Aucune pitié………………………..(07/06/2019)

Logo Francetv info 13H25
ALERTE INFO
« Charlie Hebdo », Montrouge et Hyper Cacher : le procès aux assises des attentats de janvier 2015 est prévu du 20 avril au 3 juillet 2020
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 7 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………………………(06/06/2019)

La lettre de Laurent Joffrin.................................(06/06/2019) dans Non classé profile_mask_2x

Laurent Joffrin – Libération <newsletter@liberation.cccampaigns.net>

15:38 (il y a 3 heures)

cleardot dans Non classé
cleardot
Libération 06 juin 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Une démocratie sans partis ?

Les partis politiques ? De vieilles choses usées, des instruments dépassés, des structures décaties, coupées du monde réel et des électeurs. Voilà ce qu’on entend tous les jours au fil de l’actualité politique. Yannick Jadot ne veut rien savoir d’un «rafistolage» des organisations «du vieux monde»Valérie Pécresse rompt avec éclat avec le parti Les Républicains, «verrouillé» par le haut. Jean-Luc Mélenchon et ses partisans, malmenés par un échec électoral, en tiennent toujours pour un mouvement «gazeux» qu’ils contrôlent à travers une petite association et un groupe parlementaire, sans tendances, ni courants, ni débats nationaux.

Emmanuel Macron a montré l’exemple. Il a conquis le Graal en sortant soudain de nulle part, entouré d’une phalange de chevaliers de la table ronde preux et agiles. Point besoin de parti blanchi sous le harnois pour arriver à l’Elysée. Une organisation tout aussi «gazeuse», En marche, tenue par un petit groupe énergique et dévoué à son chef, suffit à la tâche, en ces temps de personnalisation à outrance. Du coup, chacun se prend à rêver de la même opération, hors des partis, branchée exclusivement sur la présidentielle, où les francs-tireurs ont autant d’atouts que les généraux empêtrés à la tête de troupes fatiguées, tel Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Yannick Jadot, Marion Maréchal-Le Pen et quelques autres. Un homme ou une femme, un commando, une bonne communication et le tour est joué : c’est la nouvelle règle d’or.

Et pourtant… La même actualité politique offre aussi de quoi douter. Marine Le Pen a gagné les élections européennes en conduisant un parti des plus classiques, avec militants, calicots, tracts, meetings, école de formation. Voir le cas de Jordan Bardella, formé par le parti et capable, à 23 ans, de mener une liste nationale au succès, quand les autres, venus de la société civile – Manon Aubry, Raphaël Glucksmann, François-Xavier Bellamy – ont plus ou moins mordu la poussière. Au sein de LFI, l’opposition qui vient de sortir du bois réclame une démocratisation du mouvement, des réunions communes, une direction contrôlée par la base, etc. Chez les écolos, Noël Mamère dans le Monde fustige une «écologie identitaire» qui vit dans l’illusion, dit-il, de parvenir seule au pouvoir sans prendre en compte le reste de la gauche, c’est-à-dire en ignorant «les vieux partis décatis». Il préconise l’ouverture de discussions avec les autres formations, méthode des plus traditionnelles. A-t-il forcément tort ?

Au Danemark, c’est le vieux Parti social-démocrate qui vient de gagner (comme en Espagne, au Portugal ou aux Pays-Bas), avec à sa tête une militante qui a passé sa vie au sein de l’organisation. En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern, nouvelle icône du progressisme mondial, a d’abord pris le pouvoir dans son parti avant de renouveler la vie politique de son pays. Aux Etats-Unis, la nouvelle génération démocrate, fraîche et joyeuse, veut s’imposer au sein du vieux parti avant d’affronter Trump.

Les partis politiques si décriés ont l’avantage de mobiliser les citoyens les plus concernés, de les former hors périodes électorales par des débats incessants, de réunir des fonds, d’organiser les meetings, de diffuser les idées, de polir les programmes, d’offrir aux plus engagés un cadre et un lieu convivial (à la base, en tout cas), où se trempent les convictions. Vieillis, les partis ? Certes. Mais on peut aussi les réformer, les renouveler, les mettre à l’heure numérique, les brancher sur la société, les ouvrir aux idées qui émergent en dehors d’eux. Les mettre au rancart ? Pas sûr.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans : Non classé | le 6 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Les rats quittent la barcasse…………………….(06/06/2019)

Logo Francetv info 20H20
ALERTE INFO
Valérie Pécresse annonce qu’elle quitte Les Républicains car « il est impossible de refonder les idées de la droite de l’intérieur du parti »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 6 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

RIP…………………………………….(06/06/2019)

Logo Francetv info 12H17
ALERTE INFO
« Il est mort pour nous » : 75 ans après le Débarquement, le village de Cahagnes honore toujours le lieutenant Marshall-Cornwall
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 6 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

MERCI Messieurs…………………….(06/06/2019)

Logo Francetv info 08H41
ALERTE INFO
Emmanuel Macron et Theresa May lancent les cérémonies du 75e anniversaire du Débarquement de Normandie
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 6 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

La grande misère des hôpitaux………………………(06/06/2019)

Logo Francetv info 10H00
ALERTE INFO
« On voit des infirmières quitter l’hôpital en larmes » : entre épuisement et agacement, les urgences au bord de l’implosion
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 6 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Sans commentaire………………………………(05/06/2019)

Les réseaux secrets d’Emmanuel Macron

Sans commentaire....................................(05/06/2019) dans Non classéPour Macron, le pouvoir est au bout des réseaux. Non pas au bout des idées, des programmes, mais au bout des magouilles et des entourloupes. Des réseaux que le journaliste Marc Endeweld décortique soigneusement dans son livre, « Le Grand manipulateur ».

[VIDÉO] Un grand entretien de Daniel Mermet avec Marc Endeweld, à voir ici : la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/les-reseaux-secrets-d-emmanuel-macron


 dans Non classé


Suivez LÀ-BAS
  
Publié dans : Non classé | le 5 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………………………….(05/06/2019)

Libération 05 juin 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Le D-Day trahi

Pour une fois, la mémoire, qu’on dit trompeuse, est venue au secours de l’histoire. En soixante-quinze ans de commémorations, les hommages rendus le 6 juin aux soldats du D-Day ont profondément modifié la vision collective de cette opération – en tout état de cause héroïque – pour la rapprocher de la vérité. Au commencement, ou presque, une image : celle du générique du Jour le plus long, le film qui a commandé pendant longtemps la mythologie du Débarquement. On y voit en gros plan un casque de GI abandonné sur une plage de Normandie sur fond de vagues venant du large, au son d’une musique martiale. Une opération américaine, donc, dont le film de Darryl Zanuck donne une vision à la fois tragique et édulcorée, tout entière dédiée au courage des «boys» et des officiers joués par la fine fleur d’Hollywood, John Wayne, Robert Mitchum ou Henry Fonda.

La première rectification eut lieu juste avant le tournage. Lisant le script, le général de Gaulle constate qu’il est à peine fait mention du rôle de la Résistance française. Il menace alors d’interdire toute prise de vue en France, ce qui eût nui à la vraisemblance de la mise en scène. En catastrophe, Zanuck fait rajouter une séquence au début du film où l’on voit un commando de résistants faire sauter un poteau électrique. Eh oui… Quoique très modeste en regard de la contribution anglo-saxonne, le rôle des «Français du Jour J» fut précieux. Eisenhower lui-même avait tenu à l’époque à leur rendre un hommage public. Ce qui n’avait pas calmé l’ire du Général, tenu à l’écart de tout préparatif et averti quelques heures seulement avant l’arrivée des bateaux sur les plages.

Mer rougie

Il fallut aussi expliquer que les Anglais, en fait, n’étaient en rien des supplétifs des Américains dans cette affaire : il y avait plus de soldats de l’Empire britannique le 6 juin que de troupes yankees. Les Anglais avaient largement conçu le plan de bataille et présidé à la vaste opération de désinformation («Fortitude») qui avait trompé Hitler en lui faisant croire pendant des semaines que le débarquement de Normandie était une diversion annonçant un second débarquement, le vrai, qui aurait lieu dans le Pas-de-Calais.

Le Jour le plus long, selon les normes de l’époque, avait aussi atténué à l’écran la violence des combats. Dans Libération, au moment des commémorations de 1984, Samuel Fuller, réalisateur célèbre qui avait lui-même débarqué à Omaha Beach, expliquait qu’on ne pouvait pas montrer à l’écran ce qu’il avait vu le 6 juin : le massacre, la mer rougie par le sang, les soldats mutilés par les balles, abattus en masse ou décapités par les éclats d’obus. Bien plus tard, Spielberg allait restituer dans Il faut sauver le soldat Ryan la réalité de la bataille dans une scène d’ouverture saisissante.

Le Débarquement politisé

De même, l’extrême dureté des bombardements aériens menés par les Alliés allait progressivement émerger dans la conscience collective. On montrait des Français exultant devant l’arrivée «des Américains». En fait les troupes alliées furent souvent accueillies dans un silence glacial par une population décimée par les bombes et dont les villes et les villages avaient été rasés sans pitié par les avions libérateurs. Encore aujourd’hui, la Normandie, à Caen, à Saint-Lô, à Valognes ou Carentan, porte les stigmates de ces frappes impitoyables sur les civils, sans que l’efficacité militaire de ces destructions soit entièrement prouvée, source de débats infinis entre historiens. Tout comme elle garde parfois un souvenir mélangé du comportement des soldats alliés, trop souvent enclins au viol et à la destruction préventive des fermes et des maisons.

C’est peut-être pour exorciser cette violence que les cérémonies ont progressivement changé de nature. On fêtait la victoire, le sacrifice, les armées libératrices de l’Europe. A partir des années 80, quand François Mitterrand décide de faire des cérémonies un événement politique en invitant les chefs d’Etat sur les plages normandes, on adjoint aux hommages militaires un discours de paix et de réconciliation. On politise le Débarquement en célébrant la coopération internationale, le «multilatéralisme» et la construction européenne, imaginée dès après la victoire pour interdire le retour de la guerre sur le territoire libéré par les Alliés. En 2004, sous Chirac, on invite même le chancelier allemand, à l’époque Gerhard Schröder, à participer aux festivités. Une grande première, dont Mitterrand avait écarté la possibilité, dit-on, par une formule abrupte : «Mais enfin, il me semble que les Allemands ont perdu la guerre…»On y convie enfin les Russes, ce qui n’est que justice : au moment où les troupes alliées débarquent, il y a beaucoup plus de soldats allemands et de divisions blindées occupées à lutter contre l’Armée rouge en pleine offensive que de troupes nazies stationnées en Normandie.

Amer paradoxe

Réécriture pacifique et bien-pensante ? En aucune manière. Les buts de guerre proclamés par les Alliés dès avant le 6 juin consistaient non seulement à battre les nazis, mais aussi à instaurer un monde nouveau conforme aux vues de Franklin Roosevelt, bâti sur la coopération, la démocratie, le libre-échange, le refus des guerres monétaires, comme en témoigne la création de l’ONU, l’instauration de régimes démocratiques dans les territoires libérés, les accords monétaires de Bretton Woods ou la création du marché commun. A cet égard, la présence de Donald Trump cette année recèle un amer paradoxe : le président américain professe des vues politiques et diplomatiques à l’opposé de celle de son prédécesseur de 1944. Il n’a de cesse que de combattre le multilatéralisme, de promouvoir le nationalisme, de relancer les guerres commerciales et d’affaiblir l’Union européenne. De même que le Royaume-Uni, venu à l’époque au secours de l’Europe occupée, cherche aujourd’hui à s’en détacher.

On avait fait l’effort, au fil du temps, de rapprocher la mémoire de l’histoire, œuvre de vérité. C’est maintenant l’hypocrisie qui domine les cérémonies de 2019 : les gouvernements américain et britannique ont en fait tourné le dos aux principes hérités de l’après-guerre. Derrière les hommages convenus à l’héroïsme des soldats du 6 juin, se profile la pure et simple trahison de leurs idéaux.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans : Non classé | le 5 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Sacré Gégé……………………………………(05/06/2019)

Logo Francetv info 12H16
ALERTE INFO
Soupçons de détournements de fonds publics : le domicile de Gérard Collomb et la mairie de Lyon perquisitionnés ce matin
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 5 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Respect jeune homme……………………………..(05/06/2019)

Logo Francetv info 13H40
ALERTE INFO
VIDEO. Jour J : « C’est quand même dur de mourir », Emmanuel Macron lit la lettre d’adieu du résistant Henri Fertet, fusillé à 16 ans
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Non classé | le 5 juin, 2019 |Pas de Commentaires »
1...45678...1364

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente