Attention……………………………(06/02/2020)

Logo Francetv info 14H31
ALERTE INFO
Réforme des retraites : l’Unsa-RATP appelle à un « lundi noir » dans le métro et le RER en Ile-de-France le 17 février
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : GREVES | le 6 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Choix cornélien ? (06/02/2020)

Pour « l’Obs », l’institut Ipsos a réuni un panel d’électeurs de gauche qui ont voté pour Emmanuel Macron en 2017. Près de trois ans plus tard, leur jugement est sévère et tous ne revoteraient pas pour lui s’il se retrouvait confronté à Marine Le Pen.

   

L’expérience s’est déroulée dans la salle à manger de « l’Obs », un mercredi soir de la fin du mois de janvier. Une quinzaine d’électeurs sélectionnés par Ipsos ont débattu à bâtons rompus pendant plus de deux heures trente. Le thème de la soirée ? Emmanuel Macron vu par des électeurs de gauche. Car Romain, Jessica, Marie-Florence, Emma, Samir (certains prénoms ont été changés) et les autres ont un point commun : ils ont toujours voté à gauche… jusqu’à l’élection présidentielle de 2017.

Lors de ce scrutin, en effet, par choix ou par nécessité, ils ont glissé dans l’urne un bulletin au nom d’Emmanuel Macron, assurant ainsi son triomphe… Certains l’ont fait dès le premier tour. D’autres sont d’abord restés fidèles au Parti socialiste en optant pour Benoît Hamon. Comment expliquent-ils aujourd’hui leur suffrage pour le candidat « en marche » ? Quel regard portent-ils sur l’action du président de la République qui promettait d’être « et de gauche et de droite » ? Seraient-ils prêts à revoter pour lui si l’occasion se représentait en 2022 ? « Nous n’avons pas retenu les profils des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, dont l’opinion est déjà arrêtée », explique Brice Teinturier, directeur général d’Ipsos France. Il n’empêche. Au terme d’échanges passionnés, la déception et même la colère des panélistes de « l’Obs » à l’égard du président sont clairement apparues. Jusqu’où ira la rupture ?

 

Publié dans : ELECTIONS | le 6 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Merci Macron………….(06/02/2020)

INÉGALITÉS – La politique budgétaire et fiscale menée depuis 2018 a favorisé le pouvoir d’achat des plus aisés au détriment des plus modestes, selon un rapport d’économistes publié mercredi. Des conclusions contestées par le gouvernement et Bercy, qui défend sa politique.

06 févr. 04:35 – La rédaction de LCI
« Président des riches ». C’est l’image qui colle à Emmanuel Macron depuis son arrivée à l’Élysée en mai 2017, et elle s’est encore renforcée avec le mouvement des Gilets jaunes, qui s’est cristallisé sur les enjeux de pouvoir d’achat. Plusieurs rapports d’économistes publiés ces derniers mois montraient déjà que les ménages modestes n’avaient pas été les plus gagnants de la hausse globale du pouvoir d’achat, estimée à 17 milliards d’euros entre 2018 et 2020. Un gain qui représente « quelque chose de totalement massif » et un « effort sans précédent », défend-on à Bercy.

Mais le rapport publié mercredi par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), organisme plutôt classé à gauche, va plus loin : selon ses calculs, « plus des deux tiers des ménages appartenant aux 10% les plus modestes affichent des pertes de revenu disponible » sur la période, quand le reste des Français l’ont vu augmenter.

Voir aussi
 LCI
Publié dans : Economie | le 6 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Retraites…………….(06/02/2020)

« Retrait d’un projet injuste et dangereux ! » Depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites il y a deux mois, le mot d’ordre de la CGT, FO, Solidaires, de la FSU et d’organisation de jeunesse (UNEF, MNL, UNL) n’a pas changé. Tandis que le texte a démarré cette semaine son parcours à l’Assemblée nationale, les opposants au projet doivent descendre dans la rue jeudi 6 février.

Des rassemblements et manifestations sont prévus un peu partout en France. Dans la capitale, le cortège partira à la mi-journée de la Gare de l’Est vers la place de la Nation. Lors du huitième appel à une journée interprofessionnelle le 29 janvier, la mobilisation avait marqué le pas, avec 108 000 manifestants en France selon le ministère de l’intérieur, contre 249 000 lors de la journée précédente, le 24 janvier.

Participation aux manifestations contre la réforme des retraites

La CGT n’a pas communiqué de chiffres nationaux pour la journée du 29 janvier.


 Le Monde
Publié dans : RETRAITES | le 6 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Bravo………………………………………..(06/02/2020)

Logo Francetv info 07H36
ALERTE INFO
« Nous ne serons plus celles qui encaissent » : après l’affaire Matzneff, des personnalités du monde littéraire réclament la fin de la « loi du silence »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : "AFFAIRES" | le 6 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Retraites………….(05/02/2020)

Les syndicats opposés à la réforme appellent à faire grève et manifester jeudi, lors d’une neuvième journée d’action interprofessionnelle. Mais ils lorgnent aussi le calendrier parlementaire.

  • Retraites : la mobilisation se poursuit «sans trêve»

Ils n’ont pas dit leur dernier mot. Jeudi, les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, ainsi que des organisations de jeunesse, appellent à une neuvième mobilisation interprofessionnelle pour réclamer le retrait de la réforme des retraites du gouvernement, dont l’examen a commencé à l’Assemblée. A Paris, le cortège partira à 13h30 de la gare de l’Est pour rejoindre la place de la Nation. «Le soutien de la population au mouvement social s’amplifie, des initiatives unitaires sont prises sur tout le territoire, les journées de grèves et de manifestations du vendredi 24 et du mercredi 29 janvier ont encore rassemblé des centaines de milliers de personnes. C’est la preuve d’un rejet massif des propositions portées par le gouvernement», écrivaient-ils fin janvier, au soir de leur dernière mobilisation. Un rendez-vous qui avait rassemblé des milliers de manifestants, certes moins nombreux qu’au premier jour du mouvement, mais toujours déterminés, selon les centrales.

«Même le Conseil d’Etat nous donne raison»

«Il n’y aura pas de trêve», préviennent les syndicats. «On est convaincus de nos analyses, on va pas dire qu’on laisse tomber maintenant, entonne Yves Veyrier, le secrétaire général de FO. Même le Conseil d’Etat nous donne raison en montrant que le gouvernement ne respecte ni les organisations syndicales ni les institutions de la République.» «Il faut continuer, il y a encore des secteurs à mobiliser et on poursuit notre travail de proximité pour les convaincre de nous rejoindre», explique de son côté Céline Verzeletti, du bureau confédéral de la CGT. Dans les prochains jours, la centrale va imprimer et diffuser un nouveau tract à un million d’exemplaires pour mieux faire connaître ses propositions alternatives sur les retraites.

 Liberation.fr
Publié dans : RETRAITES | le 5 février, 2020 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………..(05/02/2020)

Libération 05 février 2020
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Démocrates en hiver

Tout un symbole. Alors que le caucus de l’Iowa lance traditionnellement la course à l’investiture démocrate – et permet parfois au futur président (comme pour Obama en 2008) de se détacher du lot, une panne technique difficilement compréhensible a empêché la promulgation des résultats. Il a fallu attendre deux jours pour avoir un résultat à peu près fiable, même s’il ne comptabilise que 71% des votes. Pete Buttigieg l’emporterait d’une courte tête devant Bernie Sanders, Elizabeth Warren serait en troisième position et Joe Biden aurait fait… un bide. Désastreux cafouillage, dont les partisans de Trump font évidemment des gorges chaudes.

Au même moment, le président prononce un triomphal discours sur «l’état de l’Union», après avoir ridiculisé ses adversaires empêtrés dans ce caucus devenu le chaos de l’Iowa. Il devrait aussi sortir à son avantage de la procédure de destitution qui devait le faire trébucher, grâce au vote au canon de la majorité républicaine du Sénat. Indignés par le marchandage éhonté du président, qui a voulu échanger en Ukraine, contre une aide militaire, des informations compromettantes pour Joe Biden, les démocrates lui ont tendu un piège dans lequel ils sont eux-mêmes tombés. Acquitté contre toute raison mais sauvé par sa majorité, Trump pourra plastronner pendant toute la campagne en clamant partout qu’il a été blanchi alors qu’il est noir comme le charbon dont il fait sans cesse l’éloge, en climato-négationniste assumé.

Tout cela ne présage rien de bon. Cette présidence imprévisible, foutraque, ubuesque, garde ses partisans perinde ac cadaver. Ses opposants se divisent tels les Curiaces face à Horace, les uns sont trop verts, les autres chenus à l’envi et le parti n’a pas de stratégie, hésitant toujours entre la ferveur militante d’un Sanders et le centrisme mou d’un Buttigieg ou d’un Biden. L’économie continue de se bien porter, le libéralisme intérieur du président creuse les inégalités, mais continue de créer des emplois qui maintiennent le chômage à un niveau historiquement bas. Les foucades protectionnistes de Trump plaisent à sa base – elles ont même permis de diminuer le déficit commercial avec la Chine. Sa xénophobie permanente consolide son socle électoral. Les sondages du président sont revenus à un étiage plutôt élevé.

Libre-échangistes, multilatéralistes, multiculturalistes, les démocrates ne réussissent toujours pas à rétablir l’ancienne alliance des minorités et des «blue collars» de la classe salariale qui a porté Roosevelt, Kennedy ou Clinton au pouvoir. La gauche et les classes populaires : casse-tête universel qui laisse le champ libre aux populistes. Aux Etats-Unis comme en Europe.

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans : ACTUALITES | le 5 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Et vive le sport……………………..(05/02/2020)

Logo Francetv info 07H31
ALERTE INFO
Violences sexuelles dans le patinage : pourquoi Roxana Maracineanu ne peut-elle pas limoger Didier Gailhaguet, le président de la fédération ?
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : "AFFAIRES" | le 5 février, 2020 |Pas de Commentaires »

LREM titube……………….(04/02/2020)

Circulaire Castaner et projet de loi retraites mis en cause par le Conseil d’Etat, dissidences aux municipales, extension du congé de deuil refusée, liberté de blasphémer… Le gouvernement et la majorité enchaînent les couacs en quelques jours.

  • La République en marche s’embourbe dans les bourdes

«Je vous rassure, ce n’est pas notre stratégie de tout faire foirer.» A l’instar de ce conseiller ministériel, ils sont nombreux dans la majorité à compter les pots cassés ces dix derniers jours. La séquence avait pourtant tout pour renforcer un gouvernement qui venait de surmonter, en décembre, la plus grande grève en France depuis 1968. Après un premier «compromis» trouvé pour la réforme des retraites avec une partie des syndicats, l’exécutif voyait aussi le ciel économique s’éclaircir : baisse record des inscrits à Pôle Emploi depuis 2008, investissements étrangers et nombre d’apprentis en hausse… Sans compter la baisse de l’impôt sur le revenu qui devait sauter aux yeux de 95% des Français à la lecture de leur bulletin de paie de janvier. De quoi permettre de défendre un premier «bilan» de la politique économique d’Emmanuel Macron avant d’ouvrir une nouvelle phase : arrivée du projet de loi retraites au Parlement, propositions sur les fronts annoncés par le chef de l’Etat dans ses discours.

Publié dans : Non classé | le 5 février, 2020 |Pas de Commentaires »

Un p’tit coup en douce ? (04/02/2020)

Logo Francetv info 13H16
ALERTE INFO
Municipales : les villes entre 3 500 et 9 000 habitants seront finalement comptabilisées dans les résultats nationaux
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : ELECTIONS | le 4 février, 2020 |Pas de Commentaires »
123456...1415

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente