont sans conséquence tant pour la santé humaine que pour l’environnement. »Le gouvernement précise de son côté avoir, par précaution, réalisé des « contrôles par sondage sur les champignons importés des pays concernés, qui n’ont révélé aucune contamination à ce jour ». Les champignons sont en effet un aliment particulièrement à risque.

3 – D’où vient le rejet ?

A partir des conditions météorologiques fournies par Météo France et des résultats de mesure disponibles dans les pays européens, l’IRSN a réalisé des simulations afin de localiser la zone de rejet, d’évaluer la quantité de ruthénium rejetée ainsi que la période et la durée de rejet.

S’il est impossible de « préciser la localisation exacte du point de rejet », l’IRSN est en mesure de conclure que « la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural ». Pour cette zone, la quantité rejetée de ruthénium-106 estimée est « très importante » : entre 100 et 300 térabecquerels.

 dans Ecologie(L’Obs / Source IRSN)

Pourtant, aucun pays n’a revendiqué la fuite auprès des autorités nucléaires internationales. « Les entreprises de Rosatom n’ont rien à voir avec la fuite du ruthénium-106″ détectée en Europe, affirme le service de presse de la société d’État russe, qui gère l’activité de toutes les entreprises du secteur nucléaire national.

La société kazakhe Kazatomprom, opérateur national chargé de la production du combustible nucléaire, a également démenti être à l’origine de la fuite :  »Il n’y a pas de sites au Kazakhstan d’où une éventuelle fuite de cette substance pourrait se produire », assure son service de presse.

4 – Y’a-t-il eu un accident nucléaire ?

Le rejet est « accidentel eu égard à la quantité rejetée », affirme l’IRSN.

« Les conséquences d’un accident de cette ampleur en France auraient nécessité localement de mettre en œuvre des mesures de protection des populations sur un rayon de l’ordre de quelques kilomètres autour du lieu de rejet. »En ce qui concerne les denrées alimentaires, des mesures auraient été prises sur plusieurs dizaines de kilomètres, ajoute l’autorité.

La pollution ne peut pas provenir d’un réacteur nucléaire, car d’autres éléments radioactifs que le ruthénium-106 auraient été alors détectés. L’IRSN formule deux hypothèses d’origine de la fuite :

  • Des installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication des sources radioactives
  • Les conséquences de la rentrée dans l’atmosphère d’un satellite équipé d’un générateur thermoélectrique à ruthénium. L’AIEA n’a pas eu connaissance d’une telle retombée de satellite.

« En conséquence, l’IRSN a, dans ses investigations, fait l’hypothèse d’un rejet issu d’une installation. »« Le problème pour nous n’est pas au niveau du territoire français mais de l’urgence à identifier l’origine de cette contamination », alerte auprès de BFMTV Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire et directeur du laboratoire de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité). « Si cette contamination vient bien d’une installation terrestre, il peut y avoir eu depuis plusieurs semaines une exposition aux radiations des travailleurs, des riverains. »

« Soit l’installation à l’origine de ces rejets n’en est même pas consciente, soit il y a une dissimulation par les autorités du pays. Dans les deux cas, c’est grave.T.V.

Publié dans : Ecologie | le 11 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

In memoriam…………………………(11/11/2017)

 » Bien sur les années ont passé,

On est devenu des copains,*

A l’Amicale des Fusillés

On dit qu’ils sont tous morts pour rien »

Michel Sardou

Publié dans : Non classé | le 11 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Terrorisme………………………(11/11/2017)

Publié dans : TERRORISME | le 11 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »
12345...1203

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente