La lettre de Laurent Joffrin………..(03/09/2018)

Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Le vrai remaniement

Quand tout va mal, on accuse la communication. Ainsi la sévère chute de l’équipe Macron dans les sondages d’opinion est-elle imputée, non à la politique menée, qui est réaffirmée, mais aux carences de sa mise en scène. Dans le «storytelling», ce n’est pas la «story» qui change, mais le «telling». Figure classique de la vie gouvernementale : les «communicants» sont toujours les boucs émissaires des déconvenues gouvernementales. Le mini-remaniement de mardi se double donc d’un maxi-remaniement de la cellule communication de l’Elysée.

Première victime probable : Bruno Roger-Petit, porte-parole. On lui reprocherait son arrivée tardive dans la «team Macron» – drôle de reproche – et la mauvaise habitude qu’il aurait prise de débiner ses collègues élyséens, ce qui a dû les agacer. Même si, selon toute probabilité, ils ne se sont pas privés de lui rendre la pareille. Victime expiatoire ? C’est bien possible. L’accusation met en exergue sa réaction maladroite aux premières révélations de l’affaire Benalla. Il est vrai que son premier poulet officiel, enregistré dans la salle de presse de l’Elysée, a été ensuite démenti cruellement par les faits. Mais s’il a donné des fausses informations, c’est peut-être qu’il n’en avait pas d’autres. D’où venait donc le «fake démenti» qu’il a imprudemment dégainé, sinon de plus haut ? On a le sentiment qu’il était surtout un soldat qu’on envoie en terrain découvert sans armes et sans informations, tandis que les véritables responsables faisaient courageusement le gros dos.

Un certain Sylvain Fort, spécialiste de la littérature romantique allemande, devrait lui succéder pour reprendre en main le chœur des Mercure macroniens. Au moins ce fan de Goethe saura raconter de belles histoires sur les souffrances du jeune Emmanuel… Si les journalistes se plaignent des communicants élyséens, c’est peut-être aussi parce qu’ils perçoivent dans le fonctionnement quotidien de l’Elysée un discret mais abyssal mépris du macronisme envers la presse. C’est un point commun avec Donald Trump, qui a, lui, le mérite de dire tout haut ce qu’il pense. A quoi bon entrer dans les raisons d’un pouvoir qui, de toute manière, tient ses interlocuteurs pour une bande de farceurs et d’escrocs ?

Le problème, c’est que la condescendance du pouvoir envers l’extérieur n’est pas ressentie seulement par les journalistes, mais à peu près de la même manière par une grande partie de l’opinion, comme en témoigne le dévissage spectaculaire du gouvernement dans les sondages. Les Gaulois «réfractaires au changement» (dixit le Président) goûtent peu qu’on les tienne pour des franchouillards engoncés dans leur conservatisme. César, qui fut jadis l’adversaire implacable desdits Gaulois, se gardait de tout mépris à leur égard. Au contraire, il ne cessait de louer leur courage, ce qui lui permettait de rehausser ses propres victoires.

Naguère, John Fitzgerald Kennedy avait composé son équipe de la Maison Blanche en faisant appel, disait-il, aux meilleurs et aux plus intelligents («the best and the brightest»). Les auxiliaires d’Emmanuel Macron n’ont pas éprouvé le besoin de le faire : ils se sentaient déjà eux-mêmes the best and the brightest.

C’est Gérard Collomb qui a peut-être donné le fin mot de l’affaire, dans une confession candide : «Peut-être, les uns ou les autres, nous avons manqué d’humilité […] J’étais dans le temps professeur de grec. En grec, il y a un mot qui s’appelle « hubris », c’est la malédiction des dieux. Quand, à un moment donné, vous devenez trop sûrs de vous, vous pensez que vous allez tout emporter.» Une sagesse jupitérienne.

Laurent Joffrin
desirdavenir77500
Publié dans : Non classé | le 6 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

Quel gouvernement de mer………………(06/09/2018)

Logo Francetv info 12h36
Alerte info
ENQUÊTE FRANCE 2. Des proviseurs recrutent des profs sur Le Bon Coin, « L’OEil du 20 heures » a postulé
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 6 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

On est gouverné………………..(06/09/2018)

Logo Francetv info 12h36
Alerte info
ENQUÊTE FRANCE 2. Des proviseurs recrutent des profs sur Le Bon Coin, « L’OEil du 20 heures » a postulé
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 6 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………….(05/09/2018)

Libération 05 septembre 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Le Jedi de l’Union

Macron, Luke Skywalker des progressistes européens, Han Solo du combat contre le côté obscur – et populiste – de l’Union ? On se réunit à Luxembourg pour en discuter. Le costume est héroïque, flatteur, politiquement sensé. Face à la montée des nationaux-populistes, un jeune Jedi n’est pas de trop. On peut imaginer une coalition des démocrates du continent, emmenés par la France, qui s’opposerait à l’armée des Dark Vador identitaires. L’homme a des convictions démocratiques indiscutables, une aura internationale, une alacrité qui peut être entrainante. Entre-t-il dans l’habit ? Il faut d’abord que les autres leaders non populistes de l’Union le laissent faire. On entre là dans le labyrinthe de la politique européenne, qui cumule l’imbroglio des logiques nationales et la pelote emmêlée de la diplomatie bruxelloise. Merkel, après tout, pourrait prétendre au rôle, mais aussi le socialiste espagnol, le chef du gouvernement portugais, un social-démocrate scandinave et quelques autres, sans compter les éminences de la Commission, ou les chefs de file du Parlement européen. Cela fait beaucoup de monde.

Mais pour devenir le héraut de la lutte contre les populistes, il lui manque une qualité : parler au peuple. On peut faire l’hypothèse – généralement admise – que les classes populaires se tournent vers les nationalistes parce qu’elle craignent la mondialisation. C’est-à-dire la remise en cause de leurs protections sociales et l’effacement de leurs repères identitaires, symbolisé, à leurs yeux, par une immigration qu’elles jugent menaçante.

Sur le premier point, le pli droitier pris par le gouvernement macronien est un handicap. La libéralisation en cours de l’économie française attaque les statuts, les garanties, les prestations, en un mot les acquis sociaux. Les réformes proposées, le plus souvent, sont des sacrifices. Macron n’est pas seul en cause, mais toutes les politiques dites «de modernisation». Selon la promesse initiale, l’Europe devait être protectrice, pour tous les citoyens, et notamment pour les plus démunis. Cette promesse n’a pas été tenue et souvent l’Union est vécue comme le fourrier de la mondialisation, et non comme un rempart protecteur. Le discours européiste plaît surtout aux classes supérieures. Non que le peuple soit par nature hostile. Mais il demande qu’on se soucie plus de son sort.

Le second point, l’identité, qu’on lie à l’immigration, est plus délicat. Constatant que les classes populaires sont angoissées par l’afflux des réfugiés, par le poids croissant des musulmans, certains populistes de gauche ont décidé de tourner casaque et d’épouser, peu ou prou, la méfiance des plus démunis envers les étrangers plus démunis qu’eux. Tel Mahomet, ne pouvant faire venir à eux la montagne de la méfiance populaire, ils ont choisi, plus ou moins subrepticement, d’aller à la montagne. Un démocrate conséquent, un européen convaincu des valeurs fondatrices de l’Union, ne peut les imiter. En revanche, il doit formuler une politique de l’immigration cohérente et humaine, propre, sinon à rassurer tout de go les inquiets, mais à opposer à la démagogie des nationalistes un discours solide. Ce que l’Europe a échoué à faire jusqu’à présent et ce que les incantations sur les valeurs communes ne sauraient remplacer. On voit que le Jedi de l’Union doit encore beaucoup apprendre de maître Yoda…

Laurent Joffrin
desirdavenir77500
Publié dans : Non classé | le 6 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

Dégringolade………………….(06/09/2018)

Il pouvait difficilement en être autrement. Après un été miné par l’affaire Benalla, la rentrée d’Emmanuel Macron a été plombée par la démission de Nicolas Hulot et les hésitations sur le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Conséquence, la chute de sa popularité se poursuit pour le troisième mois consécutif, une première depuis le début du quinquennat.

Huffpost
desirdavenir77800
Publié dans : Non classé | le 6 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

Brave homme……………(05/09/2018)

11h41
Alerte info
« Malhonnête politiquement », « libéral depuis toujours »… Quand les anciens camarades écolos de Rugy flinguent le nouveau ministre
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 5 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

Les européennes…………………(05/09/2018)

La fragmentation du paysage politique reste le meilleur atout d’Emmanuel Macron. Son parti La République en Marche reste ainsi en tête des intentions de vote, à l’approche du scrutin européen du 29 mai 2019. Mais avec tout juste 20% des voix…

C’est une baisse de deux points par rapport à un précédent sondage réalisé il y a deux mois, avant l’été, selon un sondage Ifop-Fiducial réalisé pour « Paris Match », CNews et Sud Radio et rendu public ce mercredi 5 septembre. La République en Marche, alliée au MoDem de François Bayrou, affiche pourtant l’ambition de rassembler les pro-européens.

Elle serait suivie de la liste du Rassemblement national (ex-FN) avec 17% (en baisse de 2 points). La liste d’extrême droite dépasserait tout juste celle de la droite, puisque Les Républicains de Laurent Wauquiez sont crédités de 15% des intentions de vote (stable), loin des 21% de l’UMP aux européennes de 2014 et des 20% de François de Fillon à la présidentielle de 2017.

Les marges d’erreur de ce sondage sont comprises entre 1 et 2,5 points.

Les Insoumis devant EELV

Les listes de gauche sont en progression. La liste de La France insoumise enregistre 3 points de plus par rapport au sondage d’avant l’été, passant de 11 à 14% des intentions de vote.

Elle est suivie par la liste Europe Ecologie-Les Verts (7,5%, +1,5 point), qui sera conduite par Yannick Jadot, eurodéputé sortant. Les écologistes avaient obtenu 9% des voix en 2014.

Le Parti socialiste ne recueille que 6% des intentions de vote (stable), bien loin des 14% des élections européennes de 2014, mais un niveau comparable au score de leur candidat Benoît Hamon à la présidentielle.

Les souverainistes de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) font jeu égal, à 6,5% (+0,5 point). Ces deux dernières formations dépasseraient donc tout juste le seuil des 5%, nécessaire pour obtenir un siège au Parlement européen dans ce scrutin à la proportionnelle.

Ce ne serait ne revanche pas le cas de Générations, le mouvement de l’ex-socialiste Benoît Hamon (3%), ni de la liste du Parti communiste, conduite par Ian Brossat (2%), ni des Patriotes de Florian Philippot (ex-FN, 1%).

Dans l’hypothèse où le centre-droit présente une liste autour du parti Agir, soutenue par Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, celle-ci recueillerait seulement 4% des intentions de vote. Dans ce cas de figure, LREM est crédité de 21%, alors que Les Républicains ne recueillent que 14%.

L’OBS

desirdavenir77500

Publié dans : Non classé | le 5 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

Les rats quittent le navire…………….(05/09/2018)

Logo Francetv info 14h10
Alerte info
Le porte-parole de l’Elysée, Bruno Roger-Petit, quitte ses fonctions
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 5 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

C’est moi le (sous) chef………………..(05/09/2018)

 
C'est moi le (sous) chef....................(05/09/2018) dans Non classé banner
 
 
ScreenShot2018-09-04at20.41.52 dans Non classé

« Nous avons les garanties que cette réforme sera mise en oeuvre dans de bonnes conditions. » D’une simple phrase, le premier ministre Édouard Philippe a mis un terme aux atermoiements du gouvernement sur la mise en place du prélèvement à la source. Malgré les inquiétudes techniques et politiques exprimées ouvertement par Emmanuel Macron à son sujet, cette réforme structurelle visant à collecter l’impôt sur le revenu directement sur les salaires et les pensions de retraite verra bien le jour au 1er janvier 2019.

 
unnamed16
 
ScreenShot2018-09-04at20.42.12

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce mardi 4 septembre la décision du gouvernement sur la mise en place du prélèvement de l’impôt à la source le 1er janvier 2019.

Publié dans : Non classé | le 5 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………(04/09/2018)

Libération 04 septembre 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Rugy peut-il rugir ?

Une voiture vide s’arrête devant le ministère de l’Ecologie. En sort François de Rugy. Il faut craindre que l’épigramme de Churchill sur Clement Attlee s’applique au nouveau ministre de la Transition écologique. L’homme est estimable mais c’est un fait que son charisme n’a guère crévé l’écran jusqu’ici. Candidat à la primaire de la gauche en 2017, il a obtenu 3,81% des voix, ce qui lui offre un socle électoral qui tient plus de la baïonnette que du piédestal. Rallié à Emmanuel Macron très tôt, il a obtenu en échange la présidence de l’Assemblée où il ne laisse pas une trace très profonde. Ses convictions ne sont pas en cause : sur le perchoir il ne jouait pas toujours les perroquets du macronisme. Mais enfin ce n’est pas non plus un aigle. Compliment empoisonné : les chasseurs se sont réjouis de sa nomination dans un communiqué tout miel. Un détail qui augure d’un ministère plutôt consensuel au moment où l’urgence climatique demande sans doute plus de tranchant. Rugy peut-il rugir ?

Laura Flessel, ministre des Sports, quitte le terrain à cette occasion, «pour des raisons personnelles», dit-elle. Ces «raisons personnelles» sont en une du Canard enchaîné et de Mediapart. Il semble que cette ancienne escrimeuse ferraille désormais avec le fisc, qui lui reproche un défaut de déclaration et s’apprête à l’embrocher en justice. Ses explications – elle souhaite officiellement «retrouver ses engagements passés, tournés vers l’humain» – tiennent plus de l’esquive fiscale que de la botte humanitaire, ce qui n’a pas empêché Bercy de lui porter l’estocade.

Dans un ballet bien réglé, Richard Ferrand s’apprête à succéder à Rugy à l’hôtel de Lassay, ce qui ramène ce remaniement à un jeu de chaises musicales interne à la macronie, plus qu’à une relance politique. Au même moment, un sondage Ifop place la popularité d’Emmanuel Macron un point au-dessous de la cote de François Hollande au même stade de son quinquennat, avec une chute de dix points entre deux enquêtes. Réchauffement climatique, refroidissement politique…

Laurent Joffrin
desirdavenir77500
Publié dans : Non classé | le 4 septembre, 2018 |Pas de Commentaires »
1...34567...1290

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente