Petit rappel……………………………..(17/05/2017)

Gérard Collomb, nommé ministre de l’Intérieur, au rang de ministre d’Etat

Le gouvernement du nouveau Premier ministre Edouard Philippe, dévoilé mercredi après-midi, compte 22 membres dont trois ministres d’Etat et quatre secrétaires d’Etat. Les voici en images.

Un premier gouvernement ouvert, paritaire et resserré. Emmanuel Macron a nommé mercredi un gouvernement de 22 membres dont trois ministres d’Etat. Figure de la cause environnementale, Nicolas Hulot intègre pour la première fois un gouvernement à 62 ans, après avoir été sollicité par François Hollande et Jacques Chirac. Il a été pendant trois ans «l’envoyé spécial pour la planète» de François Hollande dans la perspective de la Conférence de Paris sur le climat de 2015.

A gauche, Gérard Collomb hérite de l’Intérieur. Membre de l’aile droite du PS, sénateur-maire de Lyon, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, en larmes pendant la passation des pouvoirs dimanche à l’Elysée, il intègre pour la première fois, à bientôt 70 ans, un gouvernement. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de François Hollande pendant cinq ans, devient ministre des Affaires étrangères. Un seul autre membre de l’équipe sortante de Bernard Cazeneuve reste au gouvernement : Annick Girardin, qui obtient le portefeuille de l’Outre-mer.

Bercy passe à droite

A droite, dans la foulée de la nomination d’Edouard Philippe à Matignon, Bruno Le Maire est nommé ministre de l’Economie. Le sarkozyste Gérald Darmanin est nommé ministre de l’Action et des Comptes publics.

Le gouvernement fait également la part belle aux centristes, avec le retour, pour la première fois depuis 1997 au sein d’un exécutif, de François Bayrou, accompagné de Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, et Sylvie Goulard, qui hérite des Armées.

Parmi les fidèles d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand, député PS sortant et secrétaire général de La République En Marche!, devient ministre de la Cohésion et des Territoires. Jacques Mézard, patron du groupe RDSE (radicaux) au Sénat, est nommé ministre de l’Agriculture. L’actuel directeur général de l’Essec Jean-Michel Blanquer est nommé ministre de l’Education nationale. L’éditrice Françoise Nyssen hérite du portefeuille de la Culture. Agnès Buzyn est nommée ministre des Solidarités et de la Santé. Muriel Pénicaud obtient le portefeuille du Travail.

L’ancienne championne d’escrime Laura Flessel est, elle, nommée ministre des Sports.

Le gouvernement dirigé par Edouard Philippe (LR) compte également quatre secrétaires d’Etat rattachés à Matignon : Christophe Castaner hérite des Relations avec le Parlement et devient porte-parole du gouvernement, Marlène Schiappa de l’égalité homme-femme, Sophie Cluzel des Personnes handicapées et Mounir Mahjoubi du Numérique.

Voici la liste selon l’ordre protocolaire :

- Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur: Gérard Collomb
- Ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire: Nicolas Hulot
- Ministre d’Etat, Garde des Sceaux, ministre de la Justice: François Bayrou

 

- Ministre des Armées: Sylvie Goulard – Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères: Jean-Yves Le Drian
- Ministre de la Cohésion des Territoires: Richard Ferrand
- Ministre des Solidarité et de la Santé: Agnès Buzyn
- Ministre de la Culture: Françoise Nyssen
- Ministre de l’Economie: Bruno Le Maire
- Ministre du Travail: Muriel Pénicaud
- Ministre de l’Education nationale: Jean-Michel Blanquer
- Ministre de l’Agriculture et de l’alimentation: Jacques Mézard
- Ministre de l’Action et des comptes publiques: Gérald Darmanin
- Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation: Frédérique Vidal
- Ministre des Outre-mer: Annick Girardin
- Ministre des Sports: Laura Flessel
- Ministre auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports: Elisabeth Borne
- Ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes: Marielle de Sarnez

 

- Chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement: Christophe Castaner
- Chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes: Marlène Schiappa
- Chargée des personnes handicapées: Sophie Cluzel
- Chargé du numérique: Mounir Mahjoubi

Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Foutez moi ça dehors………………….(17/05/2017)

Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Circulez, y a rien à voir……………………..(17/05/2017)

Publié dans : Non classé | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Bon appetit Messieurs, consdillers vertueux……..(17/05/2017)

Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Le nouveau gouvernement……………….(17/05/2017)

Nouveau gouvernement: la liste complète 1/24

logo de BFMTV BFMTV

Ivan ValerioIl y a 1 heure
Le nouveau gouvernement...................(17/05/2017) dans INFORMATION© Fournis par BFMNews 

Emmanuel Macron a promis une équipe resserrée, compatible avec le renouvellement politique mis en avant pendant l’élection présidentielle. Depuis le perron de l’Elysée, le secrétaire général Alexis Kohler, a dévoilé cette liste.

Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères: Jean-Yves Le Drian

Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur: Gérard Collomb.

Ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire: Nicolas Hulot.

Ministre d’Etat, ministre de la Justice: François Bayrou

 

Ministre des Armées: Sylvie Goulard.

Ministre des Solidarités et de la Santé: Agnès Buzyn.

Ministre de l’Economie: Bruno Le Maire

Ministre de l’Action et des comptes publics: Gérald Darmanin

Ministre de l’Outre-Mer: Annick Girardin

Ministre de la Cohésion des territoires: Richard Ferrand

Ministre des Sports:Laura Flessel

Ministre du Travail: Muriel Pénicaud

Ministre de l’Education nationale: Jean-Michel Blanquer

Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation: Jacques Mézard.

Ministre de la Culture: Françoise Nyssen

Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation: Frédérique Vidal

Ministre, auprès du ministre d’Etat, en charge des Transports: Elisabeth Borne.

Ministre en charge des Affaires européennes: Marielle de Sarnez

 

Secrétaire d’Etat, en charge des relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement: Christophe Castaner

Secrétaire d’Etat, en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes: Marlène Schiappa.

Secrétaire d’Etat, en charge des personnes handicapées: Sophie Cluzel.

Secrétaire d’Etat en charge du numérique: Mounir Mahjoubi.

Le premier conseil des ministres doit se réunir, à l’Elysée, ce jeudi 18 janvier, à 11 heures.

Ce premier gouvernement est celui qui va devoir affronter les élections législatives. Il panache des responsables de droite, de gauche, du centre et de la société civile. Edouard Philippe, le Premier ministre, a lui été nommé dès lundi.

Publié dans : INFORMATION | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

A la soupe…………………….(17/05/2017)

Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………….(17/05/2017)

Libération 17 mai 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Macron et les plaideurs

En marche dans un champ de ruines… On ne sait où en sont les électeurs, mais il est clair que leurs représentants traditionnels sont au fond du trou. Macron s’avance dans un paysage politique dévasté. Pour recomposer, il faut d’abord décomposer : l’opération est un franc succès. Détruire, dit-il…

La droite ne sait plus où elle habite : les juppéistes et autres modérés veulent coopérer avec le centre macronien, les autres se débattent pour survivre sur une ligne dure dont les soutiens se ramollissent. Au PS, Cambadélis se démène non pour «garder la vieille maison» selon la formule de Léon Blum au congrès de Tours, mais pour l’empêcher de tomber en morceaux. Tâche herculéenne : Solférino ressemble à la maison Usher d’Edgar Poe, avec une énorme lézarde au milieu de sa façade, d’un côté ceux qui veulent s’opposer, Hamon en tête, de l’autre ceux qui voient dans Macron le jeune continuateur de la vieille social-démocratie, avec lequel il faut pactiser comme aux beaux temps de la Quatrième.

Malgré ses dix millions de voix et son assise populaire, le FN tremble sur ses bases. Marine Le Pen a disparu, sa nièce Marion a jeté l’éponge, l’allié d’un jour Dupont-Aignan a explosé en vol et Philippot ne se sent pas très bien. Continuer dans le registre ni droite ni gauche, ou bien revenir aux fondamentaux de Jean-Marie ? Etre ou ne pas être une extrême droite de droite ? That is the question. Seul Mélenchon garde la pêche, comme disait Juppé, fort de ses presque 20% à la présidentielle qui lui promettent, sur le papier en tout cas, un groupe conséquent à l’Assemblée. Encore faut-il transformer l’essai, c’est-à-dire passer dans les circonscriptions le seuil fatidique des 12,5% des inscrits au premier tour, puis rassembler au second. Or le rassemblement n’est pas le fort de la France insoumise, qui veut surtout rayer de la carte ses concurrents à gauche, PCF et PS, lesquels n’ont pas l’intention de se laisser faire. Même à Marseille, où il a réalisé un score canon, Mélenchon devra battre Mennucci, qui est un coriace. Bref, c’est la guerre de tous contre tous. Les plaideurs se disputent l’huître avec force arguties. Si cela continue, on connaît la fin de la fable : Macron arrive et gobe l’huître.

Et aussi

Fillon toujours aussi filou. On apprend en lisant le Canard que sa plainte contre le journal porte sur un aspect parfaitement mineur du dossier, un intervalle de deux ans pendant lequel Pénélope Fillon aurait fait autre chose que ce qu’avait écrit le volatile. Le Canard maintient ses affirmations. On connaît l’entourloupe : on laisse de côté la poutre et on ergote sur la paille, de manière à pouvoir dire ensuite qu’on a fait condamner l’hebdomadaire. Tactique d’avocat qui ne change rien au fond de l’affaire.

Marion Maréchal Le Pen a-t-elle vraiment raccroché les gants? Elle vient de dire à Valeurs actuelles qu’elle verrait d’un bon œil un rapprochement avec une droite dirigée par Laurent Wauquiez. Pendant ce temps Marine Le Pen, si elle se présente à Hénin-Beaumont, trouvera en face d’elle une candidate adoubée par son père Jean-Marie. Les Atrides de Montretout continuent d’amuser le tapis.

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Cinq infos…………………………..(17/05/2017)

Logo Francetv info 17 mai 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos des législatives aujourd’hui
Macron ne prend pas de risques sur ses ministres, LR se divise, Philippot agace le FN
Macron ne prend pas de risques sur ses ministres, LR se divise, Philippot agace le FN
Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, franceinfo vous résume ce qu’il ne faut pas rater des élections législatives des 11 et 18 juin, après la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. Voici l’essentiel à retenir du mercredi 17 mai.

#1 Emmanuel Macron ne veut prendre aucun risque sur ses ministres

Retard à l’allumage. Initialement prévue pour mardi soir, l’annonce de la composition du gouvernement d’Edouard Philippe a été décalée à mercredi, 15 heures. Il s’agit officiellement de laisser le temps aux vérifications de l’administration fiscale et de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, pour éviter de nouvelles affaires Thévenoud ou Cahuzac. « Soit on les faisait travailler à un train d’enfer, au risque de laisser passer quelque chose. Soit on leur laissait du temps pour travailler dans la sérénité », explique à franceinfo l’entourage d’Emmanuel Macron.

#2 LR se divise face au gouvernement d’Edouard Philippe

Plusieurs membres du parti Les Républicains pourraient rejoindre le gouvernement d’Edouard Philippe. Une décision qui sème la confusion dans les rangs de la droite. D’un côté, 171 élus de la droite et du centre ont signé un appel pour être « à la hauteur » de la situation politique. En réponse, un contre-appel avec 577 candidats LR/UDI (en réalité un peu moins) formule un engagement à porter un projet qui « n’est évidemment pas celui des candidats En marche ! ».

#3 Florian Philippot agace le FN avec son association « Les Patriotes »

Florian Philippot cherche à peser sur la ligne du Front national. Le vice-président du FN vient de créer une association au sein de son parti, nommée « Les Patriotes ». « J’apporte ma pierre. Je veux qu’on construise la victoire de Marine », explique-t-il sur France 2. Un certain nombre d’élus frontistes, dont Louis Aliot, critiquent cette initiative. Dans Le Figaro, le député Gilbert Collard indique ne comprendre ni le « sens » ni « l’intérêt » du projet.

#4 Francis Lalanne veut défier Manuel Valls aux législatives

Le chanteur se dit « choqué » par Manuel Valls. En réaction, Francis Lalanne a décidé de se présenter aux élections législatives en tant que suppléant de Jacques Borie, candidat indépendant dans la circonscription de l’ancien Premier ministre, la première de l’Essonne. « Manuel Valls est le symbole du paradigme politique que nous voulons changer. Il incarne à lui tout seul cette politique politicienne que nous dénonçons », explique l’artiste dans Le Parisien.

#5 Jean-Marie Le Pen monte une alliance pour présenter des candidats face au FN

La droite de l’extrême droite. Jean-Marie Le Pen, Carl Lang et Alain Escada, présidents respectifs des Comités Jeanne, du Parti de la France et des catholiques de Civitas souhaitent présenter ensemble 150 à 200 candidats pour les élections législatives. L’alliance appelée « Union des patriotes » sera concurrente du Front national. Si Marine Le Pen se lance comme prévu sur la circonscription d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), elle trouvera un candidat soutenu par son père en face d’elle.

Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

L’édito de Johan Hufnagel…………………(17/05/2017)

Facebook Twitter

Docteur Maboul

ÉditoIl y a un peu plus d’un an, Donald Trump n’était alors qu’un simple prétendant à la Maison Blanche. Comme à son habitude, il avait attaqué l’épouse de son concurrent Ted Cruz, se moquant de son apparence, via un tweet totalement répugnant. Appelé à s’expliquer sur CNN, Trump finit par lâcher un «c’est lui [Cruz] qui a commencé !» «L’argument d’un enfant de 5 ans», le tança son intervieweur. Un an plus tard, plus de cent jours après la nomination de Trump, cette remarque résonne encore. Les observateurs, journalistes, experts, politiques, adversaires écarquillent un peu plus les yeux devant chaque sortie du président américain. Jour après jour, on a découvert qu’il était mal préparé, inculte, non professionnel, menteur, etc. Voici qu’on apprend qu’il fait le malin, et qu’au lieu de montrer ses biscotos comme le ferait un môme de 5 ans, il dévoile des infos qui devraient rester confidentielles. Agir comme un enfant de 5 ans, ça peut avoir du bon : Donald Trump peut désarçonner n’importe lequel de ses adversaires. Mais se comporter comme un kid capricieux et sensible à la flatterie est problématique quand la chambre d’enfant est le Bureau ovale. Si les informations publiées dans le Washington Post sont exactes, elles donnent deux indications importantes aux alliés et aux partenaires de Trump. La première, c’est que donner des informations à la présidence américaine pose le risque que ces informations se retrouvent dans des mauvaises mains. La seconde, c’est qu’il est manifestement tout aussi facile de manipuler un enfant de 5 ans que le locataire de la Maison Blanche. Il va falloir ajouter le Docteur Maboul et «caca boudin» dans la liste des must have pour préparer les futurs diplomates.

Johan Hufnagel

Liberation.fr
Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Sage conseil…………………….(17/05/2017)

Juppé à Édouard Philippe 1/14

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) pour l'année 2016 est estimée à +1,1%, a annoncé mardi l'Insee.

La croissance française revue et corrigée pour les trois dernières années
D’après Le Canard enchaîné de ce mercredi, Alain Juppé aurait déconseillé au nouveau locataire de Matignon, dont il est proche, d’accepter l’offre d’Emmanuel Macron.

Alain Juppé, ici à Bordeaux le 23 avril 2017, a lui-même été Premier ministre de 1995 à 1997.© afp.com/GEORGES GOBET Alain Juppé, ici à Bordeaux le 23 avril 2017, a lui-même été Premier ministre de 1995 à 1997.Alors que ses rêves d’accéder à la présidence de la République se sont fracassés sur François Fillon lors de la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé a tout de même vu l’un de ses proches, Édouard Philippe, devenir Premier ministre d’Emmanuel Macron.

Pourtant, d’après Le Canard Enchainé de ce mercredi, Alain Juppé aurait fortement déconseillé à son ancien porte-parole d’accepter d’entrer à Matignon. « Vous allez passer pour un traître. Vous allez être lâché par tout le monde », l’aurait-il prévenu dimanche soir par téléphone, avant d’annoncer: « Je pourrai vous soutenir individuellement mais pas politiquement. »

« Prenez un gros ministère comme la Défense »

En effet, depuis l’annonce de sa nomination, Édouard Philippe affronte les critiques de son propre camp. Si une vingtaine de députés ont appelé leur famille politique à saisir « la main tendue » par Emmanuel Macron, François Baroin qui mènera Les Républicains aux législatives, ou encore Bernard Accoyer, secrétaire général du parti, ont expliqué qu’Édouard Philippe s’était exclu de lui-même.

Conscient que l’offre était difficile à refuser, Juppé se serait alors, selon Le Canard, fendu d’un dernier « conseil d’ami ». « Je sais que Matignon ne se refuse pas, mais n’y allez pas. Prenez un gros ministère, comme la Défense », aurait-il confié.

 

_______________________________________

Publié dans : Politique | le 17 mai, 2017 |Pas de Commentaires »
12345...1118

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente